Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Merkel salue "un vote fort pour l'Europe"
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 09 - 2013

La chancelière allemande, Angela Merkel, a salué lundi le score de son parti conservateur comme un "vote fort pour une Europe unie", en soulignant que sa politique pour résoudre la crise resterait inchangée. "C'était un vote clair pour une Europe unie", a dit la présidente des chrétiens-démocrates (CDU/CSU) au siège de son parti, évoquant leur score de 41,5 % aux élections législatives, le meilleur depuis la réunification du pays en 1990.
La chancelière allemande, Angela Merkel, a salué lundi le score de son parti conservateur comme un "vote fort pour une Europe unie", en soulignant que sa politique pour résoudre la crise resterait inchangée. "C'était un vote clair pour une Europe unie", a dit la présidente des chrétiens-démocrates (CDU/CSU) au siège de son parti, évoquant leur score de 41,5 % aux élections législatives, le meilleur depuis la réunification du pays en 1990.
Questionnée pour savoir si on pouvait attendre désormais de l'Allemagne plus de flexibilité sur ses exigences de réformes structurelles et de rigueur budgétaire en Europe, Angela Merkel a répondu : "Notre politique européenne ne va pas changer." "Nous devons sortir renforcés de la crise." Il y a une dizaine d'années, l'Allemagne était considérée comme "l'homme malade de l'Europe" et désormais elle est considérée comme un "pôle de stabilité" dans l'UE, a-t-elle affirmé. "Les autres peuvent y arriver", a-t-elle ajouté.
Victorieuse, dimanche, des élections législatives, la chancelière allemande Angela Merkel ne pourra pas gouverner seule. Malgré leur meilleur résultat électoral depuis la réunification du pays et leurs 311 députés sur 630, les conservateurs de la CDU-CSU ne peuvent pas compter sur leurs alliés traditionnels, les libéraux du FDP, qui n'ont pas dépassé 5% des suffrages et ne seront donc représentés au Bundestag.
Les partis de gauche, le SPD, les Verts et Die Linke (extrême gauche) ont même la majorité mathématique au Bundestag. S'ils s'alliaient, ils seraient en mesure à tout moment de faire tomber Angela Merkel, même si le SPD et les Verts ont rejeté cette éventualité, estimant que Die Linke n'est pas mûre pour gouverner.
Le chef des libéraux démissionne
Philipp Rösler, chef de file des libéraux allemands du FDP depuis 2011, a remis lundi 23 septembre sa démission au lendemain de la débâcle électorale de son parti.
Les libéraux, qui étaient alliés à Angela Merkel dans la coalition sortante, ressortent lessivés du scrutin avec 4,8 % des voix, quatre ans avoir avoir réalisé le meilleur score de leur histoire (14,6 %). Pour la première fois depuis la création du parti en 1948, le FDP n'aura aucun représentant au Bundestag. Il lui reste quatre élus au Bundesrat, la chambre haute du Parlement.
Par ailleurs ministre de l'économie et vice-chancelier, M. Rösler, 40 ans, avait présenté son parti pendant la campagne comme celui de "de la famille normale, avec un père et une mère qui travaillent et deux enfants, cette famille dont ne parlent jamais les journaux". Il avait diabolisé les adversaires "rouges, rouges, verts", c'est à dire les sociaux-démocrates, le parti de la gauche radicale (Die Linke) et les écologistes, qui veulent augmenter les impôts, c'est "pour payer la dette des autres".
La presse européenne salue le triomphe d'Angela Merkel
Le triomphe aux législatives de la chancelière Angela Merkel, réélue pour un troisième mandat "historique" à la tête de l'Allemagne, est salué lundi 23 septembre par l'ensemble de la presse en Europe. "Merkel frôle la majorité absolue", titre le quotidien espagnol de centre gauche El Pais, qui parle d'un "résultat sans précédent depuis l'époque du chancelier Konrad Adenauer (CDU) il y a 50 ans". Le journal de centre droit El Mundo évoque quant à lui une "victoire historique".
"Triomphe retentissant de Merkel, qui espère gouverner en solitaire", explique encore le quotidien conservateur ABC. Pour le grand quotidien italien Corriere della Sera, la victoire d'Angela Merkel est "historique". La Stampa affirme quant à elle que l'Allemagne a "couronné Angela Merkel". Au Royaume-Uni, le quotidien conservateur Daily Mail juge de son côté qu'en remportant un troisième mandat, Mme Merkel "est devenue la (Margaret) Thatcher d'Allemagne".
En France, le quotidien libéral Le Figaro salue "le triomphe de Merkel" : "plébiscitée avec plus de 42% des suffrages, la chancelière d'Allemagne était tout près d'obtenir hier soir la majorité absolue en sièges au Bundestag", écrit le journal français. "Triomphale", titre simplement le quotidien économique Les Echos. "Merkel gagne avec la majorité absolue", affirme au Portugal l'influent journal économique Jornal de negocios, tout comme le Diario de Noticias qui indique que "les télévisions donnent une majorité absolue à la CDU d'Angela Merkel".
Questionnée pour savoir si on pouvait attendre désormais de l'Allemagne plus de flexibilité sur ses exigences de réformes structurelles et de rigueur budgétaire en Europe, Angela Merkel a répondu : "Notre politique européenne ne va pas changer." "Nous devons sortir renforcés de la crise." Il y a une dizaine d'années, l'Allemagne était considérée comme "l'homme malade de l'Europe" et désormais elle est considérée comme un "pôle de stabilité" dans l'UE, a-t-elle affirmé. "Les autres peuvent y arriver", a-t-elle ajouté.
Victorieuse, dimanche, des élections législatives, la chancelière allemande Angela Merkel ne pourra pas gouverner seule. Malgré leur meilleur résultat électoral depuis la réunification du pays et leurs 311 députés sur 630, les conservateurs de la CDU-CSU ne peuvent pas compter sur leurs alliés traditionnels, les libéraux du FDP, qui n'ont pas dépassé 5% des suffrages et ne seront donc représentés au Bundestag.
Les partis de gauche, le SPD, les Verts et Die Linke (extrême gauche) ont même la majorité mathématique au Bundestag. S'ils s'alliaient, ils seraient en mesure à tout moment de faire tomber Angela Merkel, même si le SPD et les Verts ont rejeté cette éventualité, estimant que Die Linke n'est pas mûre pour gouverner.
Le chef des libéraux démissionne
Philipp Rösler, chef de file des libéraux allemands du FDP depuis 2011, a remis lundi 23 septembre sa démission au lendemain de la débâcle électorale de son parti.
Les libéraux, qui étaient alliés à Angela Merkel dans la coalition sortante, ressortent lessivés du scrutin avec 4,8 % des voix, quatre ans avoir avoir réalisé le meilleur score de leur histoire (14,6 %). Pour la première fois depuis la création du parti en 1948, le FDP n'aura aucun représentant au Bundestag. Il lui reste quatre élus au Bundesrat, la chambre haute du Parlement.
Par ailleurs ministre de l'économie et vice-chancelier, M. Rösler, 40 ans, avait présenté son parti pendant la campagne comme celui de "de la famille normale, avec un père et une mère qui travaillent et deux enfants, cette famille dont ne parlent jamais les journaux". Il avait diabolisé les adversaires "rouges, rouges, verts", c'est à dire les sociaux-démocrates, le parti de la gauche radicale (Die Linke) et les écologistes, qui veulent augmenter les impôts, c'est "pour payer la dette des autres".
La presse européenne salue le triomphe d'Angela Merkel
Le triomphe aux législatives de la chancelière Angela Merkel, réélue pour un troisième mandat "historique" à la tête de l'Allemagne, est salué lundi 23 septembre par l'ensemble de la presse en Europe. "Merkel frôle la majorité absolue", titre le quotidien espagnol de centre gauche El Pais, qui parle d'un "résultat sans précédent depuis l'époque du chancelier Konrad Adenauer (CDU) il y a 50 ans". Le journal de centre droit El Mundo évoque quant à lui une "victoire historique".
"Triomphe retentissant de Merkel, qui espère gouverner en solitaire", explique encore le quotidien conservateur ABC. Pour le grand quotidien italien Corriere della Sera, la victoire d'Angela Merkel est "historique". La Stampa affirme quant à elle que l'Allemagne a "couronné Angela Merkel". Au Royaume-Uni, le quotidien conservateur Daily Mail juge de son côté qu'en remportant un troisième mandat, Mme Merkel "est devenue la (Margaret) Thatcher d'Allemagne".
En France, le quotidien libéral Le Figaro salue "le triomphe de Merkel" : "plébiscitée avec plus de 42% des suffrages, la chancelière d'Allemagne était tout près d'obtenir hier soir la majorité absolue en sièges au Bundestag", écrit le journal français. "Triomphale", titre simplement le quotidien économique Les Echos. "Merkel gagne avec la majorité absolue", affirme au Portugal l'influent journal économique Jornal de negocios, tout comme le Diario de Noticias qui indique que "les télévisions donnent une majorité absolue à la CDU d'Angela Merkel".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.