Karim Tabbou maintenu en prison    ACCIDENTS DE LA ROUTE : Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE ‘'CCI DAHRA'' : Eclaircissements sur la loi de finances 2020    BOUKADOUM S'ENTRETIENT AVEC SON HOMOLOGUE FRANÇAIS : ‘'L'Algérie est une puissance d'équilibre et de paix''    SUR INSTRUCTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Envoi d'une caravane d'aides humanitaires en Libye    LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE : 43 personnes arrêtées à l'extrême-sud du pays    BISKRA : Démantèlement d'un réseau de faussaires de monnaie    Saisie d'une importante quantité de kif    EL-HAMRI (ORAN) : L'opération de relogement des 153 familles fait des mécontents    Mondial 2022 : Le détail du tirage au sort des éliminatoires de la zone Afrique    Accident de circulation d'El-Oued : onze blessés quittent l'hôpital d'El-Meghaier    JSK: Mellal condamné à 6 mois de prison ferme    Tindouf : 46 nouveaux cas de peste des petits ruminants enregistrés    Le PLD annonce sa participation    Le parquet requiert des peines de 1 an et de 18 mois de prison ferme    L'état d'urgence renouvelé pour trois mois    Des écoliers manifestent contre la hausse des prix    Trois postes de l'armée incendiés par les terroristes de Boko Haram    Une quarantaine de walis concernés    Le MSP propose l'intégration du Hirak dans le préambule    Une base de l'ONU ciblée par des terroristes    Omari examine avec des représentants des Chambres d'agriculture le dossier des coopératives agricoles    Une réduction certes, mais la facture toujours aussi lourde    Cinq projets réalisés en 2019    La bataille des exportations reste à gagner    Entre pénurie provoquée et spéculation    Chute mortelle d'un homme à Ouled Mahdi    ACTUCULT    Projection de "12 hommes en colère" à la cinémathèque de Béjaïa    "Il faut un plan pour sauver notre patrimoine culturel"    La Révolution racontée par Sid Ali Abdelhamid    Sétif, une ville sans cinéma    Liban : le président convoque une réunion de sécurité, la contestation ne faiblit pas    L'UA réitère la position commune de l'Afrique sur le cessez-le-feu en Libye    Aïn Témouchent : Réduction drastique du nombre de départs à la retraite    «Il n'y a pas de plan B, ça sera au Cameroun»    MOB : Préparation perturbée    MC Oran : Un mercato hivernal tristounet    Scène artistique algérienne : Décès de l'artiste Loubna Belkacemi    Salon du livre à Tizi Ouzou : Réconcilier le public avec la lecture    Le sg de l'UGTA Annaba dépasse les bornes, il agresse et chasse les syndicalistes    L'APN examine la levée d'immunité d'un député    Le NCM et le PAC se neutralisent    Le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    Le COA demande à la CAF d'éviter «tout acte entravant l'action de l'ONU»    L'UA appelée à prendre des mesures d'urgence    Depuis 2019: Le monoxyde de carbone a fait 177 morts    Un court-métrage tourné à Oran sélectionné    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le niet des enseignants et des étudiants
Vacances universitaires
Publié dans Le Midi Libre le 11 - 03 - 2019

En décidant d'avancer lesvacances universitaires de printemps au titre de l'année universitaire2018-2019, audimanche 10 mars et cejusqu'au 4 avril,
En décidant d'avancer lesvacances universitaires de printemps au titre de l'année universitaire2018-2019, audimanche 10 mars et cejusqu'au 4 avril,
alors qu'initialementelles étaient prévues du 21 mars au 5 avril 2019, le ministre de l'Enseignementsupérieur, Tahar Hadjar, nes'imaginait peut être pas queson arrêté allait susciter le rejetde la communauté universitaire. En effet, dès l'annonce decette décision, la réaction a étéimmédiate et sans équivoque.D'une seule voix, étudiants etenseignants,
ont opposé un niet catégorique à cette surprenantedécision, dont l'objectif visait certainement a atténuerl'ampleur de la mobilisationestudiantine, puisque la colèreétait de plus attisée par la décisionde vider les cités universitaires,du fait que les résidentsétaient invités à quitterles lieux. En somme pour lespouvoirs publics, il n' y aurani transport universitaire, nirestauration, ni hébergement.Mais, les étudiants ont refuséde quitter et les universités etles cités universitaires.
Face autollé général provoqué par cettedécision irréfléchie et provocatrice, le ministère a quelque peu fait marche- arrière. C'est ainsi que l'Office des oeuvres universitaires (ONOU), est revenu à de meilleurs sentiments,en annonçant, avanthier soir, que le transport, l'hébergement et la restauration, seront assurés normalement jusqu'au 21 mars. Autant dire que, la réaction des étudiants a été payante. Les enseignants ont eux aussi, dénoncé vivement la décision d'avancer les vacances universitaires. Le Conseil national des enseignants du supérieur
(CNES), a en effet dénoncé dans un communiqué, cette décision, l'a qualifiant "d'arbitraire". Le recteur de l'université de Tizi- Ouzou a refusé d'appliquer cette décision, en annonçant que "les programmes pédagogiques seront respectés, selon le calendrier initialement tracé, afin de rattraper déjà le retard cumulé". Un collectif d'enseignants a rejeté la décision, en tirant à boulets rouges sur Tahar Hadjar. Dans un communiqué, il a qualifié cette décision de "manoeuvre malheureuse, pour empêcher la poursuite de la protestation".
alors qu'initialementelles étaient prévues du 21 mars au 5 avril 2019, le ministre de l'Enseignementsupérieur, Tahar Hadjar, nes'imaginait peut être pas queson arrêté allait susciter le rejetde la communauté universitaire. En effet, dès l'annonce decette décision, la réaction a étéimmédiate et sans équivoque.D'une seule voix, étudiants etenseignants,
ont opposé un niet catégorique à cette surprenantedécision, dont l'objectif visait certainement a atténuerl'ampleur de la mobilisationestudiantine, puisque la colèreétait de plus attisée par la décisionde vider les cités universitaires,du fait que les résidentsétaient invités à quitterles lieux. En somme pour lespouvoirs publics, il n' y aurani transport universitaire, nirestauration, ni hébergement.Mais, les étudiants ont refuséde quitter et les universités etles cités universitaires.
Face autollé général provoqué par cettedécision irréfléchie et provocatrice, le ministère a quelque peu fait marche- arrière. C'est ainsi que l'Office des oeuvres universitaires (ONOU), est revenu à de meilleurs sentiments,en annonçant, avanthier soir, que le transport, l'hébergement et la restauration, seront assurés normalement jusqu'au 21 mars. Autant dire que, la réaction des étudiants a été payante. Les enseignants ont eux aussi, dénoncé vivement la décision d'avancer les vacances universitaires. Le Conseil national des enseignants du supérieur
(CNES), a en effet dénoncé dans un communiqué, cette décision, l'a qualifiant "d'arbitraire". Le recteur de l'université de Tizi- Ouzou a refusé d'appliquer cette décision, en annonçant que "les programmes pédagogiques seront respectés, selon le calendrier initialement tracé, afin de rattraper déjà le retard cumulé". Un collectif d'enseignants a rejeté la décision, en tirant à boulets rouges sur Tahar Hadjar. Dans un communiqué, il a qualifié cette décision de "manoeuvre malheureuse, pour empêcher la poursuite de la protestation".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.