La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    L'Algérie attend toujours l'initiative marocaine    COVID-19 : le wali d'Alger exclut la possibilité d'imposer un confinement partiel aux communes de la wilaya    Coronavirus : 470 nouveaux cas, 251 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    La PCH instruite de distribuer les moyens de protection au personnel médical le plus tôt possible    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    ALGERIENNE DES EAUX (ADE) : Réception de 06 projets en juillet à Mostaganem    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION A MOSTAGANEM : 08 morts et 590 blessés au 1er semestre    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres consacrée au Plan national de relance socioéconomique    Le chanteur Belkhir Mohand-Akli s'éteint à 69 ans    Marchandises-prix: baisse de 14,3 % à l'exportation, hausse de 1,3 % à l'importation au 1er trimestre 2020    "Nous devons la vérité aux Algériens"    Le RCD dénonce la "reconduction de schémas sortis des laboratoires de la police politique"    Khacef veut continuer à Bordeaux    Les athlètes «qualifiés et qualifiables» autorisés à reprendre les entraînements    Goudjil et Chenine s'impliquent lourdement    Le marché pétrolier retombe dans le doute    Les 4 samedis    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    La BAD octroie une aide d'urgence pour la Libye    Forte convergence sur le dossier libyen entre Alger et Rome    34 personnes qui fêtaient un anniversaire, arrêtées    La reprise à nouveau renvoyée    Mohamed Yahiaoui installé à la tête de la commission    Le blues des colonies et l'implacable holocauste des origines    L'exemple français    Les journalistes seront expulsés des chambres de Sidi Fredj    La France risque de perdre le marché algérien    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Alger insiste sur la fin des ingérences en Libye    Le P-DG et 3 responsables de l'EPMC sous mandat de dépôt    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    "Nous avons 25 milliards en instance d'encaissement"    Boussouf prêté à Courtrai puis à Eindhoven    Khaled rêve d'un Maghreb uni    Numidia TV dans la tourmente    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Cité des 100 logements sociaux de Bouisseville: Les habitants attendent le gaz de ville depuis huit ans    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Les Algériens non concernés    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce qu'il faut faire pour éviter l'échec
Déconfinement en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 07 - 06 - 2020

La clé de la réussite du plan de déconfinement progressif en Algérie, dont la 1re étape commence aujourd'hui dimanche 7 juin avec la reprise de plusieurs activités commerciales, est de ne pas se relâcher en matière de mesures barrière comme la distanciation sociale et surtout le port du masque.
La clé de la réussite du plan de déconfinement progressif en Algérie, dont la 1re étape commence aujourd'hui dimanche 7 juin avec la reprise de plusieurs activités commerciales, est de ne pas se relâcher en matière de mesures barrière comme la distanciation sociale et surtout le port du masque.
Le déconfinement sera possible si "les citoyens respectent les mesures de prévention, que le port des bavettes soit réellement obligatoire. Il y a encore des gens qui ne les portent pas, il n'y a qu'à voir les marchés qui sont bondés", a souligné le professeur Achour Nassima, chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital El- Hadi-Flici. "Nous faisons face à un virus nouveau, on en apprend tous les jours sur lui, et on continuera à apprendre. Encore une fois, il faut toujours insister sur le respect des mesures de prévention, le port obligatoire des bavettes, il est primordial aussi de respecter la distanciation sociale", insiste la spécialiste qui alerte que le corps médical est au bord de l'épuisement et que tout relâchement sur les mesures sanitaires pourra voir des conséquences incalculables notamment en cas d'une seconde vague. "Des membres du corps médical sont en train de tomber malades ; les personnels soignants sont épuisés.
Si lapopulation ne respecte pas les mesures barrières, le corps médical ne tiendra pas", avertit le professeur Achour. "Nous comprenons bien qu'en raison du confinement l'économie a pris un coup, mais cela impose aux gens de reprendre leur travail avec les mesures de sécurité. Il faut aussi penser aux autres. Maintenant, ce sont des familles entières qu'on est en train d'hospitaliser", fait-elle observer. Pr Achour qualifie de "dramatique" l'insouciance que montre encore de larges pans de la population vis-à-vis de la maladie et des mesures sanitaires. "J'ai eu des malades qui ont avoué qu'au début ils ne croyaient pas à cette maladie. Ils ont dit : - Une fois qu'on est arrivé sur le lit de l'hôpital et qu'on a vu combien de gens on a mobilisé pour nous soigner, et on est revenu de loin, et c'est là qu'on a vu que c'est une réalité -", témoigne Pr Nassima Achour. La spécialiste espère que l'échec de la première tentative de déconfinement fin avril "servira de leçon" pour la prise en considération des mesures de prévention.
Faisant un point de situation au niveau du service des maladies infectieuses d'El-Kettar, Pr Nassima Achour avance des chiffres encourageants. "Nous avons eu à El Kettar un nombre conséquent de consultations ; nous avons dépassé le chiffre de 750 entre suspects et cas positifs. Pour les cas positifs, nous en avons eu à peu près 380 cas. L'évolution est bonne et les patients ont répondu au traitement. Très peu, vraiment très peu, ont eu quelques soucis avec le traitement (protocole à base chloroquine, Ndlr)", assure la spécialiste. "On a enregistré beaucoup de sujets âgés avec des comorbidités. L'évolution a été bonne et satisfaisante. Actuellement, nous avons en cours de traitement approximativement une centaine et qui évoluent bien", détaille Pr Nassima Achour qui tient à souligner néanmoins qu'il y a encore des évacuations vers les services de réanimation de malades présentant des formes graves.
Le déconfinement sera possible si "les citoyens respectent les mesures de prévention, que le port des bavettes soit réellement obligatoire. Il y a encore des gens qui ne les portent pas, il n'y a qu'à voir les marchés qui sont bondés", a souligné le professeur Achour Nassima, chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital El- Hadi-Flici. "Nous faisons face à un virus nouveau, on en apprend tous les jours sur lui, et on continuera à apprendre. Encore une fois, il faut toujours insister sur le respect des mesures de prévention, le port obligatoire des bavettes, il est primordial aussi de respecter la distanciation sociale", insiste la spécialiste qui alerte que le corps médical est au bord de l'épuisement et que tout relâchement sur les mesures sanitaires pourra voir des conséquences incalculables notamment en cas d'une seconde vague. "Des membres du corps médical sont en train de tomber malades ; les personnels soignants sont épuisés.
Si lapopulation ne respecte pas les mesures barrières, le corps médical ne tiendra pas", avertit le professeur Achour. "Nous comprenons bien qu'en raison du confinement l'économie a pris un coup, mais cela impose aux gens de reprendre leur travail avec les mesures de sécurité. Il faut aussi penser aux autres. Maintenant, ce sont des familles entières qu'on est en train d'hospitaliser", fait-elle observer. Pr Achour qualifie de "dramatique" l'insouciance que montre encore de larges pans de la population vis-à-vis de la maladie et des mesures sanitaires. "J'ai eu des malades qui ont avoué qu'au début ils ne croyaient pas à cette maladie. Ils ont dit : - Une fois qu'on est arrivé sur le lit de l'hôpital et qu'on a vu combien de gens on a mobilisé pour nous soigner, et on est revenu de loin, et c'est là qu'on a vu que c'est une réalité -", témoigne Pr Nassima Achour. La spécialiste espère que l'échec de la première tentative de déconfinement fin avril "servira de leçon" pour la prise en considération des mesures de prévention.
Faisant un point de situation au niveau du service des maladies infectieuses d'El-Kettar, Pr Nassima Achour avance des chiffres encourageants. "Nous avons eu à El Kettar un nombre conséquent de consultations ; nous avons dépassé le chiffre de 750 entre suspects et cas positifs. Pour les cas positifs, nous en avons eu à peu près 380 cas. L'évolution est bonne et les patients ont répondu au traitement. Très peu, vraiment très peu, ont eu quelques soucis avec le traitement (protocole à base chloroquine, Ndlr)", assure la spécialiste. "On a enregistré beaucoup de sujets âgés avec des comorbidités. L'évolution a été bonne et satisfaisante. Actuellement, nous avons en cours de traitement approximativement une centaine et qui évoluent bien", détaille Pr Nassima Achour qui tient à souligner néanmoins qu'il y a encore des évacuations vers les services de réanimation de malades présentant des formes graves.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.