Gaïd Salah en visite aujourd'hui au commandement des forces navales    L'ARPCE l'a suspendue pour «utilisation illégale du VPN»    Les arguments pour la loi sur les hydrocarbures    Le Conseil des ministres donne écho au mouvement populaire    Sellami : «Le taux annoncé par le ministère des Finances est dopé»    L'universitaire Kais Saïed large vainqueur devant Nabil Karoui    Ligue 1/MCA-USMA: match perdu par pénalité et défalcation de 3 points pour l'USMA    Un policier tue 4 membres d'une même famille et en blesse un autre    Grève sans préavis des enseignants du primaire    Festival culturel international de musique symphonique    Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    Chanson berbère et identité nationale en débat    La liste des 23 joueurs locaux pour le match face au Maroc    Oran: plus de 90 exposants à la 16e édition du salon Batiwest    Syrie: la Turquie accuse les milices kurdes d'avoir "délibérément relâché" des terroristes    Un ancien ministre marocain recadré à cause de l'Algérie    COUPURE D'INTERNET AU NIVEAU DU VFS GLOBAL : L'Autorité de régulation réagit    Tribunal de Sidi M'hamed : Prolongation de la détention provisoire de six porteurs du drapeau amazigh    Appel à doubler d'efforts pour promouvoir la coopération parlementaire entre les pays de l'OCI    Oran: accostage d'un navire de croisière avec à son bord 641 touristes    Lutte contre les infections nosocomiales à Tizi-Ouzou: manque d'information et disparité entre les secteurs public et privé    Les joueurs, en grève, décident de boycotter toutes les compétitions    Algérie-France discuté mardi à Lille    Pour un moratoire sur les lois relatives aux secteurs sensibles    Retrait de 1 000 soldats américains du nord de la Syrie    Merkel somme Erdogan d'arrêter son agression    «Une détection précoce pour soigner et surtout limiter les séquelles liées aux traitements»    Des citoyens du village socialiste Guelta Zerga ferment la RN8    La campagne de vaccination retardée    Des civils exécutés par des milices à la solde d'Ankara    Trois manifestants relaxés à Sidi Bel-Abbès    L'Algérie ne s'est pas encore prononcée    Que décidera la CD/LFP ?    Soirée cinéma avec le film "Ici, on noie les Algériens"    ACTUCULT    Une belle «Rencontre d'ici et d'ailleurs» avec de grands artistes    Election présidentielle : Sortie de crise ou confirmation de l'impasse ?    Pas d'activités politiques pour les militaires à la retraite    MC Oran : Montagnes russes pour El Hamri    CA Bordj Bou Arréridj : Le contrat de Chaouchi résilié    CR Belouizdad : Le Chabab s'empare du fauteuil de leader    Alger: Le wali suspend les maires de Beni Messous et de Gué de Constantine    Tlemcen: Programme chargé pour le ministre de l'Intérieur en visite aujourd'hui    Rassemblement près de l'APN: Mobilisation contre la loi sur les hydrocarbures    Algérie/Nigeria : Le président nigérian appelle à une coopération énergétique accrue avec l'Algérie    Investissement : Le FCE soutient fortement la révision de la règle 51/49    Situation en Syrie: L'Algérie réitère son refus "catégorique" de l'atteinte à la souveraineté des Etats    34e Festival du cinéma " Entrevues de Belfort " : Les films "Abou Leila" et "143 rue du désert" en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Psychotropes : en finir avec l'anarchie
les textes d'application en préparation
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 09 - 2019

Les textes d'application du décret exécutif relatif à la gestion des psychotropes sont "en cours de préparation" et seront appliqués dès la promulgation de ce décret au journal officiel, a annoncé, lundi à Alger, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mohamed Miraoui.
Les textes d'application du décret exécutif relatif à la gestion des psychotropes sont "en cours de préparation" et seront appliqués dès la promulgation de ce décret au journal officiel, a annoncé, lundi à Alger, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mohamed Miraoui.
"Notre département s'attèle à préparer les textes d'application du décret exécutif fixant les dispositions techniques, juridiques et sécuritaires inhérentes à ces médicaments, afin d'assurer la mise en oeuvre immédiate de ce texte dès sa promulgation dans le journal officiel", a déclaré le ministre à l'ouverture de la Conférence nationale sur les psychotropes. Tout en soutenant que le dossier des psychotropes est "d'une extrême importance", il a affirmé que le décret en question "vise à assurer la protection et la sécurité aux pharmaciens d'officines et d'hôpitaux et à les mettre à l'abri des divers dépassements dont ils font objet".
Ce texte réglementaire, a-t-il ajouté, permettra d'"avoir une traçabilité de ces médicaments, depuis sa réception jusqu'à sa délivrance par le pharmacien", avant d'aborder la question de la "disponibilité" du médicament de manière générale, à travers notamment "l'encouragement" d'une industrie pharmaceutique nationale. Des efforts qui ont permis d'atteindre une production nationale à hauteur de 52 % durant le dernier quinquennat et de réduire le taux d'importation de ces produits de 27 %, sachant que celui-ci n'a augmenté que de 3 % entre 2014 et 2018, a-t-il assuré, rappelant l'existence de 92 unités de production actives et de 244 autres en voie de réalisation. Par ailleurs, M.
Miraoui a fait part du projet consistant à doter les wilayas du sud du pays de pharmacies annexes afin, a-t-il explicité, de "renforcer le travail accompli par l'institution militaire dans le domaine de la santé au profit des habitants de ces régions enclavées" et ce, en coordination avec les professionnels de la pharmacie. De son côté, le président du Syndicat national algérien des Pharmaciens d'officine (Snapo), Messaoud Belambri, a affirmé la prochaine promulgation du décret exécutif inhérent à la gestion des psychotropes, ce dossier étant "presque ficelé" par le gouvernement. Tout en soulignant que les psychotropes représentent "un dossier sensible de par leur nature et la catégorie de malades auxquels ils sont destinés", il a ajouté que l'application de ce texte permettra "d'offrir des conditions plus sûres aux pharmaciens dans l'exercice de leur profession". Allant dans ce sens, le président de l'Ordre national des pharmaciens, Lotfi Benbahmed, a rappelé "le vide juridique" existant depuis la loi sanitaire de 1985 en matière de gestion des psychotropes, notant les efforts engagés par les pouvoirs publics pour y remédier.
La promulgation du prochain décret donnera "une traçabilité" à toute la chaîne du médicament d'une part, et de favoriser "un cadre de coopération" pour la gestion de celui-ci, d'autre part, s'est-il félicité, notant que cette question interpelle, outre le secteur de la santé, les services douaniers ainsi que les différents corps constitués. L'intervenant a notamment souligné la distinction à établir entre "la faute professionnelle et le délit" s'agissant de la délivrance des psychotropes par le pharmacien, plaidant pour "une levée de la criminalisation" de ce dernier, sachant que depuis 2017, environ 20 pharmaciens ont été condamnés en première instance. 2 d'entre eux ont été condamnés à de la prison ferme en dernière instance pour délivrance de psychotropes sur "ordonnance de complaisance". "Le prochain décret permettra au pharmacien de connaître les limites de ses responsabilités tout en exerçant sa profession dans des conditions plus sécurisées", a conclu M. Belambri
"Notre département s'attèle à préparer les textes d'application du décret exécutif fixant les dispositions techniques, juridiques et sécuritaires inhérentes à ces médicaments, afin d'assurer la mise en oeuvre immédiate de ce texte dès sa promulgation dans le journal officiel", a déclaré le ministre à l'ouverture de la Conférence nationale sur les psychotropes. Tout en soutenant que le dossier des psychotropes est "d'une extrême importance", il a affirmé que le décret en question "vise à assurer la protection et la sécurité aux pharmaciens d'officines et d'hôpitaux et à les mettre à l'abri des divers dépassements dont ils font objet".
Ce texte réglementaire, a-t-il ajouté, permettra d'"avoir une traçabilité de ces médicaments, depuis sa réception jusqu'à sa délivrance par le pharmacien", avant d'aborder la question de la "disponibilité" du médicament de manière générale, à travers notamment "l'encouragement" d'une industrie pharmaceutique nationale. Des efforts qui ont permis d'atteindre une production nationale à hauteur de 52 % durant le dernier quinquennat et de réduire le taux d'importation de ces produits de 27 %, sachant que celui-ci n'a augmenté que de 3 % entre 2014 et 2018, a-t-il assuré, rappelant l'existence de 92 unités de production actives et de 244 autres en voie de réalisation. Par ailleurs, M.
Miraoui a fait part du projet consistant à doter les wilayas du sud du pays de pharmacies annexes afin, a-t-il explicité, de "renforcer le travail accompli par l'institution militaire dans le domaine de la santé au profit des habitants de ces régions enclavées" et ce, en coordination avec les professionnels de la pharmacie. De son côté, le président du Syndicat national algérien des Pharmaciens d'officine (Snapo), Messaoud Belambri, a affirmé la prochaine promulgation du décret exécutif inhérent à la gestion des psychotropes, ce dossier étant "presque ficelé" par le gouvernement. Tout en soulignant que les psychotropes représentent "un dossier sensible de par leur nature et la catégorie de malades auxquels ils sont destinés", il a ajouté que l'application de ce texte permettra "d'offrir des conditions plus sûres aux pharmaciens dans l'exercice de leur profession". Allant dans ce sens, le président de l'Ordre national des pharmaciens, Lotfi Benbahmed, a rappelé "le vide juridique" existant depuis la loi sanitaire de 1985 en matière de gestion des psychotropes, notant les efforts engagés par les pouvoirs publics pour y remédier.
La promulgation du prochain décret donnera "une traçabilité" à toute la chaîne du médicament d'une part, et de favoriser "un cadre de coopération" pour la gestion de celui-ci, d'autre part, s'est-il félicité, notant que cette question interpelle, outre le secteur de la santé, les services douaniers ainsi que les différents corps constitués. L'intervenant a notamment souligné la distinction à établir entre "la faute professionnelle et le délit" s'agissant de la délivrance des psychotropes par le pharmacien, plaidant pour "une levée de la criminalisation" de ce dernier, sachant que depuis 2017, environ 20 pharmaciens ont été condamnés en première instance. 2 d'entre eux ont été condamnés à de la prison ferme en dernière instance pour délivrance de psychotropes sur "ordonnance de complaisance". "Le prochain décret permettra au pharmacien de connaître les limites de ses responsabilités tout en exerçant sa profession dans des conditions plus sécurisées", a conclu M. Belambri


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.