Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Sahara occidental: une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Manchester United: l'inquiétude de Solskjaer    Assassinat de Ali Tounsi: la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    Les acquis de la cause sahraouie poussent le Maroc à des décisions "irresponsables"    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    L'ambassade de France s'explique    Tebboune : la menace technocratique    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Huiles de table - Communiqué de Cevital    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Améliorer d'abord les conditions de vie    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    "Les élections ne sont pas une priorité"    Beldjoud préside l'installation du wali    Hirak, l'heure des clarifications    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    La disette de Suarez inquiète    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    Les Palestiniens veulent une enquête «urgente»    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    La mafia du foncier dénoncée    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Varane, signature imminente?    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La colère de la classe démunie
Violentes manifestations en Tunisie
Publié dans Le Midi Libre le 18 - 01 - 2021

La commémoration de l'an X de la Révolution en Tunisie n'a pas eu lieu, en raison d'un confinement décidé par les autorités, mais la colère sociale, née d'un profond ressentiment dans le pays, s'est fortement exprimée, samedi, dans des manifestations qui ont pris une tournure violente dans plusieurs villes.
La commémoration de l'an X de la Révolution en Tunisie n'a pas eu lieu, en raison d'un confinement décidé par les autorités, mais la colère sociale, née d'un profond ressentiment dans le pays, s'est fortement exprimée, samedi, dans des manifestations qui ont pris une tournure violente dans plusieurs villes.
C'est dans les quartiers populaires de Tunis et de Sousse où la colère, alimentée par de graves difficultés économiques et sociales et le sentiment d'une Révolution volée, s'est le plus exprimée. Même si l'UGTT et d'autres organisations ont renoncé à organiser des manifestations en raison de la situation sanitaire, des appels ont été lancés en ce sens sur les réseaux sociaux. Des heurts, violents, ont eu lieu à Sousse où la police a utilisé des grenades lacrymogènes contre des jeunes en colère qui bloquaient des routes en mettant le feu aux pneus. Des pillages de magasins ont été signalés par des témoins. Des incidents ont également eu lieu à Tunis et à Bizerte. Ces manifestations violentes rappellent que si le processus démocratique a connu des avancées en Tunisie -notamment en matière de liberté d'expression-, il reste fortement fragilisé par la situation économique et sociale.
Les classes populaires, détonateurs de la révolution anti-Ben Ali, ont le sentiment d'être les laissés pour compte d'une révolution captée par les élites des classes moyennes des villes. L'économie du pays, largement tributaire des bailleurs de fonds internationaux, n'a pas été relancé malgré la mise en oeuvre d'un plan d'appui du FMI. La crise sanitaire a accentué la situation entrainant la mise au chômage des milliers de personnes. C'est le talon d'Achille de la révolution tunisienne. Le climat social est particulièrement lourd en cette dixième de la révolution, alimentant, chez une minorité pour l'instant, unesorte de nostalgie pour l'ère Ben Ali. Ainsi, le Parti destourien libre (PDL), dirigée mené par une ancienne cadre du parti de Ben Ali, Abir Moussi, connaît, selon les sondages, un regain de popularité avec un programme "éradicateur" contre lesislamistes. Les capacités d'action du gouvernement sont très réduites et la situation financière, très délicate, s'est encore détériorée au cours de l'année 2020. Avec la crise sanitaire, le PIB de la Tunisie a régressé de8%, le tourisme s'est pratiquement effondré avec une activité en recul de près de70%. La facture de la pandémie pourl'économie a été estimé à 4 milliards de dollars. Les perspectives pour 2021 sontsombres. Sans espoir pour les jeunes des classes défavorisées.
Les harraga sont plus nombreux que jamais, leur nombre aatteint un record depuis 2011. Selon le ministère italien de l'Intérieur, 12. 883Tunisiens ont débarqué en Italie en 2020,cinq fois plus qu'en 2019. En dix ans, il y a eu 9 gouvernements en Tunisie qui n'ont pas su, selon la formule de l'Institut Transnational, un Think-tank basé à Amsterdam, "équilibrer les intérêts de l'élite traditionnelle avec ceux de la population défavorisée". Un résumé soft de ce que les classes défavorisées considèrent comme un détournement de la Révolution.
C'est dans les quartiers populaires de Tunis et de Sousse où la colère, alimentée par de graves difficultés économiques et sociales et le sentiment d'une Révolution volée, s'est le plus exprimée. Même si l'UGTT et d'autres organisations ont renoncé à organiser des manifestations en raison de la situation sanitaire, des appels ont été lancés en ce sens sur les réseaux sociaux. Des heurts, violents, ont eu lieu à Sousse où la police a utilisé des grenades lacrymogènes contre des jeunes en colère qui bloquaient des routes en mettant le feu aux pneus. Des pillages de magasins ont été signalés par des témoins. Des incidents ont également eu lieu à Tunis et à Bizerte. Ces manifestations violentes rappellent que si le processus démocratique a connu des avancées en Tunisie -notamment en matière de liberté d'expression-, il reste fortement fragilisé par la situation économique et sociale.
Les classes populaires, détonateurs de la révolution anti-Ben Ali, ont le sentiment d'être les laissés pour compte d'une révolution captée par les élites des classes moyennes des villes. L'économie du pays, largement tributaire des bailleurs de fonds internationaux, n'a pas été relancé malgré la mise en oeuvre d'un plan d'appui du FMI. La crise sanitaire a accentué la situation entrainant la mise au chômage des milliers de personnes. C'est le talon d'Achille de la révolution tunisienne. Le climat social est particulièrement lourd en cette dixième de la révolution, alimentant, chez une minorité pour l'instant, unesorte de nostalgie pour l'ère Ben Ali. Ainsi, le Parti destourien libre (PDL), dirigée mené par une ancienne cadre du parti de Ben Ali, Abir Moussi, connaît, selon les sondages, un regain de popularité avec un programme "éradicateur" contre lesislamistes. Les capacités d'action du gouvernement sont très réduites et la situation financière, très délicate, s'est encore détériorée au cours de l'année 2020. Avec la crise sanitaire, le PIB de la Tunisie a régressé de8%, le tourisme s'est pratiquement effondré avec une activité en recul de près de70%. La facture de la pandémie pourl'économie a été estimé à 4 milliards de dollars. Les perspectives pour 2021 sontsombres. Sans espoir pour les jeunes des classes défavorisées.
Les harraga sont plus nombreux que jamais, leur nombre aatteint un record depuis 2011. Selon le ministère italien de l'Intérieur, 12. 883Tunisiens ont débarqué en Italie en 2020,cinq fois plus qu'en 2019. En dix ans, il y a eu 9 gouvernements en Tunisie qui n'ont pas su, selon la formule de l'Institut Transnational, un Think-tank basé à Amsterdam, "équilibrer les intérêts de l'élite traditionnelle avec ceux de la population défavorisée". Un résumé soft de ce que les classes défavorisées considèrent comme un détournement de la Révolution.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.