Le consensus impossible?    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    Exportation des hydrocarbures: L'Algérie a perdu 10 milliards de dollars en 2020    ANSEJ, JEUNES, EMPLOIS ET PERIMETRES POIGNANTS    Le président du CNES: Pour un contrôle effectif des politiques publiques    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    ASO Chlef: Nadir Leknaoui en renfort    MO Béjaïa: L'ère Mourad Karouf commence    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Tizi-Ouzou: Un mort et trois blessés dans une explosion de gaz    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Dans un appel téléphonique à Tebboune: Macron propose de reprendre le travail sur les dossiers en commun    Aït Ali promet un nouveau cadre juridique    Ce que propose l'UGTA    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    Le refus de repentance de la France envers l'Algérie est "inquiétant"    Real : Le titre, Benzema y croit à mort    Chelsea : Tuchel attendu mardi à Londres    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Le nouveau directeur de l'éducation installé    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Un juge face à ses pairs    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La justice se déjuge    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    Tribune - Un rapport, une méthode    Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les responsables sanitaires divisés !
Vaccination anti-covid en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 12 - 2020

La vaccination contre la Covid-19 en Algérie divise les responsables sanitaires. Lapolémique a commencé avec les déclarations du Dr Mohamed Berkani, membre du comité scientifique de suivi de l'épidémie de coronavirus en Algérie.
La vaccination contre la Covid-19 en Algérie divise les responsables sanitaires. Lapolémique a commencé avec les déclarations du Dr Mohamed Berkani, membre du comité scientifique de suivi de l'épidémie de coronavirus en Algérie.
Dimanche 30 novembre, le Dr Bekkat Berkani annonçait que la campagne de vaccination contre la Covid-19 pourrait commencer en janvier 2021 enAlgérie. Il avait ajouté que le vaccin sera gratuit pour les Algériens. « Si on arrive à les avoir (les vaccins) à la fin janvier, on commence la campagne de vaccination en Algérie », a avancé le Dr Bekkat Berkani dans une déclaration à TSA. « Le mois dejanvier sera déterminant », avait-il dit, en ajoutant que le vaccin contre la Covid-19 sera « mis gratuitement à la disposition » de la population algérienne.
Quatre jours plus tard, soit le mercredi 2 décembre, le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, réagissait aux déclarations de Dr Bekkat Berkani, en affirmant que l'Algérie « n'avait pris aucune décision » concernant le vaccin anti-Covid. « Il a été dit que le vaccin sera disponible en janvier. Pourquoi ? », s'est demandé le Pr Benbouzid, allusion faite aux déclarations de Dr Bekkat Berkani. « Nous n'avons encore rien déclaré et nous n'avons pas encore entamé les démarches pour l'acquisition du vaccin et le lancement de la campagne de vaccination », a tranché le ministre. « Aucun pays ne le fera en janvier. Comment parler de l'Algérie alors que les autres pays (le ministre fait référence aux pays développés, ndlr) n'ont pas annoncé de date ? »,
s'est-il emporté, en corrigeant le membre du comité scientifique sur la gratuité du vaccin. « En tant que président du comité (scientifique), je ne peux pas avancer que le vaccin sera gratuit, mais je le souhaite », a-t-il dit, avant de lâcher : « Nous souhaitons qu'il (le vaccin) sera gratuit, mais celui qui dit qu'il le sera doit assumer sa responsabilité ». Comprendre : la décision relative à la gratuité du vaccin anti-Covid ne relève pas ndes prérogatives du ministère de la Santé, et encore moins de celles du comité scientifique.
Le Pr Senhadj contredit le ministre de la Santé
L'intervention du ministre de la Santé sur la question du vaccin anti-Covid a calmé le débat sur la campagne de vaccination alors qu'aucun pays n'a entamé la vaccination de sa population. Mais ce calme n'a pas duré longtemps. Sur Radio Sétif, le Pr Kamel Senhadji, directeur de l'Agence nationale de la sécurité sanitaire (ANSS), a ajouté son grain de sel, en contredisant le ministre Benbouzid. Selon le compte de cet entretien publié par Radio Sétif sur sa page Facebook, le PrSenhadji a dit que la campagne de vaccination pourrait commencer en janvier 2021 et que le vaccin sera distribué gratuitement aux Algériens. Le Pr Senhadji a dit aussi que le vaccin ne sera pas obligatoire et que l'Algérie possède les moyens et la logistique nécessaires pour acquérir les vaccins anti-Covid, y compris celui développé par Pfizer – BioNTech qui doit être stocké sous des températures très basses (-70° C).
Sur ce point, le Pr Senhadji et le Dr Bekkat Berkani divergent, ce qui dénote le manque de coordination entre les autorités sanitaires algériennes sur la question du vaccin. Pour Dr Bekkat Berkani, le vaccin de Pfizer « n'est pas applicable » au système de vaccination algérien, en raison de sa cherté et du défi logistique qu'il impose à l'Algérie. « Il faut une logistique ultra sophistiquée. Il semblerait qu'un container qui conserverait 100.000 doses coûterait 20 000 dollars », a-t-il dit. Cette cacophonie et la confusion qui règnent autour de la campagne de vaccination entre les responsables algériens ne sont pas rassurantes.
Dimanche 30 novembre, le Dr Bekkat Berkani annonçait que la campagne de vaccination contre la Covid-19 pourrait commencer en janvier 2021 enAlgérie. Il avait ajouté que le vaccin sera gratuit pour les Algériens. « Si on arrive à les avoir (les vaccins) à la fin janvier, on commence la campagne de vaccination en Algérie », a avancé le Dr Bekkat Berkani dans une déclaration à TSA. « Le mois dejanvier sera déterminant », avait-il dit, en ajoutant que le vaccin contre la Covid-19 sera « mis gratuitement à la disposition » de la population algérienne.
Quatre jours plus tard, soit le mercredi 2 décembre, le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, réagissait aux déclarations de Dr Bekkat Berkani, en affirmant que l'Algérie « n'avait pris aucune décision » concernant le vaccin anti-Covid. « Il a été dit que le vaccin sera disponible en janvier. Pourquoi ? », s'est demandé le Pr Benbouzid, allusion faite aux déclarations de Dr Bekkat Berkani. « Nous n'avons encore rien déclaré et nous n'avons pas encore entamé les démarches pour l'acquisition du vaccin et le lancement de la campagne de vaccination », a tranché le ministre. « Aucun pays ne le fera en janvier. Comment parler de l'Algérie alors que les autres pays (le ministre fait référence aux pays développés, ndlr) n'ont pas annoncé de date ? »,
s'est-il emporté, en corrigeant le membre du comité scientifique sur la gratuité du vaccin. « En tant que président du comité (scientifique), je ne peux pas avancer que le vaccin sera gratuit, mais je le souhaite », a-t-il dit, avant de lâcher : « Nous souhaitons qu'il (le vaccin) sera gratuit, mais celui qui dit qu'il le sera doit assumer sa responsabilité ». Comprendre : la décision relative à la gratuité du vaccin anti-Covid ne relève pas ndes prérogatives du ministère de la Santé, et encore moins de celles du comité scientifique.
Le Pr Senhadj contredit le ministre de la Santé
L'intervention du ministre de la Santé sur la question du vaccin anti-Covid a calmé le débat sur la campagne de vaccination alors qu'aucun pays n'a entamé la vaccination de sa population. Mais ce calme n'a pas duré longtemps. Sur Radio Sétif, le Pr Kamel Senhadji, directeur de l'Agence nationale de la sécurité sanitaire (ANSS), a ajouté son grain de sel, en contredisant le ministre Benbouzid. Selon le compte de cet entretien publié par Radio Sétif sur sa page Facebook, le PrSenhadji a dit que la campagne de vaccination pourrait commencer en janvier 2021 et que le vaccin sera distribué gratuitement aux Algériens. Le Pr Senhadji a dit aussi que le vaccin ne sera pas obligatoire et que l'Algérie possède les moyens et la logistique nécessaires pour acquérir les vaccins anti-Covid, y compris celui développé par Pfizer – BioNTech qui doit être stocké sous des températures très basses (-70° C).
Sur ce point, le Pr Senhadji et le Dr Bekkat Berkani divergent, ce qui dénote le manque de coordination entre les autorités sanitaires algériennes sur la question du vaccin. Pour Dr Bekkat Berkani, le vaccin de Pfizer « n'est pas applicable » au système de vaccination algérien, en raison de sa cherté et du défi logistique qu'il impose à l'Algérie. « Il faut une logistique ultra sophistiquée. Il semblerait qu'un container qui conserverait 100.000 doses coûterait 20 000 dollars », a-t-il dit. Cette cacophonie et la confusion qui règnent autour de la campagne de vaccination entre les responsables algériens ne sont pas rassurantes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.