La chute de la maison Bouteflika    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    80 nouveaux cas confirmés et 25 nouveaux décès en Algérie    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    JM d'Oran: vers l'organisation d'un maximum de manifestations sportives pour tester les infrastructures    Covid-19 : l'utilisation du numéro vert 3030 élargie aux 48 wilayas    Décret présidentiel: la valeur des présents dans le cadre protocolaire arrêtée    Arrivée à Alger du premier groupe d'Algériens bloqués en Turquie    Covid-19: des aides financières au profit des artistes dont les activités sont suspendues    Boumerdès : Les agriculteurs se distinguent    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    L'Unep mobilise les entreprises publiques    Premier prototype de respirateur artificiel 100% algérien    Douanes : entrée en vigueur des mesures exceptionnelles    Wilaya de Tizi Ouzou : Les actions citoyennes solidaires se multiplient    Au péril de leur vie    Boudouaou : Distribution défaillante du lait en sachet    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    Fonction publique: Toucher son salaire sans se déplacer    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Trois journalistes du quotidien Sawt El Akher sous contrôle judiciaire !    Bengrina dénonce l'attaque d'une chaîne tv française contre l'Algérie    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Mines antipersonnel: Tahar Salhi, une des victimes de la barbarie du colonisateur français    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les "3b" indésirables
Imposantes manifestations hier
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 04 - 2019

L'acte VII des grandes manifestations des Algérienscontre le système politique en place était très particulier.
L'acte VII des grandes manifestations des Algérienscontre le système politique en place était très particulier.
Car hier, c'était le premier vendredi sans Abdelaziz Bouteflika, qui adémissionné mardi dernier de sonpiste de président de la République. Maiscela ne les a pas empêchés pour autant, de sortir en masse pour réclamer une fois deplus, et pour le 7e vendredi consécutif, un changement radical du système.Comme pour dire donc, que le départ deBouteflika était
insuffisant et ne répondque partiellement à leurs revendications.Ils veulent le départ de tous les symbolesdu pouvoir en place, et hie,r ce sont lestêtes de ce qu'on appelle désormais, les 3B(Benbsalah, Bedoui et Belaiz), qui étaientréclamés par les millions de manifestants.D'imposantes marches et rassemblementspopulaires se sont en effet déroulés àAlgeret dans d'autres wilayas du pays, pour le septième vendredi consécutif, revendiquant un "changement radical", et la mise enoeuvre d'une feuille de route, dans laquelle"seront absentes toutes les figures apparentéesau régime".A Alger et dès les premières heures de cevendredi au ciel nuageux, des manifestantsont afflué en grand nombre vers,
principalement,l'esplanade de la Grande poste et laplace Maurice Audin, après avoir sillonné les principales artères de la capitale, dansun climat serein et pacifique. Drapés de l'Emblème national ou d'écharpes aux couleurs nationales autour du cou ou sur la tête, les manifestants scandaient des slogans appelant au départ de personnalités politiques encore aux commandes du pays, citant notamment le Premier ministre, Noureddine Bedoui, le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, du président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaiz, ou encore, le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Mouad Bouchareb. Les manifestants ont également exprimé, à travers d'autres slogans et en brandissantdes banderoles et des pancartes, leur refus "catégorique" de l'ingérence étrangère, leurattachement à l'unité nationale, la gestionde la période post-Bouteflika par des personnes "intègres et honnêtes".
Ils ont égalementrendu hommage à l'Armée nationale populaire (ANP). "Le peuple veut un gouvernement consensuel, des réformes et une commission indépendante, pour l'organisation des élections (présidentielles)", " non au gouvernement de malfrats", ou encore "la souveraineté nationale appartient au peuple", pouvait-on lire sur les banderoles et les pancartes. Ces marches populaires, les premières après la décision de Abdelaziz Bouteflika de mettre fin à son mandat en qualité de président de la République, ont vu la participation, notamment de jeunes et des moins jeunes, des femmes, des familles et des personnes âgées, unis dans la convivialité, pour "une Algérie meilleure et une deuxième République". Même constat dans les autres wilayas, où des marches similaires ont été organisées, avec pratiquementles mêmes slogans
Car hier, c'était le premier vendredi sans Abdelaziz Bouteflika, qui adémissionné mardi dernier de sonpiste de président de la République. Maiscela ne les a pas empêchés pour autant, de sortir en masse pour réclamer une fois deplus, et pour le 7e vendredi consécutif, un changement radical du système.Comme pour dire donc, que le départ deBouteflika était
insuffisant et ne répondque partiellement à leurs revendications.Ils veulent le départ de tous les symbolesdu pouvoir en place, et hie,r ce sont lestêtes de ce qu'on appelle désormais, les 3B(Benbsalah, Bedoui et Belaiz), qui étaientréclamés par les millions de manifestants.D'imposantes marches et rassemblementspopulaires se sont en effet déroulés àAlgeret dans d'autres wilayas du pays, pour le septième vendredi consécutif, revendiquant un "changement radical", et la mise enoeuvre d'une feuille de route, dans laquelle"seront absentes toutes les figures apparentéesau régime".A Alger et dès les premières heures de cevendredi au ciel nuageux, des manifestantsont afflué en grand nombre vers,
principalement,l'esplanade de la Grande poste et laplace Maurice Audin, après avoir sillonné les principales artères de la capitale, dansun climat serein et pacifique. Drapés de l'Emblème national ou d'écharpes aux couleurs nationales autour du cou ou sur la tête, les manifestants scandaient des slogans appelant au départ de personnalités politiques encore aux commandes du pays, citant notamment le Premier ministre, Noureddine Bedoui, le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, du président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaiz, ou encore, le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Mouad Bouchareb. Les manifestants ont également exprimé, à travers d'autres slogans et en brandissantdes banderoles et des pancartes, leur refus "catégorique" de l'ingérence étrangère, leurattachement à l'unité nationale, la gestionde la période post-Bouteflika par des personnes "intègres et honnêtes".
Ils ont égalementrendu hommage à l'Armée nationale populaire (ANP). "Le peuple veut un gouvernement consensuel, des réformes et une commission indépendante, pour l'organisation des élections (présidentielles)", " non au gouvernement de malfrats", ou encore "la souveraineté nationale appartient au peuple", pouvait-on lire sur les banderoles et les pancartes. Ces marches populaires, les premières après la décision de Abdelaziz Bouteflika de mettre fin à son mandat en qualité de président de la République, ont vu la participation, notamment de jeunes et des moins jeunes, des femmes, des familles et des personnes âgées, unis dans la convivialité, pour "une Algérie meilleure et une deuxième République". Même constat dans les autres wilayas, où des marches similaires ont été organisées, avec pratiquementles mêmes slogans


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.