LDC : Facile victoire de Chelsea face à Krasnodar    Ligue 1-MCA: "nous avons porté l'affaire de Rooney devant la Justice"    Sahara occidental: le Conseil de sécurité reporte à vendredi    Les mines capables de fournir plus de 30 matières premières fondamentales    Mawlid Ennabawi-1er Novembre: Sonelgaz met en place un plan spécial pour assurer la continuité de ses services    Tebboune transféré en Allemagne pour des "examens médicaux approfondis"    Conférences autour de l'Homme et de la Culture dans la pensée de Malek Bennabi    Mawlid Ennabaoui à Tlemcen: les enfants en tenues traditionnelles en force chez les photographes    Coronavirus : 320 nouveaux cas,191 guérisons et 10 décès    Forum de l'Algérie: les citoyens doivent lire le projet d'amendement constitutionnel et exprimer leur opinion en votant    Benzema : «Et pendant ce temps-là, les chiens aboient»    Chanegriha instruit la GN de prendre toutes les mesures pour sécuriser les centres et bureaux de vote    Lutte anti-terroriste: multiples opérations de l'ANP reflétant son haut professionnalisme    Taoufik Makhloufi: "Je suis un athlète propre"    Ouverture à la circulation automobile du tronçon El-Hamdania-Médéa    Cour d'Alger : début du procès en appel de Maheddine Tahkout    Arrestation d'un terroriste à Tlemcen    Mercato estival : marché déséquilibré, les grosses écuries ne dérogent pas à la règle    Assemblée générale ordinaire de la FAF : Les bilans adoptés    Quand les Etats-Unis s'en mêlent    Israël va construire de nouveaux logements à Hébron    Tlemcen: mise en service du gaz de ville au village de Maaziz    Une nouveauté pour les routiers algériens    Le groupe Condor reprend les exportations    L'inflation amorce une nouvelle accélération    «Il y a alliance entre la bande en prison et les ennemis à l'étranger»    Changement dans la continuité    USM El Harrach : Sept recrues en un jour    JSM Béjaïa : Chihati, Saïed, Saidoune et Kherraz en renfort    Toyota en leader dans l'automobile    Succès annoncé pour le colosse électrique    Les communaux protestent devant le siège de la Wilaya    Fondant au chocolat    Universités : Inscriptions et portes ouvertes en ligne    Lancement d'un projet de bande verte    La mercuriale en roue libre à Sétif    Libye: Le Conseil de sécurité de l'ONU entérine l'accord de cessez-le-feu    La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée    Abou Leila et les autres    Si on cale déjà sur un dossier pareil...    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    Pour une révolution d'encre !    Farid Abache revient avec un album musical poétique    Lancement des travaux de restauration du site Haouch El-Bey    UN COMBAT CONTRE SOI    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Le Vote Des Expatriés En Question    La campagne référendaire s'achève aujourd'hui à minuit. Place au silence électoral    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bedoui tarde à former le gouvernement
Plus de 12 jours aprés sa nomination
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 03 - 2019

Le Premier ministre, Noureddine Bedoui, continue d'élargir les consultations pour tenter de former un gouvernementde transition.
Le Premier ministre, Noureddine Bedoui, continue d'élargir les consultations pour tenter de former un gouvernementde transition.
Mais vu les nombreuses défections de personnalités, lesdifficultés s'annoncent très dures, étantdonné que plus de douze jours après,aucun nom ne figure sur la liste. Depuis le 11 mars, jour de sa désignationpar le Président Bouteflika, le nouveauPremier ministre a promis de nommerun gouvernement de transition composéde technocrates et de jeunes. Une promesse qui semble
se "languir" dans letemps, vu que beaucoup de personnalités,dont l'opposition, ont refusé d'adhérerà la démarche du nouveau gouvernement.Les spéculations vont bon train surles noms de certaines personnes quiauraient été consultés pour joindre lenouvel exécutif. On a parlé de Saïd Saâdil'ancien patron du RCD qui a démentil'information. Ensuite, il y avait un carnetde noms tels que Ferroukhi, ancienn ministre de la pêche, l'avocat Bouchachi ou encore des jeunes issus du mouvementRAJ.
Ces derniers ont décliné l'offrede Bedoui avec la défection égalementde plusieurs personnalités telsFarouk Ksentini ancien président de laCommission des droits de l'Homme. Ilfaut dire que selon une source concordante,près de 500 personnes auraient étéconsultées mais toutes n'ont pas répondu favorablement à la requête du Premier ministre. Mais il reste probablement dans le carnet de Bedoui, les partis politiques du sérail présidentiel tels que le FLN et le RND qui n'ont pas caché leurs intentions de composer avec le nouveau gouvernement.
Le FLN et le RND qui ont rejoint tardivement le mouvement de contestation populaire tenteront de laver l'affront sur leur ancienne prise de positionspour la continuité du mandat présidentiel. Rien n'est sûr pour l'heure alors que de nouvelles têtes plus jeunes pourraient être séduites par des postes ministériels. La difficulté qui s'ajoute, c'est celle du flou caractéristique du gouvernementactuel. Sauf le remplacement de Abdelkader Messahel par Ramtane Lamamra qui conduit actuellement le ministère des AE, les autres ministres sont réduits au silence et à un moindre doute de leur strict minimum d'activité institutionnelle.
Noureddine Bedoui les aurait instruit de garder leurs postes et de vaquer uniquement aux tâches administratives en attendant la prochaine formation de son gouvernement. La date butoir de l'expiration du 4e mandat du Président sortant, qui arrive à échéance le 28 avril prochain, alors que le nouveau gouvernement tarde à voir le jour au moment où la rue multiplie les pressions. Il y aura donc selon les observateurs une matière pour combler le vide institutionnel qui va annoncer une difficulté supplémentaire pour une crise politique sans récédents.
Mais vu les nombreuses défections de personnalités, lesdifficultés s'annoncent très dures, étantdonné que plus de douze jours après,aucun nom ne figure sur la liste. Depuis le 11 mars, jour de sa désignationpar le Président Bouteflika, le nouveauPremier ministre a promis de nommerun gouvernement de transition composéde technocrates et de jeunes. Une promesse qui semble
se "languir" dans letemps, vu que beaucoup de personnalités,dont l'opposition, ont refusé d'adhérerà la démarche du nouveau gouvernement.Les spéculations vont bon train surles noms de certaines personnes quiauraient été consultés pour joindre lenouvel exécutif. On a parlé de Saïd Saâdil'ancien patron du RCD qui a démentil'information. Ensuite, il y avait un carnetde noms tels que Ferroukhi, ancienn ministre de la pêche, l'avocat Bouchachi ou encore des jeunes issus du mouvementRAJ.
Ces derniers ont décliné l'offrede Bedoui avec la défection égalementde plusieurs personnalités telsFarouk Ksentini ancien président de laCommission des droits de l'Homme. Ilfaut dire que selon une source concordante,près de 500 personnes auraient étéconsultées mais toutes n'ont pas répondu favorablement à la requête du Premier ministre. Mais il reste probablement dans le carnet de Bedoui, les partis politiques du sérail présidentiel tels que le FLN et le RND qui n'ont pas caché leurs intentions de composer avec le nouveau gouvernement.
Le FLN et le RND qui ont rejoint tardivement le mouvement de contestation populaire tenteront de laver l'affront sur leur ancienne prise de positionspour la continuité du mandat présidentiel. Rien n'est sûr pour l'heure alors que de nouvelles têtes plus jeunes pourraient être séduites par des postes ministériels. La difficulté qui s'ajoute, c'est celle du flou caractéristique du gouvernementactuel. Sauf le remplacement de Abdelkader Messahel par Ramtane Lamamra qui conduit actuellement le ministère des AE, les autres ministres sont réduits au silence et à un moindre doute de leur strict minimum d'activité institutionnelle.
Noureddine Bedoui les aurait instruit de garder leurs postes et de vaquer uniquement aux tâches administratives en attendant la prochaine formation de son gouvernement. La date butoir de l'expiration du 4e mandat du Président sortant, qui arrive à échéance le 28 avril prochain, alors que le nouveau gouvernement tarde à voir le jour au moment où la rue multiplie les pressions. Il y aura donc selon les observateurs une matière pour combler le vide institutionnel qui va annoncer une difficulté supplémentaire pour une crise politique sans récédents.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.