JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Nekkache et Raiah rejoignent le CS Sfax    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Retour à la case départ
Gréve des médecins résidents
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 06 - 2018

La grève des médecins résidents connait un nouveau rebondissement qui marque quasiment un retour à la case départ, puisque la décision est prise par le bureau national de Camra de suspendre la reprise des gardes, jusqu'à nouvel ordre.
La grève des médecins résidents connait un nouveau rebondissement qui marque quasiment un retour à la case départ, puisque la décision est prise par le bureau national de Camra de suspendre la reprise des gardes, jusqu'à nouvel ordre.
Cela en réaction à l'attitude jugée négative de l'administration des hôpitaux qui aurait refusé aux grévistesl'accès aux services, selon uncommuniqué diffusé jeudi par le Camrasur son site et largement relayé sur lesréseaux sociaux."C'est avec stupeur qu'il nous a étédonné de constater que les médecins résidentsqui se sont rendus à leurs services respectifs, pour la reprise de l'activité degarde s'y sont vus refuser l'accès, sousprétexte d'une note ministérielle, précisantque le retour devrait se faire pourtoutes les activités hospitalières", soulignele communiqué.
Plus grave, selon le même communiquéqui indique que "certains médecins résidents ont été déclarés exclus, dans une mesure ignominieuse, transgressant le droit constitutionnel de grève".Loin de se laisser démonter, le syndicatCamra affirme que "ces mesures d'intimidationne feront que renforcer la déterminationet le courage de milliers demédecins résidents ayant déjà résisté àtoutes les sanctions et toutes lesmesures abusives prisesinjustement à leur encontre".
Et au Camra de conclure son communiqué en rappelant "la décision du gel de la reprise des gardes jusqu'à nouvel ordre tout en demeurant ouvert à toute négociationpermettant un dénouement honorable de la situation". Hasbellaoui élude les questions sur les résidents Mokhtar Hasbellaoui a évité, avant-hier,derépondre aux questions des journalistesn en marge des questions orales à l'Assemblée populairenationale (APN).Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière étaitattendu sur la question des médecinsrésidents en grève depuis sept mois.
Dans un communiqué publié mardi, leCollectif autonome des médecins résidentsalgériens (Camra) a appelé à lareprise "des activités de garded'urgences" de 16 h à 18 h "dans toutesles structures hospitalières universitairesdu pays, à compter du mardi 13 juin".Depuis cette annonce, aucune réaction officielle n'a été enregistrée.
Le plus grand hôpital privé en Algérie
Répondant à la question d'un député, le ministre de la Santé a annoncé la construction du plus grand hôpital privé en Algérie à Blida. "Dans la wilaya de Blida, il sera construit le plus grand hôpital privé en Algérie. Il y a eu un accord entre un groupe de médecins et leconseil national d'investissement.
Je pense que les travaux ont commencé", at-il avancé. Dans une réponse apportée à la question d'une députée, Mokhtar Hesbellaoui estrevenu longuement sur l'épidémie de larougeole en Algérie. "Je vais parler avecvous en tant que professionnel de lasanté. La sensibilisation des députés et du peuple sur cette maladie va nous aider à l'éliminer", a-t-il déclaré.
Sensibiliser contre la rougeole
"L'élimination de la rougeole maladie n'est pas le travail d'un ministère ou d'une institution. Il faut le faire collectivement", a affirmé le ministre. Le ministre de la Santéa rappelé, en effet, que le vaccin contre la rougeole est obligatoire en Algérie depuis 1985. "Levaccin protège mon fils et les enfants qui l'entourent.
En fait, c'est une protectionde l'ensemble de la communauté", a-t-il insisté. Mokhtar Hesbellaoui a également rappelé que la rougeole est un virus qui a un "traitement symptomatique. La rougeole ne tue pas en tant que maladie", a-t-il avancé. Ce sont "les complications qui posentproblèmes" selon lui. Le ministre de la Santé a parlé des rumeurs qui ont circulé sur la qualité du vaccin contre la rougeole. "Des rumeurs disaient que le vaccin n'était pas de bonne qualité.
Le vaccin est évalué par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Qu'il soit produit en Inde ou e Chine, un laboratoire a des normes", at-il développé. Suite à ces rumeurs, des "familles ont arrêté de faire vacciner leurs enfants", at- il précisé. Dans certaines wilayas à travers le pays, il n'y a eu aucun enfant vacciné, selon lui. "Il y a eu une perturbation en matière de couverture sanitaire. Ce qui s'est passé en Algérie en 2018 nous a aidés à vacciner plus de 650.000 personnes", s'est-il réjoui
Cela en réaction à l'attitude jugée négative de l'administration des hôpitaux qui aurait refusé aux grévistesl'accès aux services, selon uncommuniqué diffusé jeudi par le Camrasur son site et largement relayé sur lesréseaux sociaux."C'est avec stupeur qu'il nous a étédonné de constater que les médecins résidentsqui se sont rendus à leurs services respectifs, pour la reprise de l'activité degarde s'y sont vus refuser l'accès, sousprétexte d'une note ministérielle, précisantque le retour devrait se faire pourtoutes les activités hospitalières", soulignele communiqué.
Plus grave, selon le même communiquéqui indique que "certains médecins résidents ont été déclarés exclus, dans une mesure ignominieuse, transgressant le droit constitutionnel de grève".Loin de se laisser démonter, le syndicatCamra affirme que "ces mesures d'intimidationne feront que renforcer la déterminationet le courage de milliers demédecins résidents ayant déjà résisté àtoutes les sanctions et toutes lesmesures abusives prisesinjustement à leur encontre".
Et au Camra de conclure son communiqué en rappelant "la décision du gel de la reprise des gardes jusqu'à nouvel ordre tout en demeurant ouvert à toute négociationpermettant un dénouement honorable de la situation". Hasbellaoui élude les questions sur les résidents Mokhtar Hasbellaoui a évité, avant-hier,derépondre aux questions des journalistesn en marge des questions orales à l'Assemblée populairenationale (APN).Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière étaitattendu sur la question des médecinsrésidents en grève depuis sept mois.
Dans un communiqué publié mardi, leCollectif autonome des médecins résidentsalgériens (Camra) a appelé à lareprise "des activités de garded'urgences" de 16 h à 18 h "dans toutesles structures hospitalières universitairesdu pays, à compter du mardi 13 juin".Depuis cette annonce, aucune réaction officielle n'a été enregistrée.
Le plus grand hôpital privé en Algérie
Répondant à la question d'un député, le ministre de la Santé a annoncé la construction du plus grand hôpital privé en Algérie à Blida. "Dans la wilaya de Blida, il sera construit le plus grand hôpital privé en Algérie. Il y a eu un accord entre un groupe de médecins et leconseil national d'investissement.
Je pense que les travaux ont commencé", at-il avancé. Dans une réponse apportée à la question d'une députée, Mokhtar Hesbellaoui estrevenu longuement sur l'épidémie de larougeole en Algérie. "Je vais parler avecvous en tant que professionnel de lasanté. La sensibilisation des députés et du peuple sur cette maladie va nous aider à l'éliminer", a-t-il déclaré.
Sensibiliser contre la rougeole
"L'élimination de la rougeole maladie n'est pas le travail d'un ministère ou d'une institution. Il faut le faire collectivement", a affirmé le ministre. Le ministre de la Santéa rappelé, en effet, que le vaccin contre la rougeole est obligatoire en Algérie depuis 1985. "Levaccin protège mon fils et les enfants qui l'entourent.
En fait, c'est une protectionde l'ensemble de la communauté", a-t-il insisté. Mokhtar Hesbellaoui a également rappelé que la rougeole est un virus qui a un "traitement symptomatique. La rougeole ne tue pas en tant que maladie", a-t-il avancé. Ce sont "les complications qui posentproblèmes" selon lui. Le ministre de la Santé a parlé des rumeurs qui ont circulé sur la qualité du vaccin contre la rougeole. "Des rumeurs disaient que le vaccin n'était pas de bonne qualité.
Le vaccin est évalué par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Qu'il soit produit en Inde ou e Chine, un laboratoire a des normes", at-il développé. Suite à ces rumeurs, des "familles ont arrêté de faire vacciner leurs enfants", at- il précisé. Dans certaines wilayas à travers le pays, il n'y a eu aucun enfant vacciné, selon lui. "Il y a eu une perturbation en matière de couverture sanitaire. Ce qui s'est passé en Algérie en 2018 nous a aidés à vacciner plus de 650.000 personnes", s'est-il réjoui


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.