Les opérateurs désirant produire ou importer le gel hydro-alcoolique invités à retirer une pré-autorisation    Registre de commerce: 11.427 nouveaux inscrits en mars    Barça : Bartomeu obtient la démission de six membres de la direction    Barça : Messi réagit à la rumeur qui l'envoie à l'Inter Milan    Ouargla/Covid-19 : initiative d'un groupe de jeunes au profit de la polyclinique de Sidi-Khouiled    Coronavirus à Chlef : un médecin volontaire pour soigner les paysans dans les zones reculées    Tlemcen : Belkhir Nesrine, une infirmière face au coronavirus    Coronavirus: l'agenda culturel chamboulé en Algérie    OPEP + : Accord pour une réduction de 10 millions de barils/jour dont 200 000 barils pour l'Algérie    Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Suspension de la rotation des Casques bleus    L'Adra lance une cagnotte    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    Les marchés pétroliers entre doute et optimisme    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    La FIFA contre les championnats à blanc    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    En difficulté de remboursement de leur endettement bancaire et de renouvellement de leurs lignes de crédit d'exploitation: Dispositif particulier d'aide aux petites et moyennes entreprises publiques et privées    Education: Des syndicats et des parents d'élèves demandent le report du bac et du BEM    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    L'Armée détaille son plan de bataille    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"C'est le peuple qui a sauvé le pays"
Abdenmadjid Tebboune a russia today ;
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 02 - 2020

Abdelmadjid Tebboune a qualifié le mouvement populaire, qui a fêté hier, de "Hirak béni par excellence" qui a sauvé le pays et ses institutions
Abdelmadjid Tebboune a qualifié le mouvement populaire, qui a fêté hier, de "Hirak béni par excellence" qui a sauvé le pays et ses institutions
Dans une entrevue à la chaîne russe RT Arabic, diffusé avantr-hier vendredi, le chef de l'Etat a estimé que le Hirak "a coupé l'herbe sous le pied des parties qui voulaient faire de l'Algérie une seconde Syrie, une seconde Libye et un deuxième Irak, et ce pour des intentions malveillantes et viles". Pour Tebboune, "c'est le peuple qui a sauvé le pays. Le Hirak a évité l'effondrement programmé de l'Etat algérien". Selon Tebboune, il y a eu des dérives de la part de l'ancien Président avec son pouvoir exclusif et sa tentative de faire perdurer une situation politique qu'il qualifie de dramatique.
"C'est le Hirak qui y a mis un terme. Le peuple algérien a retrouvé sa fierté grâce au Hirak", a souligné le Président. "Avant le soulèvement populaire, j'étais en dehors du pouvoir et on avait les larmes aux yeux quand on voyait l'image de l'Algériesouillée à l'étranger. On ramenait un portrait et on se prosternait devant lui. Le Hirak a stoppé ce drame. Il a mis un terme au 5e mandat et mis en échec la tentative de prolongement du 4e mandat. Il a ramené l'Algérie sur son chemin démocratique et populaire", a poursuivi le Président. À travers son Hirak, les Algériens ont donné l'image d'un peuple pacifique, cultivé et politisé.
Loin de cette image d'un peuple aventurier comme tentait de le faire croire même certains (pays) frères", a-t-il ajouté. Tebboune a en outre salué le rôle joué par l'Armée nationale populaire qui, selon lui, accompagné le mouvement populaire sans qu'"aucune goutte de sang n'a été versée durant cette année". Tebboune a résumé les réalisations du Hirak : "Il a arrêté la mascarade du 5e mandat, a refusé de la prolongation du 4e mandat. Il a aussi fait tomber les responsables du régime du président déchu, et le jugement de tous ceux qui ont détruit l'économie nationale à des fins personnelles et qui aujourd'hui sont en prison".
Pour Abdelmadjid Tebboune, ce qui reste des revendications populaires concerne "le changement de mode de gouvernance de ce cher pays en donnant plus d'espace aux libertés et la préservation des libertés publiques et privées, l'équilibre entre les institutions qui évite le pouvoir exclusif". Tebboune ne trouve aucun inconvénient dans la poursuite des marches populaires des Algériens. "C'est leur droit et la démocratie le dicte. Ça ne pose aucun problème. Nous craignons juste les dérives et les infiltrations. Mais je pense que le peuple est conscient et lorsqu'il soupçonne une tentative d'infiltration il s'en démarque", a-t-il soutenu. Tebboune inscrit les marches populaires et la poursuite de la mobilisation citoyenne dans le registre de la démocratie et de la liberté d'expression.
Dans une entrevue à la chaîne russe RT Arabic, diffusé avantr-hier vendredi, le chef de l'Etat a estimé que le Hirak "a coupé l'herbe sous le pied des parties qui voulaient faire de l'Algérie une seconde Syrie, une seconde Libye et un deuxième Irak, et ce pour des intentions malveillantes et viles". Pour Tebboune, "c'est le peuple qui a sauvé le pays. Le Hirak a évité l'effondrement programmé de l'Etat algérien". Selon Tebboune, il y a eu des dérives de la part de l'ancien Président avec son pouvoir exclusif et sa tentative de faire perdurer une situation politique qu'il qualifie de dramatique.
"C'est le Hirak qui y a mis un terme. Le peuple algérien a retrouvé sa fierté grâce au Hirak", a souligné le Président. "Avant le soulèvement populaire, j'étais en dehors du pouvoir et on avait les larmes aux yeux quand on voyait l'image de l'Algériesouillée à l'étranger. On ramenait un portrait et on se prosternait devant lui. Le Hirak a stoppé ce drame. Il a mis un terme au 5e mandat et mis en échec la tentative de prolongement du 4e mandat. Il a ramené l'Algérie sur son chemin démocratique et populaire", a poursuivi le Président. À travers son Hirak, les Algériens ont donné l'image d'un peuple pacifique, cultivé et politisé.
Loin de cette image d'un peuple aventurier comme tentait de le faire croire même certains (pays) frères", a-t-il ajouté. Tebboune a en outre salué le rôle joué par l'Armée nationale populaire qui, selon lui, accompagné le mouvement populaire sans qu'"aucune goutte de sang n'a été versée durant cette année". Tebboune a résumé les réalisations du Hirak : "Il a arrêté la mascarade du 5e mandat, a refusé de la prolongation du 4e mandat. Il a aussi fait tomber les responsables du régime du président déchu, et le jugement de tous ceux qui ont détruit l'économie nationale à des fins personnelles et qui aujourd'hui sont en prison".
Pour Abdelmadjid Tebboune, ce qui reste des revendications populaires concerne "le changement de mode de gouvernance de ce cher pays en donnant plus d'espace aux libertés et la préservation des libertés publiques et privées, l'équilibre entre les institutions qui évite le pouvoir exclusif". Tebboune ne trouve aucun inconvénient dans la poursuite des marches populaires des Algériens. "C'est leur droit et la démocratie le dicte. Ça ne pose aucun problème. Nous craignons juste les dérives et les infiltrations. Mais je pense que le peuple est conscient et lorsqu'il soupçonne une tentative d'infiltration il s'en démarque", a-t-il soutenu. Tebboune inscrit les marches populaires et la poursuite de la mobilisation citoyenne dans le registre de la démocratie et de la liberté d'expression.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.