Pour une redynamisation de la coopération algéro-russe    WOB - GSP programmé le 29 janvier    «J'ai démissionné pour des raisons personnelles»    Quatorze propositions pour le redressement national    A l'avenir, l'Algérie visera le marché étranger    «L'ANP est déterminée à garantir la sécurité des citoyens et du pays lors des élections présidentielles»    Rached El Ghanouchi et vingt-six autres islamistes sur le banc des accusés !    Messahel s'entretient à Davos-Klosters avec son homologue saoudien M. Ibrahim Al-Assaf    32 lettres d'intention dont 9 de partis politiques déposés    Les employeurs doivent se soumettre à la loi    Quand la mémoire fait défaut    L'arbre qui cache la forêt    1 720 transporteurs contrevenants comptabilisés en 2018    APC ou carnaval fi dachra    L'activité de lecture dépend des sujets    Ecrivaine à… 11 ans    Jusqu'à la fin des temps en lice    Assises nationales du tourisme : Poursuite des travaux au niveau des quatre ateliers    Finances Tenue à Alger d'un séminaire sur la révision du Système comptable financier    Commerce : L'inflation moyenne annuelle à 4,3% jusqu'à décembre 2018    Coupe de la CAF (phase de poules) : Le NAHD dans le groupe du Zamalek    Coupe d'Algérie (1ère partie- 8es de finale) : La logique qualification du CRB, l'USMAn et la JSMB    Hamrouche ne sera pas candidat    VFS annonce une nouvelle mesure    Mouwatana met en garde contre le 5e mandat    Mariée à son insu à un "terroriste"    Un concours prévu pour le 2 mars prochain    Accord Maroc-UE : Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Soudan : Al-Bachir rejette la responsabilité de mort de manifestants, accuse les protestataires    Syrie : Pederson et Lavrov soulignent l'importance de l'action conjointe    L'Algérie esr bien le nouveau berceau de l'humanité    TRIBUNAL ADMINISTRATIF : La grève de l'intersyndicale de l'Education déclarée illégale    POUR EVITER LA FUITE DES CERVEAUX : L'ordre des médecins appelle au dialogue    Le photographe de presse Benhlima Abdelkrim porté disparu en mer    Le NAHD voit désormais grand    Les experts pointent les insuffisances et contraintes du secteur    Que de derbies !    Une finale avant la lettre entre les plus titrés    Au royaume des poètes arabes    Accord commercial Union européenne-Maroc : Le Front Polisario saisira de nouveau la justice    Extension du port de Skikda: Sonatrach signe un contrat avec les Chinois    Le rêve et la chaloupe    Forum économique de Davos : Messahel représente le président de la République    Journal officiel : La date du 18 janvier décrétée Journée nationale de la commune    Nomination des magistrats et prérogatives pour la HIISE    Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie    Bedoui lance le débat    Les chrétiens sont "très persécutés" en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Matoub Lounes revisité à travers ses chansons et poèmes
Alger, espace mille et une news
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 06 - 2012

Le chanteur et poète engagé, Matoub Lounès, a marqué et gravé son empreinte, à travers son chant, dans tous les cœurs abhorant la répression. Il a su insuffler et soutenir, par ses poésies, toutes les causes justes. Matoub a tenté de traduire le difficile vécu des Algériens les plus humbles. Même s'il nous a quittés, brutalement, un tragique 25 juin de l'an 1998, sa chaleur et son aura restent toujours présentes.
Le chanteur et poète engagé, Matoub Lounès, a marqué et gravé son empreinte, à travers son chant, dans tous les cœurs abhorant la répression. Il a su insuffler et soutenir, par ses poésies, toutes les causes justes. Matoub a tenté de traduire le difficile vécu des Algériens les plus humbles. Même s'il nous a quittés, brutalement, un tragique 25 juin de l'an 1998, sa chaleur et son aura restent toujours présentes.
Quatorze années se sont écoulées et ses chansons sont toujours écoutées partout à travers le pays et même à travers le monde. Son chant n'a pas des frontières. Au fil du temps qui passe, la valeur du verbe du chantre se grave de plus en plus dans les cœurs des Algériens. La cause est juste et le un chanteur est un juste qui a refusé de plier.
A l'occasion de la commémoration du triste anniversaire de son assassinat, un hommage symbolique lui a été lui rendu, avant-hier mardi. Hommage mérité pour un chanteur qui a défendu ses idées avec un verbe acéré. Un homme libre, engagé dans une révolte idéologique. Du reste, son héritage et ses idées resteront éternels et dénoncent la répression sous toutes ses formes. Interpréter les chansons de Lounès n'est pas tâche aisée, car, tout simplement ses chansons véhiculent « l'âme du défunt poète». Une âme attachée à sa liberté et à son amour pour l'Algérie.
Lors de l'hommage qui lui a été rendu à l'espace Mille et une news à Alger, trois fans du chantre éternel étaient présents avec une chanson : Salah Gaoua, chanteur du groupe était accompagné d'un jeune guitariste de l'interprète des textes, Samir Hakim, écrits spécialement pour marquer l'évènement par la Française Emanuelle Ravot. Parmi les chansons interprétées par le groupe Anaraz walla anakno, El amriw... L'émotion dans la salle était à son comble, une salle où se côtoyaientt Algériens et étrangers tous en deuil de la perte du Rebelle Matoub Lounès. Il est à signaler que c'est le 1er hommage qui lui lui est consacré à Alger. Matoub
Lounès : un poète peut-il mourir ? est le thème d'un spectacle musical non encore achevé. Ce spectacle a été concocté, avec pour objectif, de commémorer le quatorzième anniversaire de l'assassinat du chanteur rebelle. Le chanteur de groupe, Salah Gaoua, dira à ce propos
« je suis très heureux d'interpréter les chansons du grand Matoub Lounès. Et honnoré de lui avoir rendu le premier hommage ici à Alger ». Par ailleurs, le spectacle, qui est préparation en France, sera achevé d'ici 2013. Le lieu de sa première présentation sera, comme de juste, à Tizi- Ouzou. « Le projet qu'on a entamé est en cours en France. Mais j'espère qu'on pourra le finaliser ici en Algérie, à
Tizi-Ouzou », s'esst exprimé Salah Gaoua.
Le spectacle, Matoub Lounès : un poète peut-il mourir ? Compte, explique-t-on, 6 chansons de défunt des chansons retravaillées par les artistes. La scène regroupera deux comédiens, un chanteur, un musicien et l'interprète des textes. Quant au décor de la scène, Salah Gaoua a affirmé : « Ce travail est décerné à un photographe français. Son objectif : faire apparaître l'héritage musical et signe symbolique de Matoub Lounès ».Les intervenants ont expliqué leurs motivations ayant mené à la mise en chantier du spectacle « Matoub a quitté le monde à l'âge de 42 ans, comment se fait-il qu'un homme si jeune ait pu autant déranger et surtout attirer l'attention des pays étrangers à travers sa musique, poésie et ses positions politiques ? », et d'enchaîner : « On retrouve toujours ses textes, sa musique et même des titres de ses chansons utilisées comme slogans revendicatifs », a-t-on conclu.
Quatorze années se sont écoulées et ses chansons sont toujours écoutées partout à travers le pays et même à travers le monde. Son chant n'a pas des frontières. Au fil du temps qui passe, la valeur du verbe du chantre se grave de plus en plus dans les cœurs des Algériens. La cause est juste et le un chanteur est un juste qui a refusé de plier.
A l'occasion de la commémoration du triste anniversaire de son assassinat, un hommage symbolique lui a été lui rendu, avant-hier mardi. Hommage mérité pour un chanteur qui a défendu ses idées avec un verbe acéré. Un homme libre, engagé dans une révolte idéologique. Du reste, son héritage et ses idées resteront éternels et dénoncent la répression sous toutes ses formes. Interpréter les chansons de Lounès n'est pas tâche aisée, car, tout simplement ses chansons véhiculent « l'âme du défunt poète». Une âme attachée à sa liberté et à son amour pour l'Algérie.
Lors de l'hommage qui lui a été rendu à l'espace Mille et une news à Alger, trois fans du chantre éternel étaient présents avec une chanson : Salah Gaoua, chanteur du groupe était accompagné d'un jeune guitariste de l'interprète des textes, Samir Hakim, écrits spécialement pour marquer l'évènement par la Française Emanuelle Ravot. Parmi les chansons interprétées par le groupe Anaraz walla anakno, El amriw... L'émotion dans la salle était à son comble, une salle où se côtoyaientt Algériens et étrangers tous en deuil de la perte du Rebelle Matoub Lounès. Il est à signaler que c'est le 1er hommage qui lui lui est consacré à Alger. Matoub
Lounès : un poète peut-il mourir ? est le thème d'un spectacle musical non encore achevé. Ce spectacle a été concocté, avec pour objectif, de commémorer le quatorzième anniversaire de l'assassinat du chanteur rebelle. Le chanteur de groupe, Salah Gaoua, dira à ce propos
« je suis très heureux d'interpréter les chansons du grand Matoub Lounès. Et honnoré de lui avoir rendu le premier hommage ici à Alger ». Par ailleurs, le spectacle, qui est préparation en France, sera achevé d'ici 2013. Le lieu de sa première présentation sera, comme de juste, à Tizi- Ouzou. « Le projet qu'on a entamé est en cours en France. Mais j'espère qu'on pourra le finaliser ici en Algérie, à
Tizi-Ouzou », s'esst exprimé Salah Gaoua.
Le spectacle, Matoub Lounès : un poète peut-il mourir ? Compte, explique-t-on, 6 chansons de défunt des chansons retravaillées par les artistes. La scène regroupera deux comédiens, un chanteur, un musicien et l'interprète des textes. Quant au décor de la scène, Salah Gaoua a affirmé : « Ce travail est décerné à un photographe français. Son objectif : faire apparaître l'héritage musical et signe symbolique de Matoub Lounès ».Les intervenants ont expliqué leurs motivations ayant mené à la mise en chantier du spectacle « Matoub a quitté le monde à l'âge de 42 ans, comment se fait-il qu'un homme si jeune ait pu autant déranger et surtout attirer l'attention des pays étrangers à travers sa musique, poésie et ses positions politiques ? », et d'enchaîner : « On retrouve toujours ses textes, sa musique et même des titres de ses chansons utilisées comme slogans revendicatifs », a-t-on conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.