Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Sahara occidental: le Groupe de Genève dénonce l'impunité des responsables des crimes de torture    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    L'utopie, c'est fou, c'est bien    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    La mauvaise note !    Peu de communication, beaucoup de spéculation    "À nous la finale !"    Boukadoum prend part aux travaux de la conférence de "Berlin 2" sur la Libye    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le plasticien Mohammed Bakli expose à Alger
Nature et gardas espaces
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 08 - 2019

les grands espaces et la nature brute avec une vision abstraite qui explore l'énergie des éléments a été inauguréejeudi à Alger par le plasticien Mohammed Bakli.
les grands espaces et la nature brute avec une vision abstraite qui explore l'énergie des éléments a été inauguréejeudi à Alger par le plasticien Mohammed Bakli.
Organisée à la villa Dar-Abdeltif par, l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc), cette exposition rassemble une quinzaine de peintures abstraites où la nature et l'énergie vitale restent les principaux thèmes. L'espace se traduit dans les oeuvres de Mohammed Bakli par la mer - mer de sable, de verdure ou océan la perspective d'ouverture - très souvent présente dans des huiles sur toile comme "
A travers sables et continent", "Mer mouvante", "Fond marin" ou encore "Béatitude". L'étendue est également le parfait prétexte pour explorer cette énergie souvent sous formes d'ondes perturbant la platitude dans des toiles comme "Connexion nerveuse", "Résonance à des fréquences". Elle offre un alibi pour exprimer une sorte de lutte pour prendre l'ascendant entre deux couleurs sur une seule oeuvre comme dans "Rouge sur blanc" ou "Abstraction pure". L'artiste porte également un intérêt particulier au mouvement, à l'évolution des corps et à la transformation de la matière, traduits dans des peintures intitulées "Au clair de lune",
"Descente vers l'état ondulatoire", et autres "Transition". Quelques signes, éléments calligraphiques arabes ou amazigh se retrouvent également comme matière première dans toiles de Mohammed Bakli. Né en 1957 à Ghardaïa, Mohammed Bakli est diplômé de l'école des Beaux-arts de Constantine, avant de poursuivre ses études à Alger puis à l'Académie royale des Beauxarts de Bruxelles (Belgique). Il commence à exposer ses oeuvres en Algérie à partir de 1981 et prend part à plusieurs expositions en France, en Italie, ou encore en Tunisie. Mohammed Bakli a également travaillé en tant que scénographe, enseignant et formateur. L'exposition de Mohammed Bakli est visible jusqu'au 5 septembre prochain à Dar-Abdeltif.
Organisée à la villa Dar-Abdeltif par, l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc), cette exposition rassemble une quinzaine de peintures abstraites où la nature et l'énergie vitale restent les principaux thèmes. L'espace se traduit dans les oeuvres de Mohammed Bakli par la mer - mer de sable, de verdure ou océan la perspective d'ouverture - très souvent présente dans des huiles sur toile comme "
A travers sables et continent", "Mer mouvante", "Fond marin" ou encore "Béatitude". L'étendue est également le parfait prétexte pour explorer cette énergie souvent sous formes d'ondes perturbant la platitude dans des toiles comme "Connexion nerveuse", "Résonance à des fréquences". Elle offre un alibi pour exprimer une sorte de lutte pour prendre l'ascendant entre deux couleurs sur une seule oeuvre comme dans "Rouge sur blanc" ou "Abstraction pure". L'artiste porte également un intérêt particulier au mouvement, à l'évolution des corps et à la transformation de la matière, traduits dans des peintures intitulées "Au clair de lune",
"Descente vers l'état ondulatoire", et autres "Transition". Quelques signes, éléments calligraphiques arabes ou amazigh se retrouvent également comme matière première dans toiles de Mohammed Bakli. Né en 1957 à Ghardaïa, Mohammed Bakli est diplômé de l'école des Beaux-arts de Constantine, avant de poursuivre ses études à Alger puis à l'Académie royale des Beauxarts de Bruxelles (Belgique). Il commence à exposer ses oeuvres en Algérie à partir de 1981 et prend part à plusieurs expositions en France, en Italie, ou encore en Tunisie. Mohammed Bakli a également travaillé en tant que scénographe, enseignant et formateur. L'exposition de Mohammed Bakli est visible jusqu'au 5 septembre prochain à Dar-Abdeltif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.