Djerad pose la première pierre d'un projet de réalisation de plus 14.000 logements AADL à Alger    Les martyrs sont de retour    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les 4 samedis    Un 5 Juillet, 58 ans après !    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les citoyens ferment le siège de l'APC    2 navires de Sonatrach mis sous séquestre    Les Syriens et les Français en tête    Ferhat Aït Ali annoncé au complexe d'El-Hadjar    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    L'épreuve    De mal en pis à Sétif    Les sapeurs-pompiers en formation    Les médecins critiquent la gestion de la crise    9 décès et 413 nouveaux cas en 24 heures    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    L'appel de la terre natale à ses enfants martyrs de la liberté    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Un lectorat espagnol au campus de Béjaïa    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pays "ne veut pas la guerre", assure le commandant des pasdarans
Iran
Publié dans Le Midi Libre le 21 - 05 - 2019

L'Iran ne veut pas la guerre mais ne la craint pas, a assuré dimanche le commandantdes gardiens de la Révolution,alors que le ton ne cesse de monter avecles
L'Iran ne veut pas la guerre mais ne la craint pas, a assuré dimanche le commandantdes gardiens de la Révolution,alors que le ton ne cesse de monter avecles
Etats-Unis. "Nous ne cherchons pasla guerre, mais elle ne nous effraie pas(...) La différence entre eux et nous, c'est qu'ils en ont peur et n'en pas la volonté nécessaire", a ajouté le général HosseinSalami, cité par les agences de presse iraniennesFars et Tasnim. Le ministre iraniendes Affaires étrangères avait écartésamedi l'hypothèse d'un conflit armé. "Iln'y aura pas de guerre parce que nousn'en voulons pas et parce que personnen'a l'idée ni l'illusion de pouvoir affronterl'Iran dans la région", a déclaréMohammad Javad Zarif
lors d'une visite en Chine, selon des propos rapportés par l'agence Irna. Les tensions entre Washington et Téhéran sont à leur comble depuis les actes de "sabotage" qui ont visé quatre navires, le week-end dernier,au large des Emirats arabes unis.Les 5.200 soldats américains présents en Irak ont été placés en état d'alerte et ledépartement d'Etat a rappelé le lendemainune partie du personnel diplomatiqueen porte à Baghdad et à Erbil.Le 6 mai,Washington avait annoncé l'envoidu porte-avions Abraham Lincoln et de son groupe aéronaval dans la régionen évoquant des menaces iraniennes, ce que Téhéran a qualifié de "guerre psychologique".
Donald Trump a dénoncé il y a un an l'accord international sur le programmenucléaire iranien conclu à Vienne en2015, ouvrant la voie au rétablissementdes sanctions américaines levées après son entrée en vigueur. Le président des Etats-Unis fait désormais pression sur Téhéran pour le renégocier, afin de l'étendre à son programme balistique et à son influence dans la région.
Etats-Unis. "Nous ne cherchons pasla guerre, mais elle ne nous effraie pas(...) La différence entre eux et nous, c'est qu'ils en ont peur et n'en pas la volonté nécessaire", a ajouté le général HosseinSalami, cité par les agences de presse iraniennesFars et Tasnim. Le ministre iraniendes Affaires étrangères avait écartésamedi l'hypothèse d'un conflit armé. "Iln'y aura pas de guerre parce que nousn'en voulons pas et parce que personnen'a l'idée ni l'illusion de pouvoir affronterl'Iran dans la région", a déclaréMohammad Javad Zarif
lors d'une visite en Chine, selon des propos rapportés par l'agence Irna. Les tensions entre Washington et Téhéran sont à leur comble depuis les actes de "sabotage" qui ont visé quatre navires, le week-end dernier,au large des Emirats arabes unis.Les 5.200 soldats américains présents en Irak ont été placés en état d'alerte et ledépartement d'Etat a rappelé le lendemainune partie du personnel diplomatiqueen porte à Baghdad et à Erbil.Le 6 mai,Washington avait annoncé l'envoidu porte-avions Abraham Lincoln et de son groupe aéronaval dans la régionen évoquant des menaces iraniennes, ce que Téhéran a qualifié de "guerre psychologique".
Donald Trump a dénoncé il y a un an l'accord international sur le programmenucléaire iranien conclu à Vienne en2015, ouvrant la voie au rétablissementdes sanctions américaines levées après son entrée en vigueur. Le président des Etats-Unis fait désormais pression sur Téhéran pour le renégocier, afin de l'étendre à son programme balistique et à son influence dans la région.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.