2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les textes désormais contestables    Plus inquiétant que le ballon, celui qui le lance !    Stations de dessalement : la panacée    Nouvelle réforme des retraites en 2019 ?    Un hybride inédit    Les quarts de finale et demi-finales seront disputés en aller-retour    River triomphe de Boca, finale aseptisée à Madrid    Belgrade, passage obligé pour Paris, Naples et Liverpool    Saisie de 36 240 sachets de tabac à chiquer    La femme de la victime, sa fille et un complice sous mandat de dépôt    Un homme arrêté pour détention illégale d'un fusil de chasse et de munitions    Plaidoyer pour la construction d'un récit historique solide    Quand un observateur fait tomber les masques d'imposture    ACTUCULT    MSP Batna: Satisfaction sur tous les plans    Un pacte self-service    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Très attendue par les écologistes et les amoureux de la nature: Ouverture prochaine de la maison de l'environnement    Un avis d'adjudication sera lancé prochainement: Vers la concession du nouveau marché de véhicules d'El Hamri à un privé    Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Le poids de la crise    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Ouyahia contrarié ?    Le FLN pour une nouvelle sérénité    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    Ghezzal retrouve la compétition    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Algériens font plus d'enfants que leurs voisins
Selon une étude de la revue britannique "the lancet"
Publié dans Le Midi Libre le 12 - 11 - 2018

Les femmes algériennes ont gagné plus de cinq ansd'espérance de vie depuis1990, et les hommes en ontgagné un peu moins de sept,selon une étude publiée par laprestigieuse revue médicalebritannique "The Lancet".L'espérance de vie desfemmes est passée de 73,2ans en 1990, à 78,5 en 2017.Pour les hommes, l'espérancede vie est passée de 70,3 ansen 1990, à 77 années en 2017.
Les femmes algériennes ont gagné plus de cinq ansd'espérance de vie depuis1990, et les hommes en ontgagné un peu moins de sept,selon une étude publiée par laprestigieuse revue médicalebritannique "The Lancet".L'espérance de vie desfemmes est passée de 73,2ans en 1990, à 78,5 en 2017.Pour les hommes, l'espérancede vie est passée de 70,3 ansen 1990, à 77 années en 2017.
D'après cette étude, les femmes vivent environ 1,45 année de plusque les hommes. Un écart quis'est fortement réduit puisqu'en 1990, ilétait de près de trois ans. Toutefois, lesfemmes vivent 86% de ce temps "gagnésur les hommes" en "mauvaise santé". Le resserrement de cet écart est également perceptible dans le nombre d'annéesvécues en bonne santé, qui est quasimentidentique entre les hommes et les femmes.Le "nombre d'années vécues en bonnesanté" par les femmes est de 66,6 annéeset de 66,4 années pour les hommes, en2017.
La tendance qui ressort de ces chiffresest un alignement, sur le long terme, des espérances de vie des hommes et desfemmes, ainsi que du nombre d'annéesvécues en bonne santé de chacune des deuxpopulations.Les Algériens vivent plus longtemps queleurs voisins, d'après cette étude. Seule laTunisie fait mieux sur l'espérance de viedes femmes, qui est de 80,72 années alorsque celle des hommes est de 76,09 ans. AuMaroc, l'espérance de vie est de 73,23années pour les hommes et de 74,7 pourles femmes alors qu'en Libye, elle est de71,23 pour les hommes et de 74,97 pourles femmes. L'Egypte a une espérance devie très inférieure à celle des autres paysd'Afrique du Nord, avec 67,96 années pourles hommes et 74,33 années pour lesfemmes.Singapour est le pays qui a la plus longueespérance de vie dans le monde, avec 81,93années pour les hommes et 87,55 annéespour les femmes.
L'Algérie, le pays le plus fertile d'Afrique du Nord
En 2017, environ 78.000 femmes et 90.000 hommes sont décédés en Algérie, mais sur la même année, il y a eu 963.291naissances vivantes. C'est dire, si ladémographie du pays est en progression !Le taux de fécondité général est de 2,8enfants par femme, ce qui fait de l'Algériela championne de la natalité en Afrique duNord (en l'absence de données sur la Mauritanie), devant l'Egypte qui a un tauxde fécondité de 2,7, le Maroc et la Libyequi ont le même taux de 2,1, alors que laTunisie est loin derrière, avec un taux defécondité général de 1,8.
Il faut signalerque, le taux de natalité enAlgérie donné par les auteurs de l'étude estdifférent de celui avancé par le ministèrealgérien de la Santé, pour la même annéeet qui est de 3,1. Un écart qui peut être expliqué par des différences dans les méthodes utilisées, par chacun des deuxorganismes. C'est entre 30 et 34 ans, quelesAlgériennes font le plus d'enfants avecun total de 162,4 enfants par an, pourmille femmes de cette tranche d'âge.
Des progrès à faire pour la prise en charge des nouveaux-nés
Une des études publiées par "The Lancet" ce vendredi, donne le degré d'avancement de 190 pays dans la réalisation des objectifsde développent durable des Nationsunies, relatifs à la santé et au bien-être.Dans ce classement, l'Algérie arrive 48e,avec un score de 67 sur 100, devant laTunisie classée 54e, avec un score identique. L'Algérie fait également mieux quela Libye, 90e avec une score de 73 et leMaroc 97e avec un score de 60.n Les scores attribués à chaque pays sont les moyennes des scores qu'ils ont obtenussur chacun des 41 indicateurs sur la santé,pris en compte sur la période allant de1990 à 2017.
L'Algérie a obtenu de trèsbons scores, sur de nombreux critères d'évaluation. Elle a obtenu des notes égales au score maximal de 100/100, ouqui s'en rapprochent sur des critères telsque le taux de mortalité à cause descatastrophesnaturelles, le taux de naissancesfaites en présence d'un personnel médicalqualifié (médecin, infirmier, sage-femme,etc ...), la consommation d'alcool, la pollutionde l'air domestique, l'assainissement(toilettes) et la violence sexuelle.Malgré ces très bons scores partiels, lanote générale de l'Algérie est plombée, parses mauvaises performances sur de nombreuxautres critères où elle a obtenu des notes inférieures à 50 sur 100.
Il s'agitnotamment, de l'obésité infantile, dutaux de mortalité maternelle, de mortalité néonatale, la pollution de l'atmosphère par les particules fines, la violence physique, lenombre de décès par accidents de la route etle nombre de décès dus à des conflit(guerre ou terrorisme). Sur ce dernier critère, l'Algérie fait un score très bas, car l'évaluation descritères s'est faite en prenant en compte lesdonnéesdu pays, sur une période qui comprendla décennie noire, marquée en Algérie par un nombre effarant d'attentatsterroristes meurtriers.
D'après cette étude, les femmes vivent environ 1,45 année de plusque les hommes. Un écart quis'est fortement réduit puisqu'en 1990, ilétait de près de trois ans. Toutefois, lesfemmes vivent 86% de ce temps "gagnésur les hommes" en "mauvaise santé". Le resserrement de cet écart est également perceptible dans le nombre d'annéesvécues en bonne santé, qui est quasimentidentique entre les hommes et les femmes.Le "nombre d'années vécues en bonnesanté" par les femmes est de 66,6 annéeset de 66,4 années pour les hommes, en2017.
La tendance qui ressort de ces chiffresest un alignement, sur le long terme, des espérances de vie des hommes et desfemmes, ainsi que du nombre d'annéesvécues en bonne santé de chacune des deuxpopulations.Les Algériens vivent plus longtemps queleurs voisins, d'après cette étude. Seule laTunisie fait mieux sur l'espérance de viedes femmes, qui est de 80,72 années alorsque celle des hommes est de 76,09 ans. AuMaroc, l'espérance de vie est de 73,23années pour les hommes et de 74,7 pourles femmes alors qu'en Libye, elle est de71,23 pour les hommes et de 74,97 pourles femmes. L'Egypte a une espérance devie très inférieure à celle des autres paysd'Afrique du Nord, avec 67,96 années pourles hommes et 74,33 années pour lesfemmes.Singapour est le pays qui a la plus longueespérance de vie dans le monde, avec 81,93années pour les hommes et 87,55 annéespour les femmes.
L'Algérie, le pays le plus fertile d'Afrique du Nord
En 2017, environ 78.000 femmes et 90.000 hommes sont décédés en Algérie, mais sur la même année, il y a eu 963.291naissances vivantes. C'est dire, si ladémographie du pays est en progression !Le taux de fécondité général est de 2,8enfants par femme, ce qui fait de l'Algériela championne de la natalité en Afrique duNord (en l'absence de données sur la Mauritanie), devant l'Egypte qui a un tauxde fécondité de 2,7, le Maroc et la Libyequi ont le même taux de 2,1, alors que laTunisie est loin derrière, avec un taux defécondité général de 1,8.
Il faut signalerque, le taux de natalité enAlgérie donné par les auteurs de l'étude estdifférent de celui avancé par le ministèrealgérien de la Santé, pour la même annéeet qui est de 3,1. Un écart qui peut être expliqué par des différences dans les méthodes utilisées, par chacun des deuxorganismes. C'est entre 30 et 34 ans, quelesAlgériennes font le plus d'enfants avecun total de 162,4 enfants par an, pourmille femmes de cette tranche d'âge.
Des progrès à faire pour la prise en charge des nouveaux-nés
Une des études publiées par "The Lancet" ce vendredi, donne le degré d'avancement de 190 pays dans la réalisation des objectifsde développent durable des Nationsunies, relatifs à la santé et au bien-être.Dans ce classement, l'Algérie arrive 48e,avec un score de 67 sur 100, devant laTunisie classée 54e, avec un score identique. L'Algérie fait également mieux quela Libye, 90e avec une score de 73 et leMaroc 97e avec un score de 60.n Les scores attribués à chaque pays sont les moyennes des scores qu'ils ont obtenussur chacun des 41 indicateurs sur la santé,pris en compte sur la période allant de1990 à 2017.
L'Algérie a obtenu de trèsbons scores, sur de nombreux critères d'évaluation. Elle a obtenu des notes égales au score maximal de 100/100, ouqui s'en rapprochent sur des critères telsque le taux de mortalité à cause descatastrophesnaturelles, le taux de naissancesfaites en présence d'un personnel médicalqualifié (médecin, infirmier, sage-femme,etc ...), la consommation d'alcool, la pollutionde l'air domestique, l'assainissement(toilettes) et la violence sexuelle.Malgré ces très bons scores partiels, lanote générale de l'Algérie est plombée, parses mauvaises performances sur de nombreuxautres critères où elle a obtenu des notes inférieures à 50 sur 100.
Il s'agitnotamment, de l'obésité infantile, dutaux de mortalité maternelle, de mortalité néonatale, la pollution de l'atmosphère par les particules fines, la violence physique, lenombre de décès par accidents de la route etle nombre de décès dus à des conflit(guerre ou terrorisme). Sur ce dernier critère, l'Algérie fait un score très bas, car l'évaluation descritères s'est faite en prenant en compte lesdonnéesdu pays, sur une période qui comprendla décennie noire, marquée en Algérie par un nombre effarant d'attentatsterroristes meurtriers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.