Quand l'acte de candidature tourne à la comédie !    Facebook impose des règles plus strictes de publicité politique dans les pays qui organisent des élections    Ouverture de la quatrième édition du Salon international de l'agriculture    La vigilance toujours de mise    Duels au sommet et au bas du tableau    Votre week-end sportif    Brèves de sétif...    Distribution de 379 logements à Ahmer-el-Aïn    3 000 postes de formation pédagogique offerts à Mostaganem    Ces «harragas» qui vous empêchent de dormir !    La fabrique à pluralisme !    Je ne suis pas candidat !    Akerrou : Yennayer fêté à Lakrar    Ligue 1: Trois chauds et importants duels    Ligue 2: Chocs explosifs à Blida et Saïda    Caisse nationale de retraite: Près de 610 milliards de DA de déficit prévu en 2019    Un candidat à la candidature, c'est sérieux !    Macias au Maroc: un ballon-sonde sur la voie de la normalisation israélo-marocaine    Chlef: Des projets et des retards importants    Plusieurs wilayas concernées: Rafales de vent, pluie et neige    Présidentielle d'avril 2019: Début de la révision exceptionnelle des listes électorales    Gaïd Salah appelle à la vigilance    Relizane: Les promesses de Mohamed Hattab    De la frontière    Le CHT Oran, un modèle de réussite du sport scolaire    1541 magistrats chargés de présider les commissions électorales    Installation du groupe parlementaire d'amitié «Algérie-Cuba»    «La politique de réconciliation nationale est exposée»    Une réunion pour renforcer davantage les relations    La force et la volonté du peuple sahraoui briseront les projets de l'occupant marocain    Mehdi Abid Charef bientôt sur les terrains de football ?    La Juventus au petit trot, l'AC Milan quatrième    Flambée de violence dans le Nord-Est, des milliers de déplacés    Face aux "menaces" : Macron et Merkel signent un traité de convergence    Sahel: Le changement climatique exacerbe les conflits intercommunautaires (CICR)    Forum économique de Davos : Messahel met en exergue les efforts de l'Algérie pour la stabilité régionale    Aviation : La production d'Airbus sur les terres de Boeing va monter en flèche    Sit-in devant les directions de l'éducation    Par manque de professionnels, le poisson devient rare sur le marché    La criminalité générale en baisse    Quatorze propositions aux futurs candidats à l'élection présidentielles du 18 avril 2019    L'expert Ait Chérif plaide pour une transition énergétique urgente    Chine La croissance du PIB au 4e trimestre au plus bas depuis 2009    L'Autorité palestinienne va refuser toute aide américaine    Les femmes encore reléguées au second plan    La confluence des poètes accroît le niveau de leur créativité    Une possible œuvre de Banksy émeut les Japonais    Ce rivage, où on avance sur le silence* : Abdallah Benanteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soins en France, rien de nouveau
Publié dans Réflexion le 09 - 12 - 2018


Malheureusement le rêve des Algériens d'aller en France pour des prises en charge médicales gratuites s'est dissipé, du fait d'une mauvaise interprétation du protocole annexé à la convention des soins ratifié le 17 novembre par un décret présidentiel à Alger. Cette information, rapportée par les différents médias a été mal interprétée, poussant ainsi les milieux d'extrême droite à dénoncer, cette nouvelle. Et pour cause, ce protocole va compliquer la tâche des hôpitaux français, déjà surchargés et en sous-effectif chronique. Sorti de son silence, l'ambassadeur de France a bien précisé que cette information a été mal interprétée, tout en soulignant que les concernés sont seulement les malades dont l'Algérie n'a pas les soins nécessaires pour les prendre en charge. En plus, ces soins doivent faire l'objet d'une demande préalable d'autorisation de prise en charge par la CNAS algérienne. Donc, les malades algériens ne pourront pas se soigner gratuitement en France contrairement à ce qui a été dit. Bien au contraire ; par ce protocole, la France tend à sécuriser les circuits administratifs et financiers" entre les deux systèmes de santé et réduire le nombre d'Algériens qui vont se soigner "dans le cadre de démarches personnelles" sans régler leurs factures. En clair, c'est un texte qui a pour vocation de régler la question de la dette, en fermant l'accès des hôpitaux aux patients algériens qui ne peuvent pas payer directement ou par le biais d'une prise en charge, qui exige des patients algériens qui ne bénéficient pas d'une autorisation préalable de la CNAS de payer la totalité des frais occasionnés". Autrement dit, sans le sésame de la fameuse prise en charge de la CNAS, on ne peut pas prétendre à ces soins. Même dans le cas de la prise en charge par la CNAS, le règlement des factures ne semble pas suivre toujours. Il n'y a donc rien de nouveau.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.