Nouvelle manifestation à Alger    Le gouvernement planche sur l'avant-projet    L'activité de l'importateur limitée à un seul produit    «Washington ne veut pas entraver le processus de règlement»    Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Algérie-Mauritanie le 3 juin à Blida    Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances    USMA-MCA éclipse tout    Doigts de kounafa    Entre apaisement et statu quo    D'important dégâts dans plusieurs wilayas    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    Brèves    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    Benbouzid annonce le lancement d'un registre d'abstention    CFA : Première réunion lundi    Le football est piégé    "PAS DE MUSELIÈRE"    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Oran: Des individus poursuivis pour conspiration contre la sécurité de l'Etat    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    Groupe Est: Le MO Constantine en arbitre    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    Mise en garde    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Le gaspillage atteint son apogée    À la veille du grand jour à Béjaïa    Les slogans sortis de laboratoires    De l'importance des structures de proximité    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Les mises en garde du gouvernement    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    Un nouveau recteur pour sauver l'université de Tizi Ouzou    CRB-NCM, délocalisé au stade du 5-Juillet    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trois mois de prison ferme
Conducteur ayant forcé sur des manifestants
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 11 - 2019

Le tribunal correctionnel de la Cité Djamel a prononcé, hier dimanche, une peine de trois mois de prison ferme à l'encontre duconducteur du fourgon ayant "foncé" surles manifestants, lors de la marche (Hirak)du 38e vendredi à Oran.
Le tribunal correctionnel de la Cité Djamel a prononcé, hier dimanche, une peine de trois mois de prison ferme à l'encontre duconducteur du fourgon ayant "foncé" surles manifestants, lors de la marche (Hirak)du 38e vendredi à Oran.
Le verdict concerne un premier chefd'accusation, à savoir "la possession d'armes blanches, de bombes lacrymogènes et des plaques d'immatriculation de véhicules".Pour l'autre chef d'accusation portant sur "tentative d'homicide et blessures involontaires",le procès a été renvoyé, car le juge a ordonné une "expertise médicale de la victime afin d'évaluer l'ampleur de ses blessures", dans un délai ne dépassant pas un mois, à l'issue duquel le second verdict sera prononcé. Le mis en cause, âgé de 19 ans, avait "foncé" sur les manifestants lors de la marche du 38e vendredi à Oran, le 8novembre dernier. Il a été jugé, le 17novembre dernier par le même tribunal,rappelle-t-on. Le prévenu était poursuivi pour tentative
d'homicide et blessures involontaires, accusation retenue par le parquet pour qualifier l'accident corporel ayant causé des blessures à la victime, G.R, 59 ans, admise à l'hôpital où plusieurs lésions du bassin ont été constatées. L'accusé était également poursuivi pour possession d'armes blanches, de bombes lacrymogènes et de plaques d'immatriculation devéhicules, que les policiers ont découvert dans le fourgon après les faits. Interrogé par le tribunal, lors du procès, sur les faits qui lui sont reprochés, l'accusé a affirmé avoir "agi dans la précipitation et sans intention de percuter la victime". Toutefois, des témoins avaient indiqué que le mis en cause a continué à rouler malgré les cris des marcheurs, pour prendre ensuite la fuite. Les policiers stationnés à proximité ont fini par arrêter le fuyard. Pour l'avocat de la partie civile, "la préméditation ne fait aucun doute, vu le nombre des témoignages et des preuves matérielles". A l'issue de l'audience du 17 novembre, le procureur de la République, estimant que le dossier était incomplet, avait requis une "instr ction complémentaire".
Le verdict concerne un premier chefd'accusation, à savoir "la possession d'armes blanches, de bombes lacrymogènes et des plaques d'immatriculation de véhicules".Pour l'autre chef d'accusation portant sur "tentative d'homicide et blessures involontaires",le procès a été renvoyé, car le juge a ordonné une "expertise médicale de la victime afin d'évaluer l'ampleur de ses blessures", dans un délai ne dépassant pas un mois, à l'issue duquel le second verdict sera prononcé. Le mis en cause, âgé de 19 ans, avait "foncé" sur les manifestants lors de la marche du 38e vendredi à Oran, le 8novembre dernier. Il a été jugé, le 17novembre dernier par le même tribunal,rappelle-t-on. Le prévenu était poursuivi pour tentative
d'homicide et blessures involontaires, accusation retenue par le parquet pour qualifier l'accident corporel ayant causé des blessures à la victime, G.R, 59 ans, admise à l'hôpital où plusieurs lésions du bassin ont été constatées. L'accusé était également poursuivi pour possession d'armes blanches, de bombes lacrymogènes et de plaques d'immatriculation devéhicules, que les policiers ont découvert dans le fourgon après les faits. Interrogé par le tribunal, lors du procès, sur les faits qui lui sont reprochés, l'accusé a affirmé avoir "agi dans la précipitation et sans intention de percuter la victime". Toutefois, des témoins avaient indiqué que le mis en cause a continué à rouler malgré les cris des marcheurs, pour prendre ensuite la fuite. Les policiers stationnés à proximité ont fini par arrêter le fuyard. Pour l'avocat de la partie civile, "la préméditation ne fait aucun doute, vu le nombre des témoignages et des preuves matérielles". A l'issue de l'audience du 17 novembre, le procureur de la République, estimant que le dossier était incomplet, avait requis une "instr ction complémentaire".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.