Cérémonie d'installation du nouveau wali    2 millions d'Irakiens manifestent contre la présence des USA    Allez à Ghaza et criez «plus jamais ça !»    Vivre le (dés) espoir d'une mère nigériane    Changer d'entraîneur, est-ce la bonne option ?    Anes Tounsi sacré «Meilleur nageur» à juste titre    L'OMS tire la sonnette d'alarme    Le parc d'attraction rouvre ses portes    La collection «Continents Noirs» fête ses 20 ans    Découverte d'un bain romain à Ferkane (Tébessa)    La 10e édition prévue pour la mi-février    Tebboune préside une séance de travail    Les militairesisraéliens frappent une cible du Hamas    Le Consulat de France annonce de nouvelles mesures    «Accélérer la réalisation des projets de partenariat et les élargir à d'autres domaines»    «L'équipe a retrouvé sa confiance et sa stabilité après le départ de Lavagne»    Le Tunisien Zelfani pour sauver les meubles    Décès de l'international IsmailMahieddine    Appel à lancer des cadres juridiques plus adéquats pour lutter contre ce phénomène    Le chiffre d'affaires de la CNMA s'est établi à 15 milliards de dinars    Tebboune ordonne le rapatriement des ressortissants algériens    Le président du Conseil scientifique de l'Agence de greffe d''organes    Le CNES revient à la charge    Ouverture de la 14e èdition    Décès du pilote et de son assistant    Poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Arrestation de cinq individus en possession de 100 millions de centimes en faux billets    Crash d'un avion militaire: Le Président Tebboune observe une minute de silence à la mémoire des deux pilotes    Les walis appelés à prendre des mesures urgentes pour améliorer les conditions de vie des citoyens    Algérie-Libye: le renforcement de la coopération économique soulignée lors d'un forum d'affaires    VENTE DU LAIT EN SACHET : Bras de fer entre le ministre du Commerce et les distributeurs    Palestine: le rejet du plan de paix américain pour le Proche-Orient s'intensifie    L'Algérie face à l'Allemagne, la Suède et la Slovénie    Noureddine Chegrane expose son «Hommage au jazz» à Dar Abdeltif    Une feuille de route «sérieuse et réaliste» pour réformer le domaine    Un monde pas si fou que ça !    Alger, Annaba, Constantine et Blida accueillent la "Nuit des idées"    «En Libye, Erdogan et Poutine profitent du retrait des états-Unis et de la division des Européens»    Coupes africaines : Le PAC se rapproche de l'élimination    Moyen-Orient : Spirale de violence en Irak    Archéologie à Ferkane à Tébessa : Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    BONBONS ET CARAMELS    Détenus du Hirak: Des libérations et des procès reportés    MC Oran: Chérif El-Ouazzani dénonce des faits graves    L'après Berlin et la crise libyenne    Education: Grève dans le primaire et mécontentement chez les syndicats    Tébessa: La journée de la douane    Il y a de l'eau dans le gaz !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un 39e anniversaire particulier
Comméroration du printemps amaeigh
Publié dans Le Midi Libre le 21 - 04 - 2019

L'Algérie a commémoré, hier, le 39e anniversaire du Printemps berbère. Cette commémoration intervient cette année dans un contexte très particulier.
L'Algérie a commémoré, hier, le 39e anniversaire du Printemps berbère. Cette commémoration intervient cette année dans un contexte très particulier.
En effet l'Algérie connait, depuis le 22 février dernier, un mouvement populaire inédit contre le système politique. Les manifestations populaires exigent, ainsi,le départ de tous les symboles du régime politique. Dans plusieurs villes du pays il y a eu des marches et des rassemblements pour commémorer cet anniversaire. Cela a été particulièrement le cas en Kabylie ou d'imposantes marches ont eu lieu. En effet les habitants de plusieurs villes, principalement Tizi- Ouzou, Bouira et Béjaïa, ont march hier samedi "pour que nul n'oublie". Ils commémoraient le premier soulèvement contre le régime en place et ont aussi rendu hommage aux victimes de la répression du printemps
noir en 2001. C'est dire que c'était un double anniversaire. Des milliers de personnes ont ainsi marché dans es principales rues du centre-ville de la ville de B'jaïa. Outre les drapeaux nationaux, elles ont également brandi des banderoles sur lesquelles étaient portés les visages des 126 personnes décédées durant les événements de 2001. A Tizi-Ouzou, où un dispositif sécuritaire plus important a été mobilisé à l'occasion de cette marche, des citoyens ont également marché au centre-ville, en présence de personnalités, dont Saïd Saadi, l'ex-président du RCD..
Tout en brandissant des drapeaux amazighs et algériens, ils scandaient leur "ras-le-bol" de ce pouvoir, affirmant que "l'Algérie est libre et démocratique". Les manifestants, tout comme à Béjaïa, ont également rendu hommage aux victimes du printemps noir ainsi qu'au chanteur Lounes Matoub, en reprenant plusieurs de ses fameuses chansons. A Bouira, les citoyens ont investi le centre-ville pour commémorer cette date et rendre hommage aux victimes du Printemps noir. Après avoir observé une minute de silence, ils ont scandé leur rejet du "pouvoir assassin".
Batna n'était pas en reste puisque, des habitants ont également décidé de commémorer cette date en organisant une marche. C'était aussi le cas à Alger ou un rassemblement s'est tenu à la Grande Poste dans la matinée. Quelques dizaines de citoyens se sont en effet rassemblés en brandissant des drapeaux algériens et amazighs et chantant des chants kabyles, de Matoub Lounès notamment. Une manifestation qui s'est déroulée dans le calme. Notons que les évènements d'avril 1980 avaient éclaté suite à l'interdiction d'une conférence de l'écrivain Mouloud Mammeri sur la poésie kabyle ancienne, prévue dans l'enceinte universitaire
de Hasnaoua (Tizi-Ouzou), ce qui a provoqué une contestation estudiantine dans différents campus universitaires de la région et d'Alger. Depuis, ces évènements sont devenus une date phare du combat pour la langue et la culture amazighes et sont commémorés annuellement. En 1990, la langue tamazight a été introduite dans l'enseignement universitaire suivi par la création du Haut Commissariat à l'amazighité (HCA) et son introduction dans l'enseignement scolaire en 1995.
Elle a été consacrée langue nationale en 2002 et officielle en 2016 à la faveur de la révision constitutionnelle de février de la même année. En décembre 2018, une académie algérienne de la langue amazighe, destinée à promouvoir cette composante de l'identité nationale, est venue couronner le long processus de l'officialisation de cette langue.
En effet l'Algérie connait, depuis le 22 février dernier, un mouvement populaire inédit contre le système politique. Les manifestations populaires exigent, ainsi,le départ de tous les symboles du régime politique. Dans plusieurs villes du pays il y a eu des marches et des rassemblements pour commémorer cet anniversaire. Cela a été particulièrement le cas en Kabylie ou d'imposantes marches ont eu lieu. En effet les habitants de plusieurs villes, principalement Tizi- Ouzou, Bouira et Béjaïa, ont march hier samedi "pour que nul n'oublie". Ils commémoraient le premier soulèvement contre le régime en place et ont aussi rendu hommage aux victimes de la répression du printemps
noir en 2001. C'est dire que c'était un double anniversaire. Des milliers de personnes ont ainsi marché dans es principales rues du centre-ville de la ville de B'jaïa. Outre les drapeaux nationaux, elles ont également brandi des banderoles sur lesquelles étaient portés les visages des 126 personnes décédées durant les événements de 2001. A Tizi-Ouzou, où un dispositif sécuritaire plus important a été mobilisé à l'occasion de cette marche, des citoyens ont également marché au centre-ville, en présence de personnalités, dont Saïd Saadi, l'ex-président du RCD..
Tout en brandissant des drapeaux amazighs et algériens, ils scandaient leur "ras-le-bol" de ce pouvoir, affirmant que "l'Algérie est libre et démocratique". Les manifestants, tout comme à Béjaïa, ont également rendu hommage aux victimes du printemps noir ainsi qu'au chanteur Lounes Matoub, en reprenant plusieurs de ses fameuses chansons. A Bouira, les citoyens ont investi le centre-ville pour commémorer cette date et rendre hommage aux victimes du Printemps noir. Après avoir observé une minute de silence, ils ont scandé leur rejet du "pouvoir assassin".
Batna n'était pas en reste puisque, des habitants ont également décidé de commémorer cette date en organisant une marche. C'était aussi le cas à Alger ou un rassemblement s'est tenu à la Grande Poste dans la matinée. Quelques dizaines de citoyens se sont en effet rassemblés en brandissant des drapeaux algériens et amazighs et chantant des chants kabyles, de Matoub Lounès notamment. Une manifestation qui s'est déroulée dans le calme. Notons que les évènements d'avril 1980 avaient éclaté suite à l'interdiction d'une conférence de l'écrivain Mouloud Mammeri sur la poésie kabyle ancienne, prévue dans l'enceinte universitaire
de Hasnaoua (Tizi-Ouzou), ce qui a provoqué une contestation estudiantine dans différents campus universitaires de la région et d'Alger. Depuis, ces évènements sont devenus une date phare du combat pour la langue et la culture amazighes et sont commémorés annuellement. En 1990, la langue tamazight a été introduite dans l'enseignement universitaire suivi par la création du Haut Commissariat à l'amazighité (HCA) et son introduction dans l'enseignement scolaire en 1995.
Elle a été consacrée langue nationale en 2002 et officielle en 2016 à la faveur de la révision constitutionnelle de février de la même année. En décembre 2018, une académie algérienne de la langue amazighe, destinée à promouvoir cette composante de l'identité nationale, est venue couronner le long processus de l'officialisation de cette langue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.