Edition du 24/05/2019    Oran : Circoncision de 303 enfants au CHUO    Monchi veut Bensebaini au FC Séville    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Les prix des fruits et légumes ont baissé de 30 à 40%    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Les députés FLN tentent la manière forte    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Benbitour interdit de débat à M'sila    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Une saison à blanc pour le WO Boufarik    Matthäus : «Bentaleb est un joueur exceptionnel, sa saison reflète celle de Schalke»    Le duel jusqu'au bout !    Bientôt un nouveau procès    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    La rue face aux contradictions du système    Les soutiens encombrants de Gaïd Salah    Tadjine el kemmoun    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Mascara: Saisie de fausse monnaie, un mandat de dépôt    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le MC Oran exposé à la saignée    Le gouvernement pris en étau    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le niet des enseignants et des étudiants
Vacances universitaires
Publié dans Le Midi Libre le 11 - 03 - 2019

En décidant d'avancer lesvacances universitaires de printemps au titre de l'année universitaire2018-2019, audimanche 10 mars et cejusqu'au 4 avril,
En décidant d'avancer lesvacances universitaires de printemps au titre de l'année universitaire2018-2019, audimanche 10 mars et cejusqu'au 4 avril,
alors qu'initialementelles étaient prévues du 21 mars au 5 avril 2019, le ministre de l'Enseignementsupérieur, Tahar Hadjar, nes'imaginait peut être pas queson arrêté allait susciter le rejetde la communauté universitaire. En effet, dès l'annonce decette décision, la réaction a étéimmédiate et sans équivoque.D'une seule voix, étudiants etenseignants,
ont opposé un niet catégorique à cette surprenantedécision, dont l'objectif visait certainement a atténuerl'ampleur de la mobilisationestudiantine, puisque la colèreétait de plus attisée par la décisionde vider les cités universitaires,du fait que les résidentsétaient invités à quitterles lieux. En somme pour lespouvoirs publics, il n' y aurani transport universitaire, nirestauration, ni hébergement.Mais, les étudiants ont refuséde quitter et les universités etles cités universitaires.
Face autollé général provoqué par cettedécision irréfléchie et provocatrice, le ministère a quelque peu fait marche- arrière. C'est ainsi que l'Office des oeuvres universitaires (ONOU), est revenu à de meilleurs sentiments,en annonçant, avanthier soir, que le transport, l'hébergement et la restauration, seront assurés normalement jusqu'au 21 mars. Autant dire que, la réaction des étudiants a été payante. Les enseignants ont eux aussi, dénoncé vivement la décision d'avancer les vacances universitaires. Le Conseil national des enseignants du supérieur
(CNES), a en effet dénoncé dans un communiqué, cette décision, l'a qualifiant "d'arbitraire". Le recteur de l'université de Tizi- Ouzou a refusé d'appliquer cette décision, en annonçant que "les programmes pédagogiques seront respectés, selon le calendrier initialement tracé, afin de rattraper déjà le retard cumulé". Un collectif d'enseignants a rejeté la décision, en tirant à boulets rouges sur Tahar Hadjar. Dans un communiqué, il a qualifié cette décision de "manoeuvre malheureuse, pour empêcher la poursuite de la protestation".
alors qu'initialementelles étaient prévues du 21 mars au 5 avril 2019, le ministre de l'Enseignementsupérieur, Tahar Hadjar, nes'imaginait peut être pas queson arrêté allait susciter le rejetde la communauté universitaire. En effet, dès l'annonce decette décision, la réaction a étéimmédiate et sans équivoque.D'une seule voix, étudiants etenseignants,
ont opposé un niet catégorique à cette surprenantedécision, dont l'objectif visait certainement a atténuerl'ampleur de la mobilisationestudiantine, puisque la colèreétait de plus attisée par la décisionde vider les cités universitaires,du fait que les résidentsétaient invités à quitterles lieux. En somme pour lespouvoirs publics, il n' y aurani transport universitaire, nirestauration, ni hébergement.Mais, les étudiants ont refuséde quitter et les universités etles cités universitaires.
Face autollé général provoqué par cettedécision irréfléchie et provocatrice, le ministère a quelque peu fait marche- arrière. C'est ainsi que l'Office des oeuvres universitaires (ONOU), est revenu à de meilleurs sentiments,en annonçant, avanthier soir, que le transport, l'hébergement et la restauration, seront assurés normalement jusqu'au 21 mars. Autant dire que, la réaction des étudiants a été payante. Les enseignants ont eux aussi, dénoncé vivement la décision d'avancer les vacances universitaires. Le Conseil national des enseignants du supérieur
(CNES), a en effet dénoncé dans un communiqué, cette décision, l'a qualifiant "d'arbitraire". Le recteur de l'université de Tizi- Ouzou a refusé d'appliquer cette décision, en annonçant que "les programmes pédagogiques seront respectés, selon le calendrier initialement tracé, afin de rattraper déjà le retard cumulé". Un collectif d'enseignants a rejeté la décision, en tirant à boulets rouges sur Tahar Hadjar. Dans un communiqué, il a qualifié cette décision de "manoeuvre malheureuse, pour empêcher la poursuite de la protestation".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.