Rachid Nekkaz sort de l'isolement    Un activiste du Hirak arrêté    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    Ouverture tous azimuts !    Tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés près de Sidi Ghiles    Baisse des hospitalisations à partir du 25 juillet    Le saviez-vous... ?    Installation d'une commission d'évaluation des dégâts    Le meurtrier de Djabanet-Lihoud placé sous mandat de dépôt    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Constantine: Deux morts et quatre blessés dans une collision    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Le stockage des produits dangereux est interdit depuis 45 ans    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    Après le choc, la colère !    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La colère de Djerad
il accuse des "parties" d'exploiter la crise du covid-19
Publié dans Le Midi Libre le 15 - 07 - 2020

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, n'a pas dissimulé ce lundi, sa colère face à certaines "parties", qu'il ne désigne pas nommément, d'exploiter la situation du Covid-19 pour des "objectifs politiciens".
Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, n'a pas dissimulé ce lundi, sa colère face à certaines "parties", qu'il ne désigne pas nommément, d'exploiter la situation du Covid-19 pour des "objectifs politiciens".
"Il y a certains qui exploitent cette affaire (la Covid-19). Ils font des interprétations politiques et politiciennes", at- il dénoncé, en marge de sa visite à Sidi Bel Abbes, ce lundi. La réaction de Djerad intervient alors que l'Algérie fait face à une flambée du Covid-19 depuis fin juin, avec un nouveau record quotidien des contaminations (494 nouveaux cas) enregistré ce lundi. "Au lieu de se mobiliser pour se protéger eux-mêmes, leur proches et aider les hôpitaux bénévolement, par la bonne parole, et les encouragements du corps médical, ils s'affirment avec des conditions parfois insurmontables,genre : ‘on veut un hôpital tout de suite !'", a-t-il déploré.
"S'il y a un projet d'hôpital, on le programme, mais les problèmes doivent être posés de façon objective", dit-il. Signe de l'existence d'"arrière pensées politiques", selon lui, la vidéo partagée il y a quelques jours sur les réseaux,montrant une victime du Covid-19 dans un hôpital dans la wilaya de M'Sila et dont les auteurs avaient été arrêtés par les services de sécurité. "Vous avez vus ce qui s'est passé à M'sila ? Ils ont pris un mort, l'ont pris du lit, l'ont jeté par terre et l'ont filmé. Est-ce des humains ? Que veulent-ils montrer ?", s'est interrogé Djerrad. "A Biskra, ils brandissent des pancartes pour insulter l'Etat ; ils se font filmer et ensuite ils partent pour les envoyer sur Facebook. Donc, ils ne le font pas pour revendiquer mais pour d'autres objectifs", s'indigne-t-il. Selon lui, ces gens veulent provoquer une fitna dans le pays. "Mais, le peuple algérien n'est pas prêt à les suivre, impossible", affirme-t-il. Comme pour justifier son accès de colère qui tranche avec son calme d'habitude, Abdelaziz Djerad invoque son souci de la sensibilisation face au fléau du Covid qui a connu un rebond ces dernières semaines. "J'ai ouvert cette parenthèse, pour insister sur la sensibilisation et la responsabilité", a-t-il dit.
"Il y a certains qui exploitent cette affaire (la Covid-19). Ils font des interprétations politiques et politiciennes", at- il dénoncé, en marge de sa visite à Sidi Bel Abbes, ce lundi. La réaction de Djerad intervient alors que l'Algérie fait face à une flambée du Covid-19 depuis fin juin, avec un nouveau record quotidien des contaminations (494 nouveaux cas) enregistré ce lundi. "Au lieu de se mobiliser pour se protéger eux-mêmes, leur proches et aider les hôpitaux bénévolement, par la bonne parole, et les encouragements du corps médical, ils s'affirment avec des conditions parfois insurmontables,genre : ‘on veut un hôpital tout de suite !'", a-t-il déploré.
"S'il y a un projet d'hôpital, on le programme, mais les problèmes doivent être posés de façon objective", dit-il. Signe de l'existence d'"arrière pensées politiques", selon lui, la vidéo partagée il y a quelques jours sur les réseaux,montrant une victime du Covid-19 dans un hôpital dans la wilaya de M'Sila et dont les auteurs avaient été arrêtés par les services de sécurité. "Vous avez vus ce qui s'est passé à M'sila ? Ils ont pris un mort, l'ont pris du lit, l'ont jeté par terre et l'ont filmé. Est-ce des humains ? Que veulent-ils montrer ?", s'est interrogé Djerrad. "A Biskra, ils brandissent des pancartes pour insulter l'Etat ; ils se font filmer et ensuite ils partent pour les envoyer sur Facebook. Donc, ils ne le font pas pour revendiquer mais pour d'autres objectifs", s'indigne-t-il. Selon lui, ces gens veulent provoquer une fitna dans le pays. "Mais, le peuple algérien n'est pas prêt à les suivre, impossible", affirme-t-il. Comme pour justifier son accès de colère qui tranche avec son calme d'habitude, Abdelaziz Djerad invoque son souci de la sensibilisation face au fléau du Covid qui a connu un rebond ces dernières semaines. "J'ai ouvert cette parenthèse, pour insister sur la sensibilisation et la responsabilité", a-t-il dit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.