Nouvelle fonction pour le Général-major Kaidi    1.000 kits de dépistage rapide "prochainement" confectionnés    La Banque d'Algérie annonce une série de "mesures exceptionnelles"    L'Algérie cherche à acheter 500.000 lunettes de protection et 995.000 blouses médicales    20 nouveaux décès et 45 autres ca s confirmés    La Ligue 1 française trouve une formule pour la baisse des salaires    Liverpool : Klopp avait baissé les bras pour Coutinho    Situation des prisonniers sahraouis: le Polisario alerte Human Rights Watch    PSG : La condition de la femme d'Icardi    Le président du CNDH fait don d'un mois de son salaire    Le général Kaidi nommé à la tête du DEP    COMMUNICATION : Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    LA SPECULATION ET LA FRAUDE : Rezig annonce la radiation des commerçants coupables    MESURES PREVENTIVES CONTRE LECOVID-19 : Les visites dans les maisons de retraite interdites    45 nouveaux cas confirmés et 20 nouveaux décès en Algérie    Report des examens d'attestation de niveau    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    Lutte antiterroriste: découverte d'un pistolet mitrailleur et trois bombes artisanale à Boumerdes et Djelfa    Plus de 186.000 entreprises dotées d'un NIS au premier semestre 2019    Ouargla/Covid-19: divers programmes à distance au profit des enfants durant le confinement    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les avocats demandent l'annulation du verdict de la Cour d'Alger    Les écoles privées aux abonnés absents    Moscou et Riyad "proches" d'un accord    Des dizaines d'artistes prennent part à la campagne #WeAreItaly    Diffusion d'un riche programme pour petits et grands    Report du colloque national sur les balcons du Ghoufi    Onu : Guterres exhorte les Etats à protéger les femmes    Les réfugiés embauchés dans l'agriculture    Impact de la pandémie de coronavirus sur les Etats africains : Les sombres prévisions du Quai d'Orsay    Arabie Saoudite : Sanction financière pour le défenseur Benlamri    NAHD : Pas de ponctions sur salaires    JS Kabylie : Solidarité au profit des communes    Industrie et pandémie de Covid-19 : Les groupes économiques publics augmentent leurs capacités de production    Larbi Ounoughi installé à la tête de l'anep    Festival du film virtuel : Appel à candidature    Concours de Photographie : En connexion directe avec l'Espagne    Oran : Concours du meilleur conte pour enfants sur internet    Les horaires des administrations fixés de 8 h à 14 h dans neuf wilayas    Le président du RAJ condamné à un an de prison    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Blida: Le lourd tribut payé par le corps médical    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Président promet un large débat télévisé au Parlement
Révision de la constitution
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 02 - 2020

L'amendement de la Constitution vise à "édifier un Etat fort" et à "protéger la société contre les turbulences" qui agitent des pays frères et amis, a soutenu avant-hier le président Abdelmadjid Tebboune.
L'amendement de la Constitution vise à "édifier un Etat fort" et à "protéger la société contre les turbulences" qui agitent des pays frères et amis, a soutenu avant-hier le président Abdelmadjid Tebboune.
L'amendement de la Constitution vise à édifier un Etat fort dans lequel le citoyens, égaux devant la loi, exercen leurs droits en toute liberté dans le cadre de la loi", a affirmé le président Tebboune, dans une allocution à l'occasion de la célébration du 30e anniversaire de la création du Conseil constitutionnel, lue en son nom par son conseiller Boualem Boualem, selon le compte rendu de l'agence officielle.
"L'idée d'un amendement profond et global de la Constitution avait été exprimée avant et après l'Election présidentielle du 12 décembre 2019, en tant qu'étape fondamentale pour l'avènement de la nouvelle République que nous appelons de nos voeux, et dans laquelle cet amendement est une priorité", a souligné le président Tebboune. L'amendement constitutionnel vise également à "appuyer et accompagner le processus d'ouverture de la société algérienne sur la modernité, dans le respect de ses valeurs civilisationnelles, tout en oeuvrant à la préservation de sa stabilité afin de la protéger contre les turbulences qui agitent les pays frères et amis qui nous entourent et plusieurs autres encore, dans un monde en proie à de profonds bouleversements", a souligné M. Tebboune. L'Algérie s'apprête aujourd'hui, à amender sa Constitution suivant une méthodologie "bien étudiée à travers le lancement de consultations avec des personnalités nationales concomitamment à la mise en place du Comité d'experts chargé de formuler des propositions pour une révision constitutionnelle, avant le large débat qui s'ensuivra au Parlement et qui sera retransmis en direct, à travers différents médias afin que le citoyen y soit associé, au même titre que les acteurs politiques et l'ensemble de la société civile", a-t-il ajouté. Et d'ajouter :
"La méthode que nousavons adopté pour la concrétisation de cette vision est basée sur des fondements solides et constants, loin de toute déformation ou improvisation, afin de prémunir le pays contre ce dont il avait souffert, notamment les affres du terrorisme et l'instabilité, rejetés catégoriquement par le peuple". "C'est dans cette même optique, que l'Algérie a annoncé qu'elle ne ménagera aucun effort en faveur du rétablissement de la paix et de la stabilité, et du règlement des conflits aussi bien dans les pays du voisinage, tels le Mal et la Libye, que dans toute l'Afrique et dans le monde entier, a-t-il souligné, précisant qu' il s'agit là d'un principe ancré dans la politique extérieure de l'Etat algérien".
À cette occasion, M. Tebboune a réitéré son engagement à satisfaire les revendications du Hirak "béni", résultats de la nouvelle réalité de notre pays sur les plans politique et socio-économique. Il a précisé que le choix de réviser la Constitution "constitue une première étape, dans le cadre d'une vision globale, visant à renforcer le processus d'édification institutionnelle de l'Etat et à favoriser la libération graduelle de notre société et à maîtriser les standards de modernisation dans le cadre de nos valeurs civilisationnelles. Un choix qui exprime réellement le projet de construction d'une société moderne que nous avons entamé à pas résolus, le projet d'une société basée, avant tout, sur le renforcement de l'harmonie et de l'entente nationales à partir d'une
Constitution, dont les fondements font l'unanimité", a-t-il poursuivi. Ces fondements consistent essentiellement, en la protection des libertés et droits des citoyens, la moralisation de la vie publique et la lutte contre la corruption sous toutes ses formes, en sus du renforcement du principe de la séparation et l'équilibre des pouvoirs et la promotion du rôle du Parlement dans l'accompagnement de l'action du gouvernement, le renforcement de l'égalité entre citoyens face à la loi et la consécration des mécanismes d'organisation des élections, la réglementation du champ médiatique et l'amélioration de la gouvernance.
L'amendement de la Constitution vise à édifier un Etat fort dans lequel le citoyens, égaux devant la loi, exercen leurs droits en toute liberté dans le cadre de la loi", a affirmé le président Tebboune, dans une allocution à l'occasion de la célébration du 30e anniversaire de la création du Conseil constitutionnel, lue en son nom par son conseiller Boualem Boualem, selon le compte rendu de l'agence officielle.
"L'idée d'un amendement profond et global de la Constitution avait été exprimée avant et après l'Election présidentielle du 12 décembre 2019, en tant qu'étape fondamentale pour l'avènement de la nouvelle République que nous appelons de nos voeux, et dans laquelle cet amendement est une priorité", a souligné le président Tebboune. L'amendement constitutionnel vise également à "appuyer et accompagner le processus d'ouverture de la société algérienne sur la modernité, dans le respect de ses valeurs civilisationnelles, tout en oeuvrant à la préservation de sa stabilité afin de la protéger contre les turbulences qui agitent les pays frères et amis qui nous entourent et plusieurs autres encore, dans un monde en proie à de profonds bouleversements", a souligné M. Tebboune. L'Algérie s'apprête aujourd'hui, à amender sa Constitution suivant une méthodologie "bien étudiée à travers le lancement de consultations avec des personnalités nationales concomitamment à la mise en place du Comité d'experts chargé de formuler des propositions pour une révision constitutionnelle, avant le large débat qui s'ensuivra au Parlement et qui sera retransmis en direct, à travers différents médias afin que le citoyen y soit associé, au même titre que les acteurs politiques et l'ensemble de la société civile", a-t-il ajouté. Et d'ajouter :
"La méthode que nousavons adopté pour la concrétisation de cette vision est basée sur des fondements solides et constants, loin de toute déformation ou improvisation, afin de prémunir le pays contre ce dont il avait souffert, notamment les affres du terrorisme et l'instabilité, rejetés catégoriquement par le peuple". "C'est dans cette même optique, que l'Algérie a annoncé qu'elle ne ménagera aucun effort en faveur du rétablissement de la paix et de la stabilité, et du règlement des conflits aussi bien dans les pays du voisinage, tels le Mal et la Libye, que dans toute l'Afrique et dans le monde entier, a-t-il souligné, précisant qu' il s'agit là d'un principe ancré dans la politique extérieure de l'Etat algérien".
À cette occasion, M. Tebboune a réitéré son engagement à satisfaire les revendications du Hirak "béni", résultats de la nouvelle réalité de notre pays sur les plans politique et socio-économique. Il a précisé que le choix de réviser la Constitution "constitue une première étape, dans le cadre d'une vision globale, visant à renforcer le processus d'édification institutionnelle de l'Etat et à favoriser la libération graduelle de notre société et à maîtriser les standards de modernisation dans le cadre de nos valeurs civilisationnelles. Un choix qui exprime réellement le projet de construction d'une société moderne que nous avons entamé à pas résolus, le projet d'une société basée, avant tout, sur le renforcement de l'harmonie et de l'entente nationales à partir d'une
Constitution, dont les fondements font l'unanimité", a-t-il poursuivi. Ces fondements consistent essentiellement, en la protection des libertés et droits des citoyens, la moralisation de la vie publique et la lutte contre la corruption sous toutes ses formes, en sus du renforcement du principe de la séparation et l'équilibre des pouvoirs et la promotion du rôle du Parlement dans l'accompagnement de l'action du gouvernement, le renforcement de l'égalité entre citoyens face à la loi et la consécration des mécanismes d'organisation des élections, la réglementation du champ médiatique et l'amélioration de la gouvernance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.