La revanche de Tayeb Zitouni    La Cour de Tipasa dément    Pourquoi l'Arabie saoudite profitera le plus du chaos    Des instructions pour accélérer la cadence des travaux    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    La FAF sort de son mutisme et dénonce une "campagne de médisance    Maintien du confinement partiel jusqu'au 13 juin    L'UGCAA et l'Anca appellent à la reprise des activités économiques et la réouverture des commerces    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    L'Algérie rappelle son ambassadeur en France    Les commerçants réclament la reprise de leurs activités    Décès d'El-Youssoufi: le Président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Plus de 20.000 civils tués ou blessés en 2019 dans seulement 10 conflits    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    TOSYALI ORAN : Troisième exportation de 10.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    LA SAISON BAS SON PLEIN A ORAN : Le thon cédé entre 1000 et 1300 DA le kg    TAXES SUR L'IMPORTATION DES VEHICULES NEUFS : Les précisions de Ferhat Ait Ali    L'OPPOSANT KARIM TABBOU PRIVE D'UN APPEL TELEPHONIQUE : La Cour de Tipasa dément    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 1339 interventions durant le mois de Ramadhan    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Biskra, la Mitidja du Sud    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Erna Solberg, pressentie au poste de Premier ministre
Elections en Norvège
Publié dans Le Midi Libre le 10 - 09 - 2013

La droite, emmenée par les conservateurs et qui comprend un parti populiste anti-immigration, semble assurée de remporter les élections législatives en Norvège, selon un sondage paru dimanche 8 septembre, au moment où le vote commençait dans une partie du pays.
La droite, emmenée par les conservateurs et qui comprend un parti populiste anti-immigration, semble assurée de remporter les élections législatives en Norvège, selon un sondage paru dimanche 8 septembre, au moment où le vote commençait dans une partie du pays.
Une enquête d'opinion publiée dans le journal Aftenpostencrédite les quatre partis du bloc dit "bourgeois" de 54,3% des intentions de vote, ce qui leur assurerait une confortable majorité de 95 sièges sur 169 au Parlement. Dirigés par Erna Solberg, pressentie pour être le futur Premier ministre, les conservateurs sont d'accord avec le parti du Progrès (FrP, populiste) et deux formations centristes, les démocrates chrétiens et les libéraux, pour empêcher la reconduction de la coalition de gauche sortante. Regroupant les travaillistes du Premier ministre Jens Stoltenberg, la Gauche socialiste et le parti centriste, cette coalition ne recueille que 39% des intentions de vote dans le sondage d'Aftenposten, ce qui se traduirait par 68 sièges au Parlement.
L'ombre d'Anders Breivik En place depuis 2005, ce qui représente une longévité exceptionnelle en Norvège, le gouvernement de Jens Stoltenberg pâtit d'une usure du pouvoir mais aussi des critiques sur les défaillances des autorités mises au jour par les attaques d'Anders Behring Breivik qui avaient fait 77 morts le 22 juillet 2011. Si les quatre partis de droite sont d'accord pour souhaiter une alternance, ils n'ont en revanche pas encore convenu des contours d'un nouveau gouvernement ni de son programme précis, lesquels dépendront de leur poids respectif au sortir des urnes.
Une enquête d'opinion publiée dans le journal Aftenpostencrédite les quatre partis du bloc dit "bourgeois" de 54,3% des intentions de vote, ce qui leur assurerait une confortable majorité de 95 sièges sur 169 au Parlement. Dirigés par Erna Solberg, pressentie pour être le futur Premier ministre, les conservateurs sont d'accord avec le parti du Progrès (FrP, populiste) et deux formations centristes, les démocrates chrétiens et les libéraux, pour empêcher la reconduction de la coalition de gauche sortante. Regroupant les travaillistes du Premier ministre Jens Stoltenberg, la Gauche socialiste et le parti centriste, cette coalition ne recueille que 39% des intentions de vote dans le sondage d'Aftenposten, ce qui se traduirait par 68 sièges au Parlement.
L'ombre d'Anders Breivik En place depuis 2005, ce qui représente une longévité exceptionnelle en Norvège, le gouvernement de Jens Stoltenberg pâtit d'une usure du pouvoir mais aussi des critiques sur les défaillances des autorités mises au jour par les attaques d'Anders Behring Breivik qui avaient fait 77 morts le 22 juillet 2011. Si les quatre partis de droite sont d'accord pour souhaiter une alternance, ils n'ont en revanche pas encore convenu des contours d'un nouveau gouvernement ni de son programme précis, lesquels dépendront de leur poids respectif au sortir des urnes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.