Règlement de la crise libyenne: la Conférence de Berlin souligne le rôle important des pays voisins    Ligue 1 (mise à jour) : la JSK domine le MCO (1-0) et remonte sur le podium    Pomme de terre: les chambres froides mises gratuitement à la disposition des agriculteurs    Le Hirak peut-il déjouer le complot contre l'Algérie?    Augmenter les exportations hors hydrocarbures, l'un des défis majeurs du quinquennat    CAN à Laâyoune occupée: l'ANPDSF dénonce "l'instrumentalisation politique du sport"    Enseignement supérieur: plan d'action relatif à la promotion de l'éthique et de déontologie    Hand/CAN-2020-Tour Principal (Gr. MII): Algérie-Cap-Vert (25-23)    MOSTAGANEM : 1ère fête des agrumes les 22 et 23 janvier    PARTI JIL JADID : Soufiane Djilali fustige ‘'des parties fachosphères''    Abdelkader Ouali dans le viseur de la justice    3 oligarques transférés d'El-Harrach vers Koléa    MONTAGE AUTOMOBILE :Le président Tebboune s'engage à mettre de l'ordre    ASPHYXIE PAR MONOXYDE DE CARBONE : Le tueur silencieux fait encore deux morts    EXAMENS DE PROMOTION AUX GRADES D'ENSEIGNANT : Les résultats annoncés    TRANSFERT DE MALADES VERS D'AUTRES HOPITAUX : Le ministère de la santé annonce de nouvelles instructions    Barça : le retour d'Ousmane Dembélé se précise    Les pluies continueront d'affecter l'Ouest du pays jusqu'à mardi matin    AS Monaco : Slimani dans le viseur de Mourinho    La wilaya d'Alger tarde    L'administration des impôts entame la réflexion    Tebboune : "Il est impératif d'y mettre un terme"    Le premier qui l'ouvre, on le démonte !    WAC-USMA : le Gabonais Otogo-Castane au sifflet    Chay : "Tous les joueurs sont concentrés sur le match du MCO"    La dégradation de la situation au Mali inquiète l'ONU    Le vrai combat, selon Hassan Nasrallah    Erdogan en visite à Alger    Les mises en garde de Téhéran contre l'AIEA et les Européens    Les RN 9 et 12 fermées hier à la circulation    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ou l'échec des idéologies qui confortent les systèmes de pensée anciens    On en sait plus sur Venise grâce à la découverte d'un dessin du XIVe siècle    «Sbitar» des mabouls    Un Sud-Africain en quête de record    Près de 2 000 signatures récoltées en moins de 24 heures    Liberté provisoire pour 20 manifestants    Baisse de la demande, chute du pouvoir d'achat et désorganisation des circuits de distribution : L'activité commerciale en récession    Le Président Tebboune s'entretient à Berlin avec son homologue français    Handball : L'Algérie termine en tête du groupe D    Bouira: Incendie dans un local commercial    Hadj 2020-2021: Les délais d'inscription prolongés au 1er février    USM Bel-Abbès: Les joueurs sont entrés en stage bloqué    12 morts et 59 blessés dans un accident de bus: Nouvelle hécatombe à El Oued    LES DIVORCES ET LE LABEL SOCIAL    Le pays prêt à transférer son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem    Alarmant !    "La belle au bois dormant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage
Publié dans Le Midi Libre le 08 - 12 - 2019

En Chine, à partir du dimanche 1er décembre, quiconque veut acheter un téléphone doit accepter de se faire scanner le visage. Objectif pour Pékin : une meilleure surveillance
En Chine, à partir du dimanche 1er décembre, quiconque veut acheter un téléphone doit accepter de se faire scanner le visage. Objectif pour Pékin : une meilleure surveillance
d'Internet, auquel ces téléphones sont reliés. "Protégerles droits légitimes et les intérêts des citoyens dans le cyberespace", c'est de cette manière que Pékin présente ce scan du visage lors de l'achat d'un téléphone. "Contrôle, et ensuite plus de contrôle", écrivait sur le réseau social Weibo un internaute lorsque la nouvelle règle a été annoncée le mois dernier. En fait, Pékin, qui surveille et censure internet depuis des années, tente d'avoir accès aux vrais noms des internautes.
Comme ils se connectent le plus souvent depuis leur téléphone, leur visage sera donc scanné à l'achat pour voir s'ils correspondent bien aux pièces d'identité présentées. La Chine, qui est à la pointe de ce type de technologies, utilise depuis des années la reconnaissance faciale, de plus en plus adoptée par les consommateurs, pour payer dans les supermarchés par exemple. Mais Pékin s'en sert aussi pour surveiller sa population, particulièrement dans la région du Xinjiang. Là-bas, les membres de l'ethnie ouïghoure qui n'ont pas été enfermés dans des camps sont sous surveillance constante de caméras utilisant ces logiciels de reconnaissance faciale. En 2017, la Chine comptait 170 millions de caméras de surveillance, et prévoyait d'en installer 400 millions de plus d'icià 2020.
d'Internet, auquel ces téléphones sont reliés. "Protégerles droits légitimes et les intérêts des citoyens dans le cyberespace", c'est de cette manière que Pékin présente ce scan du visage lors de l'achat d'un téléphone. "Contrôle, et ensuite plus de contrôle", écrivait sur le réseau social Weibo un internaute lorsque la nouvelle règle a été annoncée le mois dernier. En fait, Pékin, qui surveille et censure internet depuis des années, tente d'avoir accès aux vrais noms des internautes.
Comme ils se connectent le plus souvent depuis leur téléphone, leur visage sera donc scanné à l'achat pour voir s'ils correspondent bien aux pièces d'identité présentées. La Chine, qui est à la pointe de ce type de technologies, utilise depuis des années la reconnaissance faciale, de plus en plus adoptée par les consommateurs, pour payer dans les supermarchés par exemple. Mais Pékin s'en sert aussi pour surveiller sa population, particulièrement dans la région du Xinjiang. Là-bas, les membres de l'ethnie ouïghoure qui n'ont pas été enfermés dans des camps sont sous surveillance constante de caméras utilisant ces logiciels de reconnaissance faciale. En 2017, la Chine comptait 170 millions de caméras de surveillance, et prévoyait d'en installer 400 millions de plus d'icià 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.