LOURDE CHARGE    Lentement ou sans précipitation ?    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    O. Médéa: L'Olympique force le respect    USM Bel-Abbès: L'équipe montre le chemin à la direction    Secousse tellurique de 3,5 degrés à Oran: Peur panique et quelques dégâts matériels    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Grands corps «malades»    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    Réveil de la classe politique    Mellal lâché par ses proches collaborateurs    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Arrestation de la directrice d'une résidence universitaire    En attente du feu vert des autorités pour la reprise    Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Système ou pratiques ?    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Le Care pointe l'absence de données économiques    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ankara veut créer une zone de libre-échange avec l'Algérie
Sur de nouvelles bases
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 01 - 2020

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a appelé à Alger, à la création, "dans les plus brefs délais", d'une zone de libre-échange entre l'Algérie et la Turquie, faisant état de plusieurs mesures devant être prises "rapidement" en ce sens.
Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a appelé à Alger, à la création, "dans les plus brefs délais", d'une zone de libre-échange entre l'Algérie et la Turquie, faisant état de plusieurs mesures devant être prises "rapidement" en ce sens.
Intervenant à la clôture du Forum d'affaires algéro-turc, en présence du Premier ministre Abdelaziz Djerad, M. Erdogan a précisé avoir abordé avec le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, la question de la création d'une zone de libre-échange entre les deux pays, estimant "nécessaire d'entamer, sans retarder, des négociations à ce sujet".
Regrettant, à ce propos, l'absenced'une zone de libre-échange entre les deux pays, en dépit des relations historiques les unissant, le Président turc a fait savoir, que des entretiens entre les ministres des deux pays ont eu lieu dans ce sens, et que des mesures seront prises rapidement à cet effet. Une zone de libre-échange entre l'Algérie et la Turquie, "est à même de lever les entraves auxquelles se heurtent les investisseurs des deux pays, pour la réalisation de projets communs, soit en Algérie ou en Turquie, a-t-il estimé.
Le Forum d'affaires pose les fondements d'une nouvelle ère
Le Forum d'affaires algéro-turc a été l'occasion pour les deux pays, d'affirmer leur détermination à donner un élan fort aux relations entre l'Algérie et la Turquie, et de poser les fondements d'une nouvelle ère dans le domaine de la coopération économique et commerciale. Intervenant à la clôture des travaux du Forum d'affaires algéro-turc, en présence du Premier ministre Abdelaziz Djerad, le président Recep Tayyip Erdogan a estimé, que ce Forum "pose les fondements d'une nouvelle ère dans les relations économiques entre les deux pays", affirmant accorder, depuis son élection à la tête de la Turquie, un intérêt particulier aux relations algéro-turques.
Le Président turc a exprimé, à cette occasion, sa "fierté quant à l'accroissement du volume des investissements turcs en Algérie", mettant en avant la détermination de son pays à "poursuive ses efforts en vue de réaliser davantage de réussites bilatérales". Evoquant les échanges commerciaux qui s'élèvent à près de 4 milliards de dollars, le Président turc a indiqué que ce chiffre, "même s'il est acceptable, demeure insuffisant", précisant "avoir convenu avec le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, de porter très bientôt les échanges commerciaux entre les deux pays, à cinq (5) milliards de dollars". A ce titre, M. Erdogan a appelé à la création, "dans les plus brefs délais", d'une zone de libre- échange entre l'Algérie et la Turquie, faisant état de plusieurs mesures devant être prises "rapidement" dans ce sens.
Il a aussi précisé avoir abordé avec le président Tebboune, la question de la création d'une zone de libre-échange entre les deux pays, estimant "nécessaire d'entamer, sans retarder, des négociations à ce sujet". Dans ce sillage, le Président turc a affirmé que son pays aspirait à la réalisation d'impor ants investissements avec l'Algérie, relevant que les deux pays avaient décidé de tenir une réunion du comité mixte de coopération économique, qui ne s'est pas réuni depuis 2002. "La facilitation de la mobilité des personnes entre les deux pays et l'augmentation du nombre de visas accordés permettront aussi de hisser le niveau de coopération bilatérale", a-t-il assuré. "Contrairement aux autres pays, nous ne considérons pas l'Algérie comme un marché pour écouler nos produits, mais nous aspirons aussi à la réalisation d'importants investissements", a-t-il encore dit. Soulignant que les investissements des sociétés turques en Algérie dépassaient 3,5 milliards de dollars et ont permis la création de 30.000 postes d'emploi, M.
Erdogan a fait état de 377 projets d'investissements turcs établis en Algérie. Et d'ajouter, "l'Algérie occupe la troisième place en terme de présence desentreprises turques de par le monde". L'Algérie est le plus important accès sur le Maghreb arabe et l'Afrique, et laTurquie compte sur elle pour la réussite du prochain sommet Turquie- Afrique, a déclaré le président Erdogan à la clôture du Forum d'affaires algéro-turc, en présence du Premier ministre, Abdelaziz Djerad. Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a affirmé dans son allocution que le gouvernement algérien veillera à encourager la coopération bilatérale,et à faire de l'investissement et des investisseurs une base solide dans sa coopération avec la Turquie, pays frère. Dans ce contexte,
M. Djerad a salué "la disposition du président Erdogan et des entreprises turques, à investir en Algérie et contribuer au développement économique global auquel nous aspirons tous", mettant en avant "la détermination du gouvernement algérien à encourager la coopération en érigeant les partenariats et les investissements en base solide dans les relations algéro-turques". Il a appelé, à ce titre, les hommes d'affaires présents en force au Forum, à investir dans les secteurs prioritaires en Algérie, se disant convaincu que ces secteurs "intéresseront les hommes d'affaires turcs, et l'industrie turque en général". Enumérant ces secteurs, M. Djerad a cité les industries légères, les nouvelles technologies, les Start-up, l'agriculture, l'hydraulique et le tourisme, qualifiant ces secteurs de "prometteurs où la coopération algéroturque apportera une contribution avérée".
M. Djerad a fait état de l'ouverture "d'un grand atelier" algéroturque, qui sera consacré à la mise en place d'"un nouvel encadrement" des relations commerciales bilatérales, dans le cadre d'un mécanisme à même de revoir à la hausse le volume d'échange au mieux des intérêts desdeux pays. Le Premier ministre a par ailleurs affirmé, que les entretiens entre les deux présidents de la République étaient à même de "donner un élan aux relations bilatérales, en général, et de motiver les hommes d'affairesdes deux pays, en particulier, à concrétiser ces relations sur le terrain à travers la création de projets permettant de contribuer à la promotion permanente de la coopération entre les deux pays et l urs peuples
Intervenant à la clôture du Forum d'affaires algéro-turc, en présence du Premier ministre Abdelaziz Djerad, M. Erdogan a précisé avoir abordé avec le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, la question de la création d'une zone de libre-échange entre les deux pays, estimant "nécessaire d'entamer, sans retarder, des négociations à ce sujet".
Regrettant, à ce propos, l'absenced'une zone de libre-échange entre les deux pays, en dépit des relations historiques les unissant, le Président turc a fait savoir, que des entretiens entre les ministres des deux pays ont eu lieu dans ce sens, et que des mesures seront prises rapidement à cet effet. Une zone de libre-échange entre l'Algérie et la Turquie, "est à même de lever les entraves auxquelles se heurtent les investisseurs des deux pays, pour la réalisation de projets communs, soit en Algérie ou en Turquie, a-t-il estimé.
Le Forum d'affaires pose les fondements d'une nouvelle ère
Le Forum d'affaires algéro-turc a été l'occasion pour les deux pays, d'affirmer leur détermination à donner un élan fort aux relations entre l'Algérie et la Turquie, et de poser les fondements d'une nouvelle ère dans le domaine de la coopération économique et commerciale. Intervenant à la clôture des travaux du Forum d'affaires algéro-turc, en présence du Premier ministre Abdelaziz Djerad, le président Recep Tayyip Erdogan a estimé, que ce Forum "pose les fondements d'une nouvelle ère dans les relations économiques entre les deux pays", affirmant accorder, depuis son élection à la tête de la Turquie, un intérêt particulier aux relations algéro-turques.
Le Président turc a exprimé, à cette occasion, sa "fierté quant à l'accroissement du volume des investissements turcs en Algérie", mettant en avant la détermination de son pays à "poursuive ses efforts en vue de réaliser davantage de réussites bilatérales". Evoquant les échanges commerciaux qui s'élèvent à près de 4 milliards de dollars, le Président turc a indiqué que ce chiffre, "même s'il est acceptable, demeure insuffisant", précisant "avoir convenu avec le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, de porter très bientôt les échanges commerciaux entre les deux pays, à cinq (5) milliards de dollars". A ce titre, M. Erdogan a appelé à la création, "dans les plus brefs délais", d'une zone de libre- échange entre l'Algérie et la Turquie, faisant état de plusieurs mesures devant être prises "rapidement" dans ce sens.
Il a aussi précisé avoir abordé avec le président Tebboune, la question de la création d'une zone de libre-échange entre les deux pays, estimant "nécessaire d'entamer, sans retarder, des négociations à ce sujet". Dans ce sillage, le Président turc a affirmé que son pays aspirait à la réalisation d'impor ants investissements avec l'Algérie, relevant que les deux pays avaient décidé de tenir une réunion du comité mixte de coopération économique, qui ne s'est pas réuni depuis 2002. "La facilitation de la mobilité des personnes entre les deux pays et l'augmentation du nombre de visas accordés permettront aussi de hisser le niveau de coopération bilatérale", a-t-il assuré. "Contrairement aux autres pays, nous ne considérons pas l'Algérie comme un marché pour écouler nos produits, mais nous aspirons aussi à la réalisation d'importants investissements", a-t-il encore dit. Soulignant que les investissements des sociétés turques en Algérie dépassaient 3,5 milliards de dollars et ont permis la création de 30.000 postes d'emploi, M.
Erdogan a fait état de 377 projets d'investissements turcs établis en Algérie. Et d'ajouter, "l'Algérie occupe la troisième place en terme de présence desentreprises turques de par le monde". L'Algérie est le plus important accès sur le Maghreb arabe et l'Afrique, et laTurquie compte sur elle pour la réussite du prochain sommet Turquie- Afrique, a déclaré le président Erdogan à la clôture du Forum d'affaires algéro-turc, en présence du Premier ministre, Abdelaziz Djerad. Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a affirmé dans son allocution que le gouvernement algérien veillera à encourager la coopération bilatérale,et à faire de l'investissement et des investisseurs une base solide dans sa coopération avec la Turquie, pays frère. Dans ce contexte,
M. Djerad a salué "la disposition du président Erdogan et des entreprises turques, à investir en Algérie et contribuer au développement économique global auquel nous aspirons tous", mettant en avant "la détermination du gouvernement algérien à encourager la coopération en érigeant les partenariats et les investissements en base solide dans les relations algéro-turques". Il a appelé, à ce titre, les hommes d'affaires présents en force au Forum, à investir dans les secteurs prioritaires en Algérie, se disant convaincu que ces secteurs "intéresseront les hommes d'affaires turcs, et l'industrie turque en général". Enumérant ces secteurs, M. Djerad a cité les industries légères, les nouvelles technologies, les Start-up, l'agriculture, l'hydraulique et le tourisme, qualifiant ces secteurs de "prometteurs où la coopération algéroturque apportera une contribution avérée".
M. Djerad a fait état de l'ouverture "d'un grand atelier" algéroturque, qui sera consacré à la mise en place d'"un nouvel encadrement" des relations commerciales bilatérales, dans le cadre d'un mécanisme à même de revoir à la hausse le volume d'échange au mieux des intérêts desdeux pays. Le Premier ministre a par ailleurs affirmé, que les entretiens entre les deux présidents de la République étaient à même de "donner un élan aux relations bilatérales, en général, et de motiver les hommes d'affairesdes deux pays, en particulier, à concrétiser ces relations sur le terrain à travers la création de projets permettant de contribuer à la promotion permanente de la coopération entre les deux pays et l urs peuples


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.