Qui a gagné au "grand oral" ?    Le vote commence chez la communauté algérienne à l'étranger    Programme du 21e jour de la campagne électorale    Marches de soutien au scrutin du 12 décembre    Saïd Bouteflika se mure dans le silence    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    Petrole : La Libye va maintenir sa production autour de 1,25 million de barils par jour    Projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays Un acquis pour la redynamisation du développement dans le Sud    Entre saut qualitatif et lacunes    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Les parlementaires rappellent Trump à l'ordre sur la solution à deux Etats    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    Ligue des champions (2e J) Défaite de la JS Kabylie face à l'ES Tunis    Incendie du centre d'entraînement Flamengo condamné à indemniser les familles des victimes    Les femmes plus touchées que les hommes    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    "L'Algérie contemporaine, cultures et identités" : Un nouvel essai en ligne de Ahmed Cheniki    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    Vote des Algériens à l'étranger à la présidentielle : l'ANIE en appelle au respect de l'opinion de l'autre    Les candidats réitèrent leur appel à la consolidation du front interne pour préserver l'Algérie    Affaires montage automobile-financement de la campagne Bouteflika : Saïd Bouteflika renvoyé de l'audience    L'USM Alger tient en échec le Petro Atletico    Man United : Solskjaer fracasse Manchester City !    EL TARF : Saisie de 20 millions de cts en faux billets à Aïn Assel    ACCIDENTS DE LA ROUTE : 9 morts et 39 blessés en 48 heures    Energies renouvelables: bientôt une stratégie globale pour donner une vision claire aux investisseurs    La Cnac de Aïn Témouchent signe cinq conventions de partenariat    Les producteurs sous forte pression    Boulettes de crevettes au gingembre    Des fauteuils et des tricycles distribués à Médéa    13 ateliers d'accompagnement organisés    Appel à une nouvelle journée de grève et des manifestations mardi    Au moins 7 000 personnes auraient été arrêtées    ACTUCULT    Générale de la pièce "Ez'zaouèche" au TNA    Mohamed Attaf : "L'histoire des rois berbères doit être enseignée"    Chouiten, Laceb et Belkheir, lauréats de la 5e édition    Les balances et cette odeur insupportable …    CSC: Redjradj annonce sa démission et met les propriétaires dans l'embarras    Athènes expulse l'ambassadeur libyen    Skikda : Le cadavre d'un pêcheur repêché    Le MJS l'a déclaré jeudi à Oran : «Le processus de partenariat clubs-entreprises est enclenché»    EN (U21) féminine : Alger abritera le tournoi de l'UNAF    Galatasaray : Feghouli indisponible pour quelques jours    Une «petite victoire» au goût d'inachevé: «Concessions» du ministère, insatisfaction chez les instituteurs    Mostaganem: Près de 100 mandats de dépôt en un mois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le courroux des producteurs
Téléphonie mobile
Publié dans Le Midi Libre le 12 - 11 - 2019

Tout porte à croire que la polémique entre la ministre de l'Industrie et les producteurs de produits électroniques, électroménagers et téléphonie mobile, n'en est qu'à ces débuts.
Tout porte à croire que la polémique entre la ministre de l'Industrie et les producteurs de produits électroniques, électroménagers et téléphonie mobile, n'en est qu'à ces débuts.
Ces derniers, n'agréeent pas en effet les dernières mesures prises par le ministère de l'Industrie. Des mesures qui risquent de pousser de nombreuses entreprises à mettre la clé sous le paillasson. Ainsi le collectif des "fabricants des produits électroniques, électroménagers, IT & Mobiles" a plaidé hier sa cause auprès de la ministre de l'Industrie afin de revenir sur la décision du gouvernement de suspendre de manière définitive le dispositif de montage de téléphonie mobile en Algérie.
"Nous n'avons aucune intention de nier que les taux d'intégration actuels sont infimes mais il faudrait tout de même souligner que les perspectives de son amélioration sont importantes, d'autant plus que c'est les producteurs eux-mêmes qui ont longtemps appelé, depuis 2015, à la mise en place du dispositif CKD relatif à la filière téléphonie mobile", plaide le collectif dans un courrier adressé lundi à la ministre de l'Industrie Djamila Tamazirt. "Nous attirons votre attention que cette mesure, qui prévoit de mettre sur le même pied d'égalité les producteurs et les importateurs, n'est pas sans induire des conséquences négatives et dramatiques sur la filière du montage de téléphonie mobile", prévient le collectif. Ce dernier cite comme conséquences le risque de perte de 6.000 emplois directs et 20.000 indirects, la perte d'investissement "en devises de surcroît, l'encouragement de la prolifération du marché parallèle de téléphones et de la devise, ou encore la perte du développement technologique, acquis et potentiel".
"Les producteurs ont consenti des investissements colossaux, en devises de surcroît, afin de mettre en place les unités de montage, lequel investissement qui risque de disparaitre », déplore le collectif, qui estime en outre que cette disposition « ne manquera pas de susciter la perte de la relation de confiance développée avec les opérateurs étrangers de marques mondiales". Le marché algérien des téléphones portables représente entre 8 et 10 millions d'unités par an. Le retour à l'importation du produit fini va "induire une hausse des prix de 90 % entre les droits de douane (30 %) et le DAPS (surtaxe, 60 %)", selon un producteur.
"La mise en place d'une industrie de montage a le mérite d'asseoir une discipline dans le marché de la téléphonie mobile, notamment en ce qui concerne l'origine des marques, la garantie des produits et la prise en charge du client. Ainsi, la suppression de ce dispositif conduira fatalement au retour de la prédominance du marché parallèle", met également en garde le collectif. Le Collectif assure que "la mise en place du dispositif SKD dans la téléphonie a permis de réduire la facture de l'importation des téléphones portables". "Il importe de rappeler que la facture d'importation a toujours été élevée, et a connu une ascension fulgurante, notamment suite à l'avènement de la 3G et la 4G en Algérie, en enregistrant l'évolution suivante", explique le Collectif, en précisant que cette facture "était supérieure à 400 millions USD en 2014, 530 millions USD en 2015 et à 650 millions USD en 2016". Il souligne que "durant toutes ces années l'importation des téléphones mobiles était majoritairement en produits finis et soumise à un droit de douanes réduit à 5 %", et précise qu'en 2017 "la facture a baissé à moins de 230 millions subséquemment à l'interdiction de l'importation de produits finis".
Et qu'en 2018, cette facture a atteint "511 millions, suite à la conversion des importations produits finis vers l'industrie de montage local (SKD)." Dans ce contexte, le collectif appelle le gouvernement à "surseoir à la décision de suppression du régime SKD de téléphonie mobile, à réviser à la hausse les droits de douanes du régime SKD de téléphonie mobile tout en maintenant le DAPS (surtaxe) pour le produit fini, ainsi qu'à mettre en place un comité mixte (ministère de l'Industrie -Collectif des fabricants) pour travailler sur un plan de conversion du régime SKD vers le régime CKD". "Nous sommes persuadés que les pouvoirs publics n'accepteraient jamais de sacrifier un secteur productif au détriment d'une orientation import-import hautement défavorable aux producteurs nationaux et très préjudiciable à l'économie nationale", conclut le Collectif à l'attention nde la ministre de l'Industrie
Ces derniers, n'agréeent pas en effet les dernières mesures prises par le ministère de l'Industrie. Des mesures qui risquent de pousser de nombreuses entreprises à mettre la clé sous le paillasson. Ainsi le collectif des "fabricants des produits électroniques, électroménagers, IT & Mobiles" a plaidé hier sa cause auprès de la ministre de l'Industrie afin de revenir sur la décision du gouvernement de suspendre de manière définitive le dispositif de montage de téléphonie mobile en Algérie.
"Nous n'avons aucune intention de nier que les taux d'intégration actuels sont infimes mais il faudrait tout de même souligner que les perspectives de son amélioration sont importantes, d'autant plus que c'est les producteurs eux-mêmes qui ont longtemps appelé, depuis 2015, à la mise en place du dispositif CKD relatif à la filière téléphonie mobile", plaide le collectif dans un courrier adressé lundi à la ministre de l'Industrie Djamila Tamazirt. "Nous attirons votre attention que cette mesure, qui prévoit de mettre sur le même pied d'égalité les producteurs et les importateurs, n'est pas sans induire des conséquences négatives et dramatiques sur la filière du montage de téléphonie mobile", prévient le collectif. Ce dernier cite comme conséquences le risque de perte de 6.000 emplois directs et 20.000 indirects, la perte d'investissement "en devises de surcroît, l'encouragement de la prolifération du marché parallèle de téléphones et de la devise, ou encore la perte du développement technologique, acquis et potentiel".
"Les producteurs ont consenti des investissements colossaux, en devises de surcroît, afin de mettre en place les unités de montage, lequel investissement qui risque de disparaitre », déplore le collectif, qui estime en outre que cette disposition « ne manquera pas de susciter la perte de la relation de confiance développée avec les opérateurs étrangers de marques mondiales". Le marché algérien des téléphones portables représente entre 8 et 10 millions d'unités par an. Le retour à l'importation du produit fini va "induire une hausse des prix de 90 % entre les droits de douane (30 %) et le DAPS (surtaxe, 60 %)", selon un producteur.
"La mise en place d'une industrie de montage a le mérite d'asseoir une discipline dans le marché de la téléphonie mobile, notamment en ce qui concerne l'origine des marques, la garantie des produits et la prise en charge du client. Ainsi, la suppression de ce dispositif conduira fatalement au retour de la prédominance du marché parallèle", met également en garde le collectif. Le Collectif assure que "la mise en place du dispositif SKD dans la téléphonie a permis de réduire la facture de l'importation des téléphones portables". "Il importe de rappeler que la facture d'importation a toujours été élevée, et a connu une ascension fulgurante, notamment suite à l'avènement de la 3G et la 4G en Algérie, en enregistrant l'évolution suivante", explique le Collectif, en précisant que cette facture "était supérieure à 400 millions USD en 2014, 530 millions USD en 2015 et à 650 millions USD en 2016". Il souligne que "durant toutes ces années l'importation des téléphones mobiles était majoritairement en produits finis et soumise à un droit de douanes réduit à 5 %", et précise qu'en 2017 "la facture a baissé à moins de 230 millions subséquemment à l'interdiction de l'importation de produits finis".
Et qu'en 2018, cette facture a atteint "511 millions, suite à la conversion des importations produits finis vers l'industrie de montage local (SKD)." Dans ce contexte, le collectif appelle le gouvernement à "surseoir à la décision de suppression du régime SKD de téléphonie mobile, à réviser à la hausse les droits de douanes du régime SKD de téléphonie mobile tout en maintenant le DAPS (surtaxe) pour le produit fini, ainsi qu'à mettre en place un comité mixte (ministère de l'Industrie -Collectif des fabricants) pour travailler sur un plan de conversion du régime SKD vers le régime CKD". "Nous sommes persuadés que les pouvoirs publics n'accepteraient jamais de sacrifier un secteur productif au détriment d'une orientation import-import hautement défavorable aux producteurs nationaux et très préjudiciable à l'économie nationale", conclut le Collectif à l'attention nde la ministre de l'Industrie


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.