El Hachemi Djaaboub, nouveau ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale    Barça : Koeman réclame un attaquant    Rencontre entre Benbouzid et Chitour: L'utilisation des énergies renouvelables dans le secteur de la santé au menu    Lyon officialise l'arrivée de Paqueta    Le transport urbain collectif autorisé à circuler durant les week-ends    Finance islamique: accompagner et appuyer les banques par les lois nécessaires    L'Algérie a amorcé une étape de "changement positif"    Real Madrid: Hazard encore blessé !    Coronavirus : 162 nouveaux cas, 111 guérisons et 8 décès    Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de trois nouveaux ambassadeurs    Mohamed Bedjaoui inculpé dans l'affaire de l'autoroute est-ouest    Justice: le verdict du procès de Mourad Oulmi reporté au 10 octobre prochain    DECES DU CHEIKH SABAH AL AHMED : Le président Tebboune présente ses condoléances    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Un groupe de travail pour renforcer la numérisation    ORAN : La mer rejette un corps à Ain Turck    SURETE NATIONALE (DGSN) : Saisie d'une quantité de cannabis traité et de psychotropes    Sud : accroissement du nombre de cas importés de paludisme    Sportifs d'élite et de haut niveau: des accès à l'emploi et études envisagés par le MJS    Le projet de révision de la Constitution garantit aux juges une large indépendance dans l'exercice de leurs fonctions    Accidents de la route: 5 morts et 153 blessés en une journée    Laghouat: un bouquet d'activités artistiques en ouverture de la saison culturelle    La question fait l'objet d'une profonde réflexion    Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes    Benkhemassa dans l'équipe-type de la semaine    Le stage de Mostaganem a commencé    Aziz Benabdi signe pour 3 saisons    Mokka change de look    Labiodh Sidi Cheikh, une généalogie berbéro-arabe    Actucult    Véronique Cayla, ex-patronne d'Arte et du CNC, bientôt à la tête des César    Tazmalt marche pour la libération de son fils    Signature de huit conventions entre l'ADE et des microentreprises    À contre-"courant"    "Il est temps de restituer l'Etat à la nation"    L'Anie définit les contours de la campagne    Relogement de 138 familles    Le ministre promet d'ouvrir le dossier du secteur touristique    Moyen-Orient : Décès de l'émir du Koweït    Amnesty dénonce un acharnement judiciaire contre les manifestants    Les Etats arabes n'ont pas respecté leur engagement    L'ONU appelle à préserver la paix    La collection Tin Hinan de retour avant la fin de l'année    Leur reportage et nos anémies citoyennes    À l'abandon depuis des années    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Le syndrome libanais    HUMEURS PREFABRIQUEES    Les délais de dépôt des comptes sociaux prorogés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Matoub Lounes revisité à travers ses chansons et poèmes
Alger, espace mille et une news
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 06 - 2012

Le chanteur et poète engagé, Matoub Lounès, a marqué et gravé son empreinte, à travers son chant, dans tous les cœurs abhorant la répression. Il a su insuffler et soutenir, par ses poésies, toutes les causes justes. Matoub a tenté de traduire le difficile vécu des Algériens les plus humbles. Même s'il nous a quittés, brutalement, un tragique 25 juin de l'an 1998, sa chaleur et son aura restent toujours présentes.
Le chanteur et poète engagé, Matoub Lounès, a marqué et gravé son empreinte, à travers son chant, dans tous les cœurs abhorant la répression. Il a su insuffler et soutenir, par ses poésies, toutes les causes justes. Matoub a tenté de traduire le difficile vécu des Algériens les plus humbles. Même s'il nous a quittés, brutalement, un tragique 25 juin de l'an 1998, sa chaleur et son aura restent toujours présentes.
Quatorze années se sont écoulées et ses chansons sont toujours écoutées partout à travers le pays et même à travers le monde. Son chant n'a pas des frontières. Au fil du temps qui passe, la valeur du verbe du chantre se grave de plus en plus dans les cœurs des Algériens. La cause est juste et le un chanteur est un juste qui a refusé de plier.
A l'occasion de la commémoration du triste anniversaire de son assassinat, un hommage symbolique lui a été lui rendu, avant-hier mardi. Hommage mérité pour un chanteur qui a défendu ses idées avec un verbe acéré. Un homme libre, engagé dans une révolte idéologique. Du reste, son héritage et ses idées resteront éternels et dénoncent la répression sous toutes ses formes. Interpréter les chansons de Lounès n'est pas tâche aisée, car, tout simplement ses chansons véhiculent « l'âme du défunt poète». Une âme attachée à sa liberté et à son amour pour l'Algérie.
Lors de l'hommage qui lui a été rendu à l'espace Mille et une news à Alger, trois fans du chantre éternel étaient présents avec une chanson : Salah Gaoua, chanteur du groupe était accompagné d'un jeune guitariste de l'interprète des textes, Samir Hakim, écrits spécialement pour marquer l'évènement par la Française Emanuelle Ravot. Parmi les chansons interprétées par le groupe Anaraz walla anakno, El amriw... L'émotion dans la salle était à son comble, une salle où se côtoyaientt Algériens et étrangers tous en deuil de la perte du Rebelle Matoub Lounès. Il est à signaler que c'est le 1er hommage qui lui lui est consacré à Alger. Matoub
Lounès : un poète peut-il mourir ? est le thème d'un spectacle musical non encore achevé. Ce spectacle a été concocté, avec pour objectif, de commémorer le quatorzième anniversaire de l'assassinat du chanteur rebelle. Le chanteur de groupe, Salah Gaoua, dira à ce propos
« je suis très heureux d'interpréter les chansons du grand Matoub Lounès. Et honnoré de lui avoir rendu le premier hommage ici à Alger ». Par ailleurs, le spectacle, qui est préparation en France, sera achevé d'ici 2013. Le lieu de sa première présentation sera, comme de juste, à Tizi- Ouzou. « Le projet qu'on a entamé est en cours en France. Mais j'espère qu'on pourra le finaliser ici en Algérie, à
Tizi-Ouzou », s'esst exprimé Salah Gaoua.
Le spectacle, Matoub Lounès : un poète peut-il mourir ? Compte, explique-t-on, 6 chansons de défunt des chansons retravaillées par les artistes. La scène regroupera deux comédiens, un chanteur, un musicien et l'interprète des textes. Quant au décor de la scène, Salah Gaoua a affirmé : « Ce travail est décerné à un photographe français. Son objectif : faire apparaître l'héritage musical et signe symbolique de Matoub Lounès ».Les intervenants ont expliqué leurs motivations ayant mené à la mise en chantier du spectacle « Matoub a quitté le monde à l'âge de 42 ans, comment se fait-il qu'un homme si jeune ait pu autant déranger et surtout attirer l'attention des pays étrangers à travers sa musique, poésie et ses positions politiques ? », et d'enchaîner : « On retrouve toujours ses textes, sa musique et même des titres de ses chansons utilisées comme slogans revendicatifs », a-t-on conclu.
Quatorze années se sont écoulées et ses chansons sont toujours écoutées partout à travers le pays et même à travers le monde. Son chant n'a pas des frontières. Au fil du temps qui passe, la valeur du verbe du chantre se grave de plus en plus dans les cœurs des Algériens. La cause est juste et le un chanteur est un juste qui a refusé de plier.
A l'occasion de la commémoration du triste anniversaire de son assassinat, un hommage symbolique lui a été lui rendu, avant-hier mardi. Hommage mérité pour un chanteur qui a défendu ses idées avec un verbe acéré. Un homme libre, engagé dans une révolte idéologique. Du reste, son héritage et ses idées resteront éternels et dénoncent la répression sous toutes ses formes. Interpréter les chansons de Lounès n'est pas tâche aisée, car, tout simplement ses chansons véhiculent « l'âme du défunt poète». Une âme attachée à sa liberté et à son amour pour l'Algérie.
Lors de l'hommage qui lui a été rendu à l'espace Mille et une news à Alger, trois fans du chantre éternel étaient présents avec une chanson : Salah Gaoua, chanteur du groupe était accompagné d'un jeune guitariste de l'interprète des textes, Samir Hakim, écrits spécialement pour marquer l'évènement par la Française Emanuelle Ravot. Parmi les chansons interprétées par le groupe Anaraz walla anakno, El amriw... L'émotion dans la salle était à son comble, une salle où se côtoyaientt Algériens et étrangers tous en deuil de la perte du Rebelle Matoub Lounès. Il est à signaler que c'est le 1er hommage qui lui lui est consacré à Alger. Matoub
Lounès : un poète peut-il mourir ? est le thème d'un spectacle musical non encore achevé. Ce spectacle a été concocté, avec pour objectif, de commémorer le quatorzième anniversaire de l'assassinat du chanteur rebelle. Le chanteur de groupe, Salah Gaoua, dira à ce propos
« je suis très heureux d'interpréter les chansons du grand Matoub Lounès. Et honnoré de lui avoir rendu le premier hommage ici à Alger ». Par ailleurs, le spectacle, qui est préparation en France, sera achevé d'ici 2013. Le lieu de sa première présentation sera, comme de juste, à Tizi- Ouzou. « Le projet qu'on a entamé est en cours en France. Mais j'espère qu'on pourra le finaliser ici en Algérie, à
Tizi-Ouzou », s'esst exprimé Salah Gaoua.
Le spectacle, Matoub Lounès : un poète peut-il mourir ? Compte, explique-t-on, 6 chansons de défunt des chansons retravaillées par les artistes. La scène regroupera deux comédiens, un chanteur, un musicien et l'interprète des textes. Quant au décor de la scène, Salah Gaoua a affirmé : « Ce travail est décerné à un photographe français. Son objectif : faire apparaître l'héritage musical et signe symbolique de Matoub Lounès ».Les intervenants ont expliqué leurs motivations ayant mené à la mise en chantier du spectacle « Matoub a quitté le monde à l'âge de 42 ans, comment se fait-il qu'un homme si jeune ait pu autant déranger et surtout attirer l'attention des pays étrangers à travers sa musique, poésie et ses positions politiques ? », et d'enchaîner : « On retrouve toujours ses textes, sa musique et même des titres de ses chansons utilisées comme slogans revendicatifs », a-t-on conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.