PSG: Leonardo ne serait pas passé à l'action pour Neymar !    Fourar: aucun autre cas positif de Coronavirus en Algérie    Les réserves hydriques actuelles, "suffisantes" pour satisfaire les besoins nationaux en 2020    Le Président Tebboune achève sa visite d'Etat au Royaume d'Arabie saoudite    Real Madrid: Zidane aurait une alternative à 150M€ pour Mbappé !    Sahara Occidental: l'UA, un partenaire principal dans le processus de décolonisation    Le soutien de l'Algérie au droit à l'autodétermination du peuple Sahraoui salué à Bechar    Blida: report du procès de Abdelghani Hamel et de Berrachdi au 19 mars prochain    Vinicius Jr s'en prend à l'arbitre de Real Madrid-Manchester City    Ligue 1 (USM Alger) succession de Dziri Billel: l'entraîneur Bira dit oui avant de se rétracter    Près de 80% des commandes maintenus chez Renault Algérie    Les vérités, toujours bonnes à dire !    Pas de cadeaux pour Chenine    Les 8 élus du RCD annoncent leur retrait du parti    T'es pas mon frère !    Pour ne pas rentrer les mains vides…    Appels à intensifier l'effort de lutte contre le terrorisme    L'ambassadeur du Mali en France dénonce des "débordements"    Les discussions de Genève sur la Libye boudées par les Libyens    Rassemblement de protestation des Patriotes    PT : "Le régime n'a pas changé"    An I du Hirak, tentative de dévoiement et décantation !    Les revendeurs «partenaires»    Berraf maintient sa démission du COA    Derby indécis pour une place dans le dernier carré    ASO-PAC pour ouvrir le bal    Le président de Madar secoue les joueurs    Huawei présente le nouveau Mate XS 5G pliable à 2 400 euros    Samsung présente ses nouveautés au MENA Forum 2020    Les pharmacies d'Oran prises d'assaut    Le président Tebboune appelle à une "extrême vigilance"    Un jeune tabassé à mort à Sidi Khettab    Accident mortel à Béni-Saf    Litige entre élus et administration autour du portrait du Président Tebboune    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les «gilets jaunes» s'invitent à la Berlinale    Pollution : pointé du doigt, le monde de l'art fait sa mue tardive    Le théâtre comme expérience sensorielle    Le livre-mémoire de l'enfant d'Aghbalou    La révolution contée en peinture    Jeux méditerranéens 2021: la capacité du parc hôtelier d'Oran doublera    Révision Constitutionnelle - L'immunité parlementaire : une spécificité algérienne    Quelle communication pour la «nouvelle Algérie» ?    Grève de l'Education: Suivi mitigé dans les écoles primaires    Le pas en avant au bord du précipice !    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les avocats continuent de denoncer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fin du délai aujourd'hui
Dépôt des candidatures pour la présidentielle du 4 juillet
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 05 - 2019

Le délai pour le dépôt de la déclaration de candidature à la présidence de la République auprès du Conseil constitutionnel,en prévision de l'élection présidentielle du 4 juillet prochain, prend fin samedi à minuit, conformément àl'article 140 de la loi organique, portant régime électoral.
Le délai pour le dépôt de la déclaration de candidature à la présidence de la République auprès du Conseil constitutionnel,en prévision de l'élection présidentielle du 4 juillet prochain, prend fin samedi à minuit, conformément àl'article 140 de la loi organique, portant régime électoral.
Cet article stipule que la déclaration de candidature doit être déposée, au plus tard, dans les 45 jours suivant lapublication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral. Ce décret avait été signé le 9 avril dernierpar le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, et publié le lendemainau Journal officiel.Aux termes de l'article 141 de la Loi fondamentale, "leConseil constitutionnel statue sur la validité des candidaturesà la présidence de la République par décision, dansun délai de 10 jours, à compter de la date de dépôt de ladéclaration de candidature".Pour que son dossier soit validé par le Conseil constitutionnel,le postulant à la candidature doit présenter, soit une liste de 600 signatures individuelles d'élusd'Assemblées populaires, locales ou parlementaires,réparties au moins à travers 25 wilayas, soit une liste de60.000 signatures individuelles, au moins, d'électeurs,recueillies à travers, au moins, 25 wilayas, avec un nombreminimal de signatures exigées pour chacune deswilayas, qui ne saurait être inférieur à 1.500.Les autres pièces du dossier sont, notamment, un certificatde nationalité algérienne d'origine de l'intéressé, unedéclaration sur l'honneur attestant qu'il est de
confessionmusulmane, une déclaration publique sur son patrimoinemobilier et immobilier, à l'intérieur et à l'extérieur du pays, une attestation de participation à la Révolution du 1er Novembre 1954 pour les candidats nés avant juillet 1942, et une attestation de non implication des parents du candidat né, après le 1er juillet 1942, dans des actes hostiles à la Révolution. Selon le dernier bilan du ministère de l'Intérieur sur la remise des formulaires de souscription de signatures individuellespour les postulants à la candidature, 77 lettresd'intention ont été déposées.Alors que le délai pour le dépôt des déclarations de candidature s'achève, la scène politique est marquée par le clivageentre partis soutenant la solution constitutionnelle à la crise, notamment ceux ayant fait partie de "l'allianceprésidentielle"
(FLN, RND, TAJ et MPA), et formationset personnalités de l'opposition réclamant une période detransition non gérée par des figures du "système".D'autres partis adoptent, en revanche, une position moinstranchée. Tout en s'en tenant à la voie constitutionnelle,ils ont laissé entendre qu'ils ne seraient pas opposés à unreport du scrutin.Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, a, pour sa part,appelé, le 5 mai, à un dialogue "intelligent, constructif etde bonne foi", en vue de réunir les "conditions appropriéespour l'organisation, dans les délais convenus, de l'élection présidentielle"..
Cet article stipule que la déclaration de candidature doit être déposée, au plus tard, dans les 45 jours suivant lapublication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral. Ce décret avait été signé le 9 avril dernierpar le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, et publié le lendemainau Journal officiel.Aux termes de l'article 141 de la Loi fondamentale, "leConseil constitutionnel statue sur la validité des candidaturesà la présidence de la République par décision, dansun délai de 10 jours, à compter de la date de dépôt de ladéclaration de candidature".Pour que son dossier soit validé par le Conseil constitutionnel,le postulant à la candidature doit présenter, soit une liste de 600 signatures individuelles d'élusd'Assemblées populaires, locales ou parlementaires,réparties au moins à travers 25 wilayas, soit une liste de60.000 signatures individuelles, au moins, d'électeurs,recueillies à travers, au moins, 25 wilayas, avec un nombreminimal de signatures exigées pour chacune deswilayas, qui ne saurait être inférieur à 1.500.Les autres pièces du dossier sont, notamment, un certificatde nationalité algérienne d'origine de l'intéressé, unedéclaration sur l'honneur attestant qu'il est de
confessionmusulmane, une déclaration publique sur son patrimoinemobilier et immobilier, à l'intérieur et à l'extérieur du pays, une attestation de participation à la Révolution du 1er Novembre 1954 pour les candidats nés avant juillet 1942, et une attestation de non implication des parents du candidat né, après le 1er juillet 1942, dans des actes hostiles à la Révolution. Selon le dernier bilan du ministère de l'Intérieur sur la remise des formulaires de souscription de signatures individuellespour les postulants à la candidature, 77 lettresd'intention ont été déposées.Alors que le délai pour le dépôt des déclarations de candidature s'achève, la scène politique est marquée par le clivageentre partis soutenant la solution constitutionnelle à la crise, notamment ceux ayant fait partie de "l'allianceprésidentielle"
(FLN, RND, TAJ et MPA), et formationset personnalités de l'opposition réclamant une période detransition non gérée par des figures du "système".D'autres partis adoptent, en revanche, une position moinstranchée. Tout en s'en tenant à la voie constitutionnelle,ils ont laissé entendre qu'ils ne seraient pas opposés à unreport du scrutin.Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, a, pour sa part,appelé, le 5 mai, à un dialogue "intelligent, constructif etde bonne foi", en vue de réunir les "conditions appropriéespour l'organisation, dans les délais convenus, de l'élection présidentielle"..


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.