Tripoli : 9 morts dans le bombardement d'un dépôt militaire    Crise libyenne : Alger et Tunis affichent leurs inquiétudes    Sports mécaniques : Le CSMB s'illustre    Delort, quelle bonne pioche de Belmadi !    BAC 2019 dans la capitale : Plus de 58 000 candidats    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Baghlia : Manque de transport public    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    L'AACC s'oppose à la dissolution de l'Office central de répression de la corruption    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    114 comprimés psychotropes saisis, deux arrestations    Tlemcen: Un jeune tué à coups de couteau et de sabre    83,31% de réussite à la «5ème»    La saga judiciaire continue    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Quelques scénarios de sortie de crise    Recul des Bourses en Europe : L'impact des tensions commerciales se matérialise sur les marchés    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Le Sétifien Abdelmoumène Djabou signe pour deux saisons    «La situation actuelle du football africain m'inquiète et inquiète la FIFA»    Pour coopérer dans le secteur du gaz : "La Russie est un partenaire idéal de la Chine"    Pour renforcer prochainement la cartographie et la télédétection : Une caméra numérique de nouvelle génération à Oran    Hommage à Ahmed Kellil    Karim Djoudi et Amar Tou, placés sous contrôle judiciaire    Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?    Le président déchu comparaîtra la semaine prochaine    ANP : Gaïd Salah en visite de travail et d'inspection à la 3e Région militaire    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Connexion perturbée et silence des autorités    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    ACTUCULT    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les "3b" indésirables
Imposantes manifestations hier
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 04 - 2019

L'acte VII des grandes manifestations des Algérienscontre le système politique en place était très particulier.
L'acte VII des grandes manifestations des Algérienscontre le système politique en place était très particulier.
Car hier, c'était le premier vendredi sans Abdelaziz Bouteflika, qui adémissionné mardi dernier de sonpiste de président de la République. Maiscela ne les a pas empêchés pour autant, de sortir en masse pour réclamer une fois deplus, et pour le 7e vendredi consécutif, un changement radical du système.Comme pour dire donc, que le départ deBouteflika était
insuffisant et ne répondque partiellement à leurs revendications.Ils veulent le départ de tous les symbolesdu pouvoir en place, et hie,r ce sont lestêtes de ce qu'on appelle désormais, les 3B(Benbsalah, Bedoui et Belaiz), qui étaientréclamés par les millions de manifestants.D'imposantes marches et rassemblementspopulaires se sont en effet déroulés àAlgeret dans d'autres wilayas du pays, pour le septième vendredi consécutif, revendiquant un "changement radical", et la mise enoeuvre d'une feuille de route, dans laquelle"seront absentes toutes les figures apparentéesau régime".A Alger et dès les premières heures de cevendredi au ciel nuageux, des manifestantsont afflué en grand nombre vers,
principalement,l'esplanade de la Grande poste et laplace Maurice Audin, après avoir sillonné les principales artères de la capitale, dansun climat serein et pacifique. Drapés de l'Emblème national ou d'écharpes aux couleurs nationales autour du cou ou sur la tête, les manifestants scandaient des slogans appelant au départ de personnalités politiques encore aux commandes du pays, citant notamment le Premier ministre, Noureddine Bedoui, le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, du président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaiz, ou encore, le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Mouad Bouchareb. Les manifestants ont également exprimé, à travers d'autres slogans et en brandissantdes banderoles et des pancartes, leur refus "catégorique" de l'ingérence étrangère, leurattachement à l'unité nationale, la gestionde la période post-Bouteflika par des personnes "intègres et honnêtes".
Ils ont égalementrendu hommage à l'Armée nationale populaire (ANP). "Le peuple veut un gouvernement consensuel, des réformes et une commission indépendante, pour l'organisation des élections (présidentielles)", " non au gouvernement de malfrats", ou encore "la souveraineté nationale appartient au peuple", pouvait-on lire sur les banderoles et les pancartes. Ces marches populaires, les premières après la décision de Abdelaziz Bouteflika de mettre fin à son mandat en qualité de président de la République, ont vu la participation, notamment de jeunes et des moins jeunes, des femmes, des familles et des personnes âgées, unis dans la convivialité, pour "une Algérie meilleure et une deuxième République". Même constat dans les autres wilayas, où des marches similaires ont été organisées, avec pratiquementles mêmes slogans
Car hier, c'était le premier vendredi sans Abdelaziz Bouteflika, qui adémissionné mardi dernier de sonpiste de président de la République. Maiscela ne les a pas empêchés pour autant, de sortir en masse pour réclamer une fois deplus, et pour le 7e vendredi consécutif, un changement radical du système.Comme pour dire donc, que le départ deBouteflika était
insuffisant et ne répondque partiellement à leurs revendications.Ils veulent le départ de tous les symbolesdu pouvoir en place, et hie,r ce sont lestêtes de ce qu'on appelle désormais, les 3B(Benbsalah, Bedoui et Belaiz), qui étaientréclamés par les millions de manifestants.D'imposantes marches et rassemblementspopulaires se sont en effet déroulés àAlgeret dans d'autres wilayas du pays, pour le septième vendredi consécutif, revendiquant un "changement radical", et la mise enoeuvre d'une feuille de route, dans laquelle"seront absentes toutes les figures apparentéesau régime".A Alger et dès les premières heures de cevendredi au ciel nuageux, des manifestantsont afflué en grand nombre vers,
principalement,l'esplanade de la Grande poste et laplace Maurice Audin, après avoir sillonné les principales artères de la capitale, dansun climat serein et pacifique. Drapés de l'Emblème national ou d'écharpes aux couleurs nationales autour du cou ou sur la tête, les manifestants scandaient des slogans appelant au départ de personnalités politiques encore aux commandes du pays, citant notamment le Premier ministre, Noureddine Bedoui, le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, du président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaiz, ou encore, le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Mouad Bouchareb. Les manifestants ont également exprimé, à travers d'autres slogans et en brandissantdes banderoles et des pancartes, leur refus "catégorique" de l'ingérence étrangère, leurattachement à l'unité nationale, la gestionde la période post-Bouteflika par des personnes "intègres et honnêtes".
Ils ont égalementrendu hommage à l'Armée nationale populaire (ANP). "Le peuple veut un gouvernement consensuel, des réformes et une commission indépendante, pour l'organisation des élections (présidentielles)", " non au gouvernement de malfrats", ou encore "la souveraineté nationale appartient au peuple", pouvait-on lire sur les banderoles et les pancartes. Ces marches populaires, les premières après la décision de Abdelaziz Bouteflika de mettre fin à son mandat en qualité de président de la République, ont vu la participation, notamment de jeunes et des moins jeunes, des femmes, des familles et des personnes âgées, unis dans la convivialité, pour "une Algérie meilleure et une deuxième République". Même constat dans les autres wilayas, où des marches similaires ont été organisées, avec pratiquementles mêmes slogans


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.