Editions Casbah. « L'Outrage fait à Sarah Ikker », nouveau roman de Yasmina Khadra    Crise politique et crise de nerfs    Le refus d'encadrer la présidentielle entériné    Suggestions pour un système électoral sans fraude    La semaine du titre pour le Barça ?    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    L'arbitre assistant Doulache va témoigner devant la CD/LFP    1 décès et 5 blessés graves lors d'un renversement d'un véhicule    Masques spécial peaux grasses et sèches    Paëlla    Le pouvoir maintient sa feuille de route    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    LETTRE D'UN HARAGUE CHERCHANT AILLEURS LA DIGNITE    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    En bref…    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    El Braya: Un homme mortellement poignardé    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Football - Ligue 2: Une journée explosive    GCB Mascara Le handballeur Tomba Ali n'est plus    Ali Laskri pointé du doigt: Le siège du FFS à Alger attaqué    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Sonatrach augmente la production de carburants    La mobilisation populaire intacte    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    Manifestations devant le QG de l'armée    La date sera fixée dimanche    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Libye.. Les combats continuent    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les dispositions expliquées par l'ambassade de France
Soins des Algériens dans les hôpitaux Français
Publié dans Le Midi Libre le 10 - 12 - 2018

L'ambassade de France en Algérie, apporte des précisions sur le récent protocoled'accord entre les deux pays, relatifaux soins des ressortissants algériensdans les hôpitaux français.
L'ambassade de France en Algérie, apporte des précisions sur le récent protocoled'accord entre les deux pays, relatifaux soins des ressortissants algériensdans les hôpitaux français.
Dans un communiqué rendu public, hier,la représentation diplomatique françaiserappelle que "la France et l'Algérie ontsigné en avril 2016 à Alger, un protocoleannexe à la convention générale sur lasécurité sociale, relatif aux soins de santéprogrammés dispensés en France, auxressortissants algériens assurés sociauxet démunis non assurés sociaux résidanten Algérie", avant d'expliquer les dispositionsprévues à ce sujet.
Ce protocole, qui établit un cadre administratifunifié et fiable pour l'organisationet la prise en charge par la CNASalgérienne des soins prodigués en Franceà des Algériens, "ne concerne que lessoins qui ne peuvent pas être dispensésen Algérie qui doivent faire l'objet d'unedemande préalable d'autorisation de priseen charge par la CNAS algérienne", précisela même source.Après "évaluation financière préalabledes soins programmés par les patientsalgériens dans des établissements français"effectuée par la CNAS, une "attestationde droits aux soins programmésest délivrée"au concerné, toujours selon le même document. Et ce n'est qu'une fois cette étape accomplie, que les bénéficiaires de cette prise en charge se voient délivrer rapidement,des "visas pour soins", selon la représentationdiplomatique française àAlger, qui précise qu'"il signifie nullement que les en France sont dorénavant gratuitspour les Algériens".
"Ce protocole est très positif, car il élargitle champ des bénéficiaires potentielsen Algérie et tend à sécuriser les circuitsadministratifs et financiers entre nos deux systèmes d'assurance maladie. Il doit permettre de réduire le nombre de patients algériens qui vont se faire soigner en France, dans le cadre de démarches purement personnelles. Ces démarches individuelles génèrent une dette "privée" qui avoisine 25 millions d'euros et des problèmes de recouvrement", souligne la même source."Les patients algériens qui ne bénéficient pas d'une autorisation préalable de la CNAS, doivent payer la totalité des fraisoccasionnés" conclut le communiqué.
Dans un communiqué rendu public, hier,la représentation diplomatique françaiserappelle que "la France et l'Algérie ontsigné en avril 2016 à Alger, un protocoleannexe à la convention générale sur lasécurité sociale, relatif aux soins de santéprogrammés dispensés en France, auxressortissants algériens assurés sociauxet démunis non assurés sociaux résidanten Algérie", avant d'expliquer les dispositionsprévues à ce sujet.
Ce protocole, qui établit un cadre administratifunifié et fiable pour l'organisationet la prise en charge par la CNASalgérienne des soins prodigués en Franceà des Algériens, "ne concerne que lessoins qui ne peuvent pas être dispensésen Algérie qui doivent faire l'objet d'unedemande préalable d'autorisation de priseen charge par la CNAS algérienne", précisela même source.Après "évaluation financière préalabledes soins programmés par les patientsalgériens dans des établissements français"effectuée par la CNAS, une "attestationde droits aux soins programmésest délivrée"au concerné, toujours selon le même document. Et ce n'est qu'une fois cette étape accomplie, que les bénéficiaires de cette prise en charge se voient délivrer rapidement,des "visas pour soins", selon la représentationdiplomatique française àAlger, qui précise qu'"il signifie nullement que les en France sont dorénavant gratuitspour les Algériens".
"Ce protocole est très positif, car il élargitle champ des bénéficiaires potentielsen Algérie et tend à sécuriser les circuitsadministratifs et financiers entre nos deux systèmes d'assurance maladie. Il doit permettre de réduire le nombre de patients algériens qui vont se faire soigner en France, dans le cadre de démarches purement personnelles. Ces démarches individuelles génèrent une dette "privée" qui avoisine 25 millions d'euros et des problèmes de recouvrement", souligne la même source."Les patients algériens qui ne bénéficient pas d'une autorisation préalable de la CNAS, doivent payer la totalité des fraisoccasionnés" conclut le communiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.