Douanes : 27 inspections divisionnaires ciblées    Bouira : Le renforcement du réseau électrique contrarié    Un système numérique pour la traçabilité des mouvements de stocks    Les clubs professionnels asphyxiés par les dettes    Coronavirus à Tizi Ouzou : Plusieurs soignants contaminés    El Tarf : Les douaniers récupèrent des moutons en partance pour la Tunisie    Maxime-Charles Keller de Schleitheim : L'incroyable destin d'un enfant déporté d'Algérie    Belaïd Lamara n'est plus : Disparition d'un militant des causes justes    Histoire. Le 14 juillet 1953 : La police abat 7 militants à Paris    Dangereuses confluences régionales    Commission de la fatwa: Un sacrifice sous conditions    A quelques jours de l'Aïd: Le marché du mouton dans tous ses états    Déposée en mars: La demande d'adhésion de l'Algérie à la BERD approuvée    Atalanta Bergame: Un redoutable poison offensif !    Feu vert des pro-Haftar pour une intervention égyptienne: Risques d'embrasement en Libye    Le SG de la wilaya décède du coronavirus    Air Algérie a subi une perte de 2,9 milliards $    Une patrouille russo-turque visée par une explosion    Quelles conséquences sur le système de compétition ?    Zidane : "Que demander de plus ?"    SAUVONS NOS FORÊTS    Ouverture prochaine d'un troisième hôpital à Chlef    La situation épidémiologique stable à Aïn Témouchent    Le cas Prince Ibara réglé    La Jordanie renouvelle son rejet du plan d'annexion israélien    La communauté internationale au chevet du Mali    ...CULTURE EN BREF ......CULTURE EN BREF ...    "Numérique, diversité linguistique et culturelle" au cœur du 2e numéro    Décès du moudjahid Lemtayech Dayekh connu sous le nom de Dayekh Bachagha    MIGRATION CLANDESTINE : L'approche algérienne présentée à l'UE    PENSIONS DE RETRAITE : Le nouveau calendrier de versement fixé    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    Mars brillera pour Abu Dhabi !    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    Ghacha suivi par Malines    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    "Je n'ai pas peur de la mort"    Les pistes de relance    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Foot der des verts    Tebboune reçoit un appel de Poutine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Leurs prix inférieurs à ceux des moins de trois ans
Véhiciles neufs importés
Publié dans Le Midi Libre le 03 - 06 - 2020

L'Algérie va autoriser de nouveau l'importation des véhicules neufs par les concessionnaires automobiles. La mesure est contenue dans le Projet de loi de finances complémentaire, LFC 2020, qui a été adopté dimanche par les députés de l'APN. Pour le patron d'Elsecom, Abderrahmane Achaibou, cette décision est juste un "retour à la normalité".
L'Algérie va autoriser de nouveau l'importation des véhicules neufs par les concessionnaires automobiles. La mesure est contenue dans le Projet de loi de finances complémentaire, LFC 2020, qui a été adopté dimanche par les députés de l'APN. Pour le patron d'Elsecom, Abderrahmane Achaibou, cette décision est juste un "retour à la normalité".
"Sion importe 200.000 véhicules (par an), on créera entre 30.000 et 40.000 emplois, vous allez voir des showrooms qui vont rouvrir… La décision de revenir à l'importation des véhicules est pragmatique et sage. On ne peut pas demander à un concessionnaire de devenir un constructeur automobile", résume le patron du groupe Elsecom, dans une déclaration à TSA, ce mardi. Interrogé sur comment il compte s'adapter à la nouvelle donne, lui qui s'est vu retirer plusieurs marque ? Achaibou préfère temporiser.
"La LFC 2020 sera adoptée par la deuxième chambre du Parlement (Sénat), on attendra les directives du ministère de l'Industrie", dit-il. Le patron d'Elsecom souhaite un assouplissement du cahier des charges relatif à l'importation des véhicules neufs. "Le cahier des charges de Bouchouareb (ancien ministre de l'Industrie, NDLR), doit à mon avis être revu, parce qu'il a été élaboré à l'époque pour favoriser un certain nombre d'opérateurs. Il y avait ajouté des équipements de confort et non pas de sécurité. Le nouveau cahier des charges devrait être plus souple, de façon à faire baisser les prix des véhicules", explique M.Achaibou. Ce dernier interpelle aussi le gouvernement pour supprimer l'agrément à l'importation des véhicules neufs. "Les constructeurs n'ont pas coupé avec nous, c'est Bouchouareb qui nous a exclus de l'assemblage et du montage, puisqu'il fallait passer par un agrément. C'est pourquoi je m'adresse à ce nouveau gouvernement, pour qu'il n'y ait plus d'agrément our l'importation", demande Achaibou, considérant qu'un tel processus favorise la corruption.
Celle-ci "vient du fait qu'on complique l'investissement", juge-t-il. La décision du gouvernement de ne pas plafonner les importations des véhicules neufs est également saluée par Achaibou. "S'il y a un plafonnement, cela veut dire qu'il va y avoir un monopole", relève-t-il. Ainsi, les prix des véhicules qui vont être importés "resteront chers", mais beaucoup moins que le véhicule de moins de trois ans, assure le patron d'Elsecom. "Le véhicule neuf que je vais importer par le biais de la banque, va revenir moins cher que le véhicule de moins de 3 ans. En sus de cela, on donnera la garantie, on assurera le service après-vente et on créera de l'emploi". Achaibou compte-t-il relancer l'activité d'importation qu'il exerce depuis une vingtaine d'années ? "Il faut savoir que j'ai été exclu par les deux gouvernements précédents (Sellal et Ouyahia, NDLR). Il faut que legouvernement me réhabilite. J'ajouterai qu'un constructeur ne vous abandonne pas au bout de 20 ans d'importations".
"Sion importe 200.000 véhicules (par an), on créera entre 30.000 et 40.000 emplois, vous allez voir des showrooms qui vont rouvrir… La décision de revenir à l'importation des véhicules est pragmatique et sage. On ne peut pas demander à un concessionnaire de devenir un constructeur automobile", résume le patron du groupe Elsecom, dans une déclaration à TSA, ce mardi. Interrogé sur comment il compte s'adapter à la nouvelle donne, lui qui s'est vu retirer plusieurs marque ? Achaibou préfère temporiser.
"La LFC 2020 sera adoptée par la deuxième chambre du Parlement (Sénat), on attendra les directives du ministère de l'Industrie", dit-il. Le patron d'Elsecom souhaite un assouplissement du cahier des charges relatif à l'importation des véhicules neufs. "Le cahier des charges de Bouchouareb (ancien ministre de l'Industrie, NDLR), doit à mon avis être revu, parce qu'il a été élaboré à l'époque pour favoriser un certain nombre d'opérateurs. Il y avait ajouté des équipements de confort et non pas de sécurité. Le nouveau cahier des charges devrait être plus souple, de façon à faire baisser les prix des véhicules", explique M.Achaibou. Ce dernier interpelle aussi le gouvernement pour supprimer l'agrément à l'importation des véhicules neufs. "Les constructeurs n'ont pas coupé avec nous, c'est Bouchouareb qui nous a exclus de l'assemblage et du montage, puisqu'il fallait passer par un agrément. C'est pourquoi je m'adresse à ce nouveau gouvernement, pour qu'il n'y ait plus d'agrément our l'importation", demande Achaibou, considérant qu'un tel processus favorise la corruption.
Celle-ci "vient du fait qu'on complique l'investissement", juge-t-il. La décision du gouvernement de ne pas plafonner les importations des véhicules neufs est également saluée par Achaibou. "S'il y a un plafonnement, cela veut dire qu'il va y avoir un monopole", relève-t-il. Ainsi, les prix des véhicules qui vont être importés "resteront chers", mais beaucoup moins que le véhicule de moins de trois ans, assure le patron d'Elsecom. "Le véhicule neuf que je vais importer par le biais de la banque, va revenir moins cher que le véhicule de moins de 3 ans. En sus de cela, on donnera la garantie, on assurera le service après-vente et on créera de l'emploi". Achaibou compte-t-il relancer l'activité d'importation qu'il exerce depuis une vingtaine d'années ? "Il faut savoir que j'ai été exclu par les deux gouvernements précédents (Sellal et Ouyahia, NDLR). Il faut que legouvernement me réhabilite. J'ajouterai qu'un constructeur ne vous abandonne pas au bout de 20 ans d'importations".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.