Les forces de sécurité répriment un rassemblement pacifique à Constantine    Liverpool : Van Djik encense Firmino    Grandiose marche à Kherrata    L'Opep et ses alliés sur le gril    La démocratie en ballotage    Qui succédera à Essebsi en Tunisie ?    Le Kremlin en faveur d'une relance des discussions    Nouveaux tirs sur l'aéroport de Mitiga    «Cela ne favorise pas l'apaisement»    La FTF a défalqué six points au Club Africain    Les Académiciens face à l'expérience sfaxienne    Le Real se régale puis se relâche avant Paris    Inscriptions au master    Le bilan s'est alourdi à 7 morts    Saisie de 12 000 comprimés de psychotropes    Un homme de 53 ans trouve la mort par électrocution à Oued R'Hiou    Le Prix d'alphabétisation de l'Unseco décerné à l'Algérie    Ali-Ramzi Ayad et Redouane Benzehra lauréats de la 7e édition    Les lauréats participeront au Comic-Con de San Diego en 2020    CAF Football Awards : Les 10 candidats connus en octobre    Football professionnel : Une AGEx mardi pour adopter un nouveau système de compétition    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    Washington confirme la mort de Hamza Ben Laden    Entrepreneuriat: Des mesures en faveur des start-up    Tlemcen: La Casnos veut ratisser large    Faute de vision globale: Des classes toujours surchargées    Arrêtés vendredi à Alger: Une quinzaine de manifestants devant la Justice    Coupe de la CAF : PAC - CS Sfaxien, aujourd'hui à 20 h 45: Mission ardue pour les Pacistes    Ils avaient subtilisé l'arme d'un policier: Un individu tué et deux autres blessés près d'Azeffoune    Deux textes de loi adoptés avec célérité: Voie ouverte pour la présidentielle    Mort des tribus, naissance des tribalismes (III)    Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Lancement du concours international de la photographie sous-marine de la corniche jijelienne    Le niveau des eaux pluviales a atteint 40 cm au niveau de plusieurs communes    «Boudaoui est bourré de talent»    Bomare Company mise à l'honneur dans le magazine allemand de l'IFA Berlin    Le Mouvement El Bina prêt à s'engager dans l'élection présidentielle    Appel à hâter la désignation d'un nouvel envoyé personnel du SG de l'ONU    Aigle Azur (SNLP) : Le Comité d'entreprise soutient deux offres de redressement    Prochaine édition du Festival national de la littérature et du cinéma de la femme    Il fête ses 50 ans de carrière à Alger    De nouvelles taxes sur les véhicules ?    Le président de Microsoft se positionne aux côtés de Huawei    L'Algérie réaffirme sa position    Ahmet Davutoglu quitte l'AKP pour créer un mouvement rival    Un individu abattu à Tizi-Ouzou    Bedoui exprime sa "gratitude" à l'ANP    Deux films algériens en compétition officielle au festival international d'Elgouna en Egypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le plasticien Mohammed Bakli expose à Alger
Nature et gardas espaces
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 08 - 2019

les grands espaces et la nature brute avec une vision abstraite qui explore l'énergie des éléments a été inauguréejeudi à Alger par le plasticien Mohammed Bakli.
les grands espaces et la nature brute avec une vision abstraite qui explore l'énergie des éléments a été inauguréejeudi à Alger par le plasticien Mohammed Bakli.
Organisée à la villa Dar-Abdeltif par, l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc), cette exposition rassemble une quinzaine de peintures abstraites où la nature et l'énergie vitale restent les principaux thèmes. L'espace se traduit dans les oeuvres de Mohammed Bakli par la mer - mer de sable, de verdure ou océan la perspective d'ouverture - très souvent présente dans des huiles sur toile comme "
A travers sables et continent", "Mer mouvante", "Fond marin" ou encore "Béatitude". L'étendue est également le parfait prétexte pour explorer cette énergie souvent sous formes d'ondes perturbant la platitude dans des toiles comme "Connexion nerveuse", "Résonance à des fréquences". Elle offre un alibi pour exprimer une sorte de lutte pour prendre l'ascendant entre deux couleurs sur une seule oeuvre comme dans "Rouge sur blanc" ou "Abstraction pure". L'artiste porte également un intérêt particulier au mouvement, à l'évolution des corps et à la transformation de la matière, traduits dans des peintures intitulées "Au clair de lune",
"Descente vers l'état ondulatoire", et autres "Transition". Quelques signes, éléments calligraphiques arabes ou amazigh se retrouvent également comme matière première dans toiles de Mohammed Bakli. Né en 1957 à Ghardaïa, Mohammed Bakli est diplômé de l'école des Beaux-arts de Constantine, avant de poursuivre ses études à Alger puis à l'Académie royale des Beauxarts de Bruxelles (Belgique). Il commence à exposer ses oeuvres en Algérie à partir de 1981 et prend part à plusieurs expositions en France, en Italie, ou encore en Tunisie. Mohammed Bakli a également travaillé en tant que scénographe, enseignant et formateur. L'exposition de Mohammed Bakli est visible jusqu'au 5 septembre prochain à Dar-Abdeltif.
Organisée à la villa Dar-Abdeltif par, l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc), cette exposition rassemble une quinzaine de peintures abstraites où la nature et l'énergie vitale restent les principaux thèmes. L'espace se traduit dans les oeuvres de Mohammed Bakli par la mer - mer de sable, de verdure ou océan la perspective d'ouverture - très souvent présente dans des huiles sur toile comme "
A travers sables et continent", "Mer mouvante", "Fond marin" ou encore "Béatitude". L'étendue est également le parfait prétexte pour explorer cette énergie souvent sous formes d'ondes perturbant la platitude dans des toiles comme "Connexion nerveuse", "Résonance à des fréquences". Elle offre un alibi pour exprimer une sorte de lutte pour prendre l'ascendant entre deux couleurs sur une seule oeuvre comme dans "Rouge sur blanc" ou "Abstraction pure". L'artiste porte également un intérêt particulier au mouvement, à l'évolution des corps et à la transformation de la matière, traduits dans des peintures intitulées "Au clair de lune",
"Descente vers l'état ondulatoire", et autres "Transition". Quelques signes, éléments calligraphiques arabes ou amazigh se retrouvent également comme matière première dans toiles de Mohammed Bakli. Né en 1957 à Ghardaïa, Mohammed Bakli est diplômé de l'école des Beaux-arts de Constantine, avant de poursuivre ses études à Alger puis à l'Académie royale des Beauxarts de Bruxelles (Belgique). Il commence à exposer ses oeuvres en Algérie à partir de 1981 et prend part à plusieurs expositions en France, en Italie, ou encore en Tunisie. Mohammed Bakli a également travaillé en tant que scénographe, enseignant et formateur. L'exposition de Mohammed Bakli est visible jusqu'au 5 septembre prochain à Dar-Abdeltif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.