Real Madrid: Benzema, un record de la tête en 2019    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Man United : Pour Mourinho, son limogeage était mérité    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Les magistrats confirment et dénoncent    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Des partis et des personnalités soutiennent Kaïs Saïed    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    Début de la révision des listes électorales    Une nouvelle marche populaire pour la libération des détenus à Chemini    Résultats    Bien négocier la manche aller    Batelli critique le rendement des joueurs    Ce que risque Sofiane Bouchar    Le niet de Benbitour    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Interception de 9 harragas    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Les syndicats chez le ministre    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Le procès renvoyé au 29 septembre    Tribunal militaire de Blida : Un procès sur fond d'interrogations    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    On adopte la règle du pollueur payeur    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    GALETTE ET PETIT-LAIT    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'incroyable odyssée d'une cinéaste syrienne
De Homs à Cannes
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 05 - 2014

Capture d'écran d'une video de la cinéaste syrienne Wiam Simav Bedirxan, peignant dimanche 18 mai un dessin à la mémoire des morts syriens sur la Croisette à Cannes, où elle présentait avec Ossama Mohammed le film "Eau argentée: Syrie autoportrait"
Capture d'écran d'une video de la cinéaste syrienne Wiam Simav Bedirxan, peignant dimanche 18 mai un dessin à la mémoire des morts syriens sur la Croisette à Cannes, où elle présentait avec Ossama Mohammed le film "Eau argentée: Syrie autoportrait"
Agenoux sur un trottoir de l'insouciante Croisette, Simav verse des larmes sur le dessin qu'elle vient de peindre en mémoire de ses morts: la Syrienne a quitté Homs pour venir jusqu'à Cannes présenter un documentaire sur le conflit qui ravage son pays.
Les mains couvertes de peinture noire, la frêle jeune femme jette un regard épuisé sur la fresque qu'elle vient d'achever à même le sol, sur un drap blanc : des âmes syriennes en forme de flammes s'échappent autour d'un sablier rempli de grains rouges. "Le temps des Syriens, c'est du sang. Pour le reste de l'humanité, le temps qui s'écoule c'est du temps, pour les Syriens, c'est du sang", souffle-t-elle en étouffant un sanglot. "C'est tellement dur...
J'ai perdu presque tout le monde..." Wiam Simav Bedirxan, 35 ans, a filmé le quotidien de sa ville assiégée depuis trois ans. Ses rushes ont servi au réalisateur syrien, Ossama Mohammed, pour réaliser Eau argentée : Syrie autoportrait, un documentaire poignant, poétique et parfois insoutenable, présenté à Cannes hors compétition. Le Syrien exilé à Paris et la jeune Kurde ne s'étaient jamais rencontrés en personne. Mais à la faveur de la reddition de Homs, début mai, Simav a pu rejoindre la Turquie, avant d'arriver à Cannes en fin de semaine et de retrouver son compagnon de "chat", Ossama.
Le réalisateur exilé en France jette un regard bienveillant sur sa protégée, celle à travers laquelle il a vécu les souffrances de son peuple, par procuration, pendant des mois entiers. "Elle se sent en vie quand elle fait quelque chose, filmer, dessiner, quand elle donne", commente-t-il. Pour elle, "la révolution est un mouvement permanent".
Le cinéaste, qui avait réclamé à Cannes en 2011 la libération de prisonniers politiques syriens, a dû depuis se résigner à rester en France après avoir reçu des menaces de mort. Simav sera-t-elle condamnée au même sort, après la résonance médiatique du documentaire qu'elle a cosigné? Pour l'heure, elle refuse de l'imaginer, et se voit déjà rentrer chez elle.
"Nous reviendrons, Syrie. Attend-nous", est-il écrit sur sa peinture. "Je suis seulement trois jours à Cannes, je ne peux pas rester loin de chez moi, il faut que j'y retourne", assuret-elle. "Il ne nous reste que des pierres brisés, mais mon pays est toujours beau...", dit-elle en anglais. Simav va-telle continuer à filmer ? A-t-elle un nouveau projet cinématographique ? "Ce n'est pas moi qui décide, c'est la Syrie qui décidera", répond-elle, en souriant faiblement sous le soleil cannois.
Agenoux sur un trottoir de l'insouciante Croisette, Simav verse des larmes sur le dessin qu'elle vient de peindre en mémoire de ses morts: la Syrienne a quitté Homs pour venir jusqu'à Cannes présenter un documentaire sur le conflit qui ravage son pays.
Les mains couvertes de peinture noire, la frêle jeune femme jette un regard épuisé sur la fresque qu'elle vient d'achever à même le sol, sur un drap blanc : des âmes syriennes en forme de flammes s'échappent autour d'un sablier rempli de grains rouges. "Le temps des Syriens, c'est du sang. Pour le reste de l'humanité, le temps qui s'écoule c'est du temps, pour les Syriens, c'est du sang", souffle-t-elle en étouffant un sanglot. "C'est tellement dur...
J'ai perdu presque tout le monde..." Wiam Simav Bedirxan, 35 ans, a filmé le quotidien de sa ville assiégée depuis trois ans. Ses rushes ont servi au réalisateur syrien, Ossama Mohammed, pour réaliser Eau argentée : Syrie autoportrait, un documentaire poignant, poétique et parfois insoutenable, présenté à Cannes hors compétition. Le Syrien exilé à Paris et la jeune Kurde ne s'étaient jamais rencontrés en personne. Mais à la faveur de la reddition de Homs, début mai, Simav a pu rejoindre la Turquie, avant d'arriver à Cannes en fin de semaine et de retrouver son compagnon de "chat", Ossama.
Le réalisateur exilé en France jette un regard bienveillant sur sa protégée, celle à travers laquelle il a vécu les souffrances de son peuple, par procuration, pendant des mois entiers. "Elle se sent en vie quand elle fait quelque chose, filmer, dessiner, quand elle donne", commente-t-il. Pour elle, "la révolution est un mouvement permanent".
Le cinéaste, qui avait réclamé à Cannes en 2011 la libération de prisonniers politiques syriens, a dû depuis se résigner à rester en France après avoir reçu des menaces de mort. Simav sera-t-elle condamnée au même sort, après la résonance médiatique du documentaire qu'elle a cosigné? Pour l'heure, elle refuse de l'imaginer, et se voit déjà rentrer chez elle.
"Nous reviendrons, Syrie. Attend-nous", est-il écrit sur sa peinture. "Je suis seulement trois jours à Cannes, je ne peux pas rester loin de chez moi, il faut que j'y retourne", assuret-elle. "Il ne nous reste que des pierres brisés, mais mon pays est toujours beau...", dit-elle en anglais. Simav va-telle continuer à filmer ? A-t-elle un nouveau projet cinématographique ? "Ce n'est pas moi qui décide, c'est la Syrie qui décidera", répond-elle, en souriant faiblement sous le soleil cannois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.