Après la Constitution, une autre mission pour Laraba    POUR FAIRE REUSSIR LE REFERENDUM SUR LA CONSTITUTION : L'ANP fournira tous les efforts    Kalida Toumi bientôt devant le tribunal de Sidi M'hamed    AFFAIRE ALI HADDAD : Ouverture d'une information judiciaire sur le transfert de 10 millions de dollars    PROGRAMME AADL2 A MOSTAGANEM : Un projet qui traine à Stidia    CORONAVIRUS EN ALGERIE : Benbouzid confirme la véracité des chiffres    LE PHENOMENE EST DE RETOUR : 92 harraga dont 30 Marocains interceptés au large d'Oran    POLE UNIVERSITAIRE DE LAGHOUAT : Plusieurs infrastructures scientifiques inaugurées    De nouveaux produits interdits a l,importation    Information judiciaire sur le transfert de 10 millions de dollars    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    Tebboune installe la Commission nationale    250 millions de dollars perdus annuellement    "Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"    Les contaminations poursuivent leur baisse    Mystérieuse disparition de deux fillettes    Révision de la Constitution: début dimanche de la révision des listes électorales    Révision de la Constitution, un pas important vers l'édification d'une Algérie forte    Coronavirus: 210 nouveaux cas, 105 guérisons et 6 décès    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    «L'algérianisation», priorité de Belhimer    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    L'Ansej en mission de sensibilisation    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Plus de 80 ha de chêne vert consumés près de Tikjda    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Office national des droits d'auteur (ONDA) : Transparence dans la gestion    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Ce que prévoit le projet de rénovation    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    "Je suis soulagé !"    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Psychotropes : en finir avec l'anarchie
les textes d'application en préparation
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 09 - 2019

Les textes d'application du décret exécutif relatif à la gestion des psychotropes sont "en cours de préparation" et seront appliqués dès la promulgation de ce décret au journal officiel, a annoncé, lundi à Alger, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mohamed Miraoui.
Les textes d'application du décret exécutif relatif à la gestion des psychotropes sont "en cours de préparation" et seront appliqués dès la promulgation de ce décret au journal officiel, a annoncé, lundi à Alger, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mohamed Miraoui.
"Notre département s'attèle à préparer les textes d'application du décret exécutif fixant les dispositions techniques, juridiques et sécuritaires inhérentes à ces médicaments, afin d'assurer la mise en oeuvre immédiate de ce texte dès sa promulgation dans le journal officiel", a déclaré le ministre à l'ouverture de la Conférence nationale sur les psychotropes. Tout en soutenant que le dossier des psychotropes est "d'une extrême importance", il a affirmé que le décret en question "vise à assurer la protection et la sécurité aux pharmaciens d'officines et d'hôpitaux et à les mettre à l'abri des divers dépassements dont ils font objet".
Ce texte réglementaire, a-t-il ajouté, permettra d'"avoir une traçabilité de ces médicaments, depuis sa réception jusqu'à sa délivrance par le pharmacien", avant d'aborder la question de la "disponibilité" du médicament de manière générale, à travers notamment "l'encouragement" d'une industrie pharmaceutique nationale. Des efforts qui ont permis d'atteindre une production nationale à hauteur de 52 % durant le dernier quinquennat et de réduire le taux d'importation de ces produits de 27 %, sachant que celui-ci n'a augmenté que de 3 % entre 2014 et 2018, a-t-il assuré, rappelant l'existence de 92 unités de production actives et de 244 autres en voie de réalisation. Par ailleurs, M.
Miraoui a fait part du projet consistant à doter les wilayas du sud du pays de pharmacies annexes afin, a-t-il explicité, de "renforcer le travail accompli par l'institution militaire dans le domaine de la santé au profit des habitants de ces régions enclavées" et ce, en coordination avec les professionnels de la pharmacie. De son côté, le président du Syndicat national algérien des Pharmaciens d'officine (Snapo), Messaoud Belambri, a affirmé la prochaine promulgation du décret exécutif inhérent à la gestion des psychotropes, ce dossier étant "presque ficelé" par le gouvernement. Tout en soulignant que les psychotropes représentent "un dossier sensible de par leur nature et la catégorie de malades auxquels ils sont destinés", il a ajouté que l'application de ce texte permettra "d'offrir des conditions plus sûres aux pharmaciens dans l'exercice de leur profession". Allant dans ce sens, le président de l'Ordre national des pharmaciens, Lotfi Benbahmed, a rappelé "le vide juridique" existant depuis la loi sanitaire de 1985 en matière de gestion des psychotropes, notant les efforts engagés par les pouvoirs publics pour y remédier.
La promulgation du prochain décret donnera "une traçabilité" à toute la chaîne du médicament d'une part, et de favoriser "un cadre de coopération" pour la gestion de celui-ci, d'autre part, s'est-il félicité, notant que cette question interpelle, outre le secteur de la santé, les services douaniers ainsi que les différents corps constitués. L'intervenant a notamment souligné la distinction à établir entre "la faute professionnelle et le délit" s'agissant de la délivrance des psychotropes par le pharmacien, plaidant pour "une levée de la criminalisation" de ce dernier, sachant que depuis 2017, environ 20 pharmaciens ont été condamnés en première instance. 2 d'entre eux ont été condamnés à de la prison ferme en dernière instance pour délivrance de psychotropes sur "ordonnance de complaisance". "Le prochain décret permettra au pharmacien de connaître les limites de ses responsabilités tout en exerçant sa profession dans des conditions plus sécurisées", a conclu M. Belambri
"Notre département s'attèle à préparer les textes d'application du décret exécutif fixant les dispositions techniques, juridiques et sécuritaires inhérentes à ces médicaments, afin d'assurer la mise en oeuvre immédiate de ce texte dès sa promulgation dans le journal officiel", a déclaré le ministre à l'ouverture de la Conférence nationale sur les psychotropes. Tout en soutenant que le dossier des psychotropes est "d'une extrême importance", il a affirmé que le décret en question "vise à assurer la protection et la sécurité aux pharmaciens d'officines et d'hôpitaux et à les mettre à l'abri des divers dépassements dont ils font objet".
Ce texte réglementaire, a-t-il ajouté, permettra d'"avoir une traçabilité de ces médicaments, depuis sa réception jusqu'à sa délivrance par le pharmacien", avant d'aborder la question de la "disponibilité" du médicament de manière générale, à travers notamment "l'encouragement" d'une industrie pharmaceutique nationale. Des efforts qui ont permis d'atteindre une production nationale à hauteur de 52 % durant le dernier quinquennat et de réduire le taux d'importation de ces produits de 27 %, sachant que celui-ci n'a augmenté que de 3 % entre 2014 et 2018, a-t-il assuré, rappelant l'existence de 92 unités de production actives et de 244 autres en voie de réalisation. Par ailleurs, M.
Miraoui a fait part du projet consistant à doter les wilayas du sud du pays de pharmacies annexes afin, a-t-il explicité, de "renforcer le travail accompli par l'institution militaire dans le domaine de la santé au profit des habitants de ces régions enclavées" et ce, en coordination avec les professionnels de la pharmacie. De son côté, le président du Syndicat national algérien des Pharmaciens d'officine (Snapo), Messaoud Belambri, a affirmé la prochaine promulgation du décret exécutif inhérent à la gestion des psychotropes, ce dossier étant "presque ficelé" par le gouvernement. Tout en soulignant que les psychotropes représentent "un dossier sensible de par leur nature et la catégorie de malades auxquels ils sont destinés", il a ajouté que l'application de ce texte permettra "d'offrir des conditions plus sûres aux pharmaciens dans l'exercice de leur profession". Allant dans ce sens, le président de l'Ordre national des pharmaciens, Lotfi Benbahmed, a rappelé "le vide juridique" existant depuis la loi sanitaire de 1985 en matière de gestion des psychotropes, notant les efforts engagés par les pouvoirs publics pour y remédier.
La promulgation du prochain décret donnera "une traçabilité" à toute la chaîne du médicament d'une part, et de favoriser "un cadre de coopération" pour la gestion de celui-ci, d'autre part, s'est-il félicité, notant que cette question interpelle, outre le secteur de la santé, les services douaniers ainsi que les différents corps constitués. L'intervenant a notamment souligné la distinction à établir entre "la faute professionnelle et le délit" s'agissant de la délivrance des psychotropes par le pharmacien, plaidant pour "une levée de la criminalisation" de ce dernier, sachant que depuis 2017, environ 20 pharmaciens ont été condamnés en première instance. 2 d'entre eux ont été condamnés à de la prison ferme en dernière instance pour délivrance de psychotropes sur "ordonnance de complaisance". "Le prochain décret permettra au pharmacien de connaître les limites de ses responsabilités tout en exerçant sa profession dans des conditions plus sécurisées", a conclu M. Belambri


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.