Azzedine Mihoubi nouveau SG du RND    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Un pétrolier algérien contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Un accueil triomphal aux champions d'Afrique    Savoir goûter à la vie    Equipe nationale: Une progression remarquable    Un mort et deux blessés sur le 4ème périphérique    Bouira: 49,99% le taux de réussite au baccalauréat    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Le festival de la chanson oranaise revient    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Initiative du Forum de la Société civile : Un panel pour piloter un dialogue national    Coïncidant avec la finale de la CAN : Les marches populaires dans une ambiance de stade    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    CAN-2019: En fête, l'Algérie championne d'Afrique 29 ans après    Distinction : L'Algérien Bennacer élu meilleur joueur du tournoi    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Alger: 90 établissements hôteliers réceptionnés au cours des 3 prochaines années    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    Hadj Ghermoul libéré    Quatre narcotrafiquants arrétés    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    L'onction qui trahit la manœuvre ?    Pas de représentant algérien à la CAF    Arrestation des voleurs de portables en série    Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    Téhéran évoque des "accusations délirantes"    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    sortir ...sortir ...sortir ...    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Un navet en salade    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mandat de dépôt pour 18 manifestants
Déploiement de l'embléme amazigh
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 06 - 2019

Pas moins de douze personnes ont été placéesen détention provisoire, hierdimanche, par le procureur de laRépublique près le tribunal de Sidi-M'hamed.
Pas moins de douze personnes ont été placéesen détention provisoire, hierdimanche, par le procureur de laRépublique près le tribunal de Sidi-M'hamed.
Ces personnes, selon certainessources, sont accusées d'atteinte à l'uniténationale après qu'ils aient brandi un drapeauautre que celui algérien. Il s'agit certainementde l'emblème amazigh.Les arrestations ont été opérées vendredidernier à Alger lors de l'acte 18 du Hirak. Par ailleurs le juge d'instruction près letribunal de Bab el-Oued a ordonné le placementen détention provisoire de 5 personnesarrêtées lors des manifestations devendredi dernier. Selon des sources médiatiquesles prévenus sont accusés d'atteinteà corps constitué durant le service.Le nombre exact des personés placées endétention n'est pas connue. Selon laTélévision nationale 18 personnes ont étédéférées devant la justice alors que des avocatsparlent de seulement 14 personnes.Il en est de même des chefs d'accusation.
En effet si certaines sources évoquent lacharge d'atteinte à corps constitué, d'autressources parlent, quant à elles, des chefsd'accusation "d'atteinte à l'unité nationale".Les manifestants sont poursuivis sous les chefs d'accusation "d'atteinte àl'unité nationale" et "atteinte à l'emblèmenational", une accusation qui ne repose sur aucun fondement juridique. "C'est une décision absurde car les jeunes arrêtés, l'ont été lors d'une manifestation publique qui a lieu chaque vendredi", a dénoncé Me Aouicha Bekhti, membre du réseau contre la répression dans une déclarationau Huffpost Algérie.
"A l'écoute dela décision du juge, les manifestants n'ontpas craqué et sont restés déterminés", a affirmé l'avocate.Lors de la manifestation du vendredi 21juin, une centaine de personnes ont étéarrêtés par les forces de l'ordre pour avoir été en possession du drapeau amazigh. Siune grande partie des manifestants ont étérelâchés dans la journée du vendredi, il ena été autrement des personnes poursuiviesen justice.
Pour rappel, le 19 juin, AhmedGaïd Salah, vice-ministre de la Défensenationale, chef d'état-major, a indiqué que"l'Algérie a un seul drapeau, brandir un autre drapeau lors des marches est unequestion sensible. Brandir un autre drapeauque le national est une tentatived'infiltration des marches", a-t-il notammentdéclaré.
Ces personnes, selon certainessources, sont accusées d'atteinte à l'uniténationale après qu'ils aient brandi un drapeauautre que celui algérien. Il s'agit certainementde l'emblème amazigh.Les arrestations ont été opérées vendredidernier à Alger lors de l'acte 18 du Hirak. Par ailleurs le juge d'instruction près letribunal de Bab el-Oued a ordonné le placementen détention provisoire de 5 personnesarrêtées lors des manifestations devendredi dernier. Selon des sources médiatiquesles prévenus sont accusés d'atteinteà corps constitué durant le service.Le nombre exact des personés placées endétention n'est pas connue. Selon laTélévision nationale 18 personnes ont étédéférées devant la justice alors que des avocatsparlent de seulement 14 personnes.Il en est de même des chefs d'accusation.
En effet si certaines sources évoquent lacharge d'atteinte à corps constitué, d'autressources parlent, quant à elles, des chefsd'accusation "d'atteinte à l'unité nationale".Les manifestants sont poursuivis sous les chefs d'accusation "d'atteinte àl'unité nationale" et "atteinte à l'emblèmenational", une accusation qui ne repose sur aucun fondement juridique. "C'est une décision absurde car les jeunes arrêtés, l'ont été lors d'une manifestation publique qui a lieu chaque vendredi", a dénoncé Me Aouicha Bekhti, membre du réseau contre la répression dans une déclarationau Huffpost Algérie.
"A l'écoute dela décision du juge, les manifestants n'ontpas craqué et sont restés déterminés", a affirmé l'avocate.Lors de la manifestation du vendredi 21juin, une centaine de personnes ont étéarrêtés par les forces de l'ordre pour avoir été en possession du drapeau amazigh. Siune grande partie des manifestants ont étérelâchés dans la journée du vendredi, il ena été autrement des personnes poursuiviesen justice.
Pour rappel, le 19 juin, AhmedGaïd Salah, vice-ministre de la Défensenationale, chef d'état-major, a indiqué que"l'Algérie a un seul drapeau, brandir un autre drapeau lors des marches est unequestion sensible. Brandir un autre drapeauque le national est une tentatived'infiltration des marches", a-t-il notammentdéclaré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.