Tebboune: la société civile, le 1er allié pour concrétiser l'édification de l'Etat    Lutte contre le Covid-19: Tebboune loue les efforts de certains walis    Fin de fonction de responsables locaux: ces décisions ne représentent qu'un début    COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    Accidents de la route: 9 personnes décédées et 181 autres blessées en 24 heures    Deux morts dans un accident de la circulation    Covid-19: Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent l'état de disponibilité du vaccin    Pléthore de modèles d'ici 2022    10 millions de ventes pour RAV4    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    «L'Algérie fait face à des tentatives de déstabilisation»    Mandat d'arrêt contre le général Belksir    Tribunal : report du procès de l'ancien député Baha Eddine Tliba au 2 septembre    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Covid-19, le lourd tribut des soignants    Approbation des propositions des ligues régionales    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    Liberté provisoire pour Fahd Helfaia    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Seulement 22 plages autorisées à la baignade à Boumerdès    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Polémique autour d'une agence naissante    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le déficit dépassera les 600 milliards de DA en 2019
Cnr
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 12 - 2018

Le déficit financier de la Caisse nationale de retraites(CNR), qui est de l'ordre de560 milliards de DA en 2018,dépassera les 600 milliards deDA en 2019, a estimé hier, le directeur général de la Caisse, Slimane Melouka.
Le déficit financier de la Caisse nationale de retraites(CNR), qui est de l'ordre de560 milliards de DA en 2018,dépassera les 600 milliards deDA en 2019, a estimé hier, le directeur général de la Caisse, Slimane Melouka.
"Avec des dépenses de plus de 1.200 milliards de DA à la fin de l'année en cours, la CNRaccusera un déficit de l'ordre de 560 milliardsde DA à la fin de l'année 2018, et quidépassera les 600 milliards de DA en2019, selon les données prévisionnelles etcompte tenue de la conjoncture actuelle", aprécisé M. Melouka dans un entretien à l'APS. Le même responsable a expliqué cette situation par le fait que, le nombre de
retraités "est en croissance", alors que celuides cotisants reste "constant", ajoutant que"l'équilibre financier de la Caisse nécessite5 cotisants pour 1 retraité, contrairement àce qui est enregistré actuellement (2 cotisants pour 1 retraité)". Cette situation, est"nettement insuffisante" pour pouvoirrépondre aux besoins des pensions, sachant que les salaires ont augmentédepuis l'année 2012, et que les pensions deretraite, sont devenues assez conséquentes, "ce qui accentue le déficit", a-t-il relevé.Au sujet de la nouvelle mesure prévue parla loi de Finances 2019, autorisant leFonds national d'Investissement (FNI), àoctroyer des crédits au profit de la
CNR àdes taux d'intérêt bonifiés à long terme, ila précisé que "cette action a été inscritepour pouvoir répondre aux besoins de laCaisse, en fonction du déficit prévisionnel pour l'année prochaine". M. Melouka a affirmé que la valeur du montant de ces crédits "n'a pas été fixée" dans la loi de Finances 2019, pour donner la possibilité à la CNR d'exprimer, à partir de janvier prochain, et d"'une manière objective, ses besoins financiers en fonction de la réalité du terrain". Pour rappel, la CNR a connu, ces dernières années, un déficit croissant, passantde 155,1 milliards DA en 2014 à 336,8 milliards en 2016, et plus de 479,1 milliards en 2017. Le financement de la CNR provient principalement, de la Caisse
nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS) et des subventions de l'Etat, en matière de solidarité. Néanmoins, la dépense est actuellement "plus importante" que les recettes, qui demeurent pratiquement "figées", bien que le nombre de dossiers déposés a baissé des 2/3 par rapport aux années précédentes, a indiqué le même responsable. M. Melouka a annoncé, à cette occasion, qu'outre le budget affecté par l'Etat à laCNR en 2018 (plus de 500 milliards DA), une contribution de solidarité, au taux de 1% applicable aux opérations d'importation
de marchandises, "a permis à la CNR, de bénéficier d'un apport complémentairede plus de 20 milliards DA, durant l'année
en cours". S'agissant de l'amendementapprouvé en novembre dernier parl`Assemblée populaire nationale (APN),accordant aux membres de la communauté algérienne établie à l'étranger et ceux qui exercent une activité professionnelle, la possibilité de s'affilier au système national de retraites, le DG de la CNR a fait savoir qu'il s'agit d'une affiliation "volontaire",soulignant que cet amendement intervient"suite aux besoins exprimés par notrecommunauté", notamment, "les Algériensrésidant dans des pays dépourvus de systèmede retraite".
Les TIC pour une bonne prise en charge des retraités
A cet effet, un groupe de travail mixte regroupant des cadres du ministère du Travail et des représentants de la CNR, se penche sur les procédures nécessaires à la mise en oeuvre de cette mesure portant sur différents aspects, notamment l'âge, l'assiette de cotisation et les modalités de paiement et de prise en charge de la pension. Evoquant le travail d'accompagnement au profit des retraités, M. Melouka a souligné qu'une "simplification" des procédures a été engagée par la Caisse, notamment celle portant sur des documents d'état civil, en l'occurrence l'extrait de naissance, l'acte de mariage et l'acte de décès. Il a expliqué que ces 3
documents "ne sont plus exigés aux retraités, mais directement récupérés des services concernés, grâce à la coordination interministérielle, à l'exception de situations particulières, comme celles relatives aux citoyens nés à l'étranger", a-t-il détaillé. Concernant le volet modernisation de la Caisse, M. Melouka a fait état de la mise en place d'un système d'information quinquennal (2015-2019), qualifiant cette démarche de "capitale" pour pouvoir gérer toutes les situations administratives, afin de faciliter la tâche aux travailleurs du secteur et améliorer la prise en charge des retraités. A ce titre, il a cité le Datacenter mis en oeuvre depuis décembre 2017, qui a pour vocation d'être le centre "névralgique" du système d'information, lequel répond aux normes internationales de sécurité, de disponibilité et de gestion des données. Ceci, outre une application mobile
(Retraite DZ) qui porte, notamment, sur un annuaire répertoriant l'ensemble des agences locales et les centres d'accueil et d'orientation y afférents, la liste des médecins conventionnés (généralistes et spécialistes), triés par wilaya afin de faciliter la recherche, et permettant aux citoyens de s'informer sur la législation et la simulation de calcul de retraites, a-t-il fait valoir. Une solution SMS en phase de finalisation, a été également engagée par la Caisse en collaboration avec tous les opérateurs de la téléphonie mobile, pour informer le retraité de sa situation dans des délais courts (rejet, actualisation et revalorisation). Pour le DG de la CNR, "cette solution lèvera diverses contraintes, à l'instar des informations non disponibles des retraités,( changement d'adresse etc...) et du courrier classique (non garantie de réception ainsi que le coût induit), etc".
Il a indiqué que le retraité peut, également, se renseigner sur tous les aspects relatifs à la gestion de la CNR d'une manière générale, et sur son dossier administratif d'une manière particulière, en composant le numéro vert de la CNR (3011), sachantqu'un centre d'appel a été mis en place enmai 2017 à cet effet, soulignant que les préoccupations principales des retraités portent sur le dossier et la validation de certaines périodes, ainsi que sur le montant de leur pension.
"Avec des dépenses de plus de 1.200 milliards de DA à la fin de l'année en cours, la CNRaccusera un déficit de l'ordre de 560 milliardsde DA à la fin de l'année 2018, et quidépassera les 600 milliards de DA en2019, selon les données prévisionnelles etcompte tenue de la conjoncture actuelle", aprécisé M. Melouka dans un entretien à l'APS. Le même responsable a expliqué cette situation par le fait que, le nombre de
retraités "est en croissance", alors que celuides cotisants reste "constant", ajoutant que"l'équilibre financier de la Caisse nécessite5 cotisants pour 1 retraité, contrairement àce qui est enregistré actuellement (2 cotisants pour 1 retraité)". Cette situation, est"nettement insuffisante" pour pouvoirrépondre aux besoins des pensions, sachant que les salaires ont augmentédepuis l'année 2012, et que les pensions deretraite, sont devenues assez conséquentes, "ce qui accentue le déficit", a-t-il relevé.Au sujet de la nouvelle mesure prévue parla loi de Finances 2019, autorisant leFonds national d'Investissement (FNI), àoctroyer des crédits au profit de la
CNR àdes taux d'intérêt bonifiés à long terme, ila précisé que "cette action a été inscritepour pouvoir répondre aux besoins de laCaisse, en fonction du déficit prévisionnel pour l'année prochaine". M. Melouka a affirmé que la valeur du montant de ces crédits "n'a pas été fixée" dans la loi de Finances 2019, pour donner la possibilité à la CNR d'exprimer, à partir de janvier prochain, et d"'une manière objective, ses besoins financiers en fonction de la réalité du terrain". Pour rappel, la CNR a connu, ces dernières années, un déficit croissant, passantde 155,1 milliards DA en 2014 à 336,8 milliards en 2016, et plus de 479,1 milliards en 2017. Le financement de la CNR provient principalement, de la Caisse
nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS) et des subventions de l'Etat, en matière de solidarité. Néanmoins, la dépense est actuellement "plus importante" que les recettes, qui demeurent pratiquement "figées", bien que le nombre de dossiers déposés a baissé des 2/3 par rapport aux années précédentes, a indiqué le même responsable. M. Melouka a annoncé, à cette occasion, qu'outre le budget affecté par l'Etat à laCNR en 2018 (plus de 500 milliards DA), une contribution de solidarité, au taux de 1% applicable aux opérations d'importation
de marchandises, "a permis à la CNR, de bénéficier d'un apport complémentairede plus de 20 milliards DA, durant l'année
en cours". S'agissant de l'amendementapprouvé en novembre dernier parl`Assemblée populaire nationale (APN),accordant aux membres de la communauté algérienne établie à l'étranger et ceux qui exercent une activité professionnelle, la possibilité de s'affilier au système national de retraites, le DG de la CNR a fait savoir qu'il s'agit d'une affiliation "volontaire",soulignant que cet amendement intervient"suite aux besoins exprimés par notrecommunauté", notamment, "les Algériensrésidant dans des pays dépourvus de systèmede retraite".
Les TIC pour une bonne prise en charge des retraités
A cet effet, un groupe de travail mixte regroupant des cadres du ministère du Travail et des représentants de la CNR, se penche sur les procédures nécessaires à la mise en oeuvre de cette mesure portant sur différents aspects, notamment l'âge, l'assiette de cotisation et les modalités de paiement et de prise en charge de la pension. Evoquant le travail d'accompagnement au profit des retraités, M. Melouka a souligné qu'une "simplification" des procédures a été engagée par la Caisse, notamment celle portant sur des documents d'état civil, en l'occurrence l'extrait de naissance, l'acte de mariage et l'acte de décès. Il a expliqué que ces 3
documents "ne sont plus exigés aux retraités, mais directement récupérés des services concernés, grâce à la coordination interministérielle, à l'exception de situations particulières, comme celles relatives aux citoyens nés à l'étranger", a-t-il détaillé. Concernant le volet modernisation de la Caisse, M. Melouka a fait état de la mise en place d'un système d'information quinquennal (2015-2019), qualifiant cette démarche de "capitale" pour pouvoir gérer toutes les situations administratives, afin de faciliter la tâche aux travailleurs du secteur et améliorer la prise en charge des retraités. A ce titre, il a cité le Datacenter mis en oeuvre depuis décembre 2017, qui a pour vocation d'être le centre "névralgique" du système d'information, lequel répond aux normes internationales de sécurité, de disponibilité et de gestion des données. Ceci, outre une application mobile
(Retraite DZ) qui porte, notamment, sur un annuaire répertoriant l'ensemble des agences locales et les centres d'accueil et d'orientation y afférents, la liste des médecins conventionnés (généralistes et spécialistes), triés par wilaya afin de faciliter la recherche, et permettant aux citoyens de s'informer sur la législation et la simulation de calcul de retraites, a-t-il fait valoir. Une solution SMS en phase de finalisation, a été également engagée par la Caisse en collaboration avec tous les opérateurs de la téléphonie mobile, pour informer le retraité de sa situation dans des délais courts (rejet, actualisation et revalorisation). Pour le DG de la CNR, "cette solution lèvera diverses contraintes, à l'instar des informations non disponibles des retraités,( changement d'adresse etc...) et du courrier classique (non garantie de réception ainsi que le coût induit), etc".
Il a indiqué que le retraité peut, également, se renseigner sur tous les aspects relatifs à la gestion de la CNR d'une manière générale, et sur son dossier administratif d'une manière particulière, en composant le numéro vert de la CNR (3011), sachantqu'un centre d'appel a été mis en place enmai 2017 à cet effet, soulignant que les préoccupations principales des retraités portent sur le dossier et la validation de certaines périodes, ainsi que sur le montant de leur pension.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.