Goudjil confirmé dans son poste    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Mandat d'arrêt international contre le principal responsable    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Benbouzid annonce la réception de nouveaux lots    Plusieurs opérations menées en une semaine    Création du syndicat maghrébin des journalistes : L'exclusion des professionnels sahraouis dénoncée    Borussia M'gladbach-Man City : Bensebaini titulaire. Mahrez sur le banc    CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ministre refile la patate chaude aux recteurs
Rentrée universitaire
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 07 - 2020

Le ministre de l‘Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, ne veut visiblement pas trop se mouiller à propos de la reprise des cours dans les universités, dans un contexte de recrudescence de la COVID19.
Le ministre de l‘Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, ne veut visiblement pas trop se mouiller à propos de la reprise des cours dans les universités, dans un contexte de recrudescence de la COVID19.
N'étant pas en mesure de trancher la question qui est directement liée à l'évolution de la situation nsanitaire du pays, le ministre a décidé de jeter la patate chaude aux recteurs. "La date de reprise des cours universitaire en Algérie relève du ressort des recteurs. Une prise de décision qui devra tenir compte de la condition épidémiologique propre à chaque wilaya et région", a-t-il déclaré lors de sa visite à Skikda selon l'APS.
Pour cause, le ministre a précisé, que la reprise "progressive", des cours universitaire s'effectuera dans le respect d'un "code hygiénique, voire un protocole sanitaire préventif". Ce protocole, dira-t-il, qui est établi en collaboration avec le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, vise à "préserver la santé du corps académique". Abdelbaki Benziane avait pourtant annoncé, il y a quelques jours, que les étudiants allaient rejoindre les campus à partir du 23 août prochain et que la reprise des cours se fera "graduellement", au gré de l'évolution de la matrice épidémiologique. Il semble à priori que ces dates, ne seront pas respectées du fait que les chiffres des contaminations au coronavirus sont subitement repartis à la hausse ces derniers jours, tel qu'il serait trop risqué de rouvrir les campus. Bien qu'un dispositif préventif provisoire
a été mis en place par l'enseignement supérieur en prévision de la prochaine rentrée universitaire et qui impose de nombreuses restrictions pour garantir un "environnement d'étude sûr", la situation est plus préoccupante que jamais. Le travail de sensibilisation confié aux enseignements et la réduction des volumes horaires des cours (TD et TP) sont loin de garantir le risque zéro. Certes le nouvel emploi du temps universitaire a été sensiblement allégé avec des cours magistraux et des travaux dirigés réduits à une seule heure et que les travaux pratiques (TP) bénéficieront d'une heure
supplémentaire. Mais, le transport universitaire même avec "25 étudiants par autobus", risque de provoquer des "foyers" de COVID-19 dans les campus surtout pour les nouveaux bacheliers qui ne connaissent pas encorel'univers de l'université..
N'étant pas en mesure de trancher la question qui est directement liée à l'évolution de la situation nsanitaire du pays, le ministre a décidé de jeter la patate chaude aux recteurs. "La date de reprise des cours universitaire en Algérie relève du ressort des recteurs. Une prise de décision qui devra tenir compte de la condition épidémiologique propre à chaque wilaya et région", a-t-il déclaré lors de sa visite à Skikda selon l'APS.
Pour cause, le ministre a précisé, que la reprise "progressive", des cours universitaire s'effectuera dans le respect d'un "code hygiénique, voire un protocole sanitaire préventif". Ce protocole, dira-t-il, qui est établi en collaboration avec le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, vise à "préserver la santé du corps académique". Abdelbaki Benziane avait pourtant annoncé, il y a quelques jours, que les étudiants allaient rejoindre les campus à partir du 23 août prochain et que la reprise des cours se fera "graduellement", au gré de l'évolution de la matrice épidémiologique. Il semble à priori que ces dates, ne seront pas respectées du fait que les chiffres des contaminations au coronavirus sont subitement repartis à la hausse ces derniers jours, tel qu'il serait trop risqué de rouvrir les campus. Bien qu'un dispositif préventif provisoire
a été mis en place par l'enseignement supérieur en prévision de la prochaine rentrée universitaire et qui impose de nombreuses restrictions pour garantir un "environnement d'étude sûr", la situation est plus préoccupante que jamais. Le travail de sensibilisation confié aux enseignements et la réduction des volumes horaires des cours (TD et TP) sont loin de garantir le risque zéro. Certes le nouvel emploi du temps universitaire a été sensiblement allégé avec des cours magistraux et des travaux dirigés réduits à une seule heure et que les travaux pratiques (TP) bénéficieront d'une heure
supplémentaire. Mais, le transport universitaire même avec "25 étudiants par autobus", risque de provoquer des "foyers" de COVID-19 dans les campus surtout pour les nouveaux bacheliers qui ne connaissent pas encorel'univers de l'université..


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.