Nouvelle fonction pour le Général-major Kaidi    1.000 kits de dépistage rapide "prochainement" confectionnés    La Banque d'Algérie annonce une série de "mesures exceptionnelles"    L'Algérie cherche à acheter 500.000 lunettes de protection et 995.000 blouses médicales    20 nouveaux décès et 45 autres ca s confirmés    La Ligue 1 française trouve une formule pour la baisse des salaires    Liverpool : Klopp avait baissé les bras pour Coutinho    Situation des prisonniers sahraouis: le Polisario alerte Human Rights Watch    PSG : La condition de la femme d'Icardi    Le président du CNDH fait don d'un mois de son salaire    Le général Kaidi nommé à la tête du DEP    COMMUNICATION : Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    LA SPECULATION ET LA FRAUDE : Rezig annonce la radiation des commerçants coupables    MESURES PREVENTIVES CONTRE LECOVID-19 : Les visites dans les maisons de retraite interdites    45 nouveaux cas confirmés et 20 nouveaux décès en Algérie    Report des examens d'attestation de niveau    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    Lutte antiterroriste: découverte d'un pistolet mitrailleur et trois bombes artisanale à Boumerdes et Djelfa    Plus de 186.000 entreprises dotées d'un NIS au premier semestre 2019    Ouargla/Covid-19: divers programmes à distance au profit des enfants durant le confinement    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les avocats demandent l'annulation du verdict de la Cour d'Alger    Les écoles privées aux abonnés absents    Moscou et Riyad "proches" d'un accord    Des dizaines d'artistes prennent part à la campagne #WeAreItaly    Diffusion d'un riche programme pour petits et grands    Report du colloque national sur les balcons du Ghoufi    Onu : Guterres exhorte les Etats à protéger les femmes    Les réfugiés embauchés dans l'agriculture    Impact de la pandémie de coronavirus sur les Etats africains : Les sombres prévisions du Quai d'Orsay    Arabie Saoudite : Sanction financière pour le défenseur Benlamri    NAHD : Pas de ponctions sur salaires    JS Kabylie : Solidarité au profit des communes    Industrie et pandémie de Covid-19 : Les groupes économiques publics augmentent leurs capacités de production    Larbi Ounoughi installé à la tête de l'anep    Festival du film virtuel : Appel à candidature    Concours de Photographie : En connexion directe avec l'Espagne    Oran : Concours du meilleur conte pour enfants sur internet    Les horaires des administrations fixés de 8 h à 14 h dans neuf wilayas    Le président du RAJ condamné à un an de prison    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Blida: Le lourd tribut payé par le corps médical    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le procès reporté
Affaire du rachat du groupe El Khabar
Publié dans Le Midi Libre le 05 - 05 - 2016

Le tribunal administratif de Bir Mourad Raïs a reporté une nouvelle fois hier l'affaire concernant le rachat du groupe El Khabar par une des sociétés du groupe Cevital, propriété du richissime homme d'affaires algérien Issad Rebrab.
Le tribunal administratif de Bir Mourad Raïs a reporté une nouvelle fois hier l'affaire concernant le rachat du groupe El Khabar par une des sociétés du groupe Cevital, propriété du richissime homme d'affaires algérien Issad Rebrab.
L'edit tribunal avait reporté lundi 2 mai l'affaire de 48 heures avant de la reporter à nouveau pour une semaine. Les travailleurs du journal, soutenus par de nombreux confrères, avaient organisé hier un sit in devant le tribunal pour marquer leur colère face à l'action engagée par le ministère de la Communication. Une action qualifiée d'"injuste" et d'"arbitraire".
Pour rappel, le ministère de la Communication avait introduit une action en référé auprès du tribunal de Bir Mourad Raïs pour faire annuler le rachat du groupe de presse El Khabar par le groupe industriel Cévital. Le département de Hamid Grine a fait valoir l'article 25 du code de l'information pour exiger l'annulation de cette transaction.
"Une même personne morale de droit algérien ne peut posséder, contrôler ou diriger qu'une seule publication périodique d'information générale de même périodicité éditée en Algérie", stipule l'article susdit.
Les autorités veulent, ainsi, utiliser l'argument en question pour l'empêcher le rachat d'El Khabar par Issad Rebrab, Pdg du groupe Cévital, déjà, propriétaire du quotidien Liberté. Un argument battu en brèche par le groupe Cevital et l'entreprise El Khabar.
Ces derniers ont expliqué que le quotidien Liberté, que le même ministère attribue à M. Rebrab, appartient "en réalité à une société à responsabilité limitée" (SAEC) dans laquelle l'homme d'affaires est associé mais qui n'a aucune relation avec le groupe Cevital. Le même journal a fait remarquer que, "la société Nesprod, qui détient des actions avec 6 autres actionnaires à SPA El Khabar, n'édite aucun autre média".
M. Rebrab participe ainsi dans le capital de la SAEC en tant que personne physique, en tant qu'associé. El Khabar a aussi dénoncé "la tentative du ministère de tromper l'opinion publique" sur la manière dont cette transaction a été effectuée entre les deux parties. Le syndicat d'entreprise a abondé dans le même sens en affirmant qu'il ne s'opposait nullement au rachat de l'entreprise par la filière du groupe Cevital.
De son côté le patron de Cevital n'y est pas allé avec le dos de la cuillère pour décrire le pouvoir actuel qu'il accuse de «régionalisme». Pour le richissime homme d'affaires, les tenants du régime «ont peur», car ils craignent que «si Issad Rebrab continue encore à progresser, il risque demain de prendre le pouvoir».
L'homme qui se dit prêt à se battre, dans une interview à la chaîne de télévision Berbère TV, est convaincu que les blocages dont son groupe industriel est victime sont d'ordre politique. Il dénonce un «fait du prince» s'agissant de l'affaire du groupe médiatique dans lequel il a acquis des actions récemment et qui a été introduite devant le tribunal administratif par le gouvernement, pour «non-conformité au code de l'information ».
Sur ce dossier, Issad Rebrab répond que «les entraves du pouvoir à mes investissements ne datent pas d'aujourd'hui, je suis très habitué à leurs embûches et à leur acharnement». «Le pouvoir a essayé de bloquer plusieurs de mes projets industriels qui auraient pu participer à la création d'emplois et à la création de richesses en Algérie», a renchéri le magnat de l'agroalimentaire.
Selon lui, son groupe «aurait pu, par exemple, dans le cadre du projet de Cap Djinet, faire passer notre pays du stade d'importateur à celui d'exportateur dans plusieurs activités", dégager plus de 35 milliards de dollars hors hydrocarbures » et «créer plus d'un million d'emplois».
Issad Rebrab évoque également «d'autres projets dans la pétrochimie qui ont été bloqués au niveau de Béjaïa», mais affirme que, malgré tous ces blocages, «nous essayons quand même de participer à la construction de notre pays et à la création d'emplois». Selon Rebrab, l'autre raison qui concourt à cette situation conflictuelle entre lui et les décideurs politiques, «c'est le fait que je ne fasse pas partie de leur clan».
«J'aime mon indépendance, je suis un électron libre, je dis ce qui me plaît, je dis ce que je pense, et ça, ça ne leur plaît pas», a souligné l'homme d'affaires qui multiplie les investissements à l'étranger. Il regrette, d'ailleurs, que l'Algérie soit «meilleure que tout autre pays» et que le pouvoir en place «ne laisse pas les Algériens travailler».
«L'Algérie, a-t-il affirmé, serait déjà sortie du sous-développement depuis fort longtemps», dénonçant le pouvoir qui «freine ces Algériens et les tire vers le bas au lieu de les tirer vers le haut». Pour Issad Rebrab, «il est évident qu'il faut que ce pouvoir parte pour qu'il y ait un renouveau dans notre pays», car, ditil, «l'Algérie s'en sortira sans ces genslà. Mais ces gens-là vont conduire le pays vers sa perte».
«Je vais continuer à me battre», a enfin soutenu le patron de Cevital dont la déclaration à Berbère TV prouve qu'il ne compte pas rester en marge des tractations pour la prochaine élection présidentielle, soit en se présentant lui-même, soit en soutenant un candidat ouvertement.
L'edit tribunal avait reporté lundi 2 mai l'affaire de 48 heures avant de la reporter à nouveau pour une semaine. Les travailleurs du journal, soutenus par de nombreux confrères, avaient organisé hier un sit in devant le tribunal pour marquer leur colère face à l'action engagée par le ministère de la Communication. Une action qualifiée d'"injuste" et d'"arbitraire".
Pour rappel, le ministère de la Communication avait introduit une action en référé auprès du tribunal de Bir Mourad Raïs pour faire annuler le rachat du groupe de presse El Khabar par le groupe industriel Cévital. Le département de Hamid Grine a fait valoir l'article 25 du code de l'information pour exiger l'annulation de cette transaction.
"Une même personne morale de droit algérien ne peut posséder, contrôler ou diriger qu'une seule publication périodique d'information générale de même périodicité éditée en Algérie", stipule l'article susdit.
Les autorités veulent, ainsi, utiliser l'argument en question pour l'empêcher le rachat d'El Khabar par Issad Rebrab, Pdg du groupe Cévital, déjà, propriétaire du quotidien Liberté. Un argument battu en brèche par le groupe Cevital et l'entreprise El Khabar.
Ces derniers ont expliqué que le quotidien Liberté, que le même ministère attribue à M. Rebrab, appartient "en réalité à une société à responsabilité limitée" (SAEC) dans laquelle l'homme d'affaires est associé mais qui n'a aucune relation avec le groupe Cevital. Le même journal a fait remarquer que, "la société Nesprod, qui détient des actions avec 6 autres actionnaires à SPA El Khabar, n'édite aucun autre média".
M. Rebrab participe ainsi dans le capital de la SAEC en tant que personne physique, en tant qu'associé. El Khabar a aussi dénoncé "la tentative du ministère de tromper l'opinion publique" sur la manière dont cette transaction a été effectuée entre les deux parties. Le syndicat d'entreprise a abondé dans le même sens en affirmant qu'il ne s'opposait nullement au rachat de l'entreprise par la filière du groupe Cevital.
De son côté le patron de Cevital n'y est pas allé avec le dos de la cuillère pour décrire le pouvoir actuel qu'il accuse de «régionalisme». Pour le richissime homme d'affaires, les tenants du régime «ont peur», car ils craignent que «si Issad Rebrab continue encore à progresser, il risque demain de prendre le pouvoir».
L'homme qui se dit prêt à se battre, dans une interview à la chaîne de télévision Berbère TV, est convaincu que les blocages dont son groupe industriel est victime sont d'ordre politique. Il dénonce un «fait du prince» s'agissant de l'affaire du groupe médiatique dans lequel il a acquis des actions récemment et qui a été introduite devant le tribunal administratif par le gouvernement, pour «non-conformité au code de l'information ».
Sur ce dossier, Issad Rebrab répond que «les entraves du pouvoir à mes investissements ne datent pas d'aujourd'hui, je suis très habitué à leurs embûches et à leur acharnement». «Le pouvoir a essayé de bloquer plusieurs de mes projets industriels qui auraient pu participer à la création d'emplois et à la création de richesses en Algérie», a renchéri le magnat de l'agroalimentaire.
Selon lui, son groupe «aurait pu, par exemple, dans le cadre du projet de Cap Djinet, faire passer notre pays du stade d'importateur à celui d'exportateur dans plusieurs activités", dégager plus de 35 milliards de dollars hors hydrocarbures » et «créer plus d'un million d'emplois».
Issad Rebrab évoque également «d'autres projets dans la pétrochimie qui ont été bloqués au niveau de Béjaïa», mais affirme que, malgré tous ces blocages, «nous essayons quand même de participer à la construction de notre pays et à la création d'emplois». Selon Rebrab, l'autre raison qui concourt à cette situation conflictuelle entre lui et les décideurs politiques, «c'est le fait que je ne fasse pas partie de leur clan».
«J'aime mon indépendance, je suis un électron libre, je dis ce qui me plaît, je dis ce que je pense, et ça, ça ne leur plaît pas», a souligné l'homme d'affaires qui multiplie les investissements à l'étranger. Il regrette, d'ailleurs, que l'Algérie soit «meilleure que tout autre pays» et que le pouvoir en place «ne laisse pas les Algériens travailler».
«L'Algérie, a-t-il affirmé, serait déjà sortie du sous-développement depuis fort longtemps», dénonçant le pouvoir qui «freine ces Algériens et les tire vers le bas au lieu de les tirer vers le haut». Pour Issad Rebrab, «il est évident qu'il faut que ce pouvoir parte pour qu'il y ait un renouveau dans notre pays», car, ditil, «l'Algérie s'en sortira sans ces genslà. Mais ces gens-là vont conduire le pays vers sa perte».
«Je vais continuer à me battre», a enfin soutenu le patron de Cevital dont la déclaration à Berbère TV prouve qu'il ne compte pas rester en marge des tractations pour la prochaine élection présidentielle, soit en se présentant lui-même, soit en soutenant un candidat ouvertement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.