LE FLN SE SEPARE D'UN AUTRE SECRETAIRE GENERAL : Djamel Ould Abbes démissionne    LE PRESIDENT BOUTEFLIKA CONVOQUE LE COLLEGE ELECTORAL : Les sénatoriales pour le 29 décembre    Les mieux lotis en grève    ORAN : 4 ‘'harraga'' arrêtés sur la plage de Bomo    ASSOCIATION DES HANDICAPES : Inauguration d'un restaurant à Hassi Mameche    AIN SIDI CHERIF : Une postière condamnée à une année de prison    «Pas d'effacement des dettes»    «Inaugurées» mais non ouvertes au public    L'échec programmé de Rome    Au moins six Palestiniens tués dans des frappes israéliennes    SMT, nouveau représentant en Algérie    «Les joueurs ont une revanche à prendre»    3 médailles dont 1 en or pour l'Algérie    Errance intérieure(6)    Les candidats du FLN à guelma connus    Ouyahia, le cœur battant de l'incertitude    Presque tout est tributaire du prix du pétrole    La surcharge des classes irrite les enseignants du lycée Saoudi-Abdelhamid    Vivre ensemble, vivre mieux (1re partie)    Retour du bras de fer ?    Les Beatles, cinquante ans après The Double White    Des ex-dirigeants catalans devront rembourser le coût du vote de 2014    CSC-USMBA : de la gloire au déclin    "il est temps pour nous de pouvoir bien voyager"    Affrontements à couteaux tirés au FLN    Ne plus "donner d'argent aux enfants de migrants africains"    Fatwa décroche le Tanit d'or    Le titre d'officier de l'Ordre de Léopold de Belgique décerné à un citoyen algérien    Aïn El Hammam : Flambée des prix sur les marchés    Célébration du Mawlid Ennabaoui : Activités et concours dans les écoles coraniques    MC Oran: Encore du pain sur la planche pour Belatoui    Bouira: Saisies de plus de 6.300 bouteilles de boissons alcoolisées    Relizane: Des espaces squattés par des commerçants, libérés    L'affrontement    USM Alger: Un point et des satisfactions    ASM Oran: Josep Maria Noguès contacté    Kharchi Fouad, candidat du FLN au Sénat    Investissement: 121 projets inscrits en dix mois    El-Tarf: Les candidats FLN aux sénatoriales connus    Skikda: Installation des nouveaux chefs de daïras    Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    La dédollarisation commence à porter ses fruits en Russie    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Ouyahia parle de "manipulation"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Matoub Lounes revisité à travers ses chansons et poèmes
Alger, espace mille et une news
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 06 - 2012

Le chanteur et poète engagé, Matoub Lounès, a marqué et gravé son empreinte, à travers son chant, dans tous les cœurs abhorant la répression. Il a su insuffler et soutenir, par ses poésies, toutes les causes justes. Matoub a tenté de traduire le difficile vécu des Algériens les plus humbles. Même s'il nous a quittés, brutalement, un tragique 25 juin de l'an 1998, sa chaleur et son aura restent toujours présentes.
Le chanteur et poète engagé, Matoub Lounès, a marqué et gravé son empreinte, à travers son chant, dans tous les cœurs abhorant la répression. Il a su insuffler et soutenir, par ses poésies, toutes les causes justes. Matoub a tenté de traduire le difficile vécu des Algériens les plus humbles. Même s'il nous a quittés, brutalement, un tragique 25 juin de l'an 1998, sa chaleur et son aura restent toujours présentes.
Quatorze années se sont écoulées et ses chansons sont toujours écoutées partout à travers le pays et même à travers le monde. Son chant n'a pas des frontières. Au fil du temps qui passe, la valeur du verbe du chantre se grave de plus en plus dans les cœurs des Algériens. La cause est juste et le un chanteur est un juste qui a refusé de plier.
A l'occasion de la commémoration du triste anniversaire de son assassinat, un hommage symbolique lui a été lui rendu, avant-hier mardi. Hommage mérité pour un chanteur qui a défendu ses idées avec un verbe acéré. Un homme libre, engagé dans une révolte idéologique. Du reste, son héritage et ses idées resteront éternels et dénoncent la répression sous toutes ses formes. Interpréter les chansons de Lounès n'est pas tâche aisée, car, tout simplement ses chansons véhiculent « l'âme du défunt poète». Une âme attachée à sa liberté et à son amour pour l'Algérie.
Lors de l'hommage qui lui a été rendu à l'espace Mille et une news à Alger, trois fans du chantre éternel étaient présents avec une chanson : Salah Gaoua, chanteur du groupe était accompagné d'un jeune guitariste de l'interprète des textes, Samir Hakim, écrits spécialement pour marquer l'évènement par la Française Emanuelle Ravot. Parmi les chansons interprétées par le groupe Anaraz walla anakno, El amriw... L'émotion dans la salle était à son comble, une salle où se côtoyaientt Algériens et étrangers tous en deuil de la perte du Rebelle Matoub Lounès. Il est à signaler que c'est le 1er hommage qui lui lui est consacré à Alger. Matoub
Lounès : un poète peut-il mourir ? est le thème d'un spectacle musical non encore achevé. Ce spectacle a été concocté, avec pour objectif, de commémorer le quatorzième anniversaire de l'assassinat du chanteur rebelle. Le chanteur de groupe, Salah Gaoua, dira à ce propos
« je suis très heureux d'interpréter les chansons du grand Matoub Lounès. Et honnoré de lui avoir rendu le premier hommage ici à Alger ». Par ailleurs, le spectacle, qui est préparation en France, sera achevé d'ici 2013. Le lieu de sa première présentation sera, comme de juste, à Tizi- Ouzou. « Le projet qu'on a entamé est en cours en France. Mais j'espère qu'on pourra le finaliser ici en Algérie, à
Tizi-Ouzou », s'esst exprimé Salah Gaoua.
Le spectacle, Matoub Lounès : un poète peut-il mourir ? Compte, explique-t-on, 6 chansons de défunt des chansons retravaillées par les artistes. La scène regroupera deux comédiens, un chanteur, un musicien et l'interprète des textes. Quant au décor de la scène, Salah Gaoua a affirmé : « Ce travail est décerné à un photographe français. Son objectif : faire apparaître l'héritage musical et signe symbolique de Matoub Lounès ».Les intervenants ont expliqué leurs motivations ayant mené à la mise en chantier du spectacle « Matoub a quitté le monde à l'âge de 42 ans, comment se fait-il qu'un homme si jeune ait pu autant déranger et surtout attirer l'attention des pays étrangers à travers sa musique, poésie et ses positions politiques ? », et d'enchaîner : « On retrouve toujours ses textes, sa musique et même des titres de ses chansons utilisées comme slogans revendicatifs », a-t-on conclu.
Quatorze années se sont écoulées et ses chansons sont toujours écoutées partout à travers le pays et même à travers le monde. Son chant n'a pas des frontières. Au fil du temps qui passe, la valeur du verbe du chantre se grave de plus en plus dans les cœurs des Algériens. La cause est juste et le un chanteur est un juste qui a refusé de plier.
A l'occasion de la commémoration du triste anniversaire de son assassinat, un hommage symbolique lui a été lui rendu, avant-hier mardi. Hommage mérité pour un chanteur qui a défendu ses idées avec un verbe acéré. Un homme libre, engagé dans une révolte idéologique. Du reste, son héritage et ses idées resteront éternels et dénoncent la répression sous toutes ses formes. Interpréter les chansons de Lounès n'est pas tâche aisée, car, tout simplement ses chansons véhiculent « l'âme du défunt poète». Une âme attachée à sa liberté et à son amour pour l'Algérie.
Lors de l'hommage qui lui a été rendu à l'espace Mille et une news à Alger, trois fans du chantre éternel étaient présents avec une chanson : Salah Gaoua, chanteur du groupe était accompagné d'un jeune guitariste de l'interprète des textes, Samir Hakim, écrits spécialement pour marquer l'évènement par la Française Emanuelle Ravot. Parmi les chansons interprétées par le groupe Anaraz walla anakno, El amriw... L'émotion dans la salle était à son comble, une salle où se côtoyaientt Algériens et étrangers tous en deuil de la perte du Rebelle Matoub Lounès. Il est à signaler que c'est le 1er hommage qui lui lui est consacré à Alger. Matoub
Lounès : un poète peut-il mourir ? est le thème d'un spectacle musical non encore achevé. Ce spectacle a été concocté, avec pour objectif, de commémorer le quatorzième anniversaire de l'assassinat du chanteur rebelle. Le chanteur de groupe, Salah Gaoua, dira à ce propos
« je suis très heureux d'interpréter les chansons du grand Matoub Lounès. Et honnoré de lui avoir rendu le premier hommage ici à Alger ». Par ailleurs, le spectacle, qui est préparation en France, sera achevé d'ici 2013. Le lieu de sa première présentation sera, comme de juste, à Tizi- Ouzou. « Le projet qu'on a entamé est en cours en France. Mais j'espère qu'on pourra le finaliser ici en Algérie, à
Tizi-Ouzou », s'esst exprimé Salah Gaoua.
Le spectacle, Matoub Lounès : un poète peut-il mourir ? Compte, explique-t-on, 6 chansons de défunt des chansons retravaillées par les artistes. La scène regroupera deux comédiens, un chanteur, un musicien et l'interprète des textes. Quant au décor de la scène, Salah Gaoua a affirmé : « Ce travail est décerné à un photographe français. Son objectif : faire apparaître l'héritage musical et signe symbolique de Matoub Lounès ».Les intervenants ont expliqué leurs motivations ayant mené à la mise en chantier du spectacle « Matoub a quitté le monde à l'âge de 42 ans, comment se fait-il qu'un homme si jeune ait pu autant déranger et surtout attirer l'attention des pays étrangers à travers sa musique, poésie et ses positions politiques ? », et d'enchaîner : « On retrouve toujours ses textes, sa musique et même des titres de ses chansons utilisées comme slogans revendicatifs », a-t-on conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.