Un des fondateurs du FIS dissous.. Abassi Madani, n'est plus    Le président de la Corée du Nord en Russie    Washington prépare le plan de paix pour la Palestine.. Le mutisme complice de pays musulmans    Libye: Des dirigeants africains demandent "l'arrêt immédiat" des combats    Libye: al Sarraj surpris que la France soutienne Haftar    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Les Kouninef placés sous mandat de dépôt    ORAN : 2000 logements AADL, distribués en juin prochain    Le PDG de Sonatrach est le frère du commissaire Hachichi    Bensalah limoge des walis    Des milliers manifestent à Annaba    L'argent pillé sera récupéré    SESSION EXTRAORDINAIRE DU CC DU FLN : L'élection d'un nouveau SG reportée    Mahrez veut quitter City    Quel Chabab pour la grande finale ?    L'Algérie 5e plus chère sélection africaine présente en Egypte    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    130 comprimés psychotropes saisis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    MAISON D'ACCUEIL DES CANCEREUX : L'inauguration attendue au mois de Ramadhan    L'atteinte au patrimoine peut conduire à l'effacement de l'identité civilisationnelle    Le président de la Fédération dénonce la «passivité» du MJS dans l'organisation du Rallye Touareg    USM Alger : un leader aux pieds d'argile    Saisie d'armes à feu, d'une quantité de munitions et arrestation de trois personnes    L'AG élective début mai, dépôt de candidatures à partir de mardi    Semaine de la critique riche en premiers films    Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Après Bouteflika, Gaïd-Salah : ces incorrigibles professionnels du « soutien »    "Libérez immédiatement M. Rebrab !"    Qui veut enflammer la Kabylie ?    Washington menace ses alliés    Avocats et étudiants ont battu le pavé    Mellal, en "président" populaire du MCO    Pour "la primauté du politique sur le militaire"    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Les étudiants toujours mobilisés    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    M. Desrocher : Etablir des partenariats avec l'Algérie, "une des priorités des USA"    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les recommandations du FMI
Salaire minimum
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 03 - 2019

L'instauration d'un salaire minimum, selon qu'il soit élevé ou bas, peut avoir un effet négatif tout comme il peut avoir un effet positif sur les employés. C'est ce que stipule une analyse publié sur le site web du Fonds monétaire international (FMI), qui se penche sur le niveau optimal auquel il devrait être établi.
L'instauration d'un salaire minimum, selon qu'il soit élevé ou bas, peut avoir un effet négatif tout comme il peut avoir un effet positif sur les employés. C'est ce que stipule une analyse publié sur le site web du Fonds monétaire international (FMI), qui se penche sur le niveau optimal auquel il devrait être établi.
Dans une analyse établie par l'économisteprincipal au département Asieet Pacifique du FMI, PiypornSodsriwiboon et l'économiste principal audépartement Afrique du FMI, GabrielSrour, il est question de dresser desconclusions des différentes études menéessur les effets de l'instauration d'un salaireminimum.
Pour "des raisons morales, sociales etéconomiques et principalement pouraccroître les revenus des travailleurs auplus bas de l'échelle et d'améliorer leursconditions de vie tout en réduisant les inégalitéset en favorisant l'intégrationsociale, il est justifié l'instauration d'unsalaire minimum fixé en général par lespouvoirs publics et révisé régulièrementen consultation avec les organisationspatronales et syndicales", est-il noté dansla publication.Certains pays, "comme la France, déterminent un minimum universel pour l'ensemblede l'économie, tandis que d'autres, l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande,par exemple, établissent une distinctionentre les différents secteurs et catégoriesde travailleurs. Les opposants au salaireminimum estiment que celui-ci est contreproductif, car il perturbe le marché du travail, préconisant alors d'autres mesures, plus ciblées et créant moins de déséquilibres,
peuvent permettre d'assurer une aide sociale", soulignent les deux économistes. Premièrement, il est possible que les employeurs n'appliquent pas la législation relative au salaire minimum dans les pays où l'économie informelle est omniprésente, les employeurs versant souvent, par exemple, à leurs salariés des compléments de salaire officieux (paiements par enveloppe) pour échapper à l'impôt et aux cotisations sociales. Selon les auteurs de l'analyse, dans de telles circonstances, l'employeurpeut réagir à une hausse du salaire minimum en réduisant ces compléments, ce qui, au bout du compte,
maintient inchangée la rémunération de ses salariés. Il peut également déclarer un chiffre inférieur au nombre d'heures effectivement travaillées par ses salariés, qui ne voientdonc pas leur rémunération totale augmenter, ou bien déclarer qu'il ne compte pas de salarié du tout et ainsi se soustraire complètement à la législation en la matière.Deuxièmement, continuent les économistes,"même lorsque les normes régissant le salaire minimum sont pleinement respectées, un supplément de rémunération peut faire l'objet de lourdes cotisations sociales et d'une forte imposition du travail, ce qui en réduit l'incidence sur le salaire net".
La hausse du salaire minimum peut induire des licenciements Enfin, pour réduire leurs coûts, les employeurs peuvent compenser une hausse du salaire minimum par une réduction des prestations, du temps de travail ou des effectifs.Ainsi, les effets potentiels du salaire minimum sur l'emploi sont au coeur du débat sur ce dispositif et restent un sujet de désaccord vu que d'un côté, sur les marchés concurrentiels, si un salaire minimum est appliqué et hisse les rémunérations au-dessus des niveaux en vigueur, certaines entreprises refuseront de verser un salaire plus élevé et licencieront des travailleurs.
Par ailleurs, ils soulignent que les travaux de recherche menés pendant des décennies n'ont pas mis fin au débat, de nombreux travaux ne parviennent pas à des conclusions claires. Cela dit, un consensus semble se dessiner sur le fait qu'un salaire minimum établi à un niveau modéré a une incidence légèrement négative sur l'emploi.
Des études récentes montrent généralement qu'une augmentation du salaire minimum a des effets presque nuls sur l'emploi, bien que les groupes les plus vulnérables, notamment les jeunes travailleurs et les employés les moins qualifiés, puissent faire les frais de cette augmentation. Tandis que des études empiriques révèlent que les hausses du salaire minimum ont tendance à réduire les disparités de salaire, mais uniquement si elles s'inscrivent dans une action globale en faveur d'une réduction massive de la pauvreté.Ainsi, les résultats obtenus à la suite de l'instauration d'un salaire minimum ont toutefois des limites si
il est établià un niveau trop élevé, il peut alors être à l'origine de nombreuses pertes d'emploi et avoir ainsi des répercussions néfastes sur les équilibres économiques, creusant ainsi les inégalités à mesure que des travailleursà faible revenu perdent leur emploi. En outre, une hausse du salaire minimum peut entraîner une revue à la hausse de l'ensemble de la structure salariale, laquelle reproduit alors les mêmes disparités de rémunération, car les entreprises veulent que leurs salariés les plus productifs soient mieux rémunérés.
"Admettons qu'un salaire minimum bas est bénéfique et qu'un salaire minimum élevéest néfaste : quel est donc le niveau optimal auquel il devrait être établi ?", s'interrogent les deux économistes qui précisent que peu d'études traitent directement de cette question. Le peu d'études qui abordent le sujet, continuent-ils, "fixent le niveau idéal entre 25 % et 50 % du salaire moyen". Ils préconisent alors que "dans la pratique, le salaire minimum devrait être instauré en faisant en sorte que la croissance économique continue d'être conforme aux gains de productivité, ce qui laisse à penser que les modalités de son instauration ne devraient pas être confiées à des responsables politiques, mais à des experts indépendants"
Dans une analyse établie par l'économisteprincipal au département Asieet Pacifique du FMI, PiypornSodsriwiboon et l'économiste principal audépartement Afrique du FMI, GabrielSrour, il est question de dresser desconclusions des différentes études menéessur les effets de l'instauration d'un salaireminimum.
Pour "des raisons morales, sociales etéconomiques et principalement pouraccroître les revenus des travailleurs auplus bas de l'échelle et d'améliorer leursconditions de vie tout en réduisant les inégalitéset en favorisant l'intégrationsociale, il est justifié l'instauration d'unsalaire minimum fixé en général par lespouvoirs publics et révisé régulièrementen consultation avec les organisationspatronales et syndicales", est-il noté dansla publication.Certains pays, "comme la France, déterminent un minimum universel pour l'ensemblede l'économie, tandis que d'autres, l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande,par exemple, établissent une distinctionentre les différents secteurs et catégoriesde travailleurs. Les opposants au salaireminimum estiment que celui-ci est contreproductif, car il perturbe le marché du travail, préconisant alors d'autres mesures, plus ciblées et créant moins de déséquilibres,
peuvent permettre d'assurer une aide sociale", soulignent les deux économistes. Premièrement, il est possible que les employeurs n'appliquent pas la législation relative au salaire minimum dans les pays où l'économie informelle est omniprésente, les employeurs versant souvent, par exemple, à leurs salariés des compléments de salaire officieux (paiements par enveloppe) pour échapper à l'impôt et aux cotisations sociales. Selon les auteurs de l'analyse, dans de telles circonstances, l'employeurpeut réagir à une hausse du salaire minimum en réduisant ces compléments, ce qui, au bout du compte,
maintient inchangée la rémunération de ses salariés. Il peut également déclarer un chiffre inférieur au nombre d'heures effectivement travaillées par ses salariés, qui ne voientdonc pas leur rémunération totale augmenter, ou bien déclarer qu'il ne compte pas de salarié du tout et ainsi se soustraire complètement à la législation en la matière.Deuxièmement, continuent les économistes,"même lorsque les normes régissant le salaire minimum sont pleinement respectées, un supplément de rémunération peut faire l'objet de lourdes cotisations sociales et d'une forte imposition du travail, ce qui en réduit l'incidence sur le salaire net".
La hausse du salaire minimum peut induire des licenciements Enfin, pour réduire leurs coûts, les employeurs peuvent compenser une hausse du salaire minimum par une réduction des prestations, du temps de travail ou des effectifs.Ainsi, les effets potentiels du salaire minimum sur l'emploi sont au coeur du débat sur ce dispositif et restent un sujet de désaccord vu que d'un côté, sur les marchés concurrentiels, si un salaire minimum est appliqué et hisse les rémunérations au-dessus des niveaux en vigueur, certaines entreprises refuseront de verser un salaire plus élevé et licencieront des travailleurs.
Par ailleurs, ils soulignent que les travaux de recherche menés pendant des décennies n'ont pas mis fin au débat, de nombreux travaux ne parviennent pas à des conclusions claires. Cela dit, un consensus semble se dessiner sur le fait qu'un salaire minimum établi à un niveau modéré a une incidence légèrement négative sur l'emploi.
Des études récentes montrent généralement qu'une augmentation du salaire minimum a des effets presque nuls sur l'emploi, bien que les groupes les plus vulnérables, notamment les jeunes travailleurs et les employés les moins qualifiés, puissent faire les frais de cette augmentation. Tandis que des études empiriques révèlent que les hausses du salaire minimum ont tendance à réduire les disparités de salaire, mais uniquement si elles s'inscrivent dans une action globale en faveur d'une réduction massive de la pauvreté.Ainsi, les résultats obtenus à la suite de l'instauration d'un salaire minimum ont toutefois des limites si
il est établià un niveau trop élevé, il peut alors être à l'origine de nombreuses pertes d'emploi et avoir ainsi des répercussions néfastes sur les équilibres économiques, creusant ainsi les inégalités à mesure que des travailleursà faible revenu perdent leur emploi. En outre, une hausse du salaire minimum peut entraîner une revue à la hausse de l'ensemble de la structure salariale, laquelle reproduit alors les mêmes disparités de rémunération, car les entreprises veulent que leurs salariés les plus productifs soient mieux rémunérés.
"Admettons qu'un salaire minimum bas est bénéfique et qu'un salaire minimum élevéest néfaste : quel est donc le niveau optimal auquel il devrait être établi ?", s'interrogent les deux économistes qui précisent que peu d'études traitent directement de cette question. Le peu d'études qui abordent le sujet, continuent-ils, "fixent le niveau idéal entre 25 % et 50 % du salaire moyen". Ils préconisent alors que "dans la pratique, le salaire minimum devrait être instauré en faisant en sorte que la croissance économique continue d'être conforme aux gains de productivité, ce qui laisse à penser que les modalités de son instauration ne devraient pas être confiées à des responsables politiques, mais à des experts indépendants"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.