Libération de deux journalistes libyens enlevés par les pro-Haftar    Chelsea : Lampard pour remplacer Sarri ?    Le ministère opte pour un dispositif spécial    Confusion autour de l'expiration du délai    La revanche posthume de Ferhat Abbas    «Le régime est aux abois et la victoire est toute proche !»    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Gaïd Salah élude la question du scrutin présidentiel    Oman tente de "calmer les tensions"    Le Brexit fait tomber Theresa May    Démission surprise de l'émissaire de l'ONU    L'intimidation n'a pas payé    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    Vers le forfait de Belaïd et de Sahli    Sept nouveaux hôtels touristiques bientôt en service    Pas moins de 690 familles exclues de la liste du logement social    Oran : 9 familles se réfugient à la mosquée Pacha    Une mineure de 13 ans libérée par la police    Le souci des sans-bourses…    Les Algérois signent l'acte 14 de la contestation    Kwiret esselk, du goût et des forces    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Réédition des actes du colloque sur Massinissa    JSK - Mellal: «J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    L'école des gourous    Huawei prépare son propre système d'exploitation    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Création d'un comité de surveillance    La candidature de Berraf acceptée    Facebook supprime trois milliards de comptes    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    Projections de films documentaires au Ciné-planète    Divertissement garanti!    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Haro sur les infractions de change    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une commémoration dédiée à la glorieuse révolution de Novembre
Le message de Bouteflika à l'occasion du 59e anniversaire de la journée de l'étudiant
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 05 - 2015

Le président de la République Abdelaziz Bouteflika a affirmé mardi que les universitaires algériens "sont capables de diffuser la culture de la tolérance" et de se placer aux avant-postes de la société au service de leur patrie, "loin de toute fracture idéologique ou partisane ou de toute autre forme".
Le président de la République Abdelaziz Bouteflika a affirmé mardi que les universitaires algériens "sont capables de diffuser la culture de la tolérance" et de se placer aux avant-postes de la société au service de leur patrie, "loin de toute fracture idéologique ou partisane ou de toute autre forme".
Dans un message adressé aux étudiants à l'occasion du 59e anniversaire de la Journée de l'étudiant lu en son nom par le conseiller à la présidence de la République Mohamed Benamar Zerhouni, le président Bouteflika a affirmé que les universitaires "sont aussi capables de pratiquer les vertus du dialogue et de l'entente et de les propager dans les milieux estudiantins et au sein de la société algérienne".
"L'Algérie, après avoir restauré la stabilité et la sécurité, tend aujourd'hui à réaliser un développement modèle qui répond aux besoins essentiels du citoyen (...) tout en favorisant les moyens moraux inspirés par la liberté d'opinion et d'expression et la fierté d''exercer la citoyenneté", a souligné le chef de l'Etat. "L'enjeu aujourd'hui consiste à asseoir un système économique selon une méthodologie scientifique saine fondée sur une vision clairvoyante qui lui assure stabilité et pérennité", a-t-il ajouté.
Le président Bouteflika notera à ce propos que "le rôle de l'université et des universitaires est au coeur même de cet enjeu du fait de leurs capacités cognitives et de leurs compétences à même de permettre à la société et à son économie d'amorcer une nouvelle étape de développement et de progrès".
Le chef de l'Etat rappelle que "l'Etat algérien accorde depuis l'indépendance un intérêt capital à l'Education et à l'enseignement supérieur en misant notamment sur les domaines des sciences exactes". Le système d'enseignement supérieur est "fort aujourd'hui de 1,5 million d'étudiants et étudiantes contre quelques centaines à peine au lendemain de l'indépendance", argumente le président Bouteflika.
Pour le président de la République "l'Etat algérien peut se prévaloir d'accorder 25% des dépenses de fonctionnement annuelles à l'enseignement et à la formation". Le président Bouteflika est revenu sur le processus de réforme initié dans le secteur de l'enseignement supérieur et qui repose sur une stratégie dont le principal axe est celui de l'emploi des diplômes universitaires.
Il s'est félicité de "la constante progression" du secteur reconnaissant "les défaillances et les insuffisances qui l'affectent parfois et auxquelles il faut remédier". Il a enfin rappelé aux étudiants que la célébration de la journée de l'étudiant cette année dédiée à la commémoration de la glorieuse révolution de Novembre, "doit être un gage de fidélité à la nation". "L'évocation de notre histoire est importante, elle relève même d'un devoir national qu'impliquent notre fidélité aux étudiants martyrs et notre gratitude pour leurs incommensurables sacrifices", a encore soutenu le chef de l'Etat.
Dans un message adressé aux étudiants à l'occasion du 59e anniversaire de la Journée de l'étudiant lu en son nom par le conseiller à la présidence de la République Mohamed Benamar Zerhouni, le président Bouteflika a affirmé que les universitaires "sont aussi capables de pratiquer les vertus du dialogue et de l'entente et de les propager dans les milieux estudiantins et au sein de la société algérienne".
"L'Algérie, après avoir restauré la stabilité et la sécurité, tend aujourd'hui à réaliser un développement modèle qui répond aux besoins essentiels du citoyen (...) tout en favorisant les moyens moraux inspirés par la liberté d'opinion et d'expression et la fierté d''exercer la citoyenneté", a souligné le chef de l'Etat. "L'enjeu aujourd'hui consiste à asseoir un système économique selon une méthodologie scientifique saine fondée sur une vision clairvoyante qui lui assure stabilité et pérennité", a-t-il ajouté.
Le président Bouteflika notera à ce propos que "le rôle de l'université et des universitaires est au coeur même de cet enjeu du fait de leurs capacités cognitives et de leurs compétences à même de permettre à la société et à son économie d'amorcer une nouvelle étape de développement et de progrès".
Le chef de l'Etat rappelle que "l'Etat algérien accorde depuis l'indépendance un intérêt capital à l'Education et à l'enseignement supérieur en misant notamment sur les domaines des sciences exactes". Le système d'enseignement supérieur est "fort aujourd'hui de 1,5 million d'étudiants et étudiantes contre quelques centaines à peine au lendemain de l'indépendance", argumente le président Bouteflika.
Pour le président de la République "l'Etat algérien peut se prévaloir d'accorder 25% des dépenses de fonctionnement annuelles à l'enseignement et à la formation". Le président Bouteflika est revenu sur le processus de réforme initié dans le secteur de l'enseignement supérieur et qui repose sur une stratégie dont le principal axe est celui de l'emploi des diplômes universitaires.
Il s'est félicité de "la constante progression" du secteur reconnaissant "les défaillances et les insuffisances qui l'affectent parfois et auxquelles il faut remédier". Il a enfin rappelé aux étudiants que la célébration de la journée de l'étudiant cette année dédiée à la commémoration de la glorieuse révolution de Novembre, "doit être un gage de fidélité à la nation". "L'évocation de notre histoire est importante, elle relève même d'un devoir national qu'impliquent notre fidélité aux étudiants martyrs et notre gratitude pour leurs incommensurables sacrifices", a encore soutenu le chef de l'Etat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.