Les graves accusations de Baâdji    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    Un limogeage et des interrogations    Tebboune presse le gouvernement    L'Algérie sur la bonne voie en Afrique    Le défi de la qualité    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Tapis rouge pour Mahmoud Abbas    Algérie-Egypte, l'enjeu de la première place    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Le RCK et le MC El-Bayadh s'envolent    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    Lancement de la vaccination à domicile    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Le dernier vol du colibri !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    Longue chaîne létale    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    5 décès et 149 blessés enregistrés en 24 heures    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    La musique andalouse dans tous ses états    «Soula» de Salah Issaâd en compétition    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Le FLN increvable    Le FFS fait son bilan    Augmentation pénalisante des prix    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    16 opérations d'exportation réalisées en novembre    «J'aimerais marquer plus de buts pour l'Algérie»    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    A ou A', ces Verts hybrides tiendront-ils longtemps ?    La JSS se débarrasse des grigris des Ghanéens    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    Les Gambiens élisent leur Président pour oublier la dictature    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    Rencontre internationale sur l'œuvre de M'hamed Safi El Mostaghanemi    INDUSTRIE : PLUS DE 400 PROJETS BLOQUES PAR LA BUREAUCRATIE    Il y a les vrais, et il y a les faux !    «Nous avons atteint nos objectifs»    L'ascension fulgurante du Front el Moustakbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'adieu au patriote
Chadli Bendjedid inhumé, hier, à El-Alia
Publié dans Le Midi Libre le 09 - 10 - 2012

Il y avait beaucoup de monde au carré des Martyrs du cimetière d'El Alia (Alger) à l'occasion de l'inhumation du troisième président de l'Algérie indépendante, décédé samedi à l'âge de 83 ans. Le défunt président Chadli Bendjedid, repose aux côtés de la tombe du premier président de la République, Ahmed Benbella décédé en avril dernier.
Il y avait beaucoup de monde au carré des Martyrs du cimetière d'El Alia (Alger) à l'occasion de l'inhumation du troisième président de l'Algérie indépendante, décédé samedi à l'âge de 83 ans. Le défunt président Chadli Bendjedid, repose aux côtés de la tombe du premier président de la République, Ahmed Benbella décédé en avril dernier.
Dans une ambiance de deuil et de recueillement, les hauts responsables de l'Etat, les membres du gouvernement, des personnalités nationales et étrangères, des membres des corps constitués, les représentants du corps diplomatique accrédité en Algérie, ainsi que la famille et les compagnons d'armes du défunt ont assisté aux funérailles. Le président du Senat, Abdelkader Bensalah, celui de l'APN, Larbi Ould Khelifa, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal et d'autres personnalités, tels l'ex-Premier ministre, Ahmed Ouyahia, l'ex-chef du gouvernement, Ali Benflis et d'anciens ministres ayant exercé leurs fonctions durant les mandats du défunt président ont assisté à la cérémonie. Le ministre des Moudjahidine, Mohammed Chérif Abbès, a prononcé l'oraison funèbre avant que la dépouille mortelle de Chadli Bendjedid ne soit inhumée, saluant la mémoire du défunt qui a servi avec dévouement l'Algérie durant la guerre de Libération et pendant le processus d'édification nationale. L'ancien président Chadli Bendjedid fait partie de l'histoire de la Nation algérienne a–t-il indiqué, soulignant que «nous devons nous réjouir des réalisations et des prises de position du Président défunt qui éclaireront la voie à la génération montante». Peu après, le président Bouteflika a déposé une gerbe de fleurs sur la tombe de Chadli Bendjedid. Des salves ont été tirées par un détachement de la Garde républicaine en hommage au défunt. Auparavant, le cortège funèbre, accompagné par le président de la République, était arrivé à El-Alia où la dépouille du défunt, drapée de l'emblème national et portée par des éléments de l'Armée nationale populaire (ANP), a été déposée au Carré des Martyrs. De nombreux compagnons d'armes et d'anciens collaborateurs du défunt étaient également présents pour rendre un ultime hommage à celui qu'ils ont qualifié de grand patriote pour ses valeurs humaines et ses qualités d'homme d'Etat ayant été à la tête de l'Etat algérien durant de longues années, notamment celles où le pays a subi des mutations sur les plans institutionnel et économique.
Quelques uns ont rappelé le parcours du moudjahid et du grand patriote qui s'est sacrifié pour la patrie. Des citoyens de son village natal, Seba'a dans la daïra de Bouteldja (El Tarf), ils étaient une centaine, ont voyagé de nuit pour arriver vers midi pour assister à l'enterrement d'un des leurs, le plus cher. Ils tenaient à rendre un vibrant hommage à l'homme probe, simple, généreux et qui vouait un profond amour pour son prochain. Les membres de sa famille, présents à l'enterrement ont corroboré les affirmations des citoyens de Seba'a tant sur son parcours de moudjahid que sur ses qualités humaines et sur ses relations avec les gens de son douar. Ils ont particulièrement apprécié l'aide qu'il a apportée à son village natal qu'il n'a jamais oublié même durant les treize années qu'il a passé à la présidence de la République. Ils témoignent que c'était un homme foncièrement bon qui se caractérisait particulièrement par sa modestie et sa simplicité.
Dans une ambiance de deuil et de recueillement, les hauts responsables de l'Etat, les membres du gouvernement, des personnalités nationales et étrangères, des membres des corps constitués, les représentants du corps diplomatique accrédité en Algérie, ainsi que la famille et les compagnons d'armes du défunt ont assisté aux funérailles. Le président du Senat, Abdelkader Bensalah, celui de l'APN, Larbi Ould Khelifa, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal et d'autres personnalités, tels l'ex-Premier ministre, Ahmed Ouyahia, l'ex-chef du gouvernement, Ali Benflis et d'anciens ministres ayant exercé leurs fonctions durant les mandats du défunt président ont assisté à la cérémonie. Le ministre des Moudjahidine, Mohammed Chérif Abbès, a prononcé l'oraison funèbre avant que la dépouille mortelle de Chadli Bendjedid ne soit inhumée, saluant la mémoire du défunt qui a servi avec dévouement l'Algérie durant la guerre de Libération et pendant le processus d'édification nationale. L'ancien président Chadli Bendjedid fait partie de l'histoire de la Nation algérienne a–t-il indiqué, soulignant que «nous devons nous réjouir des réalisations et des prises de position du Président défunt qui éclaireront la voie à la génération montante». Peu après, le président Bouteflika a déposé une gerbe de fleurs sur la tombe de Chadli Bendjedid. Des salves ont été tirées par un détachement de la Garde républicaine en hommage au défunt. Auparavant, le cortège funèbre, accompagné par le président de la République, était arrivé à El-Alia où la dépouille du défunt, drapée de l'emblème national et portée par des éléments de l'Armée nationale populaire (ANP), a été déposée au Carré des Martyrs. De nombreux compagnons d'armes et d'anciens collaborateurs du défunt étaient également présents pour rendre un ultime hommage à celui qu'ils ont qualifié de grand patriote pour ses valeurs humaines et ses qualités d'homme d'Etat ayant été à la tête de l'Etat algérien durant de longues années, notamment celles où le pays a subi des mutations sur les plans institutionnel et économique.
Quelques uns ont rappelé le parcours du moudjahid et du grand patriote qui s'est sacrifié pour la patrie. Des citoyens de son village natal, Seba'a dans la daïra de Bouteldja (El Tarf), ils étaient une centaine, ont voyagé de nuit pour arriver vers midi pour assister à l'enterrement d'un des leurs, le plus cher. Ils tenaient à rendre un vibrant hommage à l'homme probe, simple, généreux et qui vouait un profond amour pour son prochain. Les membres de sa famille, présents à l'enterrement ont corroboré les affirmations des citoyens de Seba'a tant sur son parcours de moudjahid que sur ses qualités humaines et sur ses relations avec les gens de son douar. Ils ont particulièrement apprécié l'aide qu'il a apportée à son village natal qu'il n'a jamais oublié même durant les treize années qu'il a passé à la présidence de la République. Ils témoignent que c'était un homme foncièrement bon qui se caractérisait particulièrement par sa modestie et sa simplicité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.