Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    Contours du nouveau socle de la société civile    Le renard des prétoires    La BEA en mode «accélération»    Un gisement de richesses négligé    La carte gagnante    La FIFA rétablit une vérité historique    Des documents top secret saisis    Reprise, demain, des rotations de la Minusma    Avec Mahrez sans Messi    Guerre à la parisienne!    Boulahbib de retour aux affaires    Etat d'alerte maximale    L'école privée cherche sa voie    Ce lait infantile qui manque tant...    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Une expo de peintres algériens de renommée    Société civile: conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Coupe Davis (Match de maintien): victoire de l'Algérie devant le Mozambique (2-0)    Basket/Championnat d'Afrique masculin U18: l'Algérie bat le Bénin (90-54) et termine 7ème    Jeux de la Solidarité Islamique: Reguigui remporte la médaille d'argent    Décès du journaliste italien Piero Angela, ami de la Révolution algérienne    La canicule continuera d'affecter l'Ouest et le Centre du pays    La PC prodigue des conseils préventifs sur les risques liés à la canicule    Agressions contre Ghaza: 12 violations contre les journalistes palestiniens    Mahboub Bati, l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Festival de chanson chaâbi: une soirée célébrant l'œuvre des grands maîtres    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    Parkinson: Le cri de détresse d'une Association de malades    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Ghannouchi sur le départ ?    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Législatives en Allemagne : Merkel reste la chérie des Allemands
Publié dans Le Maghreb le 24 - 09 - 2013

Angela Merkel a remporté un triomphe historique, avant-hier, aux élections législatives allemandes et un troisième mandat d'affilée de chancelière, frôlant la majorité absolue au Bundestag, selon les résultats officiels provisoires.
A 59 ans, Angela Merkel a confirmé son statut de femme la plus puissante du monde, en devenant le premier dirigeant européen d'un grand pays à être reconduit depuis la crise financière et monétaire qui a secoué l'Union européenne.
La chancelière a offert à son parti, la CDU, son score le plus élevé depuis la Réunification du pays en 1990 avec 41,5% des voix, en hausse de 7,8 points par rapport à la dernière élection de 2009.
Le parti conservateur est arrivé très loin devant le parti social-démocrate (SPD), qui reste proche de son plus bas historique d'il y a quatre ans.
Mais l'allié libéral de Mme Merkel, le FDP, a été éjecté du parlement pour la première fois depuis l'après-guerre, avec son plus faible score jamais enregistré (4,8%).
Les Verts sont en baisse sensible à 8,4% (-2,3 points), victimes d'une mauvaise stratégie de campagne et d'une polémique sur la tolérance passée du mouvement envers la pédophilie. La gauche radicale, Die Linke, a baissé de 3,3 points, à 8,6%.
Un nouveau mouvement anti-euro, créé au printemps, a réussi un bon score, à 4,7%, sans atteindre les 5% nécessaires pour avoir des députés. L'AFD ("Alternative für Deutschland") espérait peser davantage en rassemblant un vote protestataire et en surfant sur l'hostilité de nombreux Allemands aux plans de sauvetage des pays européens en crise.
Les Allemands "n'ont pas offert à la chancelière une victoire, mais un triomphe", renchérissait le quotidien de centre-gauche " Süddeutsche Zeitung ", évoquant le "Merkelisme".
Jamais, depuis le chancelier Konrad Adenauer en 1957, les conservateurs (CDU/CSU) n'ont obtenu la majorité absolue des sièges au Bundestag (chambre basse du Parlement).
Mme Merkel a échoué de deux sièges sur 598 à rééditer cet exploit, selon les calculs des médias allemands.
Elle sera donc en position de force pour négocier une coalition, probablement avec les sociaux-démocrates (SPD) (comme lors de son premier mandat (2005-2009)), ou hypothétiquement avec les Verts.
Dans une telle configuration, elle pourrait sans problème continuer de mener sa politique de sauvetage de l'euro, selon son principe : "solidarité" en échange de "politiques de rigueur". Le SPD et les Verts ont jusqu'ici approuvé au Bundestag avec les conservateurs toutes les mesures d'aides aux pays en difficulté.
"L'Europe n'a pas de souci à se faire, nous allons continuer à jouer notre rôle de façon fiable", a commenté dimanche soir le ministre des Finances Wolfgang Schäuble.
Mme Merkel a donc été plébiscitée par les 62 millions d'électeurs allemands, qui la créditent d'avoir bien géré la crise de l'euro et d'avoir su protéger la première économie européenne.

Un style qui convient à merveille aux Allemands
Les élections législatives en Allemagne ont tourné à l'apothéose pour Angela Merkel. Les observateurs estiment que son style s'accorde finalement très bien avec l'état d'esprit des Allemands.
"La République Merkel", titrait dans la soirée l'influent hebdomadaire "Der Spiegel" sur son site Internet, avec une photo de la chancelière aux airs de magicienne enchantée du tour qu'elle vient d'accomplir.
Dans la lignée d'une campagne de son parti entièrement axée autour de sa personne, le résultat de ces élections pourrait se résumer en un mot: Merkel, et le quotidien de centre-gauche "Süddeutsche Zeitung" a même inventé un néologisme, le "merkelisme", pour définir la nouvelle ère politique dans laquelle entrait l'Allemagne.
"Vainqueur est un mot masculin, Angela Merkel en a inventé la version féminine", ajoutait le journal.

Première "vraie" victoire
"Pour la première fois, Angela Merkel a vraiment gagné", soulignait pour sa part sur son blog Michael Spreng, qui fut directeur de campagne de la CDU aux législatives de 2002.
"En 2005 et 2009, elle avait obtenu les deux plus mauvais résultats de l'histoire de la CDU. Et elle avait pu devenir chancelière parce qu'en 2005, une coalition entre le Parti social-démocrate (SPD), les Verts et Die Linke (gauche radicale) n'avait pu être constituée et en 2009 parce que le FDP (Parti libéral-démocrate) avait atteint 14,6%", analyse-t-il.
Cette fois-ci, "elle va redevenir chancelière, non pas en raison de circonstances heureuses, mais parce qu'elle a su focaliser autour d'elle le corps électoral", selon lui.

Pas charismatique mais résolue
"Mme Merkel est la personnalité politique préférée des Allemands et de loin", a affirmé de son côté le politologue Siegmar Schmidt, de l'Université de Coblence-Landau (ouest).
"Elle incarne très bien la mentalité allemande", juge-t-il, ajoutant: "Elle sait temporiser, ce n'est pas une grande oratrice, elle n'est pas charismatique, mais elle est résolue, elle fait impression, mais avec humilité. Je pense que cette manière, ce style passent très bien".

41,5% des suffrages
Le parti conservateur (CDU/CSU) de la chancelière Angela Merkel a remporté les élections législatives allemandes avec 41,5% des suffrages, selon les résultats officiels provisoires.
Son triomphe a été salué par l'ensemble de la presse européenne qui s'interroge néanmoins sur la couleur de la future coalition.
La participation a été de 71,5%, soit un peu mieux que les 70,8% de 2009, qui était un record à la baisse.

Merkel salue un super résultat
La chancelière Angela Merkel a salué un super résultat de son parti, l'Union chrétienne-démocrate (CDU), aux législatives allemandes et promis quatre nouvelles années de succès.
" Ensemble, nous allons tout faire pour que les quatre années qui viennent soient quatre nouvelles années de succès pour l'Allemagne ", a déclaré Mme Merkel.
Veste bleu roi et sourire éclatant, la chef du parti conservateur a été longuement applaudie avant de prendre la parole au siège de la CDU, à Berlin.
Elle a qualifié de super résultat le score des conservateurs qui totalisent, selon les estimations des télévisions allemandes dans la soirée, plus de 42,5% des voix, et remercié les électeurs pour leur confiance exceptionnelle.

Félicitée en Europe
Plusieurs dirigeants européens, dont le président français François Hollande, ont salué la victoire triomphale de la chancelière Angela Merkel. François Hollande a appelé Angela Merkel pour la féliciter de son succès, et les deux dirigeants ont promis de poursuivre leur coopération étroite pour renforcer la construction européenne, a annoncé la présidence française.
Lors de cet échange téléphonique, M. Hollande et la chancelière allemande ont exprimé leur volonté de continuer à travailler inlassablement au rapprochement de la France et de l'Allemagne et de poursuivre leur coopération étroite pour relever les nouveaux défis de la construction européenne, selon un communiqué publié à Paris. M. Hollande a par ailleurs, invité Mme Merkel à Paris dès que le gouvernement serait formé afin de préparer les échéances à venir. Le Premier ministre britannique, David Cameron, a utilisé son compte Twitter pour adresser toutes ses félicitations à Angela Merkel. " Je suis impatient de continuer de travailler au plus près avec elle ", a-t-il écrit. Enrico Letta, le président du conseil italien, a adressé, à son arrivée à Toronto où il effectue une visite, ses félicitations pour ce brillant résultat électoral. Le chef du gouvernement italien a ajouté que si les premiers résultats confirmaient que le parti anti-euro n'est pas représenté au parlement, alors, ce serait un bon résultat pour l'Union européenne. Le président du Conseil de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, a lui aussi félicité Mme Merkel pour sa très large victoire aux législatives. " J'ai confiance dans le fait que l'Allemagne, avec son nouveau gouvernement, poursuivra son engagement et sa contribution à la construction d'une Europe pacifique et prospère au service de tous ses citoyens ", écrit-il dans un communiqué. Le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders a également félicité chaleureusement la Chancelière fédérale sortante Angela Merkel pour le résultat obtenu. En revanche, pour le parti socialiste portugais, principale formation de l'opposition, la victoire d'Angela Merkel est une mauvaise nouvelle pour l'Europe, selon son porte-parole Joao Ribeiro. Les résultats des élections renforcent la ligne de la chancelière Angela Merkel, mais ce qui paraît renforcer sa position va contribuer en réalité à l'isoler politiquement en Europe, ajoute-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.