Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Un rassemblement en prévision de l'arrivée d'Ouyahia    Ouaret, DG des douanes, et Hiouani, gouverneur de la BA par intérim    Les importations en légère baisse    UGTA : Sidi-Saïd jetterait-il l'éponge ?    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    Début du référendum constitutionnel en Egypte    Faux indices contre réalité    La FAF dénonce le comportement de Raouraoua    L'Algérien Youcef Rihane éliminé au deuxième tour    Le leader en péril à Sétif, duels à couteaux tirés en bas du tableau    La préparation du match contre la JSK perturbée    Madagascar et l'Ouganda au programme du Kenya    18,7 milliards de centimes octroyés    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    Les 7 000 LPL de Draâ Errich en voie de règlement    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Aziz Chouaki, Ulysse en mode harrachi    «Le théâtre en tout lieu et temps»    Des vents forts sur plusieurs wilayas du sud du pays    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    L'UNICEF lance une campagne de sensibilisation sur l'importance des vaccins    Décès de l'historienne Annie-Rey Goldzeiguer    Chiheb torpille Ouyahia    "Trop tard, M.Bensalah..."    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Installation des commissions de candidatures et de recours    Ronaldo, la mise au point d'Allegri    Un jeu international qui disqualifie l'ONU    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    En hommage aux 126 martyrs    Expo "L'Afrique à la mode"    De l'immigration clandestine en question    Transfert illégal de devises : une bande démantelée    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Le quart de rôle de Bensalah    El-Oued : Pôle agricole en tête des wilayas du Sud productrices de primeurs    Transition politique : Me Brahimi plaide pour la mise en place d'une commission souveraine    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le déficit dépassera les 600 milliards de DA en 2019
Cnr
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 12 - 2018

Le déficit financier de la Caisse nationale de retraites(CNR), qui est de l'ordre de560 milliards de DA en 2018,dépassera les 600 milliards deDA en 2019, a estimé hier, le directeur général de la Caisse, Slimane Melouka.
Le déficit financier de la Caisse nationale de retraites(CNR), qui est de l'ordre de560 milliards de DA en 2018,dépassera les 600 milliards deDA en 2019, a estimé hier, le directeur général de la Caisse, Slimane Melouka.
"Avec des dépenses de plus de 1.200 milliards de DA à la fin de l'année en cours, la CNRaccusera un déficit de l'ordre de 560 milliardsde DA à la fin de l'année 2018, et quidépassera les 600 milliards de DA en2019, selon les données prévisionnelles etcompte tenue de la conjoncture actuelle", aprécisé M. Melouka dans un entretien à l'APS. Le même responsable a expliqué cette situation par le fait que, le nombre de
retraités "est en croissance", alors que celuides cotisants reste "constant", ajoutant que"l'équilibre financier de la Caisse nécessite5 cotisants pour 1 retraité, contrairement àce qui est enregistré actuellement (2 cotisants pour 1 retraité)". Cette situation, est"nettement insuffisante" pour pouvoirrépondre aux besoins des pensions, sachant que les salaires ont augmentédepuis l'année 2012, et que les pensions deretraite, sont devenues assez conséquentes, "ce qui accentue le déficit", a-t-il relevé.Au sujet de la nouvelle mesure prévue parla loi de Finances 2019, autorisant leFonds national d'Investissement (FNI), àoctroyer des crédits au profit de la
CNR àdes taux d'intérêt bonifiés à long terme, ila précisé que "cette action a été inscritepour pouvoir répondre aux besoins de laCaisse, en fonction du déficit prévisionnel pour l'année prochaine". M. Melouka a affirmé que la valeur du montant de ces crédits "n'a pas été fixée" dans la loi de Finances 2019, pour donner la possibilité à la CNR d'exprimer, à partir de janvier prochain, et d"'une manière objective, ses besoins financiers en fonction de la réalité du terrain". Pour rappel, la CNR a connu, ces dernières années, un déficit croissant, passantde 155,1 milliards DA en 2014 à 336,8 milliards en 2016, et plus de 479,1 milliards en 2017. Le financement de la CNR provient principalement, de la Caisse
nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS) et des subventions de l'Etat, en matière de solidarité. Néanmoins, la dépense est actuellement "plus importante" que les recettes, qui demeurent pratiquement "figées", bien que le nombre de dossiers déposés a baissé des 2/3 par rapport aux années précédentes, a indiqué le même responsable. M. Melouka a annoncé, à cette occasion, qu'outre le budget affecté par l'Etat à laCNR en 2018 (plus de 500 milliards DA), une contribution de solidarité, au taux de 1% applicable aux opérations d'importation
de marchandises, "a permis à la CNR, de bénéficier d'un apport complémentairede plus de 20 milliards DA, durant l'année
en cours". S'agissant de l'amendementapprouvé en novembre dernier parl`Assemblée populaire nationale (APN),accordant aux membres de la communauté algérienne établie à l'étranger et ceux qui exercent une activité professionnelle, la possibilité de s'affilier au système national de retraites, le DG de la CNR a fait savoir qu'il s'agit d'une affiliation "volontaire",soulignant que cet amendement intervient"suite aux besoins exprimés par notrecommunauté", notamment, "les Algériensrésidant dans des pays dépourvus de systèmede retraite".
Les TIC pour une bonne prise en charge des retraités
A cet effet, un groupe de travail mixte regroupant des cadres du ministère du Travail et des représentants de la CNR, se penche sur les procédures nécessaires à la mise en oeuvre de cette mesure portant sur différents aspects, notamment l'âge, l'assiette de cotisation et les modalités de paiement et de prise en charge de la pension. Evoquant le travail d'accompagnement au profit des retraités, M. Melouka a souligné qu'une "simplification" des procédures a été engagée par la Caisse, notamment celle portant sur des documents d'état civil, en l'occurrence l'extrait de naissance, l'acte de mariage et l'acte de décès. Il a expliqué que ces 3
documents "ne sont plus exigés aux retraités, mais directement récupérés des services concernés, grâce à la coordination interministérielle, à l'exception de situations particulières, comme celles relatives aux citoyens nés à l'étranger", a-t-il détaillé. Concernant le volet modernisation de la Caisse, M. Melouka a fait état de la mise en place d'un système d'information quinquennal (2015-2019), qualifiant cette démarche de "capitale" pour pouvoir gérer toutes les situations administratives, afin de faciliter la tâche aux travailleurs du secteur et améliorer la prise en charge des retraités. A ce titre, il a cité le Datacenter mis en oeuvre depuis décembre 2017, qui a pour vocation d'être le centre "névralgique" du système d'information, lequel répond aux normes internationales de sécurité, de disponibilité et de gestion des données. Ceci, outre une application mobile
(Retraite DZ) qui porte, notamment, sur un annuaire répertoriant l'ensemble des agences locales et les centres d'accueil et d'orientation y afférents, la liste des médecins conventionnés (généralistes et spécialistes), triés par wilaya afin de faciliter la recherche, et permettant aux citoyens de s'informer sur la législation et la simulation de calcul de retraites, a-t-il fait valoir. Une solution SMS en phase de finalisation, a été également engagée par la Caisse en collaboration avec tous les opérateurs de la téléphonie mobile, pour informer le retraité de sa situation dans des délais courts (rejet, actualisation et revalorisation). Pour le DG de la CNR, "cette solution lèvera diverses contraintes, à l'instar des informations non disponibles des retraités,( changement d'adresse etc...) et du courrier classique (non garantie de réception ainsi que le coût induit), etc".
Il a indiqué que le retraité peut, également, se renseigner sur tous les aspects relatifs à la gestion de la CNR d'une manière générale, et sur son dossier administratif d'une manière particulière, en composant le numéro vert de la CNR (3011), sachantqu'un centre d'appel a été mis en place enmai 2017 à cet effet, soulignant que les préoccupations principales des retraités portent sur le dossier et la validation de certaines périodes, ainsi que sur le montant de leur pension.
"Avec des dépenses de plus de 1.200 milliards de DA à la fin de l'année en cours, la CNRaccusera un déficit de l'ordre de 560 milliardsde DA à la fin de l'année 2018, et quidépassera les 600 milliards de DA en2019, selon les données prévisionnelles etcompte tenue de la conjoncture actuelle", aprécisé M. Melouka dans un entretien à l'APS. Le même responsable a expliqué cette situation par le fait que, le nombre de
retraités "est en croissance", alors que celuides cotisants reste "constant", ajoutant que"l'équilibre financier de la Caisse nécessite5 cotisants pour 1 retraité, contrairement àce qui est enregistré actuellement (2 cotisants pour 1 retraité)". Cette situation, est"nettement insuffisante" pour pouvoirrépondre aux besoins des pensions, sachant que les salaires ont augmentédepuis l'année 2012, et que les pensions deretraite, sont devenues assez conséquentes, "ce qui accentue le déficit", a-t-il relevé.Au sujet de la nouvelle mesure prévue parla loi de Finances 2019, autorisant leFonds national d'Investissement (FNI), àoctroyer des crédits au profit de la
CNR àdes taux d'intérêt bonifiés à long terme, ila précisé que "cette action a été inscritepour pouvoir répondre aux besoins de laCaisse, en fonction du déficit prévisionnel pour l'année prochaine". M. Melouka a affirmé que la valeur du montant de ces crédits "n'a pas été fixée" dans la loi de Finances 2019, pour donner la possibilité à la CNR d'exprimer, à partir de janvier prochain, et d"'une manière objective, ses besoins financiers en fonction de la réalité du terrain". Pour rappel, la CNR a connu, ces dernières années, un déficit croissant, passantde 155,1 milliards DA en 2014 à 336,8 milliards en 2016, et plus de 479,1 milliards en 2017. Le financement de la CNR provient principalement, de la Caisse
nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS) et des subventions de l'Etat, en matière de solidarité. Néanmoins, la dépense est actuellement "plus importante" que les recettes, qui demeurent pratiquement "figées", bien que le nombre de dossiers déposés a baissé des 2/3 par rapport aux années précédentes, a indiqué le même responsable. M. Melouka a annoncé, à cette occasion, qu'outre le budget affecté par l'Etat à laCNR en 2018 (plus de 500 milliards DA), une contribution de solidarité, au taux de 1% applicable aux opérations d'importation
de marchandises, "a permis à la CNR, de bénéficier d'un apport complémentairede plus de 20 milliards DA, durant l'année
en cours". S'agissant de l'amendementapprouvé en novembre dernier parl`Assemblée populaire nationale (APN),accordant aux membres de la communauté algérienne établie à l'étranger et ceux qui exercent une activité professionnelle, la possibilité de s'affilier au système national de retraites, le DG de la CNR a fait savoir qu'il s'agit d'une affiliation "volontaire",soulignant que cet amendement intervient"suite aux besoins exprimés par notrecommunauté", notamment, "les Algériensrésidant dans des pays dépourvus de systèmede retraite".
Les TIC pour une bonne prise en charge des retraités
A cet effet, un groupe de travail mixte regroupant des cadres du ministère du Travail et des représentants de la CNR, se penche sur les procédures nécessaires à la mise en oeuvre de cette mesure portant sur différents aspects, notamment l'âge, l'assiette de cotisation et les modalités de paiement et de prise en charge de la pension. Evoquant le travail d'accompagnement au profit des retraités, M. Melouka a souligné qu'une "simplification" des procédures a été engagée par la Caisse, notamment celle portant sur des documents d'état civil, en l'occurrence l'extrait de naissance, l'acte de mariage et l'acte de décès. Il a expliqué que ces 3
documents "ne sont plus exigés aux retraités, mais directement récupérés des services concernés, grâce à la coordination interministérielle, à l'exception de situations particulières, comme celles relatives aux citoyens nés à l'étranger", a-t-il détaillé. Concernant le volet modernisation de la Caisse, M. Melouka a fait état de la mise en place d'un système d'information quinquennal (2015-2019), qualifiant cette démarche de "capitale" pour pouvoir gérer toutes les situations administratives, afin de faciliter la tâche aux travailleurs du secteur et améliorer la prise en charge des retraités. A ce titre, il a cité le Datacenter mis en oeuvre depuis décembre 2017, qui a pour vocation d'être le centre "névralgique" du système d'information, lequel répond aux normes internationales de sécurité, de disponibilité et de gestion des données. Ceci, outre une application mobile
(Retraite DZ) qui porte, notamment, sur un annuaire répertoriant l'ensemble des agences locales et les centres d'accueil et d'orientation y afférents, la liste des médecins conventionnés (généralistes et spécialistes), triés par wilaya afin de faciliter la recherche, et permettant aux citoyens de s'informer sur la législation et la simulation de calcul de retraites, a-t-il fait valoir. Une solution SMS en phase de finalisation, a été également engagée par la Caisse en collaboration avec tous les opérateurs de la téléphonie mobile, pour informer le retraité de sa situation dans des délais courts (rejet, actualisation et revalorisation). Pour le DG de la CNR, "cette solution lèvera diverses contraintes, à l'instar des informations non disponibles des retraités,( changement d'adresse etc...) et du courrier classique (non garantie de réception ainsi que le coût induit), etc".
Il a indiqué que le retraité peut, également, se renseigner sur tous les aspects relatifs à la gestion de la CNR d'une manière générale, et sur son dossier administratif d'une manière particulière, en composant le numéro vert de la CNR (3011), sachantqu'un centre d'appel a été mis en place enmai 2017 à cet effet, soulignant que les préoccupations principales des retraités portent sur le dossier et la validation de certaines périodes, ainsi que sur le montant de leur pension.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.