Les femmes-mères travailleuses entre le four et le moulin    1 500 milliards de DA hors circuit    Pas d'impacts de la crise financière    Pour l'annulation des poursuites judiciaires    Varsovie attend des excuses d'Israël    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Pauvre Finkielkraut    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Feghouli et Bennacer dans le Onze type africain de la semaine    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Le plan de Benghabrit pour faire face à la grève    Violences contre les femmes et trafic de drogue en hausse    Gâteau renversé aux agrumes    La « main étrangère » au service du régime illégitime d'Alger durant la « sale guerre ».    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Liberté de la presse : Le Maroc renoue avec les méthodes de barbouzes    Aïn El Hammam : Un commerce informel encombrant    Boufarik : 32 Omras octroyées par l'association Ennour    Opposition unie, un rêve ?    Tiaret: Un réseau de vol de véhicules démantelé    EN - La liste des joueurs à retenir: Un casse-tête pour Belmadi    Ligue 2 - Probabilités de relégation: Le temps de la calculette est arrivé !    UMA et sociétés civiles: «Laisser le règlement du problème du Sahara Occidental aux Nations unies»    Le vendredi de tous les dangers    Boumerdès: Un véhicule de transport de fonds attaqué, 15 milliards volés    Le mot du Chahid à ces gens-là...    Sebaâ et Haniched renforcent la DTS    Les acteurs politiques face aux risques de dérapages    «L'assiette destinée au centre de formation du club est prête»    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Le développement de l'Afrique, un enjeu géostratégique au XXIe siècle»    Avec Ooredoo, suivez votre consommation d'eau sur votre mobile grâce au nouveau service exclusif «SEAAL Mobile»    Comment renforcer les capacités des bureaux d'hygiène    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Retour des «djihadistes», un vrai casse-tête pour les autorités françaises    Où est le programme ?    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Exportation de 860.000 œufs vers la Libye    Influence de la cuisine orientale sur la cuisine européenne du Moyen-âge    Bedoui dénonce des tentatives de "gâcher" l'élection    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    17 personnes décédées et 1.242 autres blessées en une semaine    Déclaration de politique générale : M. Ouyahia la présentera lundi prochain devant l'APN    Augmentation de la bourse et suppression des réfectoires    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'incroyable odyssée d'une cinéaste syrienne
De Homs à Cannes
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 05 - 2014

Capture d'écran d'une video de la cinéaste syrienne Wiam Simav Bedirxan, peignant dimanche 18 mai un dessin à la mémoire des morts syriens sur la Croisette à Cannes, où elle présentait avec Ossama Mohammed le film "Eau argentée: Syrie autoportrait"
Capture d'écran d'une video de la cinéaste syrienne Wiam Simav Bedirxan, peignant dimanche 18 mai un dessin à la mémoire des morts syriens sur la Croisette à Cannes, où elle présentait avec Ossama Mohammed le film "Eau argentée: Syrie autoportrait"
Agenoux sur un trottoir de l'insouciante Croisette, Simav verse des larmes sur le dessin qu'elle vient de peindre en mémoire de ses morts: la Syrienne a quitté Homs pour venir jusqu'à Cannes présenter un documentaire sur le conflit qui ravage son pays.
Les mains couvertes de peinture noire, la frêle jeune femme jette un regard épuisé sur la fresque qu'elle vient d'achever à même le sol, sur un drap blanc : des âmes syriennes en forme de flammes s'échappent autour d'un sablier rempli de grains rouges. "Le temps des Syriens, c'est du sang. Pour le reste de l'humanité, le temps qui s'écoule c'est du temps, pour les Syriens, c'est du sang", souffle-t-elle en étouffant un sanglot. "C'est tellement dur...
J'ai perdu presque tout le monde..." Wiam Simav Bedirxan, 35 ans, a filmé le quotidien de sa ville assiégée depuis trois ans. Ses rushes ont servi au réalisateur syrien, Ossama Mohammed, pour réaliser Eau argentée : Syrie autoportrait, un documentaire poignant, poétique et parfois insoutenable, présenté à Cannes hors compétition. Le Syrien exilé à Paris et la jeune Kurde ne s'étaient jamais rencontrés en personne. Mais à la faveur de la reddition de Homs, début mai, Simav a pu rejoindre la Turquie, avant d'arriver à Cannes en fin de semaine et de retrouver son compagnon de "chat", Ossama.
Le réalisateur exilé en France jette un regard bienveillant sur sa protégée, celle à travers laquelle il a vécu les souffrances de son peuple, par procuration, pendant des mois entiers. "Elle se sent en vie quand elle fait quelque chose, filmer, dessiner, quand elle donne", commente-t-il. Pour elle, "la révolution est un mouvement permanent".
Le cinéaste, qui avait réclamé à Cannes en 2011 la libération de prisonniers politiques syriens, a dû depuis se résigner à rester en France après avoir reçu des menaces de mort. Simav sera-t-elle condamnée au même sort, après la résonance médiatique du documentaire qu'elle a cosigné? Pour l'heure, elle refuse de l'imaginer, et se voit déjà rentrer chez elle.
"Nous reviendrons, Syrie. Attend-nous", est-il écrit sur sa peinture. "Je suis seulement trois jours à Cannes, je ne peux pas rester loin de chez moi, il faut que j'y retourne", assuret-elle. "Il ne nous reste que des pierres brisés, mais mon pays est toujours beau...", dit-elle en anglais. Simav va-telle continuer à filmer ? A-t-elle un nouveau projet cinématographique ? "Ce n'est pas moi qui décide, c'est la Syrie qui décidera", répond-elle, en souriant faiblement sous le soleil cannois.
Agenoux sur un trottoir de l'insouciante Croisette, Simav verse des larmes sur le dessin qu'elle vient de peindre en mémoire de ses morts: la Syrienne a quitté Homs pour venir jusqu'à Cannes présenter un documentaire sur le conflit qui ravage son pays.
Les mains couvertes de peinture noire, la frêle jeune femme jette un regard épuisé sur la fresque qu'elle vient d'achever à même le sol, sur un drap blanc : des âmes syriennes en forme de flammes s'échappent autour d'un sablier rempli de grains rouges. "Le temps des Syriens, c'est du sang. Pour le reste de l'humanité, le temps qui s'écoule c'est du temps, pour les Syriens, c'est du sang", souffle-t-elle en étouffant un sanglot. "C'est tellement dur...
J'ai perdu presque tout le monde..." Wiam Simav Bedirxan, 35 ans, a filmé le quotidien de sa ville assiégée depuis trois ans. Ses rushes ont servi au réalisateur syrien, Ossama Mohammed, pour réaliser Eau argentée : Syrie autoportrait, un documentaire poignant, poétique et parfois insoutenable, présenté à Cannes hors compétition. Le Syrien exilé à Paris et la jeune Kurde ne s'étaient jamais rencontrés en personne. Mais à la faveur de la reddition de Homs, début mai, Simav a pu rejoindre la Turquie, avant d'arriver à Cannes en fin de semaine et de retrouver son compagnon de "chat", Ossama.
Le réalisateur exilé en France jette un regard bienveillant sur sa protégée, celle à travers laquelle il a vécu les souffrances de son peuple, par procuration, pendant des mois entiers. "Elle se sent en vie quand elle fait quelque chose, filmer, dessiner, quand elle donne", commente-t-il. Pour elle, "la révolution est un mouvement permanent".
Le cinéaste, qui avait réclamé à Cannes en 2011 la libération de prisonniers politiques syriens, a dû depuis se résigner à rester en France après avoir reçu des menaces de mort. Simav sera-t-elle condamnée au même sort, après la résonance médiatique du documentaire qu'elle a cosigné? Pour l'heure, elle refuse de l'imaginer, et se voit déjà rentrer chez elle.
"Nous reviendrons, Syrie. Attend-nous", est-il écrit sur sa peinture. "Je suis seulement trois jours à Cannes, je ne peux pas rester loin de chez moi, il faut que j'y retourne", assuret-elle. "Il ne nous reste que des pierres brisés, mais mon pays est toujours beau...", dit-elle en anglais. Simav va-telle continuer à filmer ? A-t-elle un nouveau projet cinématographique ? "Ce n'est pas moi qui décide, c'est la Syrie qui décidera", répond-elle, en souriant faiblement sous le soleil cannois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.