Procès Khaled Drareni au tribunal de Sidi M'hamed : «Je n'ai fait que mon métier de journaliste»    Football : la LFP propose de baptiser le stade de Saïda au nom de Saïd Amara    Le général Gouasmia nouveau commandant de la gendarmerie nationale    LE SOIR D'ALGERIE FÊTE SES 30 ANS    La chambre d'accusation statuera demain    Les travailleurs de l'Enad de Sour-el-Ghozlane en colère    Effacement des pénalités et rééchelonnement des dettes    El Mou'amara !    L'Assemblée générale extraordinaire du GS Pétroliers mercredi...    Mandi, un autre Algérien en Premier League ?    Révision du calendrier des demi-finales    Marche des supporters de l'ES Sétif    10 000 da d'amende pour les 40 participants à une excursion en mer    Ce qui pousse des citoyens à braver l'interdit !    Réouverture progressive des mosquées et des plages    8 décès et 507 nouveaux cas en 24 heures    Accident de la route : 23 morts et 1311 blessés en une semaine    Stéréotypes stériles ou regard objectif    Un hommage aux musulmans morts pendant les deux guerres mondiales : «Leur sacrifice nous engage tous»    US Tébessa : Le club victime de son propre entourage    Artisan de la réconciliation en Irlande du Nord : John Hume est mort    Barrage éthiopien sur le Nil: le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie reprennent leurs pourparlers    Covid-19 et Toufik-34    Nouvelles de Tiaret    Marché des assurances : Marco Cuneo, nommé CEO d'AXA en Algérie    Sidi Bel Abbès : Perturbation de l'alimentation en eau durant l'Aïd    Circonscription administrative de Rouiba : Plus de 13 000 peaux de mouton collectées    Relations franco-algériennes : Confrontation des mémoires    Les obsèques de Gisèle Halimi célébrées le 6 août à Paris : «Je veux crier fort pour ces voix qui se sont tues et celles que l'on ne veut pas entendre»    Nouvel Ouvrage de Ammara Bekkouche édité par le CRASC : Une réflexion originale sur comment cultiver l'urbain à Oran    Lancement du concours de lecture créative par l'ONUDC : Le conteur Mahi Seddik parmi le jury de sélection des lauréats    Décès du Dr Cherifi Mohamed, un des fondateurs de l'ONEC    Boulevard «Emir Abdelkader»: Un immeuble menaçant ruine suspend un arrêt du tramway    FAF - Après l'arrêt du championnat: Des dirigeants de clubs montent au créneau    Chlef: Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    Rachat et matières essentielles: Le ministère de l'Education dément les rumeurs sur le bac    Des départs plus grands !    DECOMPTE ET ANNIHILATION    Djerad parle d'"actions préméditées"    Le Liban s'enferre dans une crise multiforme    Pour un élargissement des domaines de compétences    Le périmètre irrigable a augmenté à Souk Ahras    Draoui, Bouguelmouna et Ferhani partants    Ankara dénonce un contrat pétrolier américano-kurde en Syrie    Verdict pour quatre suspects    "La pensée d'Albert Memmi est sans compromission"    L'émergence du monothéisme en Afrique du Nord    18 civils tués dans une attaque du groupe terroriste Boko Haram    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La France reconnait son crime
Assassinat de maurice audin
Publié dans Le Midi Libre le 15 - 09 - 2018

La France, par la voix de son président de la République,Emmanuel Macron, reconnaitson entière responsabilité dans la disparition, la tortureet puis l'assassinat de Maurice Audin.
La France, par la voix de son président de la République,Emmanuel Macron, reconnaitson entière responsabilité dans la disparition, la tortureet puis l'assassinat de Maurice Audin.
ContenuC'est un événement historique majeur qui vient couronner la luttede tous ceux qui n'ont eu de cesse, à commencer par l'épouse du mathématicien, d'appeler la France à révéler la vérité sur les vraies circonstances de l'assassinat de Maurice Audin durant la guerre deLibération nationale. C'est eneffet au soir du 11 juin 1957 que Maurice
Audin,assistant de mathématiques à la faculté d'Alger,militant du Parti communiste algérien(PCA), est arrêté à son domicile par des militaires. Depuis, sa femme JosetteAudin, restée seule avec trois jeunesenfants, est en quête de la vérité pourlaquelle elle a déployé toute son énergieen ne cessant d'appeler les plus hauts responsablesde France à dévoiler toute la vérité et de reconnaitre, par voie de conséquence,la responsabilité de l'Etat français. C'est désormais chose faite puisqueavanthier jeudi le Président français, EmmanuelMacron, s'est rendu au domicile de laveuve de Maurice Audin où il lui a remisune déclaration dans laquelle il reconnait la responsabilité de la Républiquefrançaise dans ce crime. Dans cette déclarationle Président français évoque la peine deJosette Audin qui se démène pourconnaître la vérité mais, dira Macron, le "commandement militaire lui livre alors ce qui allait rester pour des décennies la version officielle : son mari s'est évadé. La réponse est couramment faite aux familles en quête d'informations.
Laplainte pour enlèvement et séquestration qu'elle déposealors, achoppe, comme d'autres, sur le silence ou le mensonge des témoins-clés qui font obstruction à l'enquête.Celle-ciest définitivement close en 1962 par unnon-lieu, en raison des décrets d'amnistiepris à la fin de la guerre d'Algérie, qui ontmis fin à toute possibilité de poursuite". En effet la version officielle soutenait jusque-là que Maurice Audin s'estévadé.Une thèse qui ne convainc personne et qui a totalement volé en éclats lorsque l'historienPierre Vidal-Naquet a défendu dans un de ses livres, sur la foi d'un témoignage, que l'officier de renseignementschargé d'interroger Maurice Audin l'avait luimême tué. Paul Aussaresses, et d'autres, ont affirmé qu'un commando sous ses ordres avait exécuté le jeune mathématicien.Il est aussi possible qu'il soit décédé sous la torture.
"Quoi qu'il en soitprécisément, sa disparition a été rendue possible par un système dont les gouvernementssuccessifs ont permis le développement: le système appelé - arrestationdétention- à l'époque même, qui autorise les forces de l'ordre à arrêter, détenir et interroger tout - suspect - dans l'objectif d'une lutte plus efficacecontre l'adversaire" écrit Macron dans sa déclaration. Evoquant le décret de 1957autorisant ladélégation des pouvoirs de police à l'armée, le locataire de l'Elysée estime que "cesystème a été le terreau malheureux d'actesparfois terribles, dont la torture, que l'affaireAudin a mis en lumière". La reconnaissance de l'exercice de la torturene souffre d'aucune équivoque. "Il importe que cette histoire soit connue,qu'elle soit regardée avec courage et lucidité" indique Macron.
"Il en va enfin dudevoir de vérité qui incombe à laRépublique française, laquelle dans cedomaine comme dans d'autres, doit montrer la voie, car c'est par la vérité seule quela réconciliation est possible et il n'est pas de liberté, d'égalité et de fraternité sansexercice de vérité" indique enfin le Président français. Une déclaration qui afait l'effet d'une bombe en France ou déjà la polémique fait rage entre partisans etdétracteurs. Mais à Alger l'on seréjouit,comme l'atteste la première réactionàchaud du ministre des Moudjahidine. Maispour les Algériens ce pas, certes important, reste encore insuffisant car laFrance doit reconnaitre tous ses crimes commis en Algérie durant la longue nuitcoloniale.
ContenuC'est un événement historique majeur qui vient couronner la luttede tous ceux qui n'ont eu de cesse, à commencer par l'épouse du mathématicien, d'appeler la France à révéler la vérité sur les vraies circonstances de l'assassinat de Maurice Audin durant la guerre deLibération nationale. C'est eneffet au soir du 11 juin 1957 que Maurice
Audin,assistant de mathématiques à la faculté d'Alger,militant du Parti communiste algérien(PCA), est arrêté à son domicile par des militaires. Depuis, sa femme JosetteAudin, restée seule avec trois jeunesenfants, est en quête de la vérité pourlaquelle elle a déployé toute son énergieen ne cessant d'appeler les plus hauts responsablesde France à dévoiler toute la vérité et de reconnaitre, par voie de conséquence,la responsabilité de l'Etat français. C'est désormais chose faite puisqueavanthier jeudi le Président français, EmmanuelMacron, s'est rendu au domicile de laveuve de Maurice Audin où il lui a remisune déclaration dans laquelle il reconnait la responsabilité de la Républiquefrançaise dans ce crime. Dans cette déclarationle Président français évoque la peine deJosette Audin qui se démène pourconnaître la vérité mais, dira Macron, le "commandement militaire lui livre alors ce qui allait rester pour des décennies la version officielle : son mari s'est évadé. La réponse est couramment faite aux familles en quête d'informations.
Laplainte pour enlèvement et séquestration qu'elle déposealors, achoppe, comme d'autres, sur le silence ou le mensonge des témoins-clés qui font obstruction à l'enquête.Celle-ciest définitivement close en 1962 par unnon-lieu, en raison des décrets d'amnistiepris à la fin de la guerre d'Algérie, qui ontmis fin à toute possibilité de poursuite". En effet la version officielle soutenait jusque-là que Maurice Audin s'estévadé.Une thèse qui ne convainc personne et qui a totalement volé en éclats lorsque l'historienPierre Vidal-Naquet a défendu dans un de ses livres, sur la foi d'un témoignage, que l'officier de renseignementschargé d'interroger Maurice Audin l'avait luimême tué. Paul Aussaresses, et d'autres, ont affirmé qu'un commando sous ses ordres avait exécuté le jeune mathématicien.Il est aussi possible qu'il soit décédé sous la torture.
"Quoi qu'il en soitprécisément, sa disparition a été rendue possible par un système dont les gouvernementssuccessifs ont permis le développement: le système appelé - arrestationdétention- à l'époque même, qui autorise les forces de l'ordre à arrêter, détenir et interroger tout - suspect - dans l'objectif d'une lutte plus efficacecontre l'adversaire" écrit Macron dans sa déclaration. Evoquant le décret de 1957autorisant ladélégation des pouvoirs de police à l'armée, le locataire de l'Elysée estime que "cesystème a été le terreau malheureux d'actesparfois terribles, dont la torture, que l'affaireAudin a mis en lumière". La reconnaissance de l'exercice de la torturene souffre d'aucune équivoque. "Il importe que cette histoire soit connue,qu'elle soit regardée avec courage et lucidité" indique Macron.
"Il en va enfin dudevoir de vérité qui incombe à laRépublique française, laquelle dans cedomaine comme dans d'autres, doit montrer la voie, car c'est par la vérité seule quela réconciliation est possible et il n'est pas de liberté, d'égalité et de fraternité sansexercice de vérité" indique enfin le Président français. Une déclaration qui afait l'effet d'une bombe en France ou déjà la polémique fait rage entre partisans etdétracteurs. Mais à Alger l'on seréjouit,comme l'atteste la première réactionàchaud du ministre des Moudjahidine. Maispour les Algériens ce pas, certes important, reste encore insuffisant car laFrance doit reconnaitre tous ses crimes commis en Algérie durant la longue nuitcoloniale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.