La fin de la récréation !    Chelsea : Abramovich offre un gros chèque à Lampard    Massimiliano Allegri va patienter jusqu'en juin    OM – Villas-Boas: «Brahimi était dans nos plans, mais…»    Mobilisation exceptionnelle à Alger    Les marches dénonçant l'ingérence étrangère,"une preuve irréfutable" de la conscience du peuple algérien    OIT: "faire du travail décent une réalité pour la jeunesse africaine"    MDN: large campagne sanitaire pour les habitants de zones enclavées à Ouargla    PROGRAMME DE LOGEMENTS LPA : Les souscripteurs d'Alger convoqués fin décembre    A TAMANRASSET : Tebboune s'engage à faire de la wilaya un pôle touristique    CAMPAGNE ELECTORALE : La campagne de Benflis visée par un plan d'infiltration    MASCARA : Création d'une zone industrielle à Mohammadia    ANSEJ MOSTAGANEM : 352 projets validés en 9 mois    TISSEMSILT : Saisie de 80 kg de viandes blanches impropres à la consommation    BECHAR : Arrestation de 4 braconniers à Beni Ounif    SURETE DE WILAYA DE TIARET : 307 permis de conduire retirés en novembre    Cancer de la prostate : des spécialistes plaident pour "un dépistage de masse précoce"    Harbi s'attaque à l'Armée    Loukal rappelle en Egypte l'engagement de l'Algérie pour l'autonomie financière de l'UA     Championnats arabes de Cyclisme sur route: deux autres médailles pour l'Algérie en clôture de la compétition    Gaïd Salah : l'Algérie mérite de la part de ses enfants qu'ils demeurent la "forteresse impénétrable"    Sonatrach "qualifiée" pour évaluer les actifs d'Anadarko en Algérie    Le projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays adopté, un acquis pour la redynamisation du développement dans le Sud    Lutte antiterroriste: Une bombe artisanale détruite à Tlemcen    Jeux Paralympiques Tokyo-2020: l'Algérie candidate à l'organisation de deux tournois qualificatifs    La pièce de théâtre "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    "L'Algérie contemporaine, cultures et identités", un nouvel essai en ligne de Ahmed Cheniki    JM Oran-2021 : la "nouvelle dynamique" des préparatifs de la 19e édition saluée    LOPIS: vulgarisation du contenu du guide scientifique au niveau des établissements éducatifs    Prix Assia-Djebar 2019: les noms des lauréats dévoilés    Les services de la Sûreté déjoue un plan de sabotage fomenté par le MAK    LOPIS : des laboratoires politiques oeuvrent à susciter "une crise de terminologies"    54 appareils distribués aux handicapés    Projecteurs braqués sur Vienne    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    ACTUCULT    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    CAF Awards 2019 : Trois Algériens dans le top 10    Sidi Bel-Abbès: Le maire dépose sa démission, son successeur connu aujourd'hui    Le procès s'est ouvert hier: Sellal et Ouyahia à la barre    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    Iran : Le chef de la diplomatie omanaise en Téhéran, après une visite à Washington    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bedoui tarde à former le gouvernement
Plus de 12 jours aprés sa nomination
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 03 - 2019

Le Premier ministre, Noureddine Bedoui, continue d'élargir les consultations pour tenter de former un gouvernementde transition.
Le Premier ministre, Noureddine Bedoui, continue d'élargir les consultations pour tenter de former un gouvernementde transition.
Mais vu les nombreuses défections de personnalités, lesdifficultés s'annoncent très dures, étantdonné que plus de douze jours après,aucun nom ne figure sur la liste. Depuis le 11 mars, jour de sa désignationpar le Président Bouteflika, le nouveauPremier ministre a promis de nommerun gouvernement de transition composéde technocrates et de jeunes. Une promesse qui semble
se "languir" dans letemps, vu que beaucoup de personnalités,dont l'opposition, ont refusé d'adhérerà la démarche du nouveau gouvernement.Les spéculations vont bon train surles noms de certaines personnes quiauraient été consultés pour joindre lenouvel exécutif. On a parlé de Saïd Saâdil'ancien patron du RCD qui a démentil'information. Ensuite, il y avait un carnetde noms tels que Ferroukhi, ancienn ministre de la pêche, l'avocat Bouchachi ou encore des jeunes issus du mouvementRAJ.
Ces derniers ont décliné l'offrede Bedoui avec la défection égalementde plusieurs personnalités telsFarouk Ksentini ancien président de laCommission des droits de l'Homme. Ilfaut dire que selon une source concordante,près de 500 personnes auraient étéconsultées mais toutes n'ont pas répondu favorablement à la requête du Premier ministre. Mais il reste probablement dans le carnet de Bedoui, les partis politiques du sérail présidentiel tels que le FLN et le RND qui n'ont pas caché leurs intentions de composer avec le nouveau gouvernement.
Le FLN et le RND qui ont rejoint tardivement le mouvement de contestation populaire tenteront de laver l'affront sur leur ancienne prise de positionspour la continuité du mandat présidentiel. Rien n'est sûr pour l'heure alors que de nouvelles têtes plus jeunes pourraient être séduites par des postes ministériels. La difficulté qui s'ajoute, c'est celle du flou caractéristique du gouvernementactuel. Sauf le remplacement de Abdelkader Messahel par Ramtane Lamamra qui conduit actuellement le ministère des AE, les autres ministres sont réduits au silence et à un moindre doute de leur strict minimum d'activité institutionnelle.
Noureddine Bedoui les aurait instruit de garder leurs postes et de vaquer uniquement aux tâches administratives en attendant la prochaine formation de son gouvernement. La date butoir de l'expiration du 4e mandat du Président sortant, qui arrive à échéance le 28 avril prochain, alors que le nouveau gouvernement tarde à voir le jour au moment où la rue multiplie les pressions. Il y aura donc selon les observateurs une matière pour combler le vide institutionnel qui va annoncer une difficulté supplémentaire pour une crise politique sans récédents.
Mais vu les nombreuses défections de personnalités, lesdifficultés s'annoncent très dures, étantdonné que plus de douze jours après,aucun nom ne figure sur la liste. Depuis le 11 mars, jour de sa désignationpar le Président Bouteflika, le nouveauPremier ministre a promis de nommerun gouvernement de transition composéde technocrates et de jeunes. Une promesse qui semble
se "languir" dans letemps, vu que beaucoup de personnalités,dont l'opposition, ont refusé d'adhérerà la démarche du nouveau gouvernement.Les spéculations vont bon train surles noms de certaines personnes quiauraient été consultés pour joindre lenouvel exécutif. On a parlé de Saïd Saâdil'ancien patron du RCD qui a démentil'information. Ensuite, il y avait un carnetde noms tels que Ferroukhi, ancienn ministre de la pêche, l'avocat Bouchachi ou encore des jeunes issus du mouvementRAJ.
Ces derniers ont décliné l'offrede Bedoui avec la défection égalementde plusieurs personnalités telsFarouk Ksentini ancien président de laCommission des droits de l'Homme. Ilfaut dire que selon une source concordante,près de 500 personnes auraient étéconsultées mais toutes n'ont pas répondu favorablement à la requête du Premier ministre. Mais il reste probablement dans le carnet de Bedoui, les partis politiques du sérail présidentiel tels que le FLN et le RND qui n'ont pas caché leurs intentions de composer avec le nouveau gouvernement.
Le FLN et le RND qui ont rejoint tardivement le mouvement de contestation populaire tenteront de laver l'affront sur leur ancienne prise de positionspour la continuité du mandat présidentiel. Rien n'est sûr pour l'heure alors que de nouvelles têtes plus jeunes pourraient être séduites par des postes ministériels. La difficulté qui s'ajoute, c'est celle du flou caractéristique du gouvernementactuel. Sauf le remplacement de Abdelkader Messahel par Ramtane Lamamra qui conduit actuellement le ministère des AE, les autres ministres sont réduits au silence et à un moindre doute de leur strict minimum d'activité institutionnelle.
Noureddine Bedoui les aurait instruit de garder leurs postes et de vaquer uniquement aux tâches administratives en attendant la prochaine formation de son gouvernement. La date butoir de l'expiration du 4e mandat du Président sortant, qui arrive à échéance le 28 avril prochain, alors que le nouveau gouvernement tarde à voir le jour au moment où la rue multiplie les pressions. Il y aura donc selon les observateurs une matière pour combler le vide institutionnel qui va annoncer une difficulté supplémentaire pour une crise politique sans récédents.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.