Dans les starting-blocks    Son procès en appel programmé le 23 janvier: Sit-in de solidarité avec le journaliste Adlène Mellah    Walis de la République : chacun d'eux a compris qu'il était sacrifiable!    Fiscalité locale: De nouvelles prérogatives pour les APC    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Ligue des champions : JSS-Ahly du Caire, vendredi à 20h00: Les Bécharis au pied de la pyramide    Football - Ligue 1: Le CRB dos au mur, le leader et son dauphin en expédition    Volleyball - Coupe d'Algérie - Tour préliminaire: Les cendrillons en quête d'exploits    Affaire de la petite Nihal: L'enquête des gendarmes achevée    Tlemcen: Plus de 10 tonnes de kif saisies en une année    Je suis certain que je doute !    Aïn Temouchent: La journée des communes à Aghlal    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Sensibilisation sur l'opération des déclarations annuelles des salaires et des salariés    Les cours du pétrole stables en Asie    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Les arbitres des équipes algériennes connus    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les chasseurs tirent la sonnette d'alarme    69 millions DA pour des projets de développement à Aïn Sidi Chérif    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Le secteur de l'assurance automobile domine sur celui des catastrophes naturelles    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    L'operette séduit le public tlemcenien    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    Les députés britanniques le rejettent massivement    Le Snapo accuse les importateurs "véreux" !    Les Algériens indésirables en France ?    Vers la réforme du Bac    Commerce : Tout sur les soldes d'hiver 2019 qui débuteront demain à Alger    Avec 280 000 places pédagogiques pour la rentrée de février : Engouement croissant pour la formation professionnelle    Ressources en eau : Une demande annuelle de 12,9 milliards de m3 à l'horizon en 2030    Gouvernance vertueuse    Après les 4 000 logements distribués à Alger : 40 000 seront distribués à travers le pays avant la fin du mois en cour    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    En exil depuis 28 ans: Il y a 27 ans, Mohamed Boudiaf revenait en Algérie pour présider le Haut-Comité d'Etat    Le sociologue Nacer Djabi interdit de tenir une conférence sur les mouvements amazighs    Djisr El Djazair" : La rencontre d'Alger, le 26 janvier au Mama    Le fauteuil qui attise les appétits    Baghdad Bounedjah sacré    Tahrat forfait face à la Gambie    Enquête au FLN    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tout sur le mouvement des walis
Il a été opéré jeudi par le président Bouteflika
Publié dans Le Midi Libre le 15 - 07 - 2017

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a procédé avant-hier jeudi à un mouvement dans le corps des walis et des walis délégués, qui a touché plusieurs wilayas et wilayas délégués. Selon le communiqué rendu public par la présidence de la République 28 wilayas et 7 wilayas déléguées sont concernés par ce mouvement.
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a procédé avant-hier jeudi à un mouvement dans le corps des walis et des walis délégués, qui a touché plusieurs wilayas et wilayas délégués. Selon le communiqué rendu public par la présidence de la République 28 wilayas et 7 wilayas déléguées sont concernés par ce mouvement.
Autant dire qu'il s'agit d'un vaste mouvement puisque plus de 50 % de wilayas ont changé de têtes. Cela n'a pas été le cas depuis de très nombreuses années. Pour preuve le dernier mouvement opéré par le chef de l'Etat a été moins important, en tout cas pas de l'ampleur de celui d'avant-hier jeudi. Au tout début du mois d'octobre de l'année écoulée le mouvement dans le corps des walis n'a concerné que 18 wilayas. C'est dire la grande ampleur de ce mouvement à la faveur duquel presque toutes les grandes wilayas du pays ont été touchées. Il s'agit, à titred'exemple, d'Oran, Sétif, Annaba, Tlemcen, Constantine, Batna et Blida. Alger, la capitale, a été épargnée par ce mouvement.
Le président de la République a ainsi renouvelle sa confiance au wali Abdelkader Zoukh. Ce dernier, pour rappel, est à la tête de la wilaya d'Alger depuis le mois d'octobre 2013, soit presque 4 années maintenant. Très médiatisé, Abdelkader Zoukh, qui cumule unelongue expérience dans la gestionpuisqu'il a auparavant dirigé plusieurs wilayas comme Oran, Sétif et Msila, est surtout connu pour avoir mené, sur instructions du gouvernement, plusieurs campagne de relogement dans la capitaleen parvenant a juguler, voire même àéradiquer l'habitat précaire. Mais si Abdelkader Zoukh continue de jouir de la confiance du président Bouteflika ce n'est malheureusement pas le cas d'autres walis qui semblent bel et bien avoir fait les fraisde ce mouvement.
Autant dire qu'ils ont été sanctionnés et donc débarqués de leurspostes. Ils n'ont donc pas satisfaits auxexigences de leurs fonctions. Pas moins de 5 ou 6 walis sont dans ce lot. L'on peut citer les walis de Constantine, de Djelfa, Chlef, Sétif et Msila. Benhassine Faouzi, wali de Chlef, Maskri Nacer, wali de Sétif, Kamel Abbas, wali de Constantine et Meguedad Hadj, wali de M'sila ont en effet été débarqués moins d'une année après leur désignation dans le cadre du mouvement du mois d'octobre 2016. Autre particularité de ce mouvement et contrairement à un passé tout récent l'on note l'absence totale des permutations. Il y a aussi lieu de mettre en exergue la promotion de nombreuxsecrétaires généraux de wilayas. Ilssont en effet une dizaine à avoir bénéficiéde cette promotion.
C'est le cas de Siouda Abdelkhalek, wali de Batna qui était secrétairegénéral de la wilaya de Constantine, de Benyaiche Ali, wali de Tlemcen qui était secrétaire général à la wilaya deBéchar et de Far Bachir, wali de Jijel qui était secrétaire general à la wilaya de Ain Témouchent. IL s'agit aussi de Louh Sif El Islam, wali de Saïda, BelkatebMohamed, wali d'El-Tarf, de Nouicer Kamel, wali de Khenchela, de Badaoui Abbas, wali de Souk-Ahras, de Ahmouda Zine Eddine, wali de Mila, deHadjar Mohamed, wali de Naâma et de Ouinez Labiba, wali d'Aïn Témouchent. Par ailleurs un wali délégué a été promuwali. Il s'agit de Doumi Djillali, le nouveauwali de Tamanrasset qui était walidélégué de Dar El-Beïda.
La part réservée àla gent féminine reste très insignifiante.Deux femmes seulement ont été promus walis Ouinez Labiba, à Aïn-Témouchentet Brahimi Nacera, wali à Relizane. Dansce cadre aussi l'on note la nomination deZibouche Fatiha comme wali déléguée de Bouzaréah. Il est aussi à relever que les quatre wilayas, à savoir Annaba, Blida, Oran et Tlemcen, dont les walis ont été nommés ministres par le chef de l'Etat au sein du gouvernement Tebboune, ont désormais de ouveaux walis.
Autant dire qu'il s'agit d'un vaste mouvement puisque plus de 50 % de wilayas ont changé de têtes. Cela n'a pas été le cas depuis de très nombreuses années. Pour preuve le dernier mouvement opéré par le chef de l'Etat a été moins important, en tout cas pas de l'ampleur de celui d'avant-hier jeudi. Au tout début du mois d'octobre de l'année écoulée le mouvement dans le corps des walis n'a concerné que 18 wilayas. C'est dire la grande ampleur de ce mouvement à la faveur duquel presque toutes les grandes wilayas du pays ont été touchées. Il s'agit, à titred'exemple, d'Oran, Sétif, Annaba, Tlemcen, Constantine, Batna et Blida. Alger, la capitale, a été épargnée par ce mouvement.
Le président de la République a ainsi renouvelle sa confiance au wali Abdelkader Zoukh. Ce dernier, pour rappel, est à la tête de la wilaya d'Alger depuis le mois d'octobre 2013, soit presque 4 années maintenant. Très médiatisé, Abdelkader Zoukh, qui cumule unelongue expérience dans la gestionpuisqu'il a auparavant dirigé plusieurs wilayas comme Oran, Sétif et Msila, est surtout connu pour avoir mené, sur instructions du gouvernement, plusieurs campagne de relogement dans la capitaleen parvenant a juguler, voire même àéradiquer l'habitat précaire. Mais si Abdelkader Zoukh continue de jouir de la confiance du président Bouteflika ce n'est malheureusement pas le cas d'autres walis qui semblent bel et bien avoir fait les fraisde ce mouvement.
Autant dire qu'ils ont été sanctionnés et donc débarqués de leurspostes. Ils n'ont donc pas satisfaits auxexigences de leurs fonctions. Pas moins de 5 ou 6 walis sont dans ce lot. L'on peut citer les walis de Constantine, de Djelfa, Chlef, Sétif et Msila. Benhassine Faouzi, wali de Chlef, Maskri Nacer, wali de Sétif, Kamel Abbas, wali de Constantine et Meguedad Hadj, wali de M'sila ont en effet été débarqués moins d'une année après leur désignation dans le cadre du mouvement du mois d'octobre 2016. Autre particularité de ce mouvement et contrairement à un passé tout récent l'on note l'absence totale des permutations. Il y a aussi lieu de mettre en exergue la promotion de nombreuxsecrétaires généraux de wilayas. Ilssont en effet une dizaine à avoir bénéficiéde cette promotion.
C'est le cas de Siouda Abdelkhalek, wali de Batna qui était secrétairegénéral de la wilaya de Constantine, de Benyaiche Ali, wali de Tlemcen qui était secrétaire général à la wilaya deBéchar et de Far Bachir, wali de Jijel qui était secrétaire general à la wilaya de Ain Témouchent. IL s'agit aussi de Louh Sif El Islam, wali de Saïda, BelkatebMohamed, wali d'El-Tarf, de Nouicer Kamel, wali de Khenchela, de Badaoui Abbas, wali de Souk-Ahras, de Ahmouda Zine Eddine, wali de Mila, deHadjar Mohamed, wali de Naâma et de Ouinez Labiba, wali d'Aïn Témouchent. Par ailleurs un wali délégué a été promuwali. Il s'agit de Doumi Djillali, le nouveauwali de Tamanrasset qui était walidélégué de Dar El-Beïda.
La part réservée àla gent féminine reste très insignifiante.Deux femmes seulement ont été promus walis Ouinez Labiba, à Aïn-Témouchentet Brahimi Nacera, wali à Relizane. Dansce cadre aussi l'on note la nomination deZibouche Fatiha comme wali déléguée de Bouzaréah. Il est aussi à relever que les quatre wilayas, à savoir Annaba, Blida, Oran et Tlemcen, dont les walis ont été nommés ministres par le chef de l'Etat au sein du gouvernement Tebboune, ont désormais de ouveaux walis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.