Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sept personnes sauvées in extremis d'une mort certaine    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Deux suspects arrêtés    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Ligue des champions d'Afrique : Le CSC depuis hier en Egypte    Coupe d'Algérie (1/4 de finale aller) : L'USM Annaba et le NA Hussein-Dey prennent option    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Réunion des partis de l'opposition    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    En un an, la facture a presque doublé    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Sommet de l'opposition pour une candidature unique.. Des tractations laborieuses    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Hockey sur gazon.. Nécessité d'accompagner les formateurs de demain    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Dernière roue de la charrette…    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    LOGEMENT SOCIAL : 2 millions de bénéficiaires ne paient pas leurs redevances    Braquage de Boumerdès : 4 convoyeurs de fonds arrêtés    PRESIDENTIELLE 2019 : Ouyahia exhorte ses partisans à voter Bouteflika    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Aux actionnaires de valider le passage sous Hyproc    Varsovie attend des excuses d'Israël    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Algériens font plus d'enfants que leurs voisins
Selon une étude de la revue britannique "the lancet"
Publié dans Le Midi Libre le 12 - 11 - 2018

Les femmes algériennes ont gagné plus de cinq ansd'espérance de vie depuis1990, et les hommes en ontgagné un peu moins de sept,selon une étude publiée par laprestigieuse revue médicalebritannique "The Lancet".L'espérance de vie desfemmes est passée de 73,2ans en 1990, à 78,5 en 2017.Pour les hommes, l'espérancede vie est passée de 70,3 ansen 1990, à 77 années en 2017.
Les femmes algériennes ont gagné plus de cinq ansd'espérance de vie depuis1990, et les hommes en ontgagné un peu moins de sept,selon une étude publiée par laprestigieuse revue médicalebritannique "The Lancet".L'espérance de vie desfemmes est passée de 73,2ans en 1990, à 78,5 en 2017.Pour les hommes, l'espérancede vie est passée de 70,3 ansen 1990, à 77 années en 2017.
D'après cette étude, les femmes vivent environ 1,45 année de plusque les hommes. Un écart quis'est fortement réduit puisqu'en 1990, ilétait de près de trois ans. Toutefois, lesfemmes vivent 86% de ce temps "gagnésur les hommes" en "mauvaise santé". Le resserrement de cet écart est également perceptible dans le nombre d'annéesvécues en bonne santé, qui est quasimentidentique entre les hommes et les femmes.Le "nombre d'années vécues en bonnesanté" par les femmes est de 66,6 annéeset de 66,4 années pour les hommes, en2017.
La tendance qui ressort de ces chiffresest un alignement, sur le long terme, des espérances de vie des hommes et desfemmes, ainsi que du nombre d'annéesvécues en bonne santé de chacune des deuxpopulations.Les Algériens vivent plus longtemps queleurs voisins, d'après cette étude. Seule laTunisie fait mieux sur l'espérance de viedes femmes, qui est de 80,72 années alorsque celle des hommes est de 76,09 ans. AuMaroc, l'espérance de vie est de 73,23années pour les hommes et de 74,7 pourles femmes alors qu'en Libye, elle est de71,23 pour les hommes et de 74,97 pourles femmes. L'Egypte a une espérance devie très inférieure à celle des autres paysd'Afrique du Nord, avec 67,96 années pourles hommes et 74,33 années pour lesfemmes.Singapour est le pays qui a la plus longueespérance de vie dans le monde, avec 81,93années pour les hommes et 87,55 annéespour les femmes.
L'Algérie, le pays le plus fertile d'Afrique du Nord
En 2017, environ 78.000 femmes et 90.000 hommes sont décédés en Algérie, mais sur la même année, il y a eu 963.291naissances vivantes. C'est dire, si ladémographie du pays est en progression !Le taux de fécondité général est de 2,8enfants par femme, ce qui fait de l'Algériela championne de la natalité en Afrique duNord (en l'absence de données sur la Mauritanie), devant l'Egypte qui a un tauxde fécondité de 2,7, le Maroc et la Libyequi ont le même taux de 2,1, alors que laTunisie est loin derrière, avec un taux defécondité général de 1,8.
Il faut signalerque, le taux de natalité enAlgérie donné par les auteurs de l'étude estdifférent de celui avancé par le ministèrealgérien de la Santé, pour la même annéeet qui est de 3,1. Un écart qui peut être expliqué par des différences dans les méthodes utilisées, par chacun des deuxorganismes. C'est entre 30 et 34 ans, quelesAlgériennes font le plus d'enfants avecun total de 162,4 enfants par an, pourmille femmes de cette tranche d'âge.
Des progrès à faire pour la prise en charge des nouveaux-nés
Une des études publiées par "The Lancet" ce vendredi, donne le degré d'avancement de 190 pays dans la réalisation des objectifsde développent durable des Nationsunies, relatifs à la santé et au bien-être.Dans ce classement, l'Algérie arrive 48e,avec un score de 67 sur 100, devant laTunisie classée 54e, avec un score identique. L'Algérie fait également mieux quela Libye, 90e avec une score de 73 et leMaroc 97e avec un score de 60.n Les scores attribués à chaque pays sont les moyennes des scores qu'ils ont obtenussur chacun des 41 indicateurs sur la santé,pris en compte sur la période allant de1990 à 2017.
L'Algérie a obtenu de trèsbons scores, sur de nombreux critères d'évaluation. Elle a obtenu des notes égales au score maximal de 100/100, ouqui s'en rapprochent sur des critères telsque le taux de mortalité à cause descatastrophesnaturelles, le taux de naissancesfaites en présence d'un personnel médicalqualifié (médecin, infirmier, sage-femme,etc ...), la consommation d'alcool, la pollutionde l'air domestique, l'assainissement(toilettes) et la violence sexuelle.Malgré ces très bons scores partiels, lanote générale de l'Algérie est plombée, parses mauvaises performances sur de nombreuxautres critères où elle a obtenu des notes inférieures à 50 sur 100.
Il s'agitnotamment, de l'obésité infantile, dutaux de mortalité maternelle, de mortalité néonatale, la pollution de l'atmosphère par les particules fines, la violence physique, lenombre de décès par accidents de la route etle nombre de décès dus à des conflit(guerre ou terrorisme). Sur ce dernier critère, l'Algérie fait un score très bas, car l'évaluation descritères s'est faite en prenant en compte lesdonnéesdu pays, sur une période qui comprendla décennie noire, marquée en Algérie par un nombre effarant d'attentatsterroristes meurtriers.
D'après cette étude, les femmes vivent environ 1,45 année de plusque les hommes. Un écart quis'est fortement réduit puisqu'en 1990, ilétait de près de trois ans. Toutefois, lesfemmes vivent 86% de ce temps "gagnésur les hommes" en "mauvaise santé". Le resserrement de cet écart est également perceptible dans le nombre d'annéesvécues en bonne santé, qui est quasimentidentique entre les hommes et les femmes.Le "nombre d'années vécues en bonnesanté" par les femmes est de 66,6 annéeset de 66,4 années pour les hommes, en2017.
La tendance qui ressort de ces chiffresest un alignement, sur le long terme, des espérances de vie des hommes et desfemmes, ainsi que du nombre d'annéesvécues en bonne santé de chacune des deuxpopulations.Les Algériens vivent plus longtemps queleurs voisins, d'après cette étude. Seule laTunisie fait mieux sur l'espérance de viedes femmes, qui est de 80,72 années alorsque celle des hommes est de 76,09 ans. AuMaroc, l'espérance de vie est de 73,23années pour les hommes et de 74,7 pourles femmes alors qu'en Libye, elle est de71,23 pour les hommes et de 74,97 pourles femmes. L'Egypte a une espérance devie très inférieure à celle des autres paysd'Afrique du Nord, avec 67,96 années pourles hommes et 74,33 années pour lesfemmes.Singapour est le pays qui a la plus longueespérance de vie dans le monde, avec 81,93années pour les hommes et 87,55 annéespour les femmes.
L'Algérie, le pays le plus fertile d'Afrique du Nord
En 2017, environ 78.000 femmes et 90.000 hommes sont décédés en Algérie, mais sur la même année, il y a eu 963.291naissances vivantes. C'est dire, si ladémographie du pays est en progression !Le taux de fécondité général est de 2,8enfants par femme, ce qui fait de l'Algériela championne de la natalité en Afrique duNord (en l'absence de données sur la Mauritanie), devant l'Egypte qui a un tauxde fécondité de 2,7, le Maroc et la Libyequi ont le même taux de 2,1, alors que laTunisie est loin derrière, avec un taux defécondité général de 1,8.
Il faut signalerque, le taux de natalité enAlgérie donné par les auteurs de l'étude estdifférent de celui avancé par le ministèrealgérien de la Santé, pour la même annéeet qui est de 3,1. Un écart qui peut être expliqué par des différences dans les méthodes utilisées, par chacun des deuxorganismes. C'est entre 30 et 34 ans, quelesAlgériennes font le plus d'enfants avecun total de 162,4 enfants par an, pourmille femmes de cette tranche d'âge.
Des progrès à faire pour la prise en charge des nouveaux-nés
Une des études publiées par "The Lancet" ce vendredi, donne le degré d'avancement de 190 pays dans la réalisation des objectifsde développent durable des Nationsunies, relatifs à la santé et au bien-être.Dans ce classement, l'Algérie arrive 48e,avec un score de 67 sur 100, devant laTunisie classée 54e, avec un score identique. L'Algérie fait également mieux quela Libye, 90e avec une score de 73 et leMaroc 97e avec un score de 60.n Les scores attribués à chaque pays sont les moyennes des scores qu'ils ont obtenussur chacun des 41 indicateurs sur la santé,pris en compte sur la période allant de1990 à 2017.
L'Algérie a obtenu de trèsbons scores, sur de nombreux critères d'évaluation. Elle a obtenu des notes égales au score maximal de 100/100, ouqui s'en rapprochent sur des critères telsque le taux de mortalité à cause descatastrophesnaturelles, le taux de naissancesfaites en présence d'un personnel médicalqualifié (médecin, infirmier, sage-femme,etc ...), la consommation d'alcool, la pollutionde l'air domestique, l'assainissement(toilettes) et la violence sexuelle.Malgré ces très bons scores partiels, lanote générale de l'Algérie est plombée, parses mauvaises performances sur de nombreuxautres critères où elle a obtenu des notes inférieures à 50 sur 100.
Il s'agitnotamment, de l'obésité infantile, dutaux de mortalité maternelle, de mortalité néonatale, la pollution de l'atmosphère par les particules fines, la violence physique, lenombre de décès par accidents de la route etle nombre de décès dus à des conflit(guerre ou terrorisme). Sur ce dernier critère, l'Algérie fait un score très bas, car l'évaluation descritères s'est faite en prenant en compte lesdonnéesdu pays, sur une période qui comprendla décennie noire, marquée en Algérie par un nombre effarant d'attentatsterroristes meurtriers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.