Le rôle prépondérant de l'ANP    10 ans de prison ferme requis contre Skander Ould Abbès    Un rempart pour la République    El Hadjar tourne en mode recyclage    Des équipements médicaux à exporter    Précarité de la condition féminine    Une tentative de coup d'Etat déjouée dans la nuit du 11 au 12 mai    Un statu quo des plus précaires    Les nombreux défis de la Première ministre    Chiellini fait ses adieux aux tifosi    L'Algérie dans la légende    «400 athlètes espagnols seront aux JM»    La sardine entre 250 et 400 dinars    L'économie du tourisme marque le pas    Les «ambitions» d'un ministre    L'Algérie ne reniera jamais ses amis    40 poètes participent    Ce qu'a dit le roi des numides    Mali/Accord de paix: la médiation internationale tient une nouvelle réunion    Le Président Tebboune regagne Alger après une visite d'Etat en Turquie    Lancement de la campagne nationale de prévention des incendies de récoltes    Le Groupe de Genève appelle l'ONU à examiner les violations marocaines des droits humains au Sahara occidental    Salon "El Djazaïr Healthcare" de Dakar: faire du Sénégal la porte de commercialisation du produit algérien    L'Algérie est engagée à soutenir toutes les causes justes, mue par les nobles valeurs de sa Glorieuse Révolution    10 ans de prison ferme requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    Industrie pharmaceutique: 3 médicaments sur 4 sont produits localement    L'Algérie restera "fidèle" à ceux qui l'avaient soutenue lors de la Révolution nationale    Le Gouvernement donne le feu vert à l'importation des chaînes de production rénovées    La fuite des sujets d'examen «quasi-impossible»    L'USMA s'offre le derby face au MCA    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Mohammed ben Zayed élu Président des Emirats arabes unis par le Conseil suprême    Le Directeur de la sécurité routière de Mauritanie visite des services opérationnels de la Sûreté nationale    Un héritage civilisationnel qui refuse de disparaître    Plaidoyer pour la création d'un festival local de musique Diwane    12e session du Groupe de vision stratégique "Russie-Monde islamique": Ghlamallah à Kazan    Le Brésil n'affrontera pas le Sénégal en match amical    Liverpool : Klopp donne des nouvelles de Salah et Van Dijk    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans le secteur de Mahbes    Le Président Tebboune poursuit sa visite d'Etat en Turquie pour le 3ème et dernier jour    En séjour illégal à Oran: Près de 200 Subsahariens rapatriés vers leur pays    La rançon d'une vie    Pour éviter le scénario de 2021: L'Algérie affrète six avions de lutte contre les incendies    Emigration clandestine: Onze harraga périssent noyés au large de Tipaza    Fonction publique: Les Syndicats autonomes veulent préserver l'unité de leur action    Ligue 1 - Mise à jour: Deux chocs pour y voir plus clair    D'autres chats à fouetter    Révision des subventions: La commission installée dans les prochains jours    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Consolider les mesures de prévention
Epidémie de covid-19
Publié dans Le Midi Libre le 15 - 04 - 2020

L'actuelle crise sanitaire est une pandémie de la maladie Covid-19, due à la propagation d'un nouveau virus de la famille des coronavirus, appelé SARS-CoV-2, apparu en décembre 2019 àWuhan, en Chine. Il est responsable d'une pneumonie mettant en jeu le pronostic vital. Par malheur, le virus se répand de façon planétaire et toute la population mondiale estconcernée.
L'actuelle crise sanitaire est une pandémie de la maladie Covid-19, due à la propagation d'un nouveau virus de la famille des coronavirus, appelé SARS-CoV-2, apparu en décembre 2019 àWuhan, en Chine. Il est responsable d'une pneumonie mettant en jeu le pronostic vital. Par malheur, le virus se répand de façon planétaire et toute la population mondiale estconcernée.
ContenuEn Algérie, l'épidémie est déjà au stade 3, avec une transmission active, et un pic déjà atteint. Elle risque d'être incontrôlable, vu les données épidémiologiques malgré les mesures préventives prises. Le profil épidémiologique semble prendre une allure particulière. Cette allure peut être liée à la structure de notre population. ans (40%), parmi les malades et les décès. Le 6 avril dernier, une fillette de 09 ans est décédée par la maladie. Nous enregistrons, aussi, des pertes de nos compétences voire des professeurs d'université (santé et autres), des médecins, des professionnels de la santé et autres. Le nombre de nouveaux cas énonce une stabilité depuis le premier mars.
Il s'agit soit des résultats du confinement partiel (total pour Blida), appliqué la dernière semaine du mois écoulé, soit c'est un signe de sous déclaration pour défaut de confirmation des cas par manque de kits de prélèvements. Mais, ne s'agirait-il pas d'un silence épidémiologique qui peut être à l'origine d'une catastrophe sanitaire et qu'il faut éviter ? En plus de cette situation, nous relevons un important problème sociétal : la réticence d'une catégorie de la population visà- vis des mesures de lutte contre l'épidémie. Nous constatons que nombreux sont ceux qui continuent à fréquenter des marchés. Aussi, nombreux sont ceux qui se permettent même des visites à leurs proches malades, et ne se conforment pas aux mesures d'hygiène et de confinement. Ajouter à cela, les porteurs asymptomatiques qui sont un maillon très important dans la chaîne de transmission du virus. Ils constituent un danger invisible et si cela n'est pas maîtrisé, l'épidémie risque de s'accentuer, et/ou persister plus longtemps. Vu cette situation, une prévention stratégique doit être envisagée, basée sur la rupturede la chaîne de transmission et la préservation de nos forces qui constituent les véritables barrières de lutte contre le coronavirus : le personnel de santé, les forces de sécurité (sûreté nationale, gendarmes, la protection civile, etc...) 1.
La rupture de la chaîne de transmission : Le confinement est à maintenir. Un confinement total de deux semaines pourraitdiminuer la contamination. Il est à savoir que l'indicateur qui permet d'apprécier l'évolution d'une épidémie est le taux de production de base ou le Ro "Ratio de reproduction de base". Tous les efforts consentis doivent maintenir ce taux inférieur à 1 (valeur infra-épidémique), cela signifie une diminution de la fréquence de contamination dans la population. Statistiquement, il veut dire qu'une personne porteuse du virus ne peut contaminer, au maximum, qu'une seule personne. Le Ro est le rapport entre le nombre des infectés par rapport aux personnes exposées non contaminées par le virus. Le Ro donc, dépend du nombre des infectés. Plus ce dernier est important plus le Ro augmente, ce qui explique l'intérêt du confinement qui permet de diminuer la fréquence de contact par personne et par conséquent la diminution du nombre des contaminés.
Le port de masque généralisé à toute la population est éminent : "Porter un masque pour protéger et se protéger"
L'épidémie est à son troisième stade dont la transmission est active. La contamination est interhumaine par les gouttelettes. Des publications scientifiques récentes évoquent la notion de dispersion du virus à quatre mètres autour du porteur. Les surfaces sont contaminées aussi et le virus y survit plusieurs heures voire plusieurs jours en fonction de la durée de l'infectiosité du virus qui est conditionnée par plusieurs paramètres (le type de support : plastique- acier, la température, le lieu et la densité de sa fréquentation dont la charge virale, etc...) Le masque constitue une véritable barrière à double action. Tout individu porteur duvirus (malade ou porteur sain) protégera environnement contre la contamination. Il protège la personne saine contre les gouttelettes émises et les surfaces seront moins contaminées. Chez une personne saine, il constituera une barrière de réception. Il est impératif d'obliger le port de masque pour toute personne qui quitte son domicile pour travailler ou autre. –Les mesures d'hygiène sont à respecter. Les mains, souillées par les surfaces, constituent le principal vecteur de contamination chez une personne en touchant le visage (bouche, nez et les yeux). Le lavage des mains ou la friction fréquente par la solution hydroalcoolique doivent être de règle.
La sensibilisation de la population est à intensifier. – La recherche des porteurs de virus, connus sous la nomination de porteurs sains, est une pratique des épidémies. Il est de coutume qu'en matière de maladies contagieuses causant des épidémies, le diagnostic de la maladie avec l'identification des porteurs du germe, l'isolement et le traitement suffisent pourcasser la chaîne de transmission. Ainsi un dépistage massif, ne serait-ce que parmi les sujets contacts, pourrait participer à la gestion de l'épidémie (diminuer le nombre de confinés à l'hôpital, prévoir le nombre de malades et de complications). La courbe épidémique saurait fléchir. 2. La préservation des forces barrières contre le coronavirus Covid-19 Il n'est pas à négliger de prévenir la transmission du coronavirus covid-19 chez les populations sensibles, à savoir les professionnels de la santé, la police, la protection civile, la gendarmerie etc, qui constituent les vraies barrières de lutte contre le coronavirus.
Aussi un dépistage au sein de ces populations apporterait son bénéfice. Il est temps d'entreprendre ce type d'actions au sein de cette catégorie de population. Il es nécessaire de revoir les définitions des cas pour renforcer les actions de prévention. Pour le cas suspect, il ne s'agit plus des gens avec la notion de séjour dans une zone endémique mais plutôt c'est toute personne ayant eu un contact avec un cas contaminé ou présentant un signe pouvant évoquer le Covid-19, ou tout professionnel de la santé exerçant dans un centre de prise en charge du Covid-19. Il faut tenir compte de la notion de porteurs de virus (porteurs sains) qui sont les plus dangereux dans l'évolution d'une épidémie et qu'il faut identifier en urgence et, dans ce cas, le dépistage massif s'impose.L'aboutissement thérapeutique n'est pas encore connu. Le protocole basé sur l'hydroxycholoroquine, associé à l'azithromycine, et approuvé par nos experts et notre tutelle autorisant son utilisation, semble donner ses preuves dans la prévention de la détresse respiratoire chez les malades hospitalisés ou ayant présenté des symptômes de Covid-19. Beaucoup de cas ont répondu au traitement et ont rejoint leurs domiciles.
Les mesures de prévention contre le coronavirus Covid-19 sont multiples, car le virus commence à être connu par la communauté scientifique.Leur consolidation permettrait de lutter contre l'épidémie. K. T*Professeur en épidémiologie et médecine préventive au service d'épidémiologie et de médecine préventive (SEMEP) de l'EHU Oran. Faculté de médecine – Université Oran 1. Important : Les tribunes publiées sur Midi Libre ont pour but de permettre aux lecteurs de participer au débat. Elles ne reflètent pas la position de la rédaction de notre média.
ContenuEn Algérie, l'épidémie est déjà au stade 3, avec une transmission active, et un pic déjà atteint. Elle risque d'être incontrôlable, vu les données épidémiologiques malgré les mesures préventives prises. Le profil épidémiologique semble prendre une allure particulière. Cette allure peut être liée à la structure de notre population. ans (40%), parmi les malades et les décès. Le 6 avril dernier, une fillette de 09 ans est décédée par la maladie. Nous enregistrons, aussi, des pertes de nos compétences voire des professeurs d'université (santé et autres), des médecins, des professionnels de la santé et autres. Le nombre de nouveaux cas énonce une stabilité depuis le premier mars.
Il s'agit soit des résultats du confinement partiel (total pour Blida), appliqué la dernière semaine du mois écoulé, soit c'est un signe de sous déclaration pour défaut de confirmation des cas par manque de kits de prélèvements. Mais, ne s'agirait-il pas d'un silence épidémiologique qui peut être à l'origine d'une catastrophe sanitaire et qu'il faut éviter ? En plus de cette situation, nous relevons un important problème sociétal : la réticence d'une catégorie de la population visà- vis des mesures de lutte contre l'épidémie. Nous constatons que nombreux sont ceux qui continuent à fréquenter des marchés. Aussi, nombreux sont ceux qui se permettent même des visites à leurs proches malades, et ne se conforment pas aux mesures d'hygiène et de confinement. Ajouter à cela, les porteurs asymptomatiques qui sont un maillon très important dans la chaîne de transmission du virus. Ils constituent un danger invisible et si cela n'est pas maîtrisé, l'épidémie risque de s'accentuer, et/ou persister plus longtemps. Vu cette situation, une prévention stratégique doit être envisagée, basée sur la rupturede la chaîne de transmission et la préservation de nos forces qui constituent les véritables barrières de lutte contre le coronavirus : le personnel de santé, les forces de sécurité (sûreté nationale, gendarmes, la protection civile, etc...) 1.
La rupture de la chaîne de transmission : Le confinement est à maintenir. Un confinement total de deux semaines pourraitdiminuer la contamination. Il est à savoir que l'indicateur qui permet d'apprécier l'évolution d'une épidémie est le taux de production de base ou le Ro "Ratio de reproduction de base". Tous les efforts consentis doivent maintenir ce taux inférieur à 1 (valeur infra-épidémique), cela signifie une diminution de la fréquence de contamination dans la population. Statistiquement, il veut dire qu'une personne porteuse du virus ne peut contaminer, au maximum, qu'une seule personne. Le Ro est le rapport entre le nombre des infectés par rapport aux personnes exposées non contaminées par le virus. Le Ro donc, dépend du nombre des infectés. Plus ce dernier est important plus le Ro augmente, ce qui explique l'intérêt du confinement qui permet de diminuer la fréquence de contact par personne et par conséquent la diminution du nombre des contaminés.
Le port de masque généralisé à toute la population est éminent : "Porter un masque pour protéger et se protéger"
L'épidémie est à son troisième stade dont la transmission est active. La contamination est interhumaine par les gouttelettes. Des publications scientifiques récentes évoquent la notion de dispersion du virus à quatre mètres autour du porteur. Les surfaces sont contaminées aussi et le virus y survit plusieurs heures voire plusieurs jours en fonction de la durée de l'infectiosité du virus qui est conditionnée par plusieurs paramètres (le type de support : plastique- acier, la température, le lieu et la densité de sa fréquentation dont la charge virale, etc...) Le masque constitue une véritable barrière à double action. Tout individu porteur duvirus (malade ou porteur sain) protégera environnement contre la contamination. Il protège la personne saine contre les gouttelettes émises et les surfaces seront moins contaminées. Chez une personne saine, il constituera une barrière de réception. Il est impératif d'obliger le port de masque pour toute personne qui quitte son domicile pour travailler ou autre. –Les mesures d'hygiène sont à respecter. Les mains, souillées par les surfaces, constituent le principal vecteur de contamination chez une personne en touchant le visage (bouche, nez et les yeux). Le lavage des mains ou la friction fréquente par la solution hydroalcoolique doivent être de règle.
La sensibilisation de la population est à intensifier. – La recherche des porteurs de virus, connus sous la nomination de porteurs sains, est une pratique des épidémies. Il est de coutume qu'en matière de maladies contagieuses causant des épidémies, le diagnostic de la maladie avec l'identification des porteurs du germe, l'isolement et le traitement suffisent pourcasser la chaîne de transmission. Ainsi un dépistage massif, ne serait-ce que parmi les sujets contacts, pourrait participer à la gestion de l'épidémie (diminuer le nombre de confinés à l'hôpital, prévoir le nombre de malades et de complications). La courbe épidémique saurait fléchir. 2. La préservation des forces barrières contre le coronavirus Covid-19 Il n'est pas à négliger de prévenir la transmission du coronavirus covid-19 chez les populations sensibles, à savoir les professionnels de la santé, la police, la protection civile, la gendarmerie etc, qui constituent les vraies barrières de lutte contre le coronavirus.
Aussi un dépistage au sein de ces populations apporterait son bénéfice. Il est temps d'entreprendre ce type d'actions au sein de cette catégorie de population. Il es nécessaire de revoir les définitions des cas pour renforcer les actions de prévention. Pour le cas suspect, il ne s'agit plus des gens avec la notion de séjour dans une zone endémique mais plutôt c'est toute personne ayant eu un contact avec un cas contaminé ou présentant un signe pouvant évoquer le Covid-19, ou tout professionnel de la santé exerçant dans un centre de prise en charge du Covid-19. Il faut tenir compte de la notion de porteurs de virus (porteurs sains) qui sont les plus dangereux dans l'évolution d'une épidémie et qu'il faut identifier en urgence et, dans ce cas, le dépistage massif s'impose.L'aboutissement thérapeutique n'est pas encore connu. Le protocole basé sur l'hydroxycholoroquine, associé à l'azithromycine, et approuvé par nos experts et notre tutelle autorisant son utilisation, semble donner ses preuves dans la prévention de la détresse respiratoire chez les malades hospitalisés ou ayant présenté des symptômes de Covid-19. Beaucoup de cas ont répondu au traitement et ont rejoint leurs domiciles.
Les mesures de prévention contre le coronavirus Covid-19 sont multiples, car le virus commence à être connu par la communauté scientifique.Leur consolidation permettrait de lutter contre l'épidémie. K. T*Professeur en épidémiologie et médecine préventive au service d'épidémiologie et de médecine préventive (SEMEP) de l'EHU Oran. Faculté de médecine – Université Oran 1. Important : Les tribunes publiées sur Midi Libre ont pour but de permettre aux lecteurs de participer au débat. Elles ne reflètent pas la position de la rédaction de notre média.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.