Les ministres s'impliquent en force    Cinq anciens ministres concernés    Bechar: début du vote dans les zones éparses de la daïra frontalière de Béni-Ounif    Le terroriste Mustapha Derrar arrêté à Tlemcen    La constitution 2020 est la priorité du régime    Sans relief    Blocage    Pôles d'excellence    «Réduire la facture des importations est une de nos priorités»    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    Nouvelle ruée sur la semoule    Un terroriste libéré au Mali arrêté à Tlemcen    Au moins 69 civils tués dans des attaques au Karabakh    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Sahara occidental: l'ONU appelée à mettre fin à l'occupation marocaine    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Taoufik Makhloufi : «je suis un athlète propre»    Reprise des entraînements samedi à Tizi Ouzou    Soumana prêté une saison au NC Magra    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Les joueurs recrutés pas encore enregistrés    "Le Mouloudia est victime d'un conflit d'intérêt"    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    Remets tes savates, ça chlingue !    Des classes de huit élèves divisées en groupes    Transportés à 7h du matin pour des cours donnés à 13h    Abdelmadjid Tebboune transféré, hier, en Allemagne    Qui est Malek Bennabi ?    Le monde du cinéma proteste contre une nouvelle fermeture des salles    La collection d'un éphémère musée new-yorkais du KGB bientôt aux enchères    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'engagement d'un poète    Le Conseil d'Etat français sous pression    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Le référendum sur l'amendement de la Constitution, une consécration de la volonté populaire    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    Bouira : La rupture avec les anciennes pratiques n'est pas pour demain !    La consécration du projet de révision constitutionnelle, premier jalon dans l'édification de l'Algérie nouvelle"    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    Jijel: raccordement au réseau du gaz naturel de 395 foyers    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    Sahara occidental: le Conseil de sécurité reporte à vendredi    Conférences autour de l'Homme et de la Culture dans la pensée de Malek Bennabi    La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée    Panamera délivre, désormais, jusqu'à 700 chevaux    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le procès reporté à demain
Responsables poursuivis dans des affaires de corruption
Publié dans Le Midi Libre le 03 - 12 - 2019

Le tribunal de Sidi-M'hamed à Alger, a reporté, lundi, le procès d'anciens responsables et d'hommes d'affaires accusés dans des affaires de corruption, au 4 décembre en cours
Le tribunal de Sidi-M'hamed à Alger, a reporté, lundi, le procès d'anciens responsables et d'hommes d'affaires accusés dans des affaires de corruption, au 4 décembre en cours
Le collectif de défense des prévenus a demandé le report, jugeant que "les conditions nécessaires au procès n'étaient pas réunies". Les responsables concernés, dont les deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, ainsi que d'anciens ministres et hommes d'affaires, sont poursuivis pour "dilapidation de deniers publics, abus de fonction et octroi d'indus avantages à autrui"
lors de passation d'un marché en violation des dispositions législatives et règlementaires, notamment dans l'affaire programmée aujourd'hui relative au montage de véhicules. Pour rappel, le juge-enquêteur près la Cour suprême avait ordonné, en juillet dernier, le placement d'Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, à la prison d'El- Harrach, après avoir été auditionnés. En application des dispositions de l'article 573 du code de procédure pénale, le parquet général près la cour d'Alger avait transmis, fin mai dernier, au procureur général près la Cour suprême, le dossier d'enquête préliminaire instruite par la Police judiciaire de la Gendarmerie nationale d'Alger, pour des faits à caractère pénal, à l'encontre de ces deux mis en cause. Ainsi donc ce procès très attendu par l'opinion publique nationale n'a pas eu lieu comme prévu.
Le report a été décidé à la demande de la défense qui a jugé les conditions inadéquates pour la tenue des audiences dans la sérénité. En effet une grande pagaille a régné devant la salle d'audience où des dizaines de citoyens et de journalistes se sont tassés dès le début de la matinée dans l'espoir d'assister à ce procès unique dans les annales et que les autorités avaient annoncé "public et ouvert à tous". Le hall du premier étage, où se trouve la salle d'audience, affichait complet dès 9h30. Peu avant 10h, les prévenus sont acheminés de la prison d'El- Harrach dans les paniers à salade de l'administration pénitentiaire. La foule scande les slogans habituels du "hirak" mais ne s'approche pas du cortège, dissuadée par l'imposant dispositif de sécurité déployé. Les prévenus resteront au sous-sol jusqu'après 11h. La police mettra plus d'une heure pour créer un passage au milieu de la foule entassée dans le hall. Les bousculades se multiplient, les protestations aussi. Les plus furieux sont les journalistes, venus nombreux.
La salle d'audience était ouverte uniquement aux juges et aux avocats. Et aux prévenus bien entendu. Ces derniers, "au complet" selon un avocat de la défense, sont entrés dans la salle dissimulés derrière une cloison improvisée en contre-plaqué. Mais ils n'y resteront pas longtemps, juste le temps d'entendre le juge prononcer le report de l'audience au 4 décembre. Ils sortiront de la même manière, c'est-à-dire à l'abri des regards. Rappelons que ce procès porte sur le dossier relatif au montage des véhicules.
Le collectif de défense des prévenus a demandé le report, jugeant que "les conditions nécessaires au procès n'étaient pas réunies". Les responsables concernés, dont les deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, ainsi que d'anciens ministres et hommes d'affaires, sont poursuivis pour "dilapidation de deniers publics, abus de fonction et octroi d'indus avantages à autrui"
lors de passation d'un marché en violation des dispositions législatives et règlementaires, notamment dans l'affaire programmée aujourd'hui relative au montage de véhicules. Pour rappel, le juge-enquêteur près la Cour suprême avait ordonné, en juillet dernier, le placement d'Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, à la prison d'El- Harrach, après avoir été auditionnés. En application des dispositions de l'article 573 du code de procédure pénale, le parquet général près la cour d'Alger avait transmis, fin mai dernier, au procureur général près la Cour suprême, le dossier d'enquête préliminaire instruite par la Police judiciaire de la Gendarmerie nationale d'Alger, pour des faits à caractère pénal, à l'encontre de ces deux mis en cause. Ainsi donc ce procès très attendu par l'opinion publique nationale n'a pas eu lieu comme prévu.
Le report a été décidé à la demande de la défense qui a jugé les conditions inadéquates pour la tenue des audiences dans la sérénité. En effet une grande pagaille a régné devant la salle d'audience où des dizaines de citoyens et de journalistes se sont tassés dès le début de la matinée dans l'espoir d'assister à ce procès unique dans les annales et que les autorités avaient annoncé "public et ouvert à tous". Le hall du premier étage, où se trouve la salle d'audience, affichait complet dès 9h30. Peu avant 10h, les prévenus sont acheminés de la prison d'El- Harrach dans les paniers à salade de l'administration pénitentiaire. La foule scande les slogans habituels du "hirak" mais ne s'approche pas du cortège, dissuadée par l'imposant dispositif de sécurité déployé. Les prévenus resteront au sous-sol jusqu'après 11h. La police mettra plus d'une heure pour créer un passage au milieu de la foule entassée dans le hall. Les bousculades se multiplient, les protestations aussi. Les plus furieux sont les journalistes, venus nombreux.
La salle d'audience était ouverte uniquement aux juges et aux avocats. Et aux prévenus bien entendu. Ces derniers, "au complet" selon un avocat de la défense, sont entrés dans la salle dissimulés derrière une cloison improvisée en contre-plaqué. Mais ils n'y resteront pas longtemps, juste le temps d'entendre le juge prononcer le report de l'audience au 4 décembre. Ils sortiront de la même manière, c'est-à-dire à l'abri des regards. Rappelons que ce procès porte sur le dossier relatif au montage des véhicules.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.