Pour une sortie rapide de la crise : L'élection présidentielle est la seule issue    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Ce ne sont pas de simples mots    Bourses : L'Europe clôture en baisse, la crise italienne pèse    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Sahara occidental: Un professeur américain rejette la propagande marocaine    Yémen: Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Jeux africains-2019-Foot féminin: Victoire de l'Algérie face au Mali 1-0    CAN 2019 (U23), Algérie- Ghana: La sélection algérienne en stage à Sidi Moussa    Paramédical : Plus de 300 places pédagogiques au titre de la nouvelle session de formation dans la wilaya d'Alger    Tourisme : Vers la création de pôles d'excellence en Algérie    Développement local à Illizi : Salah-Eddine Dahmoune constate le dénuement et la colère des citoyens, et annonce plusieurs mesures    Les 4 conditions de Benflis    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Le président sahraoui met en garde    "Pour qui sonne le glas"    Appel à l'investissement privé    Ness el-Khir au chevet des nécessiteux    22 pèlerins algériens décédés    Javier Bardem appelle à protéger les océans    Bonnes perspectives en gaz et électricité    «L'investissement est ouvert au privé»    Un professeur américain rejette la propagande marocaine    DEGRADATION DU SOLDE COMMERCIAL : Les experts tirent la sonnette d'alarme    COUR DE JUSTICE D'ORAN : Le président de la cour et du procureur général installés    La paire Meriem Azem-Amel Zaïdi au dessus du lot    Islam Slimani en prêt à Monaco    ACCIDENT DE LA ROUTE A SIDI BEL ABBES : Six blessés dans une collision à Sidi Khaled    «Je n'ai pas envie de poursuivre ma mission»    La hantise des conducteurs    Les ventes de voitures en baisse en juillet en Chine    Farès opéré avec succès    L'EN «messieurs» se contente de la 12e place    L'histoire convoquée pour le présent    L'ONM demande la dissolution du FLN    Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne    "L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"    Yémen : Les séparatistes s'emparent de nouvelles positions    Blida : Installation du nouveau président de la Cour et du procureur général    Haï Nour: Deux dealers arrêtés    ASM Oran: Ahmed Belhadj ne viendra pas    Marche des étudiants: Maintien de la mobilisation à Alger    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Nouvelle publication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La France reconnait son crime
Assassinat de maurice audin
Publié dans Le Midi Libre le 15 - 09 - 2018

La France, par la voix de son président de la République,Emmanuel Macron, reconnaitson entière responsabilité dans la disparition, la tortureet puis l'assassinat de Maurice Audin.
La France, par la voix de son président de la République,Emmanuel Macron, reconnaitson entière responsabilité dans la disparition, la tortureet puis l'assassinat de Maurice Audin.
ContenuC'est un événement historique majeur qui vient couronner la luttede tous ceux qui n'ont eu de cesse, à commencer par l'épouse du mathématicien, d'appeler la France à révéler la vérité sur les vraies circonstances de l'assassinat de Maurice Audin durant la guerre deLibération nationale. C'est eneffet au soir du 11 juin 1957 que Maurice
Audin,assistant de mathématiques à la faculté d'Alger,militant du Parti communiste algérien(PCA), est arrêté à son domicile par des militaires. Depuis, sa femme JosetteAudin, restée seule avec trois jeunesenfants, est en quête de la vérité pourlaquelle elle a déployé toute son énergieen ne cessant d'appeler les plus hauts responsablesde France à dévoiler toute la vérité et de reconnaitre, par voie de conséquence,la responsabilité de l'Etat français. C'est désormais chose faite puisqueavanthier jeudi le Président français, EmmanuelMacron, s'est rendu au domicile de laveuve de Maurice Audin où il lui a remisune déclaration dans laquelle il reconnait la responsabilité de la Républiquefrançaise dans ce crime. Dans cette déclarationle Président français évoque la peine deJosette Audin qui se démène pourconnaître la vérité mais, dira Macron, le "commandement militaire lui livre alors ce qui allait rester pour des décennies la version officielle : son mari s'est évadé. La réponse est couramment faite aux familles en quête d'informations.
Laplainte pour enlèvement et séquestration qu'elle déposealors, achoppe, comme d'autres, sur le silence ou le mensonge des témoins-clés qui font obstruction à l'enquête.Celle-ciest définitivement close en 1962 par unnon-lieu, en raison des décrets d'amnistiepris à la fin de la guerre d'Algérie, qui ontmis fin à toute possibilité de poursuite". En effet la version officielle soutenait jusque-là que Maurice Audin s'estévadé.Une thèse qui ne convainc personne et qui a totalement volé en éclats lorsque l'historienPierre Vidal-Naquet a défendu dans un de ses livres, sur la foi d'un témoignage, que l'officier de renseignementschargé d'interroger Maurice Audin l'avait luimême tué. Paul Aussaresses, et d'autres, ont affirmé qu'un commando sous ses ordres avait exécuté le jeune mathématicien.Il est aussi possible qu'il soit décédé sous la torture.
"Quoi qu'il en soitprécisément, sa disparition a été rendue possible par un système dont les gouvernementssuccessifs ont permis le développement: le système appelé - arrestationdétention- à l'époque même, qui autorise les forces de l'ordre à arrêter, détenir et interroger tout - suspect - dans l'objectif d'une lutte plus efficacecontre l'adversaire" écrit Macron dans sa déclaration. Evoquant le décret de 1957autorisant ladélégation des pouvoirs de police à l'armée, le locataire de l'Elysée estime que "cesystème a été le terreau malheureux d'actesparfois terribles, dont la torture, que l'affaireAudin a mis en lumière". La reconnaissance de l'exercice de la torturene souffre d'aucune équivoque. "Il importe que cette histoire soit connue,qu'elle soit regardée avec courage et lucidité" indique Macron.
"Il en va enfin dudevoir de vérité qui incombe à laRépublique française, laquelle dans cedomaine comme dans d'autres, doit montrer la voie, car c'est par la vérité seule quela réconciliation est possible et il n'est pas de liberté, d'égalité et de fraternité sansexercice de vérité" indique enfin le Président français. Une déclaration qui afait l'effet d'une bombe en France ou déjà la polémique fait rage entre partisans etdétracteurs. Mais à Alger l'on seréjouit,comme l'atteste la première réactionàchaud du ministre des Moudjahidine. Maispour les Algériens ce pas, certes important, reste encore insuffisant car laFrance doit reconnaitre tous ses crimes commis en Algérie durant la longue nuitcoloniale.
ContenuC'est un événement historique majeur qui vient couronner la luttede tous ceux qui n'ont eu de cesse, à commencer par l'épouse du mathématicien, d'appeler la France à révéler la vérité sur les vraies circonstances de l'assassinat de Maurice Audin durant la guerre deLibération nationale. C'est eneffet au soir du 11 juin 1957 que Maurice
Audin,assistant de mathématiques à la faculté d'Alger,militant du Parti communiste algérien(PCA), est arrêté à son domicile par des militaires. Depuis, sa femme JosetteAudin, restée seule avec trois jeunesenfants, est en quête de la vérité pourlaquelle elle a déployé toute son énergieen ne cessant d'appeler les plus hauts responsablesde France à dévoiler toute la vérité et de reconnaitre, par voie de conséquence,la responsabilité de l'Etat français. C'est désormais chose faite puisqueavanthier jeudi le Président français, EmmanuelMacron, s'est rendu au domicile de laveuve de Maurice Audin où il lui a remisune déclaration dans laquelle il reconnait la responsabilité de la Républiquefrançaise dans ce crime. Dans cette déclarationle Président français évoque la peine deJosette Audin qui se démène pourconnaître la vérité mais, dira Macron, le "commandement militaire lui livre alors ce qui allait rester pour des décennies la version officielle : son mari s'est évadé. La réponse est couramment faite aux familles en quête d'informations.
Laplainte pour enlèvement et séquestration qu'elle déposealors, achoppe, comme d'autres, sur le silence ou le mensonge des témoins-clés qui font obstruction à l'enquête.Celle-ciest définitivement close en 1962 par unnon-lieu, en raison des décrets d'amnistiepris à la fin de la guerre d'Algérie, qui ontmis fin à toute possibilité de poursuite". En effet la version officielle soutenait jusque-là que Maurice Audin s'estévadé.Une thèse qui ne convainc personne et qui a totalement volé en éclats lorsque l'historienPierre Vidal-Naquet a défendu dans un de ses livres, sur la foi d'un témoignage, que l'officier de renseignementschargé d'interroger Maurice Audin l'avait luimême tué. Paul Aussaresses, et d'autres, ont affirmé qu'un commando sous ses ordres avait exécuté le jeune mathématicien.Il est aussi possible qu'il soit décédé sous la torture.
"Quoi qu'il en soitprécisément, sa disparition a été rendue possible par un système dont les gouvernementssuccessifs ont permis le développement: le système appelé - arrestationdétention- à l'époque même, qui autorise les forces de l'ordre à arrêter, détenir et interroger tout - suspect - dans l'objectif d'une lutte plus efficacecontre l'adversaire" écrit Macron dans sa déclaration. Evoquant le décret de 1957autorisant ladélégation des pouvoirs de police à l'armée, le locataire de l'Elysée estime que "cesystème a été le terreau malheureux d'actesparfois terribles, dont la torture, que l'affaireAudin a mis en lumière". La reconnaissance de l'exercice de la torturene souffre d'aucune équivoque. "Il importe que cette histoire soit connue,qu'elle soit regardée avec courage et lucidité" indique Macron.
"Il en va enfin dudevoir de vérité qui incombe à laRépublique française, laquelle dans cedomaine comme dans d'autres, doit montrer la voie, car c'est par la vérité seule quela réconciliation est possible et il n'est pas de liberté, d'égalité et de fraternité sansexercice de vérité" indique enfin le Président français. Une déclaration qui afait l'effet d'une bombe en France ou déjà la polémique fait rage entre partisans etdétracteurs. Mais à Alger l'on seréjouit,comme l'atteste la première réactionàchaud du ministre des Moudjahidine. Maispour les Algériens ce pas, certes important, reste encore insuffisant car laFrance doit reconnaitre tous ses crimes commis en Algérie durant la longue nuitcoloniale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.