Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    L'ambassadeur sahraoui en Algérie salue le soutien de l'Algérie à la cause sahraouie    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    La colère de Tebboune    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Vers l'annulation de la Coupe d'Algérie    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    La direction tente de rassurer les supporters    Sit-in des supporters pour demander une entreprise nationale    "Retour au confinement si besoin"    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    La traque d'un "sulfureux" général    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'apolitique supplante le politique ?    El-Bayadh: Le nouveau procureur général installé    L'instit, l'obole et la révolution    495 nouveaux cas et 11 décès    JS Kabylie : Becheker, Aguieb et Hadouche en renfort    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le plasticien Mohammed Bakli expose à Alger
Nature et gardas espaces
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 08 - 2019

les grands espaces et la nature brute avec une vision abstraite qui explore l'énergie des éléments a été inauguréejeudi à Alger par le plasticien Mohammed Bakli.
les grands espaces et la nature brute avec une vision abstraite qui explore l'énergie des éléments a été inauguréejeudi à Alger par le plasticien Mohammed Bakli.
Organisée à la villa Dar-Abdeltif par, l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc), cette exposition rassemble une quinzaine de peintures abstraites où la nature et l'énergie vitale restent les principaux thèmes. L'espace se traduit dans les oeuvres de Mohammed Bakli par la mer - mer de sable, de verdure ou océan la perspective d'ouverture - très souvent présente dans des huiles sur toile comme "
A travers sables et continent", "Mer mouvante", "Fond marin" ou encore "Béatitude". L'étendue est également le parfait prétexte pour explorer cette énergie souvent sous formes d'ondes perturbant la platitude dans des toiles comme "Connexion nerveuse", "Résonance à des fréquences". Elle offre un alibi pour exprimer une sorte de lutte pour prendre l'ascendant entre deux couleurs sur une seule oeuvre comme dans "Rouge sur blanc" ou "Abstraction pure". L'artiste porte également un intérêt particulier au mouvement, à l'évolution des corps et à la transformation de la matière, traduits dans des peintures intitulées "Au clair de lune",
"Descente vers l'état ondulatoire", et autres "Transition". Quelques signes, éléments calligraphiques arabes ou amazigh se retrouvent également comme matière première dans toiles de Mohammed Bakli. Né en 1957 à Ghardaïa, Mohammed Bakli est diplômé de l'école des Beaux-arts de Constantine, avant de poursuivre ses études à Alger puis à l'Académie royale des Beauxarts de Bruxelles (Belgique). Il commence à exposer ses oeuvres en Algérie à partir de 1981 et prend part à plusieurs expositions en France, en Italie, ou encore en Tunisie. Mohammed Bakli a également travaillé en tant que scénographe, enseignant et formateur. L'exposition de Mohammed Bakli est visible jusqu'au 5 septembre prochain à Dar-Abdeltif.
Organisée à la villa Dar-Abdeltif par, l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc), cette exposition rassemble une quinzaine de peintures abstraites où la nature et l'énergie vitale restent les principaux thèmes. L'espace se traduit dans les oeuvres de Mohammed Bakli par la mer - mer de sable, de verdure ou océan la perspective d'ouverture - très souvent présente dans des huiles sur toile comme "
A travers sables et continent", "Mer mouvante", "Fond marin" ou encore "Béatitude". L'étendue est également le parfait prétexte pour explorer cette énergie souvent sous formes d'ondes perturbant la platitude dans des toiles comme "Connexion nerveuse", "Résonance à des fréquences". Elle offre un alibi pour exprimer une sorte de lutte pour prendre l'ascendant entre deux couleurs sur une seule oeuvre comme dans "Rouge sur blanc" ou "Abstraction pure". L'artiste porte également un intérêt particulier au mouvement, à l'évolution des corps et à la transformation de la matière, traduits dans des peintures intitulées "Au clair de lune",
"Descente vers l'état ondulatoire", et autres "Transition". Quelques signes, éléments calligraphiques arabes ou amazigh se retrouvent également comme matière première dans toiles de Mohammed Bakli. Né en 1957 à Ghardaïa, Mohammed Bakli est diplômé de l'école des Beaux-arts de Constantine, avant de poursuivre ses études à Alger puis à l'Académie royale des Beauxarts de Bruxelles (Belgique). Il commence à exposer ses oeuvres en Algérie à partir de 1981 et prend part à plusieurs expositions en France, en Italie, ou encore en Tunisie. Mohammed Bakli a également travaillé en tant que scénographe, enseignant et formateur. L'exposition de Mohammed Bakli est visible jusqu'au 5 septembre prochain à Dar-Abdeltif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.