L'APLS mène de nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain    Danemark-Finlande : La demande d'Eriksen à ses coéquipiers    Aïn Defla: Abbass M'hamed, un exemple de la fidélité au pays et de l'amour de la patrie    Législatives: clôture des bureaux de vote, début du dépouillement des voix    Législatives: les électeurs plus nombreux dans les bureaux de vote durant l'après-midi à l'Est du pays    Belmadi: "Cette série d'invincibilité n'est pas le fruit du hasard"    Coronavirus: 343 nouveaux cas, 236 guérisons et 5 décès    AEP à Alger: instructions fermes pour un approvisionnent régulier    Foot/Amical: Algérie (A') - Liberia (A) le 17 juin à Oran    Législatives/Alger-est : une plus importante affluence dans l'après-midi    Covid-19: plus de 5 millions de cas en Afrique    Tabbou, Ihsane El-kadi et Drareni relâchés    La Sadeg élabore un plan d'action pour les examens de fin d'année    Yasser Bouamar et Kaouther Ouallal éliminés d'entrée    Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès    Toute colonisation est un investissement perdu    Lumières rend hommage à plusieurs artistes    Hausse de 45,5% de nouveaux inscrits    Durcissement du Code pénal    LE VERDICT REPORTE AU 23 JUIN    Khaldi : "Revoir la politique du football"    Coton Sport-JSK à Yaoundé    LE NOUVEAU STADE D'ORAN OU LE 5-JUILLET POUR ABRITER LA FINALE    Sévère rappel à l'ordre du parlement européen au Maroc    Un salon dédié à la santé de l'étudiant    Saisie de 10 000 comprimés psychotropes    Finalisation de l'examen des décrets exécutifs    L'EXECUTIF SE MONTRE OPTIMISTE    Une série de dispositions annoncées pour redynamiser le secteur    Utilisation optimale des caméras de surveillance    Afrique du Sud: une alliance politico-syndicale réitère son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    La Casbah d'Alger : L'artisanat disparaît peu à peu    L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"    Véhicules de moins de 3 ans, tabac, fonds détournés...: Les nouveautés de la LFC 2021    Huit blessés dans 2 accidents de la route    Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières    Les habitants en appellent au wali: Une décharge sauvage en plein cœur de Haï Chahid Mahmoud    Complotisme : arme de la paresse intellectuelle et de la gouvernance institutionnelle    Les menaces de troisième génération    L'époux devenu loque    La Libye prend exemple de l'Algérie    Un quartier palestinien d'El Qods convoité par les sionistes    Neuf pays africains sur 10 pourraient ne pas atteindre l'objectif    Les défis de l'après-12 juin    Les avocats menacent de marcher    L'ami et le collègue de 56 ans!    Hommage à Fawzi Saïchi    «Unzipped Exposition», expo unique en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





6 nouveaux cas du variant britannique et 15 du variant nigérian en Algérie
Coronavirus
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 03 - 2021

Six nouveaux cas de variant britannique et 15 autres du variant nigérian du coronavirus, ont été dépistés, a annoncé ce mardi 23 mars 2021 l'Institut Pasteur d'Algérie dans un communiqué de presse.
Six nouveaux cas de variant britannique et 15 autres du variant nigérian du coronavirus, ont été dépistés, a annoncé ce mardi 23 mars 2021 l'Institut Pasteur d'Algérie dans un communiqué de presse.
Le nombre total des personnes ayant été contaminées par les variants britannique et nigérian en Algérie s'élève, respectivement, à 21 et 28 cas. "Dans la continuité des activités de séquençage des virus SARS-CoV-2 mises en place par l'Institut Pasteur d'Algérie, il a été procédé à la confirmation de 06 nouveaux cas de variant britannique (B.1.1.7) et de 15nouveaux cas de variant nigérian (B.1.525)", annonce l'Institut dans un communiqué diffusé sur sa page Facebook. Concernant les nouveaux cas de contamination par le variant britannique, il s'agit de 2 cas de la wilaya d'Alger, 2 cas de la wilaya de Blida, 1 cas de la wilaya de Tizi- Ouzou et 1 cas de la wilaya de Ain Defla. Quant aux 15 cas confirmés du variant nigérian (B.1.525), il s'agit de 8 cas de la wilaya d'Alger, dont deux de la même famille, 02 cas de la wilaya de Ouargla (Hassi Messaoud), un cas de la wilaya de Béjaïa et 4 cas de la wilaya d'Illizi (In Amenas).
21 cas de contaminations par le variant britannique, 28 par le variant nigérian
Le nombre total des personnes ayant été contaminées par le variant britannique s'élève ainsi à 21. L'institut Pasteur d'Alger avait confirmé, le jeudi 11 mars, la contamination de 07 autres personnes. Le 04 mars, l'IPA a annoncé la contamination de 6 autres personnes. Quatre de ces six cas étaient en contact avec les deux premiers cas détectés la semaine d'avant, fait savoir l'IPA dans un communiqué. Jeudi 25 février, l'IPA a confirmé la détection de deux cas du variant britannique de Covid-19 en Algérie. Il s'agit d'un membre du personnel de santé de l'EHS de Psychiatrie de Chéraga (Alger) et d'un Algérien établi en France rentré pour un enterrement. Quant au variant nigérian, l'Institut Pasteur a annoncé le 11 mars dernier avoir dépisté 13 cas confirmés du variant nigérian. Il s'agit de 03 cas de la wilaya d'Alger, dont deux de la même famille, un cas de la wilaya de Souk Ahras, 06 cas de la wilaya de Tebessa, 01 cas de la wilaya de Ouargla (Hassi Messaoud) et 02 cas de la wilaya d'In Salah.
"Il est important de rappeler, encore une fois, que la grande attention portée aux mesures de distanciation sociale et le port de masque de protection dans le cadre du protocole sanitaire, sont les meilleurs garants pour stopper la propagation du virus Covid-19 et l'apparition de nouveaux cas", conclut l'IPA. Fawzi Derrar a indiqué que le variant, découvert en Grande-Bretagne en septembre 2020, est actuellement présent dans 86 pays, dont des pays voisins de l'Algérie, et a tendance à remplacer la souche principale. "Plus un virus se propage, plus les possibilités de sa mutation sont grandes. La Covid-19 commence à perdre de sa force de contamination mais le variant britannique a donné une autre dynamique à la pandémie dans le monde, cela ressemble à un joueur de football qui rentre sur le terrain, frais et en forme, en remplaçant un autre, fatigué", a-t-il précisé. Le variant britannique (Voc202012/01) est, selon lui, de 50 à 60 % plus contagieux que la Covid-19. "Le risque de propagation est donc plus grand. Il n'y a pas encore de preuve scientifique soulignant que ce variant est plus dangereux ou pouvant provoquer plus de décès que la souche principale", a expliqué le directeur de l'IPA.
Que sait-on du variant nigérian ?
Comme son nom l'indique, ce variant a émergé au Nigeria et détecté en décembre 2020. Sa mutation, appelée B.1.525, ressemblerait au variant anglais et aurait les mêmes caractéristiques que les autres mutations, à savoir les variants sud-africain ou brésilien. Le variant nigérian est ainsi "plus contagieux et plus résistant au vaccin", selon des chercheurs de l'Université d'Edimbourg. Des études sont actuellement en cours pour savoir s'il provoque des formes plus sévères de la maladie. Le variant a été détecté au Canada, où 15 cas ont été découverts il y a quelques jours en Colombie britannique, la province la plus à l'ouest du pays, selon The Times Colomnist. En Grande-Bretagne aussi, le variant nigérian inquiète, puisque 38 cas ont été détectés par Public Health England, l'équivalent de Santé Publique France outre-Manche. Dont 36 dans la seule région de Bristol, à l'Ouest de l'île, rapporte The Sun. Le Danemark, le Nigeria, et les Etats-Unis figuraient parmi les pays les les plus touchés.
Le nombre total des personnes ayant été contaminées par les variants britannique et nigérian en Algérie s'élève, respectivement, à 21 et 28 cas. "Dans la continuité des activités de séquençage des virus SARS-CoV-2 mises en place par l'Institut Pasteur d'Algérie, il a été procédé à la confirmation de 06 nouveaux cas de variant britannique (B.1.1.7) et de 15nouveaux cas de variant nigérian (B.1.525)", annonce l'Institut dans un communiqué diffusé sur sa page Facebook. Concernant les nouveaux cas de contamination par le variant britannique, il s'agit de 2 cas de la wilaya d'Alger, 2 cas de la wilaya de Blida, 1 cas de la wilaya de Tizi- Ouzou et 1 cas de la wilaya de Ain Defla. Quant aux 15 cas confirmés du variant nigérian (B.1.525), il s'agit de 8 cas de la wilaya d'Alger, dont deux de la même famille, 02 cas de la wilaya de Ouargla (Hassi Messaoud), un cas de la wilaya de Béjaïa et 4 cas de la wilaya d'Illizi (In Amenas).
21 cas de contaminations par le variant britannique, 28 par le variant nigérian
Le nombre total des personnes ayant été contaminées par le variant britannique s'élève ainsi à 21. L'institut Pasteur d'Alger avait confirmé, le jeudi 11 mars, la contamination de 07 autres personnes. Le 04 mars, l'IPA a annoncé la contamination de 6 autres personnes. Quatre de ces six cas étaient en contact avec les deux premiers cas détectés la semaine d'avant, fait savoir l'IPA dans un communiqué. Jeudi 25 février, l'IPA a confirmé la détection de deux cas du variant britannique de Covid-19 en Algérie. Il s'agit d'un membre du personnel de santé de l'EHS de Psychiatrie de Chéraga (Alger) et d'un Algérien établi en France rentré pour un enterrement. Quant au variant nigérian, l'Institut Pasteur a annoncé le 11 mars dernier avoir dépisté 13 cas confirmés du variant nigérian. Il s'agit de 03 cas de la wilaya d'Alger, dont deux de la même famille, un cas de la wilaya de Souk Ahras, 06 cas de la wilaya de Tebessa, 01 cas de la wilaya de Ouargla (Hassi Messaoud) et 02 cas de la wilaya d'In Salah.
"Il est important de rappeler, encore une fois, que la grande attention portée aux mesures de distanciation sociale et le port de masque de protection dans le cadre du protocole sanitaire, sont les meilleurs garants pour stopper la propagation du virus Covid-19 et l'apparition de nouveaux cas", conclut l'IPA. Fawzi Derrar a indiqué que le variant, découvert en Grande-Bretagne en septembre 2020, est actuellement présent dans 86 pays, dont des pays voisins de l'Algérie, et a tendance à remplacer la souche principale. "Plus un virus se propage, plus les possibilités de sa mutation sont grandes. La Covid-19 commence à perdre de sa force de contamination mais le variant britannique a donné une autre dynamique à la pandémie dans le monde, cela ressemble à un joueur de football qui rentre sur le terrain, frais et en forme, en remplaçant un autre, fatigué", a-t-il précisé. Le variant britannique (Voc202012/01) est, selon lui, de 50 à 60 % plus contagieux que la Covid-19. "Le risque de propagation est donc plus grand. Il n'y a pas encore de preuve scientifique soulignant que ce variant est plus dangereux ou pouvant provoquer plus de décès que la souche principale", a expliqué le directeur de l'IPA.
Que sait-on du variant nigérian ?
Comme son nom l'indique, ce variant a émergé au Nigeria et détecté en décembre 2020. Sa mutation, appelée B.1.525, ressemblerait au variant anglais et aurait les mêmes caractéristiques que les autres mutations, à savoir les variants sud-africain ou brésilien. Le variant nigérian est ainsi "plus contagieux et plus résistant au vaccin", selon des chercheurs de l'Université d'Edimbourg. Des études sont actuellement en cours pour savoir s'il provoque des formes plus sévères de la maladie. Le variant a été détecté au Canada, où 15 cas ont été découverts il y a quelques jours en Colombie britannique, la province la plus à l'ouest du pays, selon The Times Colomnist. En Grande-Bretagne aussi, le variant nigérian inquiète, puisque 38 cas ont été détectés par Public Health England, l'équivalent de Santé Publique France outre-Manche. Dont 36 dans la seule région de Bristol, à l'Ouest de l'île, rapporte The Sun. Le Danemark, le Nigeria, et les Etats-Unis figuraient parmi les pays les les plus touchés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.