Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Grandes manoeuvres et sourde bataille    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    Les Verts face à l'ogre français    249 nouveaux cas, 186 guérisons et 3 décès    Prise en charge de toutes les revendications des fonctionnaires du secteur    Barça : Messi connait sa sanction !    Mondial de Handball: l'Algérie s'incline face au Portugal (26-19)    Milan AC : C'est officiel pour Mandzukic    Hausse des prix des pâtes alimentaires : Certains opérateurs pointés du doigt    Les raisons de la pénurie    Instruction aux walis    Importation des véhicules neufs : Qu'est-ce qui retarde la délivrance des agréments provisoires ?    Signature d'une convention de partenariat avec l'Inapi    Chanegriha supervise l'exercice tactique «Al-Hazm 2021»    La décision de Trump en cours d'examen par le staff de Biden    "Biden ne fera pas de bouleversements exceptionnels"    Des dizaines de victimes au Darfour-Sud    Brahim Laâlami reste en prison    Dalila Touat condamnée à 18 mois de prison ferme    Relaxe pour les hirakistes d'Oran    Le verdict en appel de trois activistes renvoyé au 25 janvier    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    L'Algérie s'impose face à la Libye    La FAF a-t-elle enfreint le décret exécutif 15-73 ?    Des soucis pour Dumas    Situation kafkaïenne des souscripteurs    «L'acquisition de plusieurs vaccins est une bonne décision»    Sit-in de protestation des étudiants de 3e année de médecine    Secteur de l'éducation à Béjaïa : Entre grands besoins et sept nouveaux projets notifiés    Affichage d'une liste provisoire des bénéficiaires de 1 146 logements    Opération «les trottoirs pour les piétons»    Rêver à perdre la raison !    L'artiste Reche Safia honorée par les siens    L'IFA lance son premier appel à projets cinématographiques 2021    Joe Biden : Le «rassembleur» à l'épreuve d'une Amérique meurtrie    Donald Trump : La fin de son mandat lui coûte une fortune    Kamala Harris, une vice-présidente historique    Edition amazighe à Béjaïa : L'APW offre 11 000 livres pour les établissements scolaires    Ineffable Art et Culture, le magazine culturel digital 100 % algérien : Figourra, un concept « brosseur » de portraits    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    Mostaganem: Saisie de boissons alcoolisées, une arrestation    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage
Publié dans Le Midi Libre le 08 - 12 - 2019

En Chine, à partir du dimanche 1er décembre, quiconque veut acheter un téléphone doit accepter de se faire scanner le visage. Objectif pour Pékin : une meilleure surveillance
En Chine, à partir du dimanche 1er décembre, quiconque veut acheter un téléphone doit accepter de se faire scanner le visage. Objectif pour Pékin : une meilleure surveillance
d'Internet, auquel ces téléphones sont reliés. "Protégerles droits légitimes et les intérêts des citoyens dans le cyberespace", c'est de cette manière que Pékin présente ce scan du visage lors de l'achat d'un téléphone. "Contrôle, et ensuite plus de contrôle", écrivait sur le réseau social Weibo un internaute lorsque la nouvelle règle a été annoncée le mois dernier. En fait, Pékin, qui surveille et censure internet depuis des années, tente d'avoir accès aux vrais noms des internautes.
Comme ils se connectent le plus souvent depuis leur téléphone, leur visage sera donc scanné à l'achat pour voir s'ils correspondent bien aux pièces d'identité présentées. La Chine, qui est à la pointe de ce type de technologies, utilise depuis des années la reconnaissance faciale, de plus en plus adoptée par les consommateurs, pour payer dans les supermarchés par exemple. Mais Pékin s'en sert aussi pour surveiller sa population, particulièrement dans la région du Xinjiang. Là-bas, les membres de l'ethnie ouïghoure qui n'ont pas été enfermés dans des camps sont sous surveillance constante de caméras utilisant ces logiciels de reconnaissance faciale. En 2017, la Chine comptait 170 millions de caméras de surveillance, et prévoyait d'en installer 400 millions de plus d'icià 2020.
d'Internet, auquel ces téléphones sont reliés. "Protégerles droits légitimes et les intérêts des citoyens dans le cyberespace", c'est de cette manière que Pékin présente ce scan du visage lors de l'achat d'un téléphone. "Contrôle, et ensuite plus de contrôle", écrivait sur le réseau social Weibo un internaute lorsque la nouvelle règle a été annoncée le mois dernier. En fait, Pékin, qui surveille et censure internet depuis des années, tente d'avoir accès aux vrais noms des internautes.
Comme ils se connectent le plus souvent depuis leur téléphone, leur visage sera donc scanné à l'achat pour voir s'ils correspondent bien aux pièces d'identité présentées. La Chine, qui est à la pointe de ce type de technologies, utilise depuis des années la reconnaissance faciale, de plus en plus adoptée par les consommateurs, pour payer dans les supermarchés par exemple. Mais Pékin s'en sert aussi pour surveiller sa population, particulièrement dans la région du Xinjiang. Là-bas, les membres de l'ethnie ouïghoure qui n'ont pas été enfermés dans des camps sont sous surveillance constante de caméras utilisant ces logiciels de reconnaissance faciale. En 2017, la Chine comptait 170 millions de caméras de surveillance, et prévoyait d'en installer 400 millions de plus d'icià 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.