Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des tableaux témoignant d'un vécu
Lalmi Ouaiba Merahi, artiste-peintre à l'établissement arts et culture
Publié dans Le Midi Libre le 14 - 04 - 2012

l'artiste peintre Lalmi Ouaiba Merahi expose une collection de tableaux, de peinture et collage, témoignant sur le passé, présent et même futur. « Journal fou » est le thème choisi de cette exposition qu'abrite l'Etablissement Arts et culture de la place Audin à Alger.
l'artiste peintre Lalmi Ouaiba Merahi expose une collection de tableaux, de peinture et collage, témoignant sur le passé, présent et même futur. « Journal fou » est le thème choisi de cette exposition qu'abrite l'Etablissement Arts et culture de la place Audin à Alger.
Exprimé à travers la peinture : c'est là une des manières avec laquelle s'expriment les artistes. Parmi les expressions picturales, le collage est l'une des techniques les plus prisées par les artistes. D'autant plus que cette technique permet d'avoir une idée fascinante dès le premier regard. De ce fait, l'artiste peintre Lalmi Ouaiba Merahi expose une collection de tableaux, de peinture et collage, témoignant sur le passé, présent et même futur. "Journal fou" est le thème choisi de cette exposition qu'abrite l'Etablissement Arts et culture de la place Audin à Alger, depuis le 11 avril et qui prendra fin aujourd'hui, 14 avril. Le hall de l'Etablissement réunit une vingtaine d'œuvres artistiques où on remarque des hommages, témoignages et messages touchants et sublimes.
L'expression artistique est le véritable reflet du vécu de l'être humain. A travers celle-ci, l'artiste peint les différents sens de la vie, avec des touches parfois spontanées et touchantes. Chaque œuvre témoigne sur une histoire, laissant ainsi libre champ aux sensations profondes de l'artiste. Chacun à sa façon, exprime des choses, de même qu'une vision du monde, respectivement personnelle. L'artiste Lalmi Ouaiba Merahi fait parti d'eux. Elle parle d'elle-même. Elle s'exprime d'une manière artistique. «Lorsque j'ai perdu mon mari et ma mère, je voulais écrire, mais je n'avais pas les mots pour en faire un livre. Donc, dès leur disparition, j'ai commencé à peindre et par la suite j'ai fait des collages », avoue l'artiste avec émotions. «Chaque tableau raconte une histoire dont je connais le début mais dont je ne prévoyais jamais la fin…», ajouta-t-elle. La nouvelle conception artistique, à savoir le collage, laisse l'artiste libre d'aller vers une expression plus large. Une manière par laquelle ils peuvent arriver à agencer des photos relatant toute une histoire. «J'aime faire le collage dans toutes ces formes, puisque, je pense qu'on peut s'exprimer aussi avec cette technique. Car pour moi, le collage est une forme d'expression très étendue. Généralement lorsque je fais mes collages, je tombe sur le choix d'une ou deux photos que j'aime. Mais par la suite, je découvre un ensemble d'enchaînements qui relatent une histoire, que je n'ai pas eu à préparer à l'avance. Des tableaux qui parlent d'eux-mêmes. Ces tableaux parlent de mon histoire et mon vécu», explique l'artiste. Cependant, pour rendre hommage aux artistes et intellectuels algériens ou étrangers qui ont lutté durant leur carrière au service de l'humanité et les causes justes. Lalmi Ouaiba Merahi a hissé toute une biographie artistique, réunissant ainsi un ensemble d'artistes, écrivains, journalistes et chanteurs dans ses œuvres, à l'exemple des titres : "Les artistes sont là", «Les journalistes sont là», « Hommage à Dram Van Velde» et autres…
«J'ai rencontré quelques artistes qui font partie des tableaux que j'expose ici, à l'exemple de El Hadj M'hamed El Anka que j'ai rencontré lorsque j'étais jeune à La Casbah d'Alger avant sa mort. Kateb Yacine, Martinez et les autres artistes, d'ici ou ailleurs, que j'ai illustrés dans mes tableaux sont ceux que j'aime, et m'ont influencé par leurs idées», affirme l'artiste.
Bio express : l'artiste peintre Lalmi Ouaiba Merahi est née le 08 janvier 1958 à Clichy (Paris) Elle a exposé ses tableaux tant en Algérie qu'en France. Une expo à Saint Peray, Valence et Asnière sur Seine en France, ainsi qu'à l'ex-hôtel St Georges (El Djazair actuellement), et en ce moment À l'Etablissement Arts et Culture à Alger. Elle travaille actuellement comme nourrice-garde d'enfants.
Exprimé à travers la peinture : c'est là une des manières avec laquelle s'expriment les artistes. Parmi les expressions picturales, le collage est l'une des techniques les plus prisées par les artistes. D'autant plus que cette technique permet d'avoir une idée fascinante dès le premier regard. De ce fait, l'artiste peintre Lalmi Ouaiba Merahi expose une collection de tableaux, de peinture et collage, témoignant sur le passé, présent et même futur. "Journal fou" est le thème choisi de cette exposition qu'abrite l'Etablissement Arts et culture de la place Audin à Alger, depuis le 11 avril et qui prendra fin aujourd'hui, 14 avril. Le hall de l'Etablissement réunit une vingtaine d'œuvres artistiques où on remarque des hommages, témoignages et messages touchants et sublimes.
L'expression artistique est le véritable reflet du vécu de l'être humain. A travers celle-ci, l'artiste peint les différents sens de la vie, avec des touches parfois spontanées et touchantes. Chaque œuvre témoigne sur une histoire, laissant ainsi libre champ aux sensations profondes de l'artiste. Chacun à sa façon, exprime des choses, de même qu'une vision du monde, respectivement personnelle. L'artiste Lalmi Ouaiba Merahi fait parti d'eux. Elle parle d'elle-même. Elle s'exprime d'une manière artistique. «Lorsque j'ai perdu mon mari et ma mère, je voulais écrire, mais je n'avais pas les mots pour en faire un livre. Donc, dès leur disparition, j'ai commencé à peindre et par la suite j'ai fait des collages », avoue l'artiste avec émotions. «Chaque tableau raconte une histoire dont je connais le début mais dont je ne prévoyais jamais la fin…», ajouta-t-elle. La nouvelle conception artistique, à savoir le collage, laisse l'artiste libre d'aller vers une expression plus large. Une manière par laquelle ils peuvent arriver à agencer des photos relatant toute une histoire. «J'aime faire le collage dans toutes ces formes, puisque, je pense qu'on peut s'exprimer aussi avec cette technique. Car pour moi, le collage est une forme d'expression très étendue. Généralement lorsque je fais mes collages, je tombe sur le choix d'une ou deux photos que j'aime. Mais par la suite, je découvre un ensemble d'enchaînements qui relatent une histoire, que je n'ai pas eu à préparer à l'avance. Des tableaux qui parlent d'eux-mêmes. Ces tableaux parlent de mon histoire et mon vécu», explique l'artiste. Cependant, pour rendre hommage aux artistes et intellectuels algériens ou étrangers qui ont lutté durant leur carrière au service de l'humanité et les causes justes. Lalmi Ouaiba Merahi a hissé toute une biographie artistique, réunissant ainsi un ensemble d'artistes, écrivains, journalistes et chanteurs dans ses œuvres, à l'exemple des titres : "Les artistes sont là", «Les journalistes sont là», « Hommage à Dram Van Velde» et autres…
«J'ai rencontré quelques artistes qui font partie des tableaux que j'expose ici, à l'exemple de El Hadj M'hamed El Anka que j'ai rencontré lorsque j'étais jeune à La Casbah d'Alger avant sa mort. Kateb Yacine, Martinez et les autres artistes, d'ici ou ailleurs, que j'ai illustrés dans mes tableaux sont ceux que j'aime, et m'ont influencé par leurs idées», affirme l'artiste.
Bio express : l'artiste peintre Lalmi Ouaiba Merahi est née le 08 janvier 1958 à Clichy (Paris) Elle a exposé ses tableaux tant en Algérie qu'en France. Une expo à Saint Peray, Valence et Asnière sur Seine en France, ainsi qu'à l'ex-hôtel St Georges (El Djazair actuellement), et en ce moment À l'Etablissement Arts et Culture à Alger. Elle travaille actuellement comme nourrice-garde d'enfants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.