L'hommage rendu aux journalistes par le président Tebboune largement repris par la presse nationale    Le droit des citoyens à l'information garanti dans le projet d'amendement constitutionnel (Abdelaziz Belaid)    L'amendement constitutionnel ouvre de ‘'nouvelles perspectives aux jeunes''    Angers : Sofiane Boufal content de retrouver le chemin des filets    Affaire Labidi-Djoudi: Trois mois de prison avec sursis et 50.000 DA d'amende    Par-delà l'image    Le FMI inévitable?    Attar à Hassi Messaoud après un incendie    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    Libye: Un «cessez-le-feu permanent» conclu avec «effet immédiat»    VFS Global: Un service de «rendez-vous de test PCR»    MCA - Affaire Rooney: Qui est responsable de ce casse-tête ?    FC Barcelone - Real Madrid: Un Clasico lourd de conséquences !    LE TABLEAU A EFFACER    Djerad et les syndicats condamnent: L'affaire de l'enseignante humiliée fait des vagues    Explosion de gaz à El-Bayadh: Un à trois ans de prison contre les 12 accusés    Les salles obscures    Libye: l'accord de cessez-le-feu salué comme une étape importante vers un règlement de la crise    Exploiter tous les supports de communication pour faire connaitre la cause sahraouie    Incident au four d'El Merk: Attar s'enquiert de l'état du champ    Real : Luka Jovic est dans de beaux draps    Real Madrid: Zidane met les choses au clair pour son avenir !    Commerce: une cartographie de laboratoires de contrôle de qualité avant la fin du 1e semestre 2021    Sahara occidental: les droits humains doivent être un élément essentiel de la Minurso    Coronavirus: 273 nouveaux cas, 170 guérisons et 9 décès    AMENDEMENT CONSTITUTIONNEL : L'ANIE octroie 17 accréditations à des médias étrangers    JOURNEE NATIONALE DE LA PRESSE : L'accompagnement de l'Etat réaffirmé    VOITURES GPL : Signature d'une convention entre la SAA et l'UNIAGPL    LIGNE MARITIME DE FRET ROULANT ALGER-MARSEILLE : La 1ère traversée prévue le 2 novembre    EDUCATION NATIONALE : Le calendrier des compositions fixé en deux phases    Incident de l'enseignante: le wali d'Oran reçoit l'institutrice Sidya Merabet    MASCARA : Trois arrestations et saisie d'hallucinogènes    MINISTRES DES AE DU DIALOGUE 5+5 : Boukadoum prend part à la 16e réunion    «Distinguer racisme d'Etat et Etat raciste»    Ghardaia: deux morts dans un accident de la circulation au sud d'El-Menea    Journée nationale de la presse: les lauréats du prix du Président de la République distingués    Don de sang : une baisse de 9 % durant le 1er semestre 2020    Examen du PLF 2021: la commission des finances reporte ses travaux à une date ultérieure    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Musulmans de France, tous coupables ?    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"
Benbouzid ;
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 09 - 2020

Nous n'importerons aucun vaccin en Algérie, qui ne soit pas pré-qualifié OMS", a déclaré vendredi soir le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, lors de son passage dans l'émission "Visions" diffusée sur Canal Algérie.
Nous n'importerons aucun vaccin en Algérie, qui ne soit pas pré-qualifié OMS", a déclaré vendredi soir le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, lors de son passage dans l'émission "Visions" diffusée sur Canal Algérie.
Nous "n'importerons jamais un vaccin qui n'a pas fait ses preuves" dans le pays où il est fabriqué, a encore martelé le ministre de la Santé. Il a rappelé qu'il y a plus de "160 initiatives pour trouver le vaccin contre la Covid-19 et très peu de firmes ont atteint le stade 3". Interrogé sur la gestion de la pandémie par le secteur de la Santé, le ministre a affirmé que "nous avons gagné la première bataille et que nous avons des taux de décès nettement inférieurs à beaucoup d'autres pays". M. Benbouzid a indiqué qu'au début de l'épidémie, nous n'avions pas les moyens. "Nous étions obligés d'importer les masques, mais maintenant, nous avons les moyens. Le secteur de la santé a bien géré la situation".
Réouverture des frontières aériennes et maritimes
Questionné sur la réouverture des frontières, le ministre de la Santé a indiqué que cette décision était une mesure souveraine."C'est une décision à l'échelle du pays et on ne peut pas la réduire à un avis du Comité scientifique", a précisé le ministre, en poursuivant : "La décision de maintenir les frontières fermées est une décision sage, c'est ce qui nous a préservé et nous a permis de maintenir cette situation. Pour le moment aucune date ne peut être fixée. L'Etat a le devoir d'assurer à sa population la santé et la sécurité.
Et c'est dans cette optique que l'Etat veille à l'évolution de la situation sanitaire dans le pays et dans le monde et écoute le comité scientifique", at- il expliqué. "Nous ne voulons pas prendre des décisions hâtives, dont les conséquences entacheront la crédibilité de l'Etat", a ajouté le même responsable. "Cette situation n'est pas propre à l'Algérie, les frontières de beaucoup de pays du monde sont toujours fermées. Le reste des pays qui ont décidé la réouverture des frontières, imposent des conditions strictes d'entrée pour les étrangers, et parfois même imposent l'isolement pour 14 jours", a-t-il indiqué. Il a poursuivi : "Cette décision a plusieurs aspects et elle n'est pas uniquement liée au secteur de la santé (...). Si nous allons permettre dès maintenant la circulation des avions et des personnes, nous ne pourrions pas tout contrôler". Le ministre a précisé que "ce n'est qu'après l'amélioration de la situation sanitaire dans le monde et pas uniquement chez nous, que nous allons étudiér cette question, puisque le rôle du comité scientifique n'intervient qu'après la décision des pouvoirs politiques, qui nous demanderons un avis scientifique sur cette question (...). Nous pourrons ainsi proposer des protocoles sanitaires pour permettre aux personnes d'entrer au territoire national".
"Ceux qui ont des doutes sur les chiffres de la Covid-19 n'ont qu'à se rendre dans les hôpitaux..."
Le ministre de la Santé, en visite hier matin dans les urgences des hôpitaux Mustapha-Bacha et Nafissa-Hamoud, est revenu sur l'inévitable polémique autour de la véracité des chiffres de la pandémie communiqués quotidiennement par la Commission scientifique du suivi de la pandémie. "Ceux qui ont encore des doutes sur les chiffres de la pandémie n'ont qu' à se rendre eux même dans les différents services dédiés pour constater de visu qu'il n'existe pas de tension", oppose Abderahmane Benbouzid. Evoquant la situation de la pandémie, que le ministre la qualifie de "stable", il explique qu'"il faut retourner au travail tout en respectant les mesures de prévention et apprendre avec le virus."
Le professeur Benbouzid recommande aussi aux responsables des urgences de créer des salles d'attente ainsi qu'un couloir d'entrée spécial aux porteurs du virus qui soit indépendant de l'entrée empruntée par les autres malades, de façon à éviter les risques de contamination en milieu hospitalier par contact humain. Enfin, le ministre a profité de l'occasion pour réitérer son hommage aux différents personnels de la santé "mobilisés" dans le cadre du combat contre la pandémie
Nous "n'importerons jamais un vaccin qui n'a pas fait ses preuves" dans le pays où il est fabriqué, a encore martelé le ministre de la Santé. Il a rappelé qu'il y a plus de "160 initiatives pour trouver le vaccin contre la Covid-19 et très peu de firmes ont atteint le stade 3". Interrogé sur la gestion de la pandémie par le secteur de la Santé, le ministre a affirmé que "nous avons gagné la première bataille et que nous avons des taux de décès nettement inférieurs à beaucoup d'autres pays". M. Benbouzid a indiqué qu'au début de l'épidémie, nous n'avions pas les moyens. "Nous étions obligés d'importer les masques, mais maintenant, nous avons les moyens. Le secteur de la santé a bien géré la situation".
Réouverture des frontières aériennes et maritimes
Questionné sur la réouverture des frontières, le ministre de la Santé a indiqué que cette décision était une mesure souveraine."C'est une décision à l'échelle du pays et on ne peut pas la réduire à un avis du Comité scientifique", a précisé le ministre, en poursuivant : "La décision de maintenir les frontières fermées est une décision sage, c'est ce qui nous a préservé et nous a permis de maintenir cette situation. Pour le moment aucune date ne peut être fixée. L'Etat a le devoir d'assurer à sa population la santé et la sécurité.
Et c'est dans cette optique que l'Etat veille à l'évolution de la situation sanitaire dans le pays et dans le monde et écoute le comité scientifique", at- il expliqué. "Nous ne voulons pas prendre des décisions hâtives, dont les conséquences entacheront la crédibilité de l'Etat", a ajouté le même responsable. "Cette situation n'est pas propre à l'Algérie, les frontières de beaucoup de pays du monde sont toujours fermées. Le reste des pays qui ont décidé la réouverture des frontières, imposent des conditions strictes d'entrée pour les étrangers, et parfois même imposent l'isolement pour 14 jours", a-t-il indiqué. Il a poursuivi : "Cette décision a plusieurs aspects et elle n'est pas uniquement liée au secteur de la santé (...). Si nous allons permettre dès maintenant la circulation des avions et des personnes, nous ne pourrions pas tout contrôler". Le ministre a précisé que "ce n'est qu'après l'amélioration de la situation sanitaire dans le monde et pas uniquement chez nous, que nous allons étudiér cette question, puisque le rôle du comité scientifique n'intervient qu'après la décision des pouvoirs politiques, qui nous demanderons un avis scientifique sur cette question (...). Nous pourrons ainsi proposer des protocoles sanitaires pour permettre aux personnes d'entrer au territoire national".
"Ceux qui ont des doutes sur les chiffres de la Covid-19 n'ont qu'à se rendre dans les hôpitaux..."
Le ministre de la Santé, en visite hier matin dans les urgences des hôpitaux Mustapha-Bacha et Nafissa-Hamoud, est revenu sur l'inévitable polémique autour de la véracité des chiffres de la pandémie communiqués quotidiennement par la Commission scientifique du suivi de la pandémie. "Ceux qui ont encore des doutes sur les chiffres de la pandémie n'ont qu' à se rendre eux même dans les différents services dédiés pour constater de visu qu'il n'existe pas de tension", oppose Abderahmane Benbouzid. Evoquant la situation de la pandémie, que le ministre la qualifie de "stable", il explique qu'"il faut retourner au travail tout en respectant les mesures de prévention et apprendre avec le virus."
Le professeur Benbouzid recommande aussi aux responsables des urgences de créer des salles d'attente ainsi qu'un couloir d'entrée spécial aux porteurs du virus qui soit indépendant de l'entrée empruntée par les autres malades, de façon à éviter les risques de contamination en milieu hospitalier par contact humain. Enfin, le ministre a profité de l'occasion pour réitérer son hommage aux différents personnels de la santé "mobilisés" dans le cadre du combat contre la pandémie


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.