7 astuces pour brûler des graisses et gagner en muscles avec l'alimentation    PSG-OM : Neymar accusé à son tour de propos racistes    Les importateurs face à leur destin    Mines: Vers la création de 95 petites entreprises d'exploration d'or    Entretiens marathons de Boukadoum à Bamako: L'Algérie au chevet du Mali    Retrouver la grandeur américaine    Abdelmadjid Tebboune: «Partenaires de l'UE mais pas au détriment de notre économie»    COLERES ET ENTORSES    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    Ain El Kerma: Découverte d'un troisième cadavre rejeté par la mer    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    Tébessa: Trois morts dans une collision    L'icone du malouf Hamdi Bennani n'est plus    «Khayrek sbaq»    Tebboune annonce des législatives anticipées    L'Algérie a opté pour "la protection du citoyen"    Les contaminations sous la barre des 200    Communiqué du Conseil des ministres    La cause palestinienne est "sacrée pour le peuple algérien"    Un ramassis de clichés et de mensonges    La société civile devenue un "partenaire essentiel et permanent" dans le développement local    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : ‘'Il est temps d'opérer le changement''    Le procès en appel d'Ali Haddad reporté au 27 septembre    ILLIZI : Installation du commissaire d'Etat près le tribunal administratif    La Fondation Matoub Lounes este en justice Noureddine Khettal    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES DES RESISTANTS : L'Algérie ne renoncera point à la question    La chaîne française M6 interdite d'opérer en Algérie    Lutte contre l'imigration clandestine: 485 personnes sauvées dans les eaux territoriales algériennes    Mines: La production nationale d 'or ne dépassera pas 58 kg en 2020    Mali: le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi    Hamdi Bennani, un des meilleurs ambassadeurs de la chanson Malouf sur la scène internationale    Al Ahli a pris sa décision finale pour Belaili    Ighil prolonge d'une année    Le timing se précise    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    Une opportunité de relance économique du secteur    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    La répression israélienne s'intensifie    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    Boukaroum exclu de l'AG    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'inévitable saignée des parents
Rentrée scolaire
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 08 - 2019

Les parents devront, comme chaque année, casser leur tirelire pour pouvoir acheter trousseau scolaire et livres àleurs enfants.
Les parents devront, comme chaque année, casser leur tirelire pour pouvoir acheter trousseau scolaire et livres àleurs enfants.
En effet, une dizaine de jours nous sépare de la rentrée scolaire 2019/2020, un événement majeur coïncidant cette fois avec une rentrée sociale marquée par le mouvement populaire Hirak, persistant depuis plus de six mois déjà. Comme à l'accoutumée, les préparatifs de la rentrée scolaire battent leur plein aussi bien du côté des parents que des pouvoirs publics qui tentent de mettre les bouchées doubles pour réussir leur rentrée. Après un été pénible, caractérisé par la canicule, coupures de courant et d'eau, ennui, cherté des produits alimentaires, les Algériens s'apprêtent à affronter un autre casse-tête, celui de faire face à de nouvelles dépenses, après les nombreux frais des événements religieux et familiaux, puis les quelques jours de vacances - pour certains -. Certains parents d'élèves, préoccupés par la rentrée scolaire, affirment "heureusement l'école est gratuite".
Tout en dénonçant une situation devient de plus en plus intolérable surtout pour les parents aux faibles revenus. Un chef de famille explique qu'il s'est déplacé dans le but de s'informer "des prix des tabliers et des cartables, en attendant la liste qui sera remise à nos enfants lorsqu'ils auront rejoint l'école". Certains parents prennent une petite longueur d'avance. Avec ou sans liste scolaire, ils préparent déjà la rentrée de leurs bambins. À l'affût des meilleurs prix, ils comparent les articles avant d'effectuer leurs achats. C'est le cas de ce père de famille qui déclare : "Je profite pour acheter les effets destinés à mes enfants, maintenant, afin d'éviter les habituelles bousculades".
C'est dire que l'opération fournitures scolaires n'a pas encore atteint sa vitesse de croisière, comme le précise ce topo et les quelques commerçants approchés lors de notre virée. Leurs rayons sont bien achalandés, attendant des clients qui n'ont pas encore pointé le bout du nez. Si ces frais de la rentrée paraissent "normaux" pour certains pour d'autres, les choses sérieuses sont ailleurs. Flambée des prix des articles scolaires, surcharge des classes, mécontentement généralisé des travailleurs de l'Education et violence exacerbée dans les écoles et collèges… sont autant d'ingrédients qui font dire à nombre d'observateurs que la rentrée scolaire s'annonce houleuse
En effet, une dizaine de jours nous sépare de la rentrée scolaire 2019/2020, un événement majeur coïncidant cette fois avec une rentrée sociale marquée par le mouvement populaire Hirak, persistant depuis plus de six mois déjà. Comme à l'accoutumée, les préparatifs de la rentrée scolaire battent leur plein aussi bien du côté des parents que des pouvoirs publics qui tentent de mettre les bouchées doubles pour réussir leur rentrée. Après un été pénible, caractérisé par la canicule, coupures de courant et d'eau, ennui, cherté des produits alimentaires, les Algériens s'apprêtent à affronter un autre casse-tête, celui de faire face à de nouvelles dépenses, après les nombreux frais des événements religieux et familiaux, puis les quelques jours de vacances - pour certains -. Certains parents d'élèves, préoccupés par la rentrée scolaire, affirment "heureusement l'école est gratuite".
Tout en dénonçant une situation devient de plus en plus intolérable surtout pour les parents aux faibles revenus. Un chef de famille explique qu'il s'est déplacé dans le but de s'informer "des prix des tabliers et des cartables, en attendant la liste qui sera remise à nos enfants lorsqu'ils auront rejoint l'école". Certains parents prennent une petite longueur d'avance. Avec ou sans liste scolaire, ils préparent déjà la rentrée de leurs bambins. À l'affût des meilleurs prix, ils comparent les articles avant d'effectuer leurs achats. C'est le cas de ce père de famille qui déclare : "Je profite pour acheter les effets destinés à mes enfants, maintenant, afin d'éviter les habituelles bousculades".
C'est dire que l'opération fournitures scolaires n'a pas encore atteint sa vitesse de croisière, comme le précise ce topo et les quelques commerçants approchés lors de notre virée. Leurs rayons sont bien achalandés, attendant des clients qui n'ont pas encore pointé le bout du nez. Si ces frais de la rentrée paraissent "normaux" pour certains pour d'autres, les choses sérieuses sont ailleurs. Flambée des prix des articles scolaires, surcharge des classes, mécontentement généralisé des travailleurs de l'Education et violence exacerbée dans les écoles et collèges… sont autant d'ingrédients qui font dire à nombre d'observateurs que la rentrée scolaire s'annonce houleuse


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.