Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    Entre appuis et critiques : Avis mitigés sur le PLF 2019 à l'APN    Conférence sur la Libye Ouyahia prend part à Palerme à une réunion restreinte    14e journée de la Ligue 1 (match décalé): L'USMA tient en échec le MCO (0-0) et creuse l'écart    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Début du stage des Eperviers à Lomé    Atal dans l'équipe type de la 13e journée    Dernière mission d'inspection de la CAF au Cameroun avant la décision finale    Refus des visas par les consulats français en Algérie    «La wilaya doit s'intégrer dans la stratégie nationale du développement écologique»    Lancement des premières récoltes de safran    Augmentation des ventes de bonbonnes de gaz à 30.000 unités/jour dans 3 wilayas de l'ouest du pays    Ouahab Aït-Menguellet, le P/APC de Tizi Ouzou, annonce sa candidature    Dans la littérature et l'Histoire    Décès de la légende américaine Stan Lee    Selon le FMI : Le PIB de l'Algérie s'établirait à 188 mds de dollars    Liste des logements sociaux à Tlemcen: Les protestataires ne décolèrent pas    Artisanat à Guelma: Plus de 18.000 emplois créés dans le secteur    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Le bon dos des «migrants»    Conférence sur la Libye : Ouyahia aujourd'hui à Palerme    Stabilité régionale : Le rôle de l'Algérie mis en avant    La sécurité régionale au menu du dialogue de haut niveau    Benflis s'en félicite    Jil FCE optimiste    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Comment faire sortir le Salon du Palais    Le «cœur blanc» de Salima Souakri    El Djedouel et le savant Cerbère du poète Seddik Souir    Ouargla : Sensibilisation sur le montage de projets Ansej    Cas de rougeole : Des enquêtes épidémiologiques menées    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    Equipe nationale: Début de stage dans une ambiance détendue    «Coup de force» contre Bouhadja: Les députés RCD reviennent à la charge    Incertitudes    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'art pour le 50e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie
Bouzid au centre culturel algérien à Paris
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 05 - 2012

Pour la célébration du 50e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie, le peintre Bouzid met à la disposition du Centre culturel algérien à Paris son exposition rétrospective des ses tableaux. Cette exposition, qui se poursuivra jusqu'au 1er juin, a ému le directeur du centre, l'écrivain Yasmina Khadra, en disant du peintre : «Bouzid a ce don exceptionnel qui fait naître, d'une seule touche, l'émotion du rêve et les lumières de l'évocation.»
Pour la célébration du 50e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie, le peintre Bouzid met à la disposition du Centre culturel algérien à Paris son exposition rétrospective des ses tableaux. Cette exposition, qui se poursuivra jusqu'au 1er juin, a ému le directeur du centre, l'écrivain Yasmina Khadra, en disant du peintre : «Bouzid a ce don exceptionnel qui fait naître, d'une seule touche, l'émotion du rêve et les lumières de l'évocation.»
Au premier regard de ces tableaux, nous comprenons que le peintre a mûri son art par diverses expériences. Il a été de ceux qui côtoient l'art par ses différentes dimensions et par son ouverture à plusieurs influences et mouvements artistiques. «Bouzid donne naissance à un art enrichi et inspiré, témoignant d'une vive sensibilité et d'un attachement démenti à sa culture originelle. Bouzid, c'est avant tout un art de vivre et avant de passer à l'art tout court, il faut bien évoquer l'homme sans quoi l'artiste n'aurait rien à exprimer. Homme d'esprit et d'humour, Bouzid a dû quitter son pays et n'a pas pour autant oublié les couleurs franches et lumineuses baignant sa jeunesse», dira de lui Bernard Boscher.
Parlant de sa création, il enchaîne en soulignant que Bouzid «dans sa magie chromatique, n'invente pas, ne crée pas, il sublime. Jamais apaisé, toujours avec fureur, Bouzid ne nous révèle jamais ce que nous aimons, mais nous fait découvrir avec impertinence ce que nous devrions, pourrions aimer. C'est incontestablement du grand art, et BOUZID est à n'en pas douter, un des grands maîtres d'aujourd'hui».
Il n'est pas plus beau dans l'art qu'un écrivain qui clame haut et fort le génie d'un autre créateur artistique. C'est notamment le cas du défunt Malek Haddad qui écrit poétiquement : «Dans ce qu'il a un jour rêvé ou vu, chacun de nous se retrouve en Bouzid. Les évidences élémentaires se révoltent et éclatent en ces clartés que sa vision commande.Il nous entraîne alors au fond des choses et nous investit dans sa création. S'il restaure en passant un printemps qui s'égare, ce n'est point pour le décorer mais pour le comprendre et pour l'éterniser. Il conseille aux jardins comme il conseille aux blés. Chroniqueur des couleurs et du mouvement, il donne du génie aux paysages et du talent à nos regards : la terre rouge ouverte aux incendies de gloire, la gravité pudique d'un olivier-prophète, le village enchâssé dans sa méditation, la gamine aux jasmins qui cueille des étoiles, le cheval solennel sur les chemins de l'au-delà, la moisson qui répare au ciel une injustice, ou l'oiseau qui paraphe le livre d'or d'un soir d'été… A l'affût des lumières qui décident du réel et coulent avec la vie dans sa fulgurante possession du monde et la somptueuse simplicité de son écriture, Mohamed Bouzid, magicien de légende et témoin scrupuleux, est maître des crépuscules et des aurores. Par la vertu de sa tendresse et de sa lucidité, il définit l'insaisissable.»
Mohamed Bouzid, né le 12 décembre 1929 à Lakhdaria (ex-Palestro), a fait ses études à l'Ecole normale d'Alger de 1946 à 1950. En 1953, il se consacre à la peinture. Voyages expositions en Algérie, et dans divers pays. Il obtient la bourse de Lourmarin, puis celle de la Casa Vélasquez à Madrid. Il reçoit le grand prix artistique de l'Algérie. A l'indépendance, il crée le Sceau et les Armoiries de la République algérienne et devient Conseiller auprès du ministère de la Culture, réalise de nombreuses peintures murales en Algérie et en Europe ainsi que la décoration des navires de la Compagnie nationale algérienne de navigation. Il va concevoir les décors et les costumes pour le Théâtre national algérien, pour le cinéma ainsi que de nombreuses réalisations graphiques dans le domaine de la presse et de l'imprimerie. Très sollicité, il enchaîne les expositions à un rythme effréné en Algérie et à l'étranger.
Au premier regard de ces tableaux, nous comprenons que le peintre a mûri son art par diverses expériences. Il a été de ceux qui côtoient l'art par ses différentes dimensions et par son ouverture à plusieurs influences et mouvements artistiques. «Bouzid donne naissance à un art enrichi et inspiré, témoignant d'une vive sensibilité et d'un attachement démenti à sa culture originelle. Bouzid, c'est avant tout un art de vivre et avant de passer à l'art tout court, il faut bien évoquer l'homme sans quoi l'artiste n'aurait rien à exprimer. Homme d'esprit et d'humour, Bouzid a dû quitter son pays et n'a pas pour autant oublié les couleurs franches et lumineuses baignant sa jeunesse», dira de lui Bernard Boscher.
Parlant de sa création, il enchaîne en soulignant que Bouzid «dans sa magie chromatique, n'invente pas, ne crée pas, il sublime. Jamais apaisé, toujours avec fureur, Bouzid ne nous révèle jamais ce que nous aimons, mais nous fait découvrir avec impertinence ce que nous devrions, pourrions aimer. C'est incontestablement du grand art, et BOUZID est à n'en pas douter, un des grands maîtres d'aujourd'hui».
Il n'est pas plus beau dans l'art qu'un écrivain qui clame haut et fort le génie d'un autre créateur artistique. C'est notamment le cas du défunt Malek Haddad qui écrit poétiquement : «Dans ce qu'il a un jour rêvé ou vu, chacun de nous se retrouve en Bouzid. Les évidences élémentaires se révoltent et éclatent en ces clartés que sa vision commande.Il nous entraîne alors au fond des choses et nous investit dans sa création. S'il restaure en passant un printemps qui s'égare, ce n'est point pour le décorer mais pour le comprendre et pour l'éterniser. Il conseille aux jardins comme il conseille aux blés. Chroniqueur des couleurs et du mouvement, il donne du génie aux paysages et du talent à nos regards : la terre rouge ouverte aux incendies de gloire, la gravité pudique d'un olivier-prophète, le village enchâssé dans sa méditation, la gamine aux jasmins qui cueille des étoiles, le cheval solennel sur les chemins de l'au-delà, la moisson qui répare au ciel une injustice, ou l'oiseau qui paraphe le livre d'or d'un soir d'été… A l'affût des lumières qui décident du réel et coulent avec la vie dans sa fulgurante possession du monde et la somptueuse simplicité de son écriture, Mohamed Bouzid, magicien de légende et témoin scrupuleux, est maître des crépuscules et des aurores. Par la vertu de sa tendresse et de sa lucidité, il définit l'insaisissable.»
Mohamed Bouzid, né le 12 décembre 1929 à Lakhdaria (ex-Palestro), a fait ses études à l'Ecole normale d'Alger de 1946 à 1950. En 1953, il se consacre à la peinture. Voyages expositions en Algérie, et dans divers pays. Il obtient la bourse de Lourmarin, puis celle de la Casa Vélasquez à Madrid. Il reçoit le grand prix artistique de l'Algérie. A l'indépendance, il crée le Sceau et les Armoiries de la République algérienne et devient Conseiller auprès du ministère de la Culture, réalise de nombreuses peintures murales en Algérie et en Europe ainsi que la décoration des navires de la Compagnie nationale algérienne de navigation. Il va concevoir les décors et les costumes pour le Théâtre national algérien, pour le cinéma ainsi que de nombreuses réalisations graphiques dans le domaine de la presse et de l'imprimerie. Très sollicité, il enchaîne les expositions à un rythme effréné en Algérie et à l'étranger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.