PSG : Di Maria supporte mal le confinement    BLIDA : Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    COMMERCE EXTERIEUR : Une baisse globale des échanges en 2019    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    ETATS-UNIS : Trump renonce à placer New York en quarantaine    Bengrina annonce une aide financière de ses députés    Real : Zidane aurait pris une décision pour Aubameyang    OUARGLA : L'annexe régionale de l'institut Pasteur opérationnelle    Un petit village kabyle met en place une ‘'organisation de guerre''    Un mariage provoque 4 contaminations au Covid-19 à Bejaia    Covid19: 57 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Oran: 1er concours d'improvisation théâtrale sur Internet    Covid19-Foot: la FAF envisage des mesures de soutien et de relance    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    LFP-Coronavirus: "nous réfléchissons à toutes les hypothèses"    La doctrine de la « guerre révolutionnaire », genèse, mise en œuvre et postérité    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    Covid19-Médicaments à base d'hydroxychloroquine: près de 320.000 boites bientôt disponibles    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Report JP-2020: les athlètes algériens entre déception et soulagement    Coronavirus: les walis instruits de la mise en œuvre "urgente" d'un dispositif "particulier" d'assistance des citoyens    Le taux d'inflation moyen annuel a atteint 1,8% en février    Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    La guerre des prix ne profite à aucun producteur    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les supporters de l'ASMO attendent et espèrent    Pierre Audin solidaire avec Khaled Drareni    La presse écrite à rude épreuve    Lancement d'une plateforme numérique    Blida: Le décompte macabre continue    Prolifération des abattoirs clandestins: Saisie de près de 6 q de viande impropre à la consommation à Es-Senia    Les cygnes blancs de 2020    Une panne technique dans deux postes transformateurs à Hassi Ameur: Coupure prolongée du courant électrique à Oran et plusieurs wilayas de l'Ouest    Mascara: Nouvelles saisies de produits alimentaires    Le confinement fait polémique    L'ESPRIT ET LE CŒUR    La leçon d'humilité    30e nouveau membre de l'Otan    Les règles de conformité fixées    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Pandémie Covid-19: the year after!    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rezig pointe du doigt les accords commerciaux
Dépendance économique
Publié dans Le Midi Libre le 26 - 02 - 2020

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a affirmé à Alger, que les accords commerciaux conclus avec les principaux partenaires économiques, "ont maintenu, pendant des années, l'économie nationale dans un état de dépendance".
Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a affirmé à Alger, que les accords commerciaux conclus avec les principaux partenaires économiques, "ont maintenu, pendant des années, l'économie nationale dans un état de dépendance".
"La relation économique de l'Algérie avec ses principaux partenaires est régie par des accords commerciaux, nobles en apparence, mais qui ont maintenu, des années après leur mise en vigueur, l'économie nationale dans un état de dépendance et de consommation continue de tout ce qui est importé", a indiqué M. Rezig, à l'ouverture d'un colloque national sur l'évaluation des accords commerciaux conclus entre l'Algérie et ses partenaires économiques, en présence du ministre délégué chargé du Commerce extérieur, Aïssa Bekkai.
Partant de ce constat, le ministère du Commerce a ouvert aujourd'hui, le premier débat sur les différents accords en vigueur. Il s'agit de l'accord de partenariat avec l'Union européenne (UE), de l'accord de la Zone arabe de libre-échange (ZALE), de l'Accord préférentiel avec la Tunisie, et pour la première fois, l'évaluation de l'accord de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF), qui n'est pas encore entré en vigueur. Le Colloque national consacré à l'évaluation commune entre l'administration et les opérateurs économiques des accords commerciaux de l'Algérie avec les partenaires étrangers, premier du genre, s'inscrit dans la démarche de concertation avec les opérateurs économiques, en tant que "principal maillon", dans chaque action économique et que c'est eux qui reflètent la réalité économiques du pays, a-t-il souligné.
Cette rencontre "est une sorte d'engagement" des autorités publics, à aller vers un nouveau mode de gestion des affaires économiques du pays, a-t-il ajouté. M. Rezig s'est félicité, à cette occasion, de l'enregistrement de 150 demandes de participation à cette rencontre, de la part des opérateurs économiques. Les ateliers, organisés dans le cadre de cette rencontre, devront dégager des recommandations à soumettre au gouvernement pour examen et adoption dans le cadre d'une feuille de route visant à améliorer le climat des affaires en Algérie. D'autres rencontres sont prévues avec des experts et des responsables, pour évaluer les points forts et les points faibles des différents accords commerciaux, signés par l'Algérie. M. Rezig a affirmé que les "défis économiques auxquels l'Algérie fait face depuis un temps, impliquent l'adoption d'une nouvelle approche et des politiques de gestion différentes, reposant essentiellement sur les compétences nationales et les ressources locales, étant les mieux placés pour connaitre la réalité socio-économique nationale et fournir des solutions réalistes basées sur une évaluation globale".
Parmi les dossiers prioritaires pour le gouvernement, ceux relatifs aux engagements commerciaux internationaux signés par l'Algérie et étroitement liés à l'équilibre commercial et à la balance de paiement. Il a ajouté que la dépendance de l'économie nationale à la rente pétrolière, "est à l'origine de beaucoup de difficultés" entravant les démarches de libération de la double dépendance aux hydrocarbures. "Il est temps d'opérer un changement radical dans l'économie nationale, en s'orientant vers une économie productive, basée sur la transparence, les principes d'encouragement de la plus value et de l'investissement productif", a souligné M. Rezig.
"La relation économique de l'Algérie avec ses principaux partenaires est régie par des accords commerciaux, nobles en apparence, mais qui ont maintenu, des années après leur mise en vigueur, l'économie nationale dans un état de dépendance et de consommation continue de tout ce qui est importé", a indiqué M. Rezig, à l'ouverture d'un colloque national sur l'évaluation des accords commerciaux conclus entre l'Algérie et ses partenaires économiques, en présence du ministre délégué chargé du Commerce extérieur, Aïssa Bekkai.
Partant de ce constat, le ministère du Commerce a ouvert aujourd'hui, le premier débat sur les différents accords en vigueur. Il s'agit de l'accord de partenariat avec l'Union européenne (UE), de l'accord de la Zone arabe de libre-échange (ZALE), de l'Accord préférentiel avec la Tunisie, et pour la première fois, l'évaluation de l'accord de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF), qui n'est pas encore entré en vigueur. Le Colloque national consacré à l'évaluation commune entre l'administration et les opérateurs économiques des accords commerciaux de l'Algérie avec les partenaires étrangers, premier du genre, s'inscrit dans la démarche de concertation avec les opérateurs économiques, en tant que "principal maillon", dans chaque action économique et que c'est eux qui reflètent la réalité économiques du pays, a-t-il souligné.
Cette rencontre "est une sorte d'engagement" des autorités publics, à aller vers un nouveau mode de gestion des affaires économiques du pays, a-t-il ajouté. M. Rezig s'est félicité, à cette occasion, de l'enregistrement de 150 demandes de participation à cette rencontre, de la part des opérateurs économiques. Les ateliers, organisés dans le cadre de cette rencontre, devront dégager des recommandations à soumettre au gouvernement pour examen et adoption dans le cadre d'une feuille de route visant à améliorer le climat des affaires en Algérie. D'autres rencontres sont prévues avec des experts et des responsables, pour évaluer les points forts et les points faibles des différents accords commerciaux, signés par l'Algérie. M. Rezig a affirmé que les "défis économiques auxquels l'Algérie fait face depuis un temps, impliquent l'adoption d'une nouvelle approche et des politiques de gestion différentes, reposant essentiellement sur les compétences nationales et les ressources locales, étant les mieux placés pour connaitre la réalité socio-économique nationale et fournir des solutions réalistes basées sur une évaluation globale".
Parmi les dossiers prioritaires pour le gouvernement, ceux relatifs aux engagements commerciaux internationaux signés par l'Algérie et étroitement liés à l'équilibre commercial et à la balance de paiement. Il a ajouté que la dépendance de l'économie nationale à la rente pétrolière, "est à l'origine de beaucoup de difficultés" entravant les démarches de libération de la double dépendance aux hydrocarbures. "Il est temps d'opérer un changement radical dans l'économie nationale, en s'orientant vers une économie productive, basée sur la transparence, les principes d'encouragement de la plus value et de l'investissement productif", a souligné M. Rezig.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.