Libye: les belligérants signent un cessez-le-feu permanent    FC Barcelone: Piqué tacle Bartomeu !    Real Madrid: Jovic risque six mois de prison    Ghardaia: deux morts dans un accident de la circulation au sud d'El-Menea    PLF 2021: le budget de l'Intérieur sera destiné à la modernisation de l'administration service public    Education nationale : le calendrier des compositions fixé en deux phases    Journée nationale de la presse: les lauréats du prix du Président de la République distingués    Beldjoud exprime son rejet catégorique de toute offense envers les enseignants    Le vote en faveur du projet d'amendement constitutionnel garantira un passage sécurisé vers l'Algérie nouvelle    Voitures GPL : signature d'une convention entre la SAA et l'UNIAGPL    Examen du PLF 2021: la commission des finances reporte ses travaux à une date ultérieure    Don de sang : une baisse de 9 % durant le 1er semestre 2020    Le projet d'amendement de la Constitution consacre le rôle des jeunes et des associations de la société civile    CAN U20: 19 binationaux débarquent à Sidi Moussa    Impératif de coordonner les efforts des journalistes algériens et sahraouis pour le droit à l'expression    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    Nouvelles législatives en décembre    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    L'AC Milan et Tottenham de retour    Ozil écarté de la liste d'Arsenal    Macron et l'arabe    «Le sigle FLN doit être restitué au peuple»    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Tlemcen: Les droits et libertés en question    Musulmans de France, tous coupables ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    Batna: Djerad veut généraliser les tablettes dans les écoles    A quelques jours du Mawlid Nabaoui: Campagne de sensibilisation contre les produits pyrotechniques    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Général Chanegriha : "Le devoir des nationalistes est de contribuer à la réussite du référendum"    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?
Normalisation avec Israël
Publié dans Le Midi Libre le 21 - 09 - 2020

L'Arabie saoudite, va-t-elle franchir le pas de la normalisation avec Israël ? Alors que deux pays du Golfe alliés ont normalisé avec le même pays, les spéculations vont bon train au sujet d'une éventuelle future normalisation des relations diplomatiques, entre le royaume et Israël.
L'Arabie saoudite, va-t-elle franchir le pas de la normalisation avec Israël ? Alors que deux pays du Golfe alliés ont normalisé avec le même pays, les spéculations vont bon train au sujet d'une éventuelle future normalisation des relations diplomatiques, entre le royaume et Israël.
Le 15 septembre, les Emirats arabes unis et Bahreïn, ont signé les "accords d'Abraham", entérinant la normalisation des relations diplomatiques pour les deux pays avec Israël.
Trump met la pression sur Riyad
L'accord a été signé à la Maison Blanche àWashington, sous l'égide du gouvernement américain, présidé par Donald Trump. Déterminant dans la signature de l'accord, le président des Etats-Unis a indiqué que sept à neuf autres pays sont attendus à normaliser leurs relations avec Israël, estimant que l'Arabie saoudite effectuerait la même démarche, "au moment idoine".
Décalage
Malgré l'annonce effectuée par Donald Trump, les experts ont émis des réserves, quant à la faisabilité d'une normalisation diplomatique entre l'Arabie saoudite et Israël, dans un avenir proche. "Il y a un tel décalage entre les idées du prince héritier et de ses conseillers et le reste de l'Arabie saoudite, qu'il sera très difficile de faire passer à court et moyen terme" une telle décision, a affirmé un ancien conseiller du Gouvernement saoudien cité par le média américain Time. L'Arabie saoudite "ne poursuivra pas de relations diplomatiques complètes avec Israël, tant que le roi Salmane est au pouvoir", soutient pour sa part, Kristin Smith Diwan, chercheuse à l'Arab Gulf States Insitute à Washington (AGSIW).
"Il y a un réel fossé générationnel au sein de la famille royale, concernant les opinions envers Israël et les Palestiniens, et le poids de Jérusalem pour la légitimité islamique saoudienne", estime en outre Smith Diwan. Un élément laissant entrevoir la possibilité d'un alignement de Ryad réside dans l'annonce de la normalisation diplomatique, entre Israël et deux pays du Golfe,qui n'aurait pu s'opérer sans le consentement des Saoudiens.En outre, le Royaume a donné d'autres signes en faveur d'une normalisation avec Israël. D'abord, en autorisant les avions israéliens, à destination ou en provenance des Emirats arabes unis, de survoler son territoire. Ensuite, un prêche de l'imam de la grande mosquée de la Mecque,
Cheikh al Sudais, a jeté le trouble sur les intentions de l'Arabie, quant à la normalisation de ses relations avec Israël. Mais rien n'est encore réglé. "Le revirement soudain de la position bahreïnie ne s'est produit qu'après que les Emiratis aient obtenu des assurances spécifiques de Mohamed Ben Salmane, que le roi d'Arabie saoudite ne serait pas contrarié par la mise en oeuvre du plan émirati", fait savoir l'ancien conseiller du gouvernement d'Arabie saoudite. Signe de l'enclin prudent du gouvernement saoudien face à la normalisation des relations avec Israël, le ministre des Affaires étrangères, Faisal bin Farhan Al Saud, a estimé que les accords d'Abraham "pourraient être vus comme positifs", en possible référence au gel de l'opération d'annexion de la Cisjordanie promise par Israël, dans le cadre de la signature de l'accord.
Les médias et autres personnalités affidés au pouvoir saoudien ont, quant à eux, fait preuve d'enthousiasme face à l'annonce de la normalisation des relations entre Israël et les deux pays du Golfe. "On peut voir une politique saoudienne intentionnelle d'élargir les vues permises envers Israël, et d'encourager une plus grande tolérance religieuse envers les juifs, en utilisant les médias saoudiens et des personnalités religieuses", indique Kristin Smith Diwan, avançant que "cela semble être une politique intentionnelle, défendue par des personnalités proches de MBS, pour préparer le public saoudien à un futur réchauffement des relations".
Bien que le terrain soit préparé dans les plus hautes sphères, pour une normalisation future des relations israélo-saoudiennes, le pouvoir saoudien devra néanmoins contempler la possibilité d'une gronde populaire, dans l'éventualité d'une normalisation. Un hashtag affirmant que, "la normalisation
est une trahison", a été relayé par les internautes sur les réseaux sociaux saoudiens, au lendemain de la signature des accords d'Abraham.
Différend entre MBS et le roi Salman
"À l'heure actuelle, le peuple saoudien est mal à l'aise avec ces changements",explique Smith Diwan. "Mais, comme les dirigeants saoudiens exercent un contrôle omniprésent sur le discours public, on peut s'attendre à ce que les opinions changent", précise cependant la chercheuse. Selon le Wall Street Journal, le palais royal est divisé sur l'idée de normalisation des relations entre le Royaume wahhabite et Israël. Le différend oppose le roi Salmane à son fils, le prince héritier Mohamed Ben Salmane (MBS).
Proche et allié de Donald Trump, MBS serait plus enclin à suivre la voie des Emirats que son père, considéré comme un partisan du boycott d'Israël. Le WSJ rapporte que le roi Salman, 84 ans, était stupéfait à l'annonce de l'établissement des relations diplomatiques entre les Emirats et Israël, alors que ce MBS n'a pas été surpris. Le prince MBS "n'a pas informé son père concernant l'accord qui était prévu entre les Emirats et Israël", ajoute le journal proche des conservateurs américains. L'ombre de l'affaire KhashoggiSelon le même journal, MBS voulait conclure un accord de normalisation avec Israël, mais le roi Salman a refusé. Le prince héritier veut établir des relations avec Israël, constituer un front uni contre l'Iran, et dépassé le conflit israélo-palestinien, parce que, pour lui, il est "difficile" à résoudre. En fait, MBS est redevable à Trump qui l'a "outrageusement soutenu"dans l'affaire du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, son pays Istanbul, en octobre 2018, expliquait à TSAun spécialiste des questions du Golfe. Bien que l'implication de MBS dans cet assassinant ne fait aucun doute,
le prince héritier saoudien n'a pas été inquiété, grâce au soutien de son allié Trump. À six semaines de la Présidentielle américaine du 3 novembre, le Président américain est toujours en retard dans les sondages, face à son rival démocrate Joe Biden. Il a plus que besoin de ses alliés du Golfe, MBS en tête, pour sauver son bilan diplomatique, et l'Arabie saoudite constitue le véritable verrou sur le chemin d'une véritable normalisation des relations entre les régimes arabes et Israël. Parce qu'elle abrite les lieux Saints de l'Islam et elle représente le leader naturel du monde sunnite
Le 15 septembre, les Emirats arabes unis et Bahreïn, ont signé les "accords d'Abraham", entérinant la normalisation des relations diplomatiques pour les deux pays avec Israël.
Trump met la pression sur Riyad
L'accord a été signé à la Maison Blanche àWashington, sous l'égide du gouvernement américain, présidé par Donald Trump. Déterminant dans la signature de l'accord, le président des Etats-Unis a indiqué que sept à neuf autres pays sont attendus à normaliser leurs relations avec Israël, estimant que l'Arabie saoudite effectuerait la même démarche, "au moment idoine".
Décalage
Malgré l'annonce effectuée par Donald Trump, les experts ont émis des réserves, quant à la faisabilité d'une normalisation diplomatique entre l'Arabie saoudite et Israël, dans un avenir proche. "Il y a un tel décalage entre les idées du prince héritier et de ses conseillers et le reste de l'Arabie saoudite, qu'il sera très difficile de faire passer à court et moyen terme" une telle décision, a affirmé un ancien conseiller du Gouvernement saoudien cité par le média américain Time. L'Arabie saoudite "ne poursuivra pas de relations diplomatiques complètes avec Israël, tant que le roi Salmane est au pouvoir", soutient pour sa part, Kristin Smith Diwan, chercheuse à l'Arab Gulf States Insitute à Washington (AGSIW).
"Il y a un réel fossé générationnel au sein de la famille royale, concernant les opinions envers Israël et les Palestiniens, et le poids de Jérusalem pour la légitimité islamique saoudienne", estime en outre Smith Diwan. Un élément laissant entrevoir la possibilité d'un alignement de Ryad réside dans l'annonce de la normalisation diplomatique, entre Israël et deux pays du Golfe,qui n'aurait pu s'opérer sans le consentement des Saoudiens.En outre, le Royaume a donné d'autres signes en faveur d'une normalisation avec Israël. D'abord, en autorisant les avions israéliens, à destination ou en provenance des Emirats arabes unis, de survoler son territoire. Ensuite, un prêche de l'imam de la grande mosquée de la Mecque,
Cheikh al Sudais, a jeté le trouble sur les intentions de l'Arabie, quant à la normalisation de ses relations avec Israël. Mais rien n'est encore réglé. "Le revirement soudain de la position bahreïnie ne s'est produit qu'après que les Emiratis aient obtenu des assurances spécifiques de Mohamed Ben Salmane, que le roi d'Arabie saoudite ne serait pas contrarié par la mise en oeuvre du plan émirati", fait savoir l'ancien conseiller du gouvernement d'Arabie saoudite. Signe de l'enclin prudent du gouvernement saoudien face à la normalisation des relations avec Israël, le ministre des Affaires étrangères, Faisal bin Farhan Al Saud, a estimé que les accords d'Abraham "pourraient être vus comme positifs", en possible référence au gel de l'opération d'annexion de la Cisjordanie promise par Israël, dans le cadre de la signature de l'accord.
Les médias et autres personnalités affidés au pouvoir saoudien ont, quant à eux, fait preuve d'enthousiasme face à l'annonce de la normalisation des relations entre Israël et les deux pays du Golfe. "On peut voir une politique saoudienne intentionnelle d'élargir les vues permises envers Israël, et d'encourager une plus grande tolérance religieuse envers les juifs, en utilisant les médias saoudiens et des personnalités religieuses", indique Kristin Smith Diwan, avançant que "cela semble être une politique intentionnelle, défendue par des personnalités proches de MBS, pour préparer le public saoudien à un futur réchauffement des relations".
Bien que le terrain soit préparé dans les plus hautes sphères, pour une normalisation future des relations israélo-saoudiennes, le pouvoir saoudien devra néanmoins contempler la possibilité d'une gronde populaire, dans l'éventualité d'une normalisation. Un hashtag affirmant que, "la normalisation
est une trahison", a été relayé par les internautes sur les réseaux sociaux saoudiens, au lendemain de la signature des accords d'Abraham.
Différend entre MBS et le roi Salman
"À l'heure actuelle, le peuple saoudien est mal à l'aise avec ces changements",explique Smith Diwan. "Mais, comme les dirigeants saoudiens exercent un contrôle omniprésent sur le discours public, on peut s'attendre à ce que les opinions changent", précise cependant la chercheuse. Selon le Wall Street Journal, le palais royal est divisé sur l'idée de normalisation des relations entre le Royaume wahhabite et Israël. Le différend oppose le roi Salmane à son fils, le prince héritier Mohamed Ben Salmane (MBS).
Proche et allié de Donald Trump, MBS serait plus enclin à suivre la voie des Emirats que son père, considéré comme un partisan du boycott d'Israël. Le WSJ rapporte que le roi Salman, 84 ans, était stupéfait à l'annonce de l'établissement des relations diplomatiques entre les Emirats et Israël, alors que ce MBS n'a pas été surpris. Le prince MBS "n'a pas informé son père concernant l'accord qui était prévu entre les Emirats et Israël", ajoute le journal proche des conservateurs américains. L'ombre de l'affaire KhashoggiSelon le même journal, MBS voulait conclure un accord de normalisation avec Israël, mais le roi Salman a refusé. Le prince héritier veut établir des relations avec Israël, constituer un front uni contre l'Iran, et dépassé le conflit israélo-palestinien, parce que, pour lui, il est "difficile" à résoudre. En fait, MBS est redevable à Trump qui l'a "outrageusement soutenu"dans l'affaire du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, son pays Istanbul, en octobre 2018, expliquait à TSAun spécialiste des questions du Golfe. Bien que l'implication de MBS dans cet assassinant ne fait aucun doute,
le prince héritier saoudien n'a pas été inquiété, grâce au soutien de son allié Trump. À six semaines de la Présidentielle américaine du 3 novembre, le Président américain est toujours en retard dans les sondages, face à son rival démocrate Joe Biden. Il a plus que besoin de ses alliés du Golfe, MBS en tête, pour sauver son bilan diplomatique, et l'Arabie saoudite constitue le véritable verrou sur le chemin d'une véritable normalisation des relations entre les régimes arabes et Israël. Parce qu'elle abrite les lieux Saints de l'Islam et elle représente le leader naturel du monde sunnite


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.