Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    Révision de la loi électorale : La Commission a deux mois et demi pour soumettre son travail    Report du procès en appel de l'affaire Ali Haddad    Début de la révision des listes électorales    Un élément abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    Colère des transporteurs privés    Communiqué du Conseil des ministres (Texte intégral)    Boukadoum s'entretient à Bamako avec une délégation du CNSP    Foire agricole du 23 au 27 septembre à Alger: une occasion pour écouler les méventes    Fédération algérienne de handball : l'assemblée générale ordinaire fixée au 25 septembre    Coronavirus: 203 nouveaux cas, 124 guérisons et 7 décès    Farès en colère contre la direction de la Lazio    Webinaire sur les opportunités du tourisme à l'ère du Covid-19    Cour d'Alger: report du procès en appel de l'affaire Ali Haddad au 27 septembre    Ligue 1 : Paris se ressaisit et s'impose face à Nice    Real : Un couac avant le premier match de Liga face à la Sociedad    Ligue 1-reprise des entraînements: les clubs voient enfin le bout du tunnel    Liberté de dire. Toujours !    Tebboune installe une commission pour l'amender    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    La justice à la recherche des complices de Haddad    Mort d'un conducteur suite au renversement de son camion    Le flou persiste et inquiète les concernés    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Tikjda : Encore des feux de forêt    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Où est l'Algérie ?    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zeghmati, ‘'sabre au clair'' !
Projet de loi sur la rétorsion contre les porteurs d'armes blanches et l'impunité des réseaux sociaux
Publié dans Le Midi Libre le 12 - 08 - 2020

Alors que le port d'armes blanches est devenu banal chez la plupart des citoyens, notamment les délinquants, engendrant agressions et crimes de sang qui prennent de l'ampleur, l'annonce du ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, de la mise en chantier de mesures de rétorsion idoine, l'emporterait à l'applaudimètre.
Alors que le port d'armes blanches est devenu banal chez la plupart des citoyens, notamment les délinquants, engendrant agressions et crimes de sang qui prennent de l'ampleur, l'annonce du ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, de la mise en chantier de mesures de rétorsion idoine, l'emporterait à l'applaudimètre.
En effet, et s'exprimant, hier en marge de l'installation du nouveau président de la Cour d'Alger, le ministre a fait état d'un projet de loi sur instruction du président de la République, a-t-il souligné, sur la rétorsion contre les porteurs d'armes blanches, en tête les bandes s'affrontant à l'épée. Un phénomène "étranger à la société algérienne" et qui prend de l'ampleur, causant terreur et effroi parmi les populations.
Dans ce sens, Zeghmati a même rassuré que "le texte était en phase finalisation, faisant remarquer que la Justice était concernée en premier ressort par la préservation de la paix et la quiétude sociale, appelant les magistrats à puiser dans tous les outils juridiques pour lutter contre ce phénomène. Dans la foulée, le garde des Sceaux a également évoqué la cybercriminalité et l'utilisation des réseaux sociaux pour porter atteinte aux personnes ainsi qu'à leur probité morale, révélant que même les institutions de l'Etat n'étaient pas épargnés, estimant que cela constituait «des faits sans précédents",
a-t-il déploré, constatant que «Les auteurs de ces méfaits s'abritent derrière l'anonymat et l'impunité jusque-là » relève-t-il, avant d'exhorter les hommes de loi à faire montre de vigilance extrême afin d'y mettre un terme. Toutefois et en dépit de l'importance d'une telle annonce et dans l'attente de la nouvelle loi, il reste des appréhensions demeurent qui tirent leur source du degré de leur application. Car, s'il est notoire que le port d'armes blanches est foncièrement criminalisé, délinquants et criminels n'en n'ont pas, pour autant, renoncer, la scène publiqueconsignant une multitude de délits enregistrés au quotidien. Et qui y va de son canif, qui de son couteau de boucher, de ou encore de bombe lacrymogène de défense.
En effet, et s'exprimant, hier en marge de l'installation du nouveau président de la Cour d'Alger, le ministre a fait état d'un projet de loi sur instruction du président de la République, a-t-il souligné, sur la rétorsion contre les porteurs d'armes blanches, en tête les bandes s'affrontant à l'épée. Un phénomène "étranger à la société algérienne" et qui prend de l'ampleur, causant terreur et effroi parmi les populations.
Dans ce sens, Zeghmati a même rassuré que "le texte était en phase finalisation, faisant remarquer que la Justice était concernée en premier ressort par la préservation de la paix et la quiétude sociale, appelant les magistrats à puiser dans tous les outils juridiques pour lutter contre ce phénomène. Dans la foulée, le garde des Sceaux a également évoqué la cybercriminalité et l'utilisation des réseaux sociaux pour porter atteinte aux personnes ainsi qu'à leur probité morale, révélant que même les institutions de l'Etat n'étaient pas épargnés, estimant que cela constituait «des faits sans précédents",
a-t-il déploré, constatant que «Les auteurs de ces méfaits s'abritent derrière l'anonymat et l'impunité jusque-là » relève-t-il, avant d'exhorter les hommes de loi à faire montre de vigilance extrême afin d'y mettre un terme. Toutefois et en dépit de l'importance d'une telle annonce et dans l'attente de la nouvelle loi, il reste des appréhensions demeurent qui tirent leur source du degré de leur application. Car, s'il est notoire que le port d'armes blanches est foncièrement criminalisé, délinquants et criminels n'en n'ont pas, pour autant, renoncer, la scène publiqueconsignant une multitude de délits enregistrés au quotidien. Et qui y va de son canif, qui de son couteau de boucher, de ou encore de bombe lacrymogène de défense.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.