Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FLN favorable au report
Election présidentielle du 4 juillet
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 05 - 2019

Le parti du FLN soutient mordicus, lavoie constitutionnelle pour sortir de lacrise et, par voie de conséquence, il estaussi contre la mise en place d'une périodede transition.
Le parti du FLN soutient mordicus, lavoie constitutionnelle pour sortir de lacrise et, par voie de conséquence, il estaussi contre la mise en place d'une périodede transition.
Néanmoins, le vieux partine s'accroche pas à la date du 4 juillet pourla tenue de l'élection présidentielle,puisque son secrétaire général, Mohamed Djemai, s'est montré ouvertement favorableau report du scrutin. "Nous sommescontre la transition. Pour une raison simple: ce sont des périodes qui ont démontréleur inefficacité et leur dangerosité, dansplusieurs pays. Une transition politique signifie l'absence de la force de la loi etcelle de la Constitution. C'est une périodedont les retombées sont imprévisibles.
AuFLN, nous sommes en faveur d'un dialogueconstructif, d'une solution dans uncadre constitutionnel. Nous plaidons pourune innovation dans le cadre constitutionnel.Autrement dit, tout en restant dansl'esprit de la Constitution, nous pouvonsinnover pour trouver des solutions dansson cadre au travers des concertations avecdes constitutionnalistes et des spécialistesdu droit constitutionnel", a indiqué hier,Mohamed Djemai dans un entretienaccordé à un journal électroniqued'infirmation. Sur la question de l'élection présidentielle, prévue normalement le 4 juillet, Djemai a plaidé pour le report afinde répondre positivement aux revendicationsformulées par le mouvement populaire."Le peuple demande une élection crédibleet transparente. Mais pour quel'élection soit ainsi, il lui faut une commissionindépendante d'organisation et desupervision des présidentielles, telles qu'exigées par le mouvement populaire. Ce qui n'est pas le cas en ce moment.L'autre revendication du mouvement populaireest la révision de la loi électorale. Cequi n'a pas été fait aussi pour le moment.
Pour l'heure, on ne peut donc pas aller àune élection présidentielle, sans ces deuxconditions sine qua none, à savoir unecommission indépendante d'organisation et de supervision des élections, ainsi q'unerévision de la loi électorale. Il faut trouver des mécanismes pour organiser des élections,conformément aux exigences dumouvement populaire" dira-t-il. Selon lui, "on pourrait innover dans le cadre de laConstitution, pour retarder la tenue desprésidentielles, mais pas de beaucoup.C'est-à-dire qu'il ne faut retarder que de peu l'élection présidentielle, car l'Algérie abesoin d'une stabilité et d'une sérénité,pour protéger notre économie ainsi quenos frontières. Mais dans tous les cas defigures, il faut qu'il y ait des élections présidentielles,pour que le mouvement populairechoisisse de manière libre et souveraine,son prochain président de laRépublique et ne pas s'embourber dansune période de transition, aux conséquencesimprévisibles". Et à Djemai deformuler les revendications de son partiqui portent, notamment, sur la préservation des revendications populaires légitimes, un dialogue constructif pour trouverdes mécanismes de sortie de crise, oùle peuple sera souverain et un changementde la loi électorale
Néanmoins, le vieux partine s'accroche pas à la date du 4 juillet pourla tenue de l'élection présidentielle,puisque son secrétaire général, Mohamed Djemai, s'est montré ouvertement favorableau report du scrutin. "Nous sommescontre la transition. Pour une raison simple: ce sont des périodes qui ont démontréleur inefficacité et leur dangerosité, dansplusieurs pays. Une transition politique signifie l'absence de la force de la loi etcelle de la Constitution. C'est une périodedont les retombées sont imprévisibles.
AuFLN, nous sommes en faveur d'un dialogueconstructif, d'une solution dans uncadre constitutionnel. Nous plaidons pourune innovation dans le cadre constitutionnel.Autrement dit, tout en restant dansl'esprit de la Constitution, nous pouvonsinnover pour trouver des solutions dansson cadre au travers des concertations avecdes constitutionnalistes et des spécialistesdu droit constitutionnel", a indiqué hier,Mohamed Djemai dans un entretienaccordé à un journal électroniqued'infirmation. Sur la question de l'élection présidentielle, prévue normalement le 4 juillet, Djemai a plaidé pour le report afinde répondre positivement aux revendicationsformulées par le mouvement populaire."Le peuple demande une élection crédibleet transparente. Mais pour quel'élection soit ainsi, il lui faut une commissionindépendante d'organisation et desupervision des présidentielles, telles qu'exigées par le mouvement populaire. Ce qui n'est pas le cas en ce moment.L'autre revendication du mouvement populaireest la révision de la loi électorale. Cequi n'a pas été fait aussi pour le moment.
Pour l'heure, on ne peut donc pas aller àune élection présidentielle, sans ces deuxconditions sine qua none, à savoir unecommission indépendante d'organisation et de supervision des élections, ainsi q'unerévision de la loi électorale. Il faut trouver des mécanismes pour organiser des élections,conformément aux exigences dumouvement populaire" dira-t-il. Selon lui, "on pourrait innover dans le cadre de laConstitution, pour retarder la tenue desprésidentielles, mais pas de beaucoup.C'est-à-dire qu'il ne faut retarder que de peu l'élection présidentielle, car l'Algérie abesoin d'une stabilité et d'une sérénité,pour protéger notre économie ainsi quenos frontières. Mais dans tous les cas defigures, il faut qu'il y ait des élections présidentielles,pour que le mouvement populairechoisisse de manière libre et souveraine,son prochain président de laRépublique et ne pas s'embourber dansune période de transition, aux conséquencesimprévisibles". Et à Djemai deformuler les revendications de son partiqui portent, notamment, sur la préservation des revendications populaires légitimes, un dialogue constructif pour trouverdes mécanismes de sortie de crise, oùle peuple sera souverain et un changementde la loi électorale


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.