Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Vox populi ou le génie du peuple algérien    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Les pongistes Azzala et Belache retenus dans l'équipe africaine    En bref…    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    A Illizi : Bordj Omar Driss est en marche    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    Belkacem Boukherouf. Enseignant-chercheur à l'université de Tizi Ouzou, militant des droits de l'homme : Le combat identitaire est le marqueur démocratique en Algérie    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Soudan, une troisième révolution ?    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Pourquoi la conduite de la transition par les 3B aboutira à une impasse    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    Les précisions du gouvernement    L'ANP veille "sans répit"    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des magistrats et des avocats d'Alger dénoncent
Pour dire non aux pressions
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 03 - 2019

La colère des magistrats et des avocats, qui ont rejoint le mouvement populaire en organisant plusieurs manifestations à travers l'ensemble du pays, est toujours perceptible. Ainsi, des magistrats et des avocats d'Alger ont tenu, avant hier jeudi, un sit-in de protestation pour dénoncer les pressions exercées sur les magistrats et, plus particulièrement, la suspension du président de la chambre correctionnelle du tribunal de Sidi M'Hamed, Meslem Abdelkader.
La colère des magistrats et des avocats, qui ont rejoint le mouvement populaire en organisant plusieurs manifestations à travers l'ensemble du pays, est toujours perceptible. Ainsi, des magistrats et des avocats d'Alger ont tenu, avant hier jeudi, un sit-in de protestation pour dénoncer les pressions exercées sur les magistrats et, plus particulièrement, la suspension du président de la chambre correctionnelle du tribunal de Sidi M'Hamed, Meslem Abdelkader.
Selon les participants au rassemblement, le juge a été suspendu de sesfonctions après avoir refusé d'exécuter"des instructions", visant à "fairecondamner" des manifestants pacifiques,interpellés lors de la marche du 15 mars àAlger.Le juge Meslem Abdelkader a pris laparole pour remercier les participants ausit-in. "Nous allons continuer jusqu'à
l'indépendancetotale de la justice", a-t-ildéclaré.Le rassemblement des magistrats et des avocats a débuté par l'hymne national, etla prise de parole du Procureur du tribunalde Sidi M'hamed."Nous nous tenons aujourd'hui comme unseul homme, pour vous dire que le cheminsera difficile. L'indépendance de la justicene se fera pas avec des slogans creux et desdéclarations à la presse. L'indépendance dela justice est d'abord, une conviction àlaquelle il faut croire et pour laquelle, ilfaut être prêt à faire des sacrifices, même sic'est à ses dépens. Nous nous tenonscomme un seul homme, pour répéter cequ'a dit un des révolutionnaires : +le colonialismeest un cancre,
il n'apprend pas desleçons de ses prédécesseurs+", a déclaré lemagistrat. "Nous disons et assurons quel'Algérie d'après le 22 février, refuse catégoriquementqu'il soit dicté au juge desinstructions, quelles qu'elles soient et d'oùqu'elles viennent", a poursuivi le procureur, avant d'appeler ses collègues juges et avocats, à "refuser toute instruction ou orientation", lors de leurs prises de décisions. "Juges, mes collègues de la défense, nous vous disons n'ayez pas peur, le peuple algérien vous soutient, pour que la justice algérienne soit indépendante. Je vous invite à refuser toute instruction ou orientation, dans l'établissement de vos jugements",a-t-il appelé. Par ailleurs, lors de ce rassemblement, le "Club des juges", qui est un nouveau syndicat, a dénoncé la décision d'écarter le juge Meslem.
"Nous avons appris dernièrement, ce qui s'est passé. Il s'agit d'un comportement qui est, pour le moins qu'on puisse dire, en contradiction avec notre mission sacrée et nos principes", indique le Club des juges. "On pensait que ces pratiques étaient dépassées et faisaient partie d'une culture du passé dominant avant le 22 février 2019", ajoute la même source. Pour cette nouvelle organisation, l'objectif du mouvement populaire est notammen , celui de "mettre fin à ces pratiques" qui ont fait "du juge un outil entre les mains du pouvoir exécutif ".
Dans la matinée, les avocats ont tenu un rassemblement au niveau du même tribunal, pour exprimer leur solidarité avec le magistrat qui a été "déchargé de la présidencede la chambre, dont il était responsable", selon Me Abdelmadjid Sellini. "Nous sommes solidaires avec ce magistrat et on dénonce cette continuité dans la pratique du pouvoir", affirme-t-il
Selon les participants au rassemblement, le juge a été suspendu de sesfonctions après avoir refusé d'exécuter"des instructions", visant à "fairecondamner" des manifestants pacifiques,interpellés lors de la marche du 15 mars àAlger.Le juge Meslem Abdelkader a pris laparole pour remercier les participants ausit-in. "Nous allons continuer jusqu'à
l'indépendancetotale de la justice", a-t-ildéclaré.Le rassemblement des magistrats et des avocats a débuté par l'hymne national, etla prise de parole du Procureur du tribunalde Sidi M'hamed."Nous nous tenons aujourd'hui comme unseul homme, pour vous dire que le cheminsera difficile. L'indépendance de la justicene se fera pas avec des slogans creux et desdéclarations à la presse. L'indépendance dela justice est d'abord, une conviction àlaquelle il faut croire et pour laquelle, ilfaut être prêt à faire des sacrifices, même sic'est à ses dépens. Nous nous tenonscomme un seul homme, pour répéter cequ'a dit un des révolutionnaires : +le colonialismeest un cancre,
il n'apprend pas desleçons de ses prédécesseurs+", a déclaré lemagistrat. "Nous disons et assurons quel'Algérie d'après le 22 février, refuse catégoriquementqu'il soit dicté au juge desinstructions, quelles qu'elles soient et d'oùqu'elles viennent", a poursuivi le procureur, avant d'appeler ses collègues juges et avocats, à "refuser toute instruction ou orientation", lors de leurs prises de décisions. "Juges, mes collègues de la défense, nous vous disons n'ayez pas peur, le peuple algérien vous soutient, pour que la justice algérienne soit indépendante. Je vous invite à refuser toute instruction ou orientation, dans l'établissement de vos jugements",a-t-il appelé. Par ailleurs, lors de ce rassemblement, le "Club des juges", qui est un nouveau syndicat, a dénoncé la décision d'écarter le juge Meslem.
"Nous avons appris dernièrement, ce qui s'est passé. Il s'agit d'un comportement qui est, pour le moins qu'on puisse dire, en contradiction avec notre mission sacrée et nos principes", indique le Club des juges. "On pensait que ces pratiques étaient dépassées et faisaient partie d'une culture du passé dominant avant le 22 février 2019", ajoute la même source. Pour cette nouvelle organisation, l'objectif du mouvement populaire est notammen , celui de "mettre fin à ces pratiques" qui ont fait "du juge un outil entre les mains du pouvoir exécutif ".
Dans la matinée, les avocats ont tenu un rassemblement au niveau du même tribunal, pour exprimer leur solidarité avec le magistrat qui a été "déchargé de la présidencede la chambre, dont il était responsable", selon Me Abdelmadjid Sellini. "Nous sommes solidaires avec ce magistrat et on dénonce cette continuité dans la pratique du pouvoir", affirme-t-il


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.