Chômage et système «D»    Construction automobile: «Aucun changement n'est prévu dans le cahier des charges»    Commerce: Un système informatique pour contrôler les marchandises importées    Ligue des champions d'Afrique: Le MCA qualifié sans jouer    Football amateur: Des clubs dans l'expectative !    Football - Ligue 1: Nul sur toute la ligne à Oran, Bougherara claque la porte    Sit-in annoncé devant les directions de l'éducation: Les directeurs des écoles en colère    Ils ont été débarqués au port de Ghazaouet: Près de 100 harraga expulsés d'Espagne    Air Algérie: Le planning des vols de rapatriement arrêté    LE LONG TUNNEL NOIR    Mgr Henri Teissier sera inhumé le 9 décembre à la basilique de Notre Dame d'Afrique    Henri Teissier: Un grand homme tire sa révérence    Juventus : Un international brésilien dans le viseur    Chelsea : Giroud a pris une décision pour son avenir    Real - Zidane : "Je n'ai jamais pensé que j'étais intouchable. Jamais"    Assad prend part à une réunion pour le lancement de la plateforme numérique des langues africaines    SIDI BEL ABBES : 677 associations de wilaya et 430 communales en activité    Cherif Mellal ‘'menace'' pour Matoub Lounès    Déblocage des sites internet : Réflexion exclu !?    Le mouvement palestinien BDS défend le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    L'ALGERIE REFUSE TOUTE INGERENCE DANS SES AFFAIRES INTERNES : Salah Goudjil fait passer le message    Des chutes de neige prévues sur les reliefs dépassant 1.000 mètres d'altitude    ALGERIENS BLOQUES A L'ETRANGER : Air Algérie programme 24 vols de rapatriement    Démantèlement de plusieurs associations de malfaiteurs    TIARET : Le présumé auteur du vol de 10 millions de cts écroué    LUTTE ANTITERRORISTE : L'expérience algérienne "exhaustive et intégrée"    OPEP+ : L'augmentation de la production à partir janvier, une décision qui convient tous    TIARET : La police enquête sur les livrets fonciers de Tahkout    AEROPORT AHMED BEN BELLA (ORAN) : Reprise des vols domestiques demain dimanche    Tahar Ouettar, l'écrivain athée qui défendait les islamistes.    Batna: découverte d'une inscription libyque au site Guergour à Seriana    Laghouat se remémore l'un des pires massacres perpétrés par la France coloniale contre le peuple algérien    Les unités de l'APLS continuent de viser des positions militaires de l'occupation marocaine    6e session du Forum parlementaire euro-méditerranéen : le Parlement algérien réaffirme le rejet de la résolution du PE    Industrie : l'ENIEM a besoin d'un financement bancaire pour sa relance    RND : examen du fonctionnement du parti et des derniers développements sur le plan international    Jeux paralympiques: versement de subventions financières aux athlètes qualifiés et qualifiables    L'APN participe samedi à une réunion sur "les processus de paix à l'échelle mondiale: rôle et participation des femmes"    Douanes : mise en échec d'une contrebande et tentative d'introduction stupéfiants    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    "Pour une conférence nationale inclusive"    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    Une vie de combat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sonatrach explique son projet
Projet de loi sur les hydrocarbures
Publié dans Le Midi Libre le 21 - 10 - 2019

Le projet de loi sur les hydrocarbures, qui sera soumis prochainement au débat au Parlement, permettra d'anticiper la situation de déséquilibre sur le marché national attendue en 2030, a estimé le vice-président Business, Développement et Marketing du groupe Sonatrach, Toufik Hakkar.
Le projet de loi sur les hydrocarbures, qui sera soumis prochainement au débat au Parlement, permettra d'anticiper la situation de déséquilibre sur le marché national attendue en 2030, a estimé le vice-président Business, Développement et Marketing du groupe Sonatrach, Toufik Hakkar.
"L es études prospectives montrent, que l'équilibre entre l'offre et la demande en hydrocarbures sur le marché national, sera rompu à l'horizon 2030. D'où l'obligation d'agir dansbl'immédiat, afin d'éviter cette situation de déséquilibre, sachant qu'une dizaine d'années est nécessaire pour découvrir et développer et faire produire un gisement d'hydrocarbures", a souligné M.
Hakkar, dans une interview au quotidien Le Soir d'Algérie, publiée dimanche. Interrogé sur l'opportunité de la programmation de ce projet de loi dans la conjoncture politique actuelle, le responsable à Sonatrach a rappelé que l'idée d'une nouvelle loi était sur la table, après l'amendement de 2013 à la loi de 2005. "Toujours est-il que, plus tôt le projet verra le jour, plus tôt la loi produira ses effets. Je vous rappelle que l'objectif principal du projet de loi est d'assurer la sécurité énergétique du pays", a-t-il avancé. M.Hakkar a réfuté, par ailleurs, l'existence d'une mesure dans la loi proposée, qui porterait atteinte à la souveraineté nationale, tout en rappelant que ce nouveau texte avait souligné le principe constitutionnel, selon lequel "les richesses naturelles du sol et du sous-sol relevant de la souveraineté algérienne, sont la propriété de l'Etat". "En vertu de la règle 51/49, l'investisseur étranger ne peut procéder à l'exploitation de ces ressources, qu'en partenariat avec Sonatrach qui détient au moins 51% dans l'association.
En outre, les agences Alnaft et ARH exercent un contrôle sur les activités de toute la chaîne. Et, enfin, le contrat liant Sonatrach au partenaire étranger n'entre en vigueur qu'après son approbation par décret présidentiel pris en Conseil des ministres", explique-t-il. Concernant l'introduction du régime de la concession, le responsable a précisé qu'elle est attribuée exclusivement à Sonatrach, par Alnaft, après approbation des plus hautes autorités du pays.
Il a souligné, dans ce sens, que cette mesure s'applique à Sonatrach pour "la libérer des contraintes en lui donnant la possibilité de développer les découvertes déclarées non économiques, vu le régime fiscal de l'actuelle loi en vigueur. En tout état de cause, les activités exercées par Sonatrach, seule ou en partenariat, sont soumises à un contrôle continu par les deux agences, Alnaft et ARH". "Partant de là, comment peut-on parler de bradage des richesses de l'Algérie ?", s'interroge-t-il. Selon M. Hakkar, la nouvelle loi a notamment pour vocation, "d'attirer plus d'investissements, d'encourager l'exploration du domaine minier algérien et, surtout, les périmètres difficiles et accroître l'assiette des revenus de l'Etat découlant de l'exploitation des hydrocarbures".
Les principales modifications dans la nouvelle loi, poursuit-il, sont axées sur une fiscalité "simplifiée et attractive", une diversité de modes de contractualisation du partenariat pour la recherche et l'exploitation des hydrocarbures, pour faire face à différentes configurations de gisements (contrat de partage de production, contrat de participation et contrat de services à risque), ainsi que la mise en place de procédures d'autorisations, dont l'objectif est de limiter les contraintes bureaucratiques, sources de contretemps extraordinairement longs, donc de surcoûts financiers et de découragement des investisseurs.
"L es études prospectives montrent, que l'équilibre entre l'offre et la demande en hydrocarbures sur le marché national, sera rompu à l'horizon 2030. D'où l'obligation d'agir dansbl'immédiat, afin d'éviter cette situation de déséquilibre, sachant qu'une dizaine d'années est nécessaire pour découvrir et développer et faire produire un gisement d'hydrocarbures", a souligné M.
Hakkar, dans une interview au quotidien Le Soir d'Algérie, publiée dimanche. Interrogé sur l'opportunité de la programmation de ce projet de loi dans la conjoncture politique actuelle, le responsable à Sonatrach a rappelé que l'idée d'une nouvelle loi était sur la table, après l'amendement de 2013 à la loi de 2005. "Toujours est-il que, plus tôt le projet verra le jour, plus tôt la loi produira ses effets. Je vous rappelle que l'objectif principal du projet de loi est d'assurer la sécurité énergétique du pays", a-t-il avancé. M.Hakkar a réfuté, par ailleurs, l'existence d'une mesure dans la loi proposée, qui porterait atteinte à la souveraineté nationale, tout en rappelant que ce nouveau texte avait souligné le principe constitutionnel, selon lequel "les richesses naturelles du sol et du sous-sol relevant de la souveraineté algérienne, sont la propriété de l'Etat". "En vertu de la règle 51/49, l'investisseur étranger ne peut procéder à l'exploitation de ces ressources, qu'en partenariat avec Sonatrach qui détient au moins 51% dans l'association.
En outre, les agences Alnaft et ARH exercent un contrôle sur les activités de toute la chaîne. Et, enfin, le contrat liant Sonatrach au partenaire étranger n'entre en vigueur qu'après son approbation par décret présidentiel pris en Conseil des ministres", explique-t-il. Concernant l'introduction du régime de la concession, le responsable a précisé qu'elle est attribuée exclusivement à Sonatrach, par Alnaft, après approbation des plus hautes autorités du pays.
Il a souligné, dans ce sens, que cette mesure s'applique à Sonatrach pour "la libérer des contraintes en lui donnant la possibilité de développer les découvertes déclarées non économiques, vu le régime fiscal de l'actuelle loi en vigueur. En tout état de cause, les activités exercées par Sonatrach, seule ou en partenariat, sont soumises à un contrôle continu par les deux agences, Alnaft et ARH". "Partant de là, comment peut-on parler de bradage des richesses de l'Algérie ?", s'interroge-t-il. Selon M. Hakkar, la nouvelle loi a notamment pour vocation, "d'attirer plus d'investissements, d'encourager l'exploration du domaine minier algérien et, surtout, les périmètres difficiles et accroître l'assiette des revenus de l'Etat découlant de l'exploitation des hydrocarbures".
Les principales modifications dans la nouvelle loi, poursuit-il, sont axées sur une fiscalité "simplifiée et attractive", une diversité de modes de contractualisation du partenariat pour la recherche et l'exploitation des hydrocarbures, pour faire face à différentes configurations de gisements (contrat de partage de production, contrat de participation et contrat de services à risque), ainsi que la mise en place de procédures d'autorisations, dont l'objectif est de limiter les contraintes bureaucratiques, sources de contretemps extraordinairement longs, donc de surcoûts financiers et de découragement des investisseurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.